J\'ai testé pour vous... le CAP esthétique

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 18 octobre 2012.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. GrandeMarine

    GrandeMarine
    Expand Collapse
    se roule dans un champs de coquelicots

    Merci beaucoup a la mad qui a réalisé cette article :) J'ai moi même passé après un bac général deux CAP et c'est vrai que ma famille ne l'a pas très bien pris, et puis surtout quand je le disais au gens que je croisais on me regardé en mode "mon dieu tu gâche t'a vis). Mais non tu apprend du concret, tu peux vraiment pratiqué, tu peux faire de vrai bon stage ou de l'alternance et ça les futurs employeurs apprécient!Et puis comme tu le dis on peut toujours continué moi j'ai fais un BTS aussi et je vais surement faire une mention complémentaire donc non ce n'est pas une voie de garage :)

    Bon pour revenir a l'esthétique j'aimerais bien savoir si dans les écoles vous recherchez des clientes pour épilé, ou maquillé, ou se faire faire des massages, ou manucure?? comme font les écoles de coiffure??
    Parce que si oui ça m'intéresse grandement ahah
     
  3. Eneilya

    Eneilya
    Expand Collapse
    Euphorique

    :pray:

    J'ai 21 ans et j'ai DECIDE par PASSION (oui oui oui), de faire un cap petite enfance. Ma famille me soutient totalement mais quand je vois l'opinion général des gens :erf:

    Pourtant toutes ces personnes sont bien contente de trouver des assistantes maternels/nourrices, Atsem, puéricultrice pour s'occuper de leurs enfants et pour les aider aussi.

    Et oui j’apprends des techniques de coutures, a faire des recettes, a nettoyer le sol, mais aussi comment fonctionne l’organisme, comment l'enfant se développe, comment lui garantir le meilleur en général.
     
  4. Elleden

    Elleden
    Expand Collapse
    Euphorique

    ma mère est esthéticienne (depuis 30 ans) donc c'est un milieu que je connais bien. Par contre, je dois avouer que cela ne m'a jamais donné envie de suivre la même voie.
    Je pense que le côté fille superficielle pas diplômée date d'il y a un petit bout de temps et est resté. Elle m'avait dit que lorsqu'elle était jeune, il n'y avait pas toutes les techniques d'aujourd'hui, tous ses produits, ses appareils... Les études pour ce milieu ont changé mais pas les clichés. Ma mère n'avait pas le bac, ses camarades non plus. Elles avaient pour la plupart choisi ça par défaut.

    Par contre, certes il y a des débouchés autre que bosser dans un institut et épiler 7/7 mais ce n'est pas aussi simple qu'on le croit. Je prends exemple de ma mère qui a mis 10 ans avant d'ouvrir son institut. De plus, elle voulait devenir maquilleuse pro à la base mais l'école était bien trop cher alors elle a abandonné. De nos jours, j'ai vraiment l'impression que c'est un milieu (parmi tant d'autres) qui galère. L'institut de ma mère (et plusieurs de ses amies) ne fonctionne plus comme avant : plus assez de cliente qui préfèrent faire tout elles-mêmes ou aller des grandes marques.
     
  5. Greene

    Greene
    Expand Collapse

    Moi aussi j'ai fait un CAP esthétique l'année dernière mais après 3 années de fac, pour la même raison que toi: je voulais apprendre quelque chose de concret, j'avais toujours été passionnée par les cosmétiques . Et j'allais aussi en cours avec plaisir (alors qu'à la fac j'allais à un cours sur 4). J'ai adoré en savoir plus sur la cosmétologie, la peau ect. Je voulais continuer sur un BTS en alternance pour cette rentrée, mais malheureusement c'est un milieu où la concurrence est rude, et la seule entreprise qui avait accepté de me prendre m'a planté à deux semaines de la rentrée. Du coup après une bonne déprime, je me suis remotivée pour réessayer l'année prochaine. Et là je cherche un job (et je repasse les matières manquantes pour finir ma licence).
    Par contre faut faire gaffe à ce qu'on peut te dire en école privée : on te vend du rêve, on te dit qu'on t'aidera à la recherche d'emploi, et finalement tu te retrouves seule, face à des entreprises que tu n’intéresses pas car tu n'as pas d’expérience. Et donc le cercle vicieux commence: comment avoir de l’expérience si on ne te laisse pas ta chance?!
    Les BP sont toujours prioritaires: plus d'expérience qu'un CAP pour le même salaire quasiment, et moins chère qu'une BTS pour les mêmes compétences.
     
  6. eclairauchocolat

    eclairauchocolat
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Ton témoignage est très intéressant et pour cause... après une licence d'anglais et un master en hôtellerie j'envisage de commencer un CAP esthétique mais à domicile histoire de garder mon job à coté.
    D'ailleurs, tu peux peut être m'aider, sais tu quelle école à domicile est la mieux? j'hésite entre karis, le cned et le centre européen de formation!
     
  7. Mad_Summers

    Mad_Summers
    Expand Collapse

    C'est vrai, j'ai des connaissances qui ont fait esthétique dans une école privée où le diplôme qu'ils délivraient été même pas reconnu par l'Etat, où tu payais une fortune, et au final tu trouvais du travail que si t'avais bien lécher le cul du directeur pendant ta formation...

    Enfin sinon, j'ai jamais eu d'a priori sur les filières pro, mon frère a fait un brevet et un bac pro et mon cousin aussi et ils s'en sortent pas trop mal (bon pas dans l'esthétique dans le paysagisme)
    C'est vrai que moi même je regrette de pas avoir une filière plus dans le social (alors que j'aurai pu!) maintenant que je me suis vraiment lancé là dedans et que ca me passionne. Mais bon, je me dis que c'est un mal pour un bien, si ca se trouve je me serai lassé plus vite si j'avais pas vu d'autres choses avant.
     
  8. Greene

    Greene
    Expand Collapse

    GrandeMarine:
    Oui généralement les écoles cherchent des modèles pour mettre les filles dans des vraies conditions. Par exemple je crois que dans mon école l’épilation des jambes complètes c'était 8 euros. Faut contacter les écoles directement.
     
  9. Tatsue

    Tatsue
    Expand Collapse

    Moui je suis qu'à moitié d'accord avec cet article. J'ai pas fait esthétique mais coiffure et c'est à peut près le même système. J'ai un parcours abracadabrantesque avant et après parce que j'ai passé mon bac, fait de la fac, ai étudié à l'étranger, fait mon CAP coiffure et maintenant je bosse dans la restauration... oui WTF XD

    Et j'ai pas mal aimé la coiffure d'ailleurs, et pourtant je dirais pas non plus que c'est forcément les métiers du rêve pour autant. Métier de cruches superficielles ? Oui et non. Comme j'avais mon bac j'ai eu droit à une formation intensive en un an, concentrée sur la pratique vu que j'avais déjà donné en math et autre sport. Dans ma classe on était à peut près toutes dans la même situation et du coup le courant est passé direct. Pourtant suffisait de travailler 1h les classes de CAP classiques pour se choper une migraine de fous, des fifilles de 16 ans qui criaient tout le temps avec un chewing gum dans la bouche, incapable de comprendre des mots de plus de 5 lettres et la moitié est tombée enceinte dans l'année. Pfiou, extrêmement cliché si !
    Donc dans ma classe c'était pépère, j'étais bonne élève et j'ai pas eu trop de mal avec mes stages. Mais quand même le côté superficiel m'a vite rattrapé, si je voulais faire de la coiffure c'est justement parce que je ne suis pas superficielle, je ne me maquille pas, je ne porte pas de talon, j'ai une horreur très prononcée pour les ongles (je déconne pas, c'est nul mais c'est vrai XD) et pourtant il ne m'a jamais semblé être moins jolie et légitimement femme que les autres. J'ai mis du temps à prendre confiance en moi et c'est justement en remarquant à quel point la coiffure faisait à peu près toute la beauté d'un visage sans y passer 3h par jour que je me suis dit que je voulais aider les femmes à trouver cet équilibre, se trouver belles en étant le plus naturelles possible.

    Mais j'ai vite déchanté, on m'a emmerdé pendant toute cette année là sur un point : je ne me maquille pas. Bah nan, j'ai pas envie de mettre un fond de teint orange parce que oui je suis pâle, mais j'en suis fière et je l'entretiens, j'ai pas envie de me blusher, de mettre des trucs sur mes yeux alors qu'ils sont sensibles et que je me les frotte tout le temps, puis merde, je suis pas maquilleuse, je suis coiffeuse, j'ai l'impression d'être déguisée quand je suis maquillée alors faites le si vous voulez mais fichez moi la paix ! Leur argument c'est que sinon j'ai l'air négligée, pi on dirait que je suis malade (c'est bizarre en asie on se pâme devant ma pâleur), puis tu sais les gens ils te regardent ils veulent pas voir une souillon. Argument superbe vu que j'ai eu pas mal de compliment sur mon naturel justement, venant des clients hein.

    Alors même si (surtout un an après) les gens hallucinent sur ma parfaite chevelure, tant que je maquille pas et que j'utilise des mots trop compliqué, bah je m'intègre pas des masses. Le salon dans lequel j'ai fait la plupart de mes stages était même super soft, ils m'en ont pas trop parlé et étaient très contents de mon travail, mais j'ai fuit le milieu parce qu'ils arrivaient à me refiler des complexes dont je m'étais débarrassée. Donc si quand même, milieu de nana casse pied je te l'assure !

    Et méfiance : si il est assez facile de trouver du taff après un BP, après un CAP sérieusement c'est quasi impossible, le BP permettant d'allier études à travail tu as de l'expérience au bout. Et c'est pas évident de trouver un BP quand tu as plus de 20 ans (donc quand tu as eu ton bac avant) parce que le salaire augmente avec ton age, au bout d'un certain age te payer 70% du smic ça les intéresse plus trop financièrement. C'est là qu'il faut que tu fasse jouer la carte de la maturité et que tu leur montre un dossier tout propre de mauvaise note (quand tu as eu ton bac avant c'est pas bien compliqué) parce que d'autres en ont marre des stagiaires et apprentis empotées.

    Donc au début c'est plutôt fun mais méfiance. Et ça m'étonne du coup, tes cours se font entre vous mais pas sur des clients ? Parce que le contact client est important à prendre, quand tu dois te retrouver à bosser 1h sur une peau de vache, les larmes sont pas rares !

    En fait je trouve ça dommage, outre le milieu de "connasses" j'aimais bien la coiffure et l'échange avec les clients, et encore en école ils nous laissent le temps pour travailler mais en salon c'est 20min par client montre en main alors pas trop le temps de se soucier du client, de prendre en note ses goûts et sa physionomie... Je sais pas si le problème est le même en esthétique (vu que du coup j'ai jamais mis un pied dans un salon XD) mais le côté industriel calme plus d'un esprit artistique ici....
     
  10. Rocky ducky

    Rocky ducky
    Expand Collapse
    Fucking sucked by life right now :/

    "vous connaissez beaucoup de cours, vous, où quand on arrive en classe il faut s’allonger, se couvrir avec un plaid pour avoir bien chaud et faire une sieste pendant qu’on se fait masser ?" ---> OUI, le mien : kiné!! :d

    J'aimerai juste préciser qu'il y a aussi des filières de fac où on fait de la pratique, on alterne stages et cours et que les employeurs apprécient beaucoup. Ce n'est pas qu'une usine où on reste assis à apprendre des choses inutiles! (oui j'aime la fac :cretin:)
     
  11. emy-la

    emy-la
    Expand Collapse

    Bonjour tt le monde! je voudrais faire un bac pro esthétique cosmétique, que me conseillez vous?
    on m'a parlé de Juventhera vous en pensez quoi? quelqu'un a déjà fait une formation là bas?
    Si vous connaissez pas voici le lien:
    Institut supérieur d'esthétique Juventhera » Juventhera
    Dites moi ce que vous en pensez, et s'il y en a d'autres bien svp car là je suis un peu pommée avec tt ce qui y'a :confused: ...pour info je suis d'Angoulême mais ca ne me dérange pas de partir sur Paris ou ailleurs.
    Merci! :happy:
     
  12. Zumba38

    Zumba38
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Plusieurs copines ont passé le CAP Esthétique et si elles étaient contentes de leur formation, des relations profs-élèves et du caractère concret de leurs études, elles galèrent à trouver du boulot. Aujourd'hui, il y a trop d'esthéticiennes sur le marché. La concurrence est vraiment rude.

    J'ai une copine qui recherche du boulot depuis sept mois et une autre qui enchaîne les petits CDD dans les grandes chaînes. Enfin, la dernière a fini par décrocher un CDI chez Yves Rocher, un an et demi après avoir obtenu son diplôme.
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
Chargement...