HugoDécrypte le projet de « Loi Travail » en 5 minutes

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 7 mars 2016.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. dyspeptique

    dyspeptique
    Expand Collapse

    Article intéressant. :)
    Par contre, je crois qu'il y a une petit coquille : "Et comme d’habitude, si ces 5 minutes vous laissent sur votre gaim"
     
    KarIbu a BigUpé ce message
  3. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Je suis mitigée sur la question de faciliter les licenciements. Je n'ai eu que 3 patrons dans ma vie certes mais aucun n'avait pour passion de virer des gens au contraire. Leur objectif était de faire grossir l'entreprise plutôt. Et puis quand on peut virer on est également plus enclin à signer un cdi, un peu ce qui se passe aux États Unis.
    En ce qui concerne les jours de congés pour décès d'un proche, je trouve ça juste hallucinant. Qui est à deux jours près quand tu as perdu ta mère ? Quel intérêt de supprimer ça ?
    Pour la flexibilité des heures, je suis cadre, donc je l'ai déjà. Personne ne me paye des heures sup quand je charrette, en contrepartie personne n'a intérêt à rien me dire quand la tempête passée je file plus tôt. Ça pourrait être intéressant pour un non cadre aussi.

    Enfin surtout je ne comprends absolument pas le rapport entre le parti socialiste, que je croyais connaître un peu, et ce projet de loi. Du temps de Sarkozy on l'aurait accusé de "cadeau à ses amis patrons" et la ?
     
  4. dyspeptique

    dyspeptique
    Expand Collapse

    A vrai dire, le parti socialiste n'est pas un parti de gauche, même s'il tente de maintenir cette image. Il y a une vidéo assez intéressante à ce sujet. D'ailleurs il suffit de voir un peu qui y est. Ce ne sont pas vraiment des gens de la classe ouvrière, ils viennent des mêmes grandes écoles que ceux du parti les Républicains... Maintenir la croyance que ce parti est à gauche permet de garder un avantage stratégique, en se faisant passer pour les gentils de l'histoire. Ils jouent d'autant plus sur cette image qu'ils se servent du FN comme épouvantail lors des élections.

    Pour ma part je pense que faciliter les licenciement ne va faire que renforcer la précarité. Au final, le CDI ne voudra plus rien dire. Un contrat à durée indéterminée est censé pouvoir maintenir une certaine sécurité pour l'employé, puisque le patron ne peut en principe pas le virer de façon arbitraire. Le fait de pouvoir faciliter le licenciement ne pourra que renforcer le chantage à l'emploi. Le rapport de force entre patrons et employés n'est pas du tout égalitaire, et c'est le patron qui a le dessus, quoi qu'on en dise. Il sera d'autant plus facile pour certains de faire pression sur leurs employés en les menaçant de les licencier.
    Par ailleurs, les embauches se font si il y a du travail à fournir. Or, à partir du moment où la masse de travail n'augmente pas, voire où elle se réduit avec l'automatisation, le fait de pouvoir renvoyer des gens n'augmente en rien la capacité d'embauche d'une entreprise.
    La flexibilité des heures n'est pas une bonne chose pour tout le monde. Premièrement, tout dépend du poste qu'on occupe. Avoir des horaires flexibles, ce n'est pas la même chose quand on est cadre que quand on est ouvrier par exemple, la pénibilité n'étant pas la même. Par ailleurs, il faut encore prendre en compte la situation familiale des personnes. Voir ses horaires modulés, ce n'est pas pareil quand on est célibataire sans enfants que quand on a des enfants à charge. Le problème, là encore, vient du rapport de force. ça ne poserait pas trop de problème si les employés pouvaient vraiment se permettre de négocier leur horaires. Dans les faits ce n'est pas le cas. Dans les faits, si ton patron veut que tu bosses plus, tu dois dire oui, sinon tu te casses. J'ajouterai encore ceci que la flexibilité des horaires implique en partie qu'un employé reste joignable et à disposition de l'entreprise à toute heure. Résultat, on ne dispose plus vraiment de moment de coupures et son espace personnel est envahi par le travail. Dans ces conditions, on peut de plus en plus facilement entrer en burn out. Mon copain ramène déjà sans arrêt du travail à la maison alors que ce n'est pas spécifié dans son contrat. Il travaille souvent le soir et le weekend sans que cela lui soit compté dans ses heures de travail. Alors c'est sûr qu'il est performant et très apprécié. Mais quotidiennement, ça pourrit tout le reste. L'énervement dû à son travail, il le ramène avec lui. Il se couche souvent tard. Il ne m'aide presque jamais pour faire à manger, et on ne fait quasi jamais rien ensemble parce que soit il fait du taf en plus, soit il est trop fatigué de sa semaine... :sad:
    Casser le code du travail comme le fait le gouvernement aujourd'hui, ne va en aucun cas créer de l'emploi. Il va simplement permettre aux patronat de pouvoir exploiter encore plus d'individus en payant moins de salaire. Évidemment, qu'aucun emploi ne va se créer avec cette réforme, puisqu'elle permettra aux patrons de faire faire plus de travail à une même personne. Pourquoi irait-on embaucher quelqu'un en plus, alors qu'on peut faire bosser les employés qui sont déjà là ?
     
    #4 dyspeptique, 7 mars 2016
    Dernière édition: 7 mars 2016
    Leronira, Yehudi, ChansonMuette et 22 autres ont BigUpé ce message.
  5. ChatRoux

    ChatRoux
    Expand Collapse

    Ya quand même une grosse incohérence dans cette loi : on permet aux entreprises de faire travailler leurs salariés plus... et c'est censé encourager l'emploi. Ah ?
    Enfin, la plupart des choses que je pense ont déjà été expliquées par @dyspeptique. :top:

    Mais globalement, c'est pas la pseudo sécurité de l'emploi actuelle qui "empêche" les entreprises d'embaucher, c'est le coût. Les taxes sur les salaires sont tellement importantes qu'employer quelqu'un est un gouffre financier pour la plupart des petites entreprises. Les grosses entreprises largement rentables n'ont pas d'excuses : elles veulent juste optimiser leurs dépenses pour que les patrons s'achètent de nouvelles bagnoles. :stare: Cette loi ne le fera pas embaucher plus donc...
    Donc Messieurs et Mesdames du gouvernement, c'est de vous que doit venir la flexibilité, pas des salariés...:rolleyes:
     
    Leronira, Babitty Lapina, Hysope et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. KarIbu

    KarIbu
    Expand Collapse
    avec un i

    Etant bientôt une grande fille (25 ans dans une semaine), j'aimerais réussir à avoir un avis sur les sujets de société, et à commencer par cette loi.
    Je suis à la recherche d'un vrai emploi (j'ai un emploi alimentaire : inventoriste, qui représente au max un tiers temps), et je me dis qu'une modification des lois du travail pourrait faciliter ma recherche ; Création de nouveaux emplois ou patron moins frileux à embaucher (même en CDD).

    Je ne sais pas du tout quoi penser de cette loi. Je vois partout que tout le monde la critique, mais je ne veux pas être contre simplement pcq tout le monde est contre.

    Un jour j'ai fait du covoit avec un mec qui travaille en Suisse, il me disait que là bas y a pas CDI "écrit", mais que tant que tu bosses bien, on te garde. Lui n'avais pas peur de perdre son job, et travaillait en Suisse pcq c'est là bas qu'il a été embauché et pas en France, surement grâce à cette flexibilité. Des modèles de loi du travail moins rigides qu'en France fonctionnent bien à l'étranger (Suisse, pays nordiques), pourquoi pas chez nous ? Est-ce que nos peurs ne nous bloqueraient pas dans un système qui fonctionnent moyennement ? (c'est des vrais questions, hein! )

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    J'espère que vous aurez quelques réponses :v:
     
    Lynx Ailé a BigUpé ce message
  7. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    Pas mal de gens me disent de chercher du travail à Londres parce que soit-disant on embauche plus facilement (grâce au fait qu'on peut te virer plus facilement).
    Je sais pas trop quoi penser, est-ce qu'il vaut mieux le CDI pépère ou bien un turn over des salariés selon l'activité?
    Je pense également qu'il y a trop de "cadres". Ce sont des postes qui demandent une rémunération plus importante alors que dans certains cas on peut s'en passer (du statut de cadre).
     
  8. Calipo

    Calipo
    Expand Collapse

    @Nastja Pour avoir travaillé au Royaume-Uni, effectivement ils embauchent assez facilement (en tout cas pour moi ça s'est décidé en 20 minutes, j'avais jamais vu ça en France, même pour un stage!). Mais ils ont aussi beaucoup moins de difficultés à se séparer d'un ou plusieurs salariés quand l'activité baisse, donc ils n'ont pas la trouille de se retrouver avec une masse salariale ingérable financièrement pendant les périodes difficiles.

    Le problème de notre code du travail ,c'est que non content d'être imbitable, il a en plus été pensé uniquement par rapport aux grosses entreprises, comme si les sociétés du CAC 40 étaient l'unique pourvoyeur d'emplois en France... Mais ce sont les PME qui font vivre le plus grand nombre de salariés, et c'est elles qui pâtissent du nombre insensé d'articles et de la rigidité du système (rares sont les PME qui peuvent se payer des services juridiques à demeure pour comprendre et manœuvrer autour de ce pavé).

    Est-ce qu'il est normal qu'une petite entreprise doivent passer en redressement judiciaire pour pourvoir licencier des salariés lorsqu'elle est en difficulté? On est quand même le seul pays au monde où on préfère qu'une entreprise complète coule plutôt que de permettre le licenciement de quelques salariés pour pouvoir traverser la période de vaches maigres... :facepalm:

    Mais bon comme d'habitude, dès que quelqu'un propose de changer quelque chose dans ce pays, c'est la levée de bouclier immédiate... Bah oui, rien ne va, notre taux de chômage crève le plafonds mais il ne faut surtout rien changer!!!
     
    Leronira, missbluebuzali, Nastja et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. CrystalEnki

    CrystalEnki
    Expand Collapse

    @Calipo

    Evidemment que tout le monde est d'accord pour dire qu'il y a des choses à changer parce qu'on ne peut pas laisser 10% de la population sur le carreau, évidemment que tout le monde est d'accord pour aider les PME qui boivent le bouillon. Mais est ce que défiscaliser les heures supplémentaires va créer de l'emploi ? Est ce que augmenter le temps de travail journalier des mineurs apprentis va créer de l'emploi ? Personnellement j'en doute beaucoup. En faite la logique voudrait même que ça en détruise, des emplois, plutôt qu'en créer.
    Depuis des dizaines d'années on a pas arrêté d'assouplir le licenciement en nous promettant à chaque fois que ça permettra de créer de l'emploi. Pourquoi pas. Sauf que non seulement le taux de chômage n'a pas reculé mais il ne fait que grossir à chaque nouvelle réforme.

    Accepter le changement oui. Accepter n'importe quoi, non.
     
    Leronira, ChansonMuette, Maia Chawwah et 7 autres ont BigUpé ce message.
  10. Calipo

    Calipo
    Expand Collapse


    Je suis totalement d'accord sur le fait de ne pas accepter n'importe quoi. Mais là les syndicats disent tout simplement non à tout, dont des mesures qui sont pour certaines évidentes, et on s'avance de nouveau vers une réforme-mammouth qui n'apportera rien de nouveau à part des complications.

    Pour être honnête je fais partie des tenants du "brûlons cette saloperie de code du travail indigeste et réécrivons-le avec 2000 pages en moins" donc forcément je suis pour un changement radical... Après je bosse dans le domaine RH/juriste droit social et à chaque fois que quelqu'un pète au ministère du travail le code grossis de 50 pages et rend mon boulot d'autant plus compliqué :buzy:
    D'ailleurs l'hypocrisie de l'Etat dans ce domaine est à vomir puisque les services publics se contrefoutent totalement du droit du travail dans un nombre incalculable de cas (faites ce que je dis, pas ce que je fais!).

    Quant à l'assouplissement du licenciement... Il est compliqué de licencier quelqu'un en France si on veut rester dans les clous! Hors période d'essai, se séparer d'un salarié en CDI juste parce que l'entreprise va mal, ou que le salarié est incompétent est finalement assez difficile si on veut respecter la loi à la lettre, surtout pour l'employeur lambda qui n'est pas professionnel du droit du travail. On a un code qui punit les gens qui veulent faire les choses bien (employeurs comme salariés), et qui n'empêche pas les connards de mal se comporter de toute façon.

    Pour finir je dirait que le code du travail est à l'image de tout notre attirail législatif: ça déborde de partout, c'est ingérable (ben oui chaque ministre aime bien rajouter sa ptite couche imbuvable à lui/elle), bien souvent incohérent (bonjour les doublons, les articles qui se contredisent l'un l'autre, les choses tellement mal écrites que personne ne comprend ce que le législateur a voulu dire), et surtout ça nous complique la vie de façon insensée. Mais bon c'est pas comme si les professionnels du droit (pas les cinglés des ministères qui nous pondent ces horreurs) suppliaient depuis des années l'Etat d'en finir avec cette logorrhée législative généralisée :scream:

    Désolée je m'emballe, mais j'ai une partie de ma famille qui est dans le domaine du droit et l'autre qui est constituée de petits patrons de PME alors forcément c'est un sujet qui me touche un peu (beaucoup!) :dowant:
     
    KarIbu a BigUpé ce message
  11. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    @Calipo
    Du coup tu penses que deux codes distincts (ou alors deux sous-parties distinctes) devraient exister selon si c'est une grosse boîte ou une PME?
    Ou il faudrait modifier le code pour toutes les entreprises confondues?

    Effectivement rallonger le temps de travail, ne risque pas de créer de l'emploi. Pour peux qu'on demande à 30 salariés de bosser 1h de plus, ça fait déjà 30h en moins pour une création de poste :/

    Moi qui suis en pleine recherche de boulot, ça m'inquiète de plus en plus...

    J'ai l'impression que le bon plan finalement c'est la fonction publique. :neutral:
     
    Maia Chawwah a BigUpé ce message
  12. Calipo

    Calipo
    Expand Collapse

    @Nastja
    @Alba Perséphone

    Selon moi le fait de remanier complètement notre code du travail ne serait pas forcément synonyme de cadeau pour le CAC 40 et de coup de poignard pour les salariés. En l'état le code du travail compte plus de 10 000 articles. 10 000!!! Il n'y a personne aujourd'hui qui soit capable d'absorber tout ça. Et chaque année le législateur en rajoute une couche. Et c'est sans compter les dispositions particulières prévues dans les conventions collectives et les accords divers.

    Non seulement c'est ingérable pour les employeurs, qui devraient en plus connaître toutes les normes relatives à leur activité, donc éventuellement code du commerce, code de la consommation, code de l'artisanat, code des assurances, code de la construction et de l'habitation, code des impôts, code du tourisme... (= bon en gros le jour où tu monte ta boîte tu dois connaître plusieurs millions d'articles de loi par cœur et savoir tout articuler parfaitement. Tu dois juste être boulanger/plombier/commerçant/artisant... et super-juriste et super-comptable à la fois, no big deal!), mais ça l'est aussi pour les salariés, qui ne peuvent pas suivre l'évolution de leur droit. "Nul n'est censé ignorer la loi" = c'est un chouette principe mais c'est complètement irréalisable en l'espèce.


    Notre législation du travail est finalement réservée à une certaine élite qui:
    - a reçu une éducation d'un niveau lui permettant d'accéder (et encore, ça n'est pas forcément évident) au code du travail,
    - dispose des moyens financiers nécessaires pour se payer des spécialistes en la matière (le tarif horaire d'un avocat compétent en droit du travail n'est pas donné).

    L'argument massue du "le code protège les salariés les plus fragiles" n'est donc plus valable. D'ailleurs dans le Monde du 5 mars il y a eu une tribune d'une brochette impressionnante d'économistes français ( ex: prix Nobel, ancien chef économiste du FMI, présidente du conseil d'analyste économique, directeurs de l'école d'économie de Paris, certains des meilleurs économistes du travail) qui s'accordent tous pour dire que "les jeunes et les moins qualifiés sont les grands perdants d'un marché du travail qui exclut les plus fragiles, ou les relèguent dans des emplois précaires tant les entreprises craignent d'embaucher en CDI. Ces inégalités sont insupportables". Les précaires sont déjà dans la merde en France, et notre système de protection de compétition les y maintien avec la bénédiction de nos syndicats.
    Pour ces économistes cette réforme pourrait être une avancée pour les fragiles si elle était bien menée. Mais encore faut-il que les gens soient ouverts à la discussion.

    C'est quand même assez insensé que la masse de travaux empiriques sur le marché du travail français qui vont tous dans le même sens soit complètement passée sous silence je trouve. Sans compter qu'au niveau des médias et de la communication des syndicats il y a quand même une campagne de désinformation massive sur le projet. On entend franchement tout et n'importe quoi, que ce soit sur la partie 35h, les heures supplémentaires ou même le plafonnement des indemnités prud'homales.

    Quant on voit les progrès significatifs fait au Danemark par exemple, après leur réforme concertée sur leur législation du travail (plus de code du travail et bizarrement le pays n'est pas devenu un enfer ultralibéral, ils ont un niveau de prélèvement obligatoire à peu près similaire à la France et moitié moins de chômage), c'est d'autant plus rageant de voir que le dialogue social en France n'avance pas d'un pouce et qu'on nous ressert sans cesse les mêmes rengaines éculées.
     
    Nastja a BigUpé ce message
Chargement...