J?ai testé pour vous... la solitude au collège

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Alfredette, le 10 février 2012.

  1. Alfredette

    Alfredette
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac'

  2. Lizett'

    Lizett'
    Expand Collapse
    Mélange instable

    C'est là qu'on comprend que notre société est gravement, gravement malade.
     
  3. Lyncis

    Lyncis
    Expand Collapse
    Ecrivain en herbe

    Tiens, ça me rappelle des souvenirs... Je n'ai pas fréquenté de mini-bourgeois hautains mais je n'avais aucun ami dans mon collège public de montagne. A l'époque, être "sans-amis" était la pire honte, c'était même une insulte. Ah c'est sûr, on en apprend beaucoup sur la nature humaine pendant toute sa scolarisation...!

    Cet article me rappelle celui à propos du harcèlement à l'école, car les enfants et ados isolés sont souvent ceux aussi qui en sont victimes. Je ne comprends pas, d'ailleurs, que les profs/pions ne s'en aperçoivent pas, alors qu'ils voient un enfant tout seul dans son coin à chaque récré, à la cantine, en classe, etc. Ma conclusion, c'est qu'ils s'en foutent complètement. A croire que le milieu scolaire doit être un milieu dur et barbare, point barre.
     
  4. [alex]

    [alex]
    Expand Collapse
    Mélange instable

    J'ai toujours pensé que le collège représentait la pire période de la scolarité, mais là je suis vraiment choquée. Je suis même impressionnée que tu ais réussi à supporter ça pendant 4 ans. Tes parents étaient au courant ? Tu n'as jamais eu la possibilité de changer d'établissement ? Ou bien de passer dans une classe "classique" ? Tant mieux en tout cas si tu as pu retrouver une vie tout à fait normale aujourd'hui et que ça n'a pas eu de répercutions ...
     
  5. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Etrange, pour avoir côtoyé beaucoup d'élèves de CHAM d'une (grande) ville de l'Ouest, le public était plutôt fils/filles de profs/médecins/chercheurs, pas vraiment juges/PDG/magnats de la finance richissimes (même si ça reste quand même des CSP ++), avec plutôt une certaine conscience politique à gauche mais sans forcément de carré hermès :d

    Edit : et pas tellement de rêves de pouvoir et d'argent non plus. En fait ils me donnaient plutôt l'impression d'un milieu culturel plus élevé que la moyenne, dans le meilleur sens du terme. Aujourd'hui, ceux dont j'ai suivi le parcours font de bien belles choses.
     
  6. Bigle

    Bigle
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    Pareil... J'ai côtoyé pas mal d'anciens élèves de CHAM, et si c'étaient majoritairement des enfants de prof (donc certes pas n'importe quel milieu, mais je ne crois pas qu'on puisse dire que les profs soient des gros richards non plus) (et encore, pas tous, y'avait aussi bien des "défavorisés", comme on dit), c'étaient pas ceux qui sont décrits dans cet article. Chez moi les fils d'avocats/juges/PDG vont plutôt dans le privé.

    Sinon, bon, j'ai pas aimé le côté très caricatural de l'article (j'ai pas dit faux ou mensonger, hein). Ne pas avoir d'amis au collège, on est un certain nombre à l'avoir vécu, et dans des classes tout à fait ordinaires (voir les témoignages de l'article sur le harcèlement à l'école...). Je suis gênée par cet article. Sans doute par la rancune et la violence politique que l'on ressent, et le fait que l'auteur en fasse porter toute la responsabilité sur le caractère "CHAM" et "fils à papa" de la classe, alors qu'en fait, ce n'est pas le plus important à mon avis. J'ai l'impression qu'Alfredette n'a pas pris du tout de recul sur son expérience. Je sais que c'est très dur, je l'ai vécu aussi, mais c'est dommage.
     
  7. Greene

    Greene
    Expand Collapse

    C'est bel et bien possible, et ca arrive même plus qu'on peut le penser: un élève est mis à l'écart dans sa classe parce qu'il ne rentre pas dans la norme, le bouche à oreille fait son effet dans la cours ( "tu connais machin? il est dans ma classe, j'te jure il est trop bizarre!" ) et la c'est bon, tout le monde le connait comme le gars bizarre qu'il ne faut pas approcher.
    Le collège c'est vraiment la pire période de l'adolescence. Tout est dans le paraitre, pour entrer dans le moule et que tout se passe bien faut suivre le mouvement. En tout cas c'est comme ca que ca se passait dans mon collège (y'a 10 ans... OMG je suis vieille)
     
    Irene Adler et Crazy ont BigUpé.
  8. Lyncis

    Lyncis
    Expand Collapse
    Ecrivain en herbe

    Inutile de "sortir des normes" pour être rejetté par les autres élèves, il suffit d'être né ailleurs, d'être nouveau, ou même de n'avoir rien de particulier mais de simplement avoir eu la malchance d'être pris pour cible. Je sais que cette situation attise souvent la suspicion, comme si d'une certaine manière, les gens qui ne vivent pas ça se disaient qu'il devait avoir un truc qui clochait, comme si quelque part l'enfant persécuté était responsable de ce qui lui arrivait... Bref, on inverse les rôles, je trouve ça injuste.

    Et j'ajouterais que si cet article peut sembler caricatural, c'est que les gens ont souvent tendance à s'enfermer eux-mêmes dans des comportements caricaturals (ou "aux" ? sais plus ^^). Et évidemment que l'auteure leur en veut, elle ne va pas les apprécier après tout ce qu'elle a vu et vécu !

    Eh oui, il est possible d'être complètement isolé et c'est souvent les circonstances qui y conduisent (ex : rejet de la majorité + indifférence des autres + aucune affinité avec les personnes restantes).
     
  9. Yumiko-chan

    Yumiko-chan
    Expand Collapse
    Dyla Agag

    Les classes CHAM et les heures passées dans les toilettes....Je compatis, j'ai eu la même.
     
  10. Peaudouce

    Peaudouce
    Expand Collapse
    Peau d'ours.

    Pardon mais je ne suis pas du tout d'accord avec ça! J'ai été "pionne" (je préfère le terme d'assistante d'éducation, bien moins insultant), et je peux te dire que les gamins tous seuls à la récré, oui on les remarque. Et non, on ne s'en fout pas. Bien sûr qu'on a de la peine pour eux. Mais entre les permanences de cinquante élèves à gérer, le travail administratif à effectuer, et les profs à servir (puisque beaucoup d'entre eux nous prennent pour leurs larbins), il reste peu de temps pour s'en occuper.

    Et surtout, que sommes nous censés faire? Forcer les autres élèves à accepter ceux qu'ils rejettent? On a jamais forcé personne à devenir ami avec quelqu'un d'autre, et le faire, ce serait jeter le discrédit sur l'élève, puisqu'il serait d'emblée considéré comme "le chouchou", ce qui n'arrangerait rien.

    L'année dernière j'ai été en arrêt de travail une semaine, parce que j'étais en dépression, ne supportant pas la violence du job (pour lequel on ne reçoit pas une minute de formation, peut être serait-il bon de le rappeler). Aussi merci de ne pas faire de raccourcis rapides.
     
    MadCat1349 a BigUpé ce message
  11. babyfootgirl

    babyfootgirl
    Expand Collapse

    jusqu'au lycée pro où j'ai pu en avoir quelque unes heureusement !! et cela est possible si vous êtes hyper timide et que les autres restent en groupe et ne vienne jamais vous voir aussi ...j'en était malade rien qu'en faisant le trajet pour allez en cours et le pire c'était les récrés ..très mauvais souvenirs malheureusement .
     
  12. Afro.Lolita

    Afro.Lolita
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    C'est chaud d'être comme ça à cet âge. Je parie qu'une bonne partie des enfants que tu as décrit sont devenus certains mes chers camarades de fac à Assas.
     
Chargement...