Ils sont jeunes et ils ont quitté la France - Le Petit Reportage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 14 décembre 2012.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Ithurielle

    Ithurielle
    Expand Collapse
    Roule une pelle à la vie

    J'ai emmerdé mes parents depuis que j'avais 14 ans en leur disant que je voulais partir. Ils ont été gentils, ils m'ont laissés partir après mon bac, et je suis allée en Angleterre faire une licence de russe et d'arabe (combinaison impossible en France). J'ai obtenu un job de bibliothécaire à Oxford avant même d'avoir fini ma licence, et je suis actuellement en train de postuler pour un master, toujours en Angleterre.

    La France ? Aucune envie d'y retourner, je ne supporte plus la mentalité des gens, et j'ai l'impression qu'il m'y serait impossible de faire ce que j'ai envie parce que je n'ai pas fait Science-Po et que je ne suis jamais vraiment rentrée dans le moule français. Du coup, je me rabats sur l'international, plus prometteur et intéressant.
     
  3. fjäril

    fjäril
    Expand Collapse
    Mélange instable

    J ai toujours voulu allé ailleurs, j ai bien réussi pdt mes études avec les stages, erasmus, quelques mois au pair, des chantiers, je me suis toujours bien débrouillée :)
    Premier boulot, j ai eu une opportunité en France que j ai pas voulu laisser filer de peur de me retrouver sans rien, c'était un cdd (bien sur ...) ça me laissait le temps de chercher autre chose ailleurs car je n'avais pas d économie pour partir chercher sur place. Et voilà me voici expat' depuis 4 mois à Oslo à 24ans :) et tres contente de ma situation. Je compte y rester 3 ans minimum ensuite j aviserai ( Canada ? oui j 'aime le froid ^^)
     
  4. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    Cet article donne envie de partir ! ^^ J'y pense parfois mais jamais concrètement.
     
  5. rythmislove1

    rythmislove1
    Expand Collapse

    Moi je suis revenue il y a quelques jours d'Andalousie, où j'ai fait un stage dans un théâtre pendant trois mois! Je rêvais de partir en Espagne depuis 7 ans! Quans j'ai eu l'occasion de faire Erasmus, j'ai flippé, j'me sentais pas prête. J'ai attendu d'avoir ma licence pour partir. Ce pays m'a toujours fait rêver, sa culture, sa langue...
    J'ai passé trois mois merveilleux, j'ai fait des rencontres magnifiques et enrichissantes, des gens qui humainement m'ont beaucoup apportée. J'en reviens grandie, beaucoup plus indépendante, un peu changée, je sais plus où j'en suis, les projets que j'avais prévu de faire à mon retour ne me font plus envie et j'ai qu'une envie: repartir au plus vite là bas !!!!
     
  6. alpaga

    alpaga
    Expand Collapse

    Française vivant depuis 1 an à Montréal, je suis étudiante en sexologie. En France je n'aurais pas pu le faire sans faire médecine ou en passant par d'autres cursus ! Je n'ai absolument pas envie de retourner vivre en France mais partir après, ailleurs, sûrement ! :d Le système d'éducation en france ne me tente absolument pas ! Ici je suis dans une université où tout est mis en place pour me faciliter la vie ! Le rêve :)
     
  7. Vintage Phonic

    Vintage Phonic
    Expand Collapse
    I have a woman's body and a child's emotion - Lizz Taylor

    Je me suis un peu reconnue dans l'article, mais pas totalement. Actuellement en échange universitaire aux USA, je m'y plais beaucoup, à tel point que j'ai peut être moyen de me faire embauchée par la fac à la fin de l'année pour l'année universitaire prochaine (2013/2014). De là à dire que je ne vivrai plus en France... Pour la France je ne sais pas, mais je ne me vois pas passer le reste de ma vie en dehors de l'Europe, même si, n'étant qu'en L3, je pourrais repartir en échange universitaire pendant mon Master (Argentine :**:). Alors peut être l'Italie pour y vivre, pourquoi pas après tout, ça n'est pas si loin...
     
  8. Lisazerty

    Lisazerty
    Expand Collapse
    aware

    En France tout devient compliqué : avoir un appart quand on n'est pas en CDI et qu'on est payé le SMIC. Payer ses factures, payer sa bouffe, se faire embaucher, avoir un emploi à la hauteur de ses compétences, avec le salaire qui suit, trouver un emploi pas précaire et j'en passe. Evidemment qu'on a envie de fuir.

    Moi je n'attends que ça, mais je ne veux pas partir dans l'inconnu, alors j'attends de saisir une opportunité... A priori c'est bien parti pour. L'autre question c'est "partir où?" le monde est tellement grand et c'est tellement dur de choisir.

    L'autre chance pour les jeunes à l'étranger c'est que leurs compétences et leur diplôme deviennent complètement valorisés par rapport à ce qu'il y a en France.
    La plupart du temps à l'étranger quand je parle de mon parcours, je me sens moins rabaissée, plus valorisée et plus écoutée qu'en France (où tout le monde s'en contrefiche si tu n'as pas fait une grande école méga connue).
     
  9. schtroulouloute

    schtroulouloute
    Expand Collapse
    Guest

    Pour moi, c'était le Sénégal.
    Après mon bac j'y ai rejoint mon père qui lui avait quitté la France par amour.
    J'y ai vécu trois ans, et je suis revenu début septembre, pour faire ma derniere année d'étude ici.
    Le stress en arrivant sur place, tout est nouveaux, on ne connais pas les us et coutumes...
    L'important c'est juste de rester ouvert. J'y ai découvert une nouvelle culture, nouvelle mentalité... Qui ma changé. Je ne me considère plus comme pleinement française, plutot comme un petit mélange de je ne sais quoi; J'ai comparé, en essayant de prendre ce qui me semble le mieux des deux cultures. Et je sais que cette expérience fut riche pour moi. Et je n'hésiterais pas à retenter l’expérience, voir même de m'expatrier définitivement ( au Sénégal ou ailleurs! )
    C'est un truc à faire, au moins une fois dans sa vie.
    Y'a juste des "trucs" qui viennent à nous manqué que l'on ne soupçonner même pas. Bien sur il y a la famille, les amis et au bout d'un certain temps certain plat/produit alimentaire qu'il est difficile de trouver dans le pays d'expatriation. Mais d'autre truc mon manqué, comme le fait de découvrir ma ville vêtu d'un drap blanc durant l'hiver !
    Mais honnetement, tout sa, sa vaut le coups. Vraiment aucun regret. Je considère désormais le Sénégal comme chez moi.
     
  10. Api

    Api
    Expand Collapse
    It's so fluffy I'm gonna die!!!

    Moi je repart en févirer :) Je suis partit en erasmus en Suède l'an dernier et je repart pour mon stage de fin d'étude de 6 mois. Et après ces 6 mois j'ai pour objectif de trouver un boulot en Suède. Je veux y rester pendant 3 ou 4 ans après on verra pourquoi pas les USA !
     
  11. Albany

    Albany
    Expand Collapse
    Mrs Gordon-Levitt

    J'ai déjà vécu aux Etats-Unis pendant plus d'un an et je travaille pour le moment pour une boîte américaine à distance en espérant bien dégoter un visa d'ici quelques mois.

    Ce n'est pas que je n'aime pas la France mais plutôt que j'aime trop l'étranger. J'aime découvrir de nouvelles cultures, de me sentir étrangères et d'expliquer ma culture aux autres, m'adapter, d'être dans un monde de découverte perpetuelle.

    Je ne rejette pas l'idée de revenir vivre en France là où est ma famille mais pour le moment, ce n'est pas mon objectif principal (m'enfin, je suis pas encore partie...)
     
  12. Annacat

    Annacat
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Comme la plus part des expats je suis d'accord, la France c'est la dernière de mes options si je dois partir des USA. Je me retrouve dans beaucoup de ces témoignages.

    Cela fais maintenant 2 ans et demi que je vis au USA, je suis à la fac et je compte bien trouver un emploi à la fin de mon stage, mais pour c'est sure que si cela n'arrive pas je vais tous tenté pour ne pas rentrer en France.
    La France au niveau salaire c'est pas attractif du tout et sans parlé de la vie quotidienne. Ici la vie est très stressante mais aussi plaisante. Alors que pour moi la France ça représente la vie monotone, les oportunité sont rare et spécialement dans la communication les emploies sont rares.

    http://bntheworld.blogspot.com/
     
    #12 Annacat, 14 décembre 2012
    Dernière édition: 14 décembre 2012
Chargement...