J'ai été victime de harcèlement moral au travail

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 17 juin 2014.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. littlerudy

    littlerudy
    Expand Collapse
    En (re)construction !

    C'est dingue comme les gens peuvent être lâches.. aucune solidarité c'est effrayant ...  :sad:

    Je te souhaite plein de courage en tout cas dans ta reconstruction et t'envoies plein de poutous :fleur:
     
  3. Romilly

    Romilly
    Expand Collapse
    Süße Sopran

    J'ai été harcelée moralement au lycée exactement de la même manière que ton collègue le faisait, au point que je n'allais plus en cours ; puis plus tard pendant des mois par ma chef qui me menaçait de me virer tous les jours... (elle a fini par le faire un an plus tard, et ça m'a... soulagée)... Donc je comprends bien ta situation et tes sentiments. Continues à voir ce psy, à en parler avec ton chéri et tes amis, à te débarrasser de la pression, et peut-être regarde d'autres opportunités professionnelles pour ne pas te mettre la pression de retourner "là bas". Grosses bises et bon courage !!!
     
  4. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    franchement, il y a des gens... Ce qui me sidère le plus, c'est l'attitude de cet homme. Il n'a vraiment rien d'autre à faire ? Comment peut-on avoir un tel comportement envers quelqu'un sans aucune raison ? Ça me dépasse complètement. Et puis comment peut-on laisser quelqu'un être ainsi sans réagir ? Surtout si le-a harcelée vous en parle... enfin, je sais pas moi, ça me dépasse...

    Bon courage à toi en tout cas, tout plein de câlins et j'espère que ça ira mieux un jour et que tu pourras à nouveau retravailler et t'épanouir ailleurs :hugs:
     
  5. Cottonmouth

    Cottonmouth
    Expand Collapse
    I WAS NOT EXPECTING THIS! -The doctor

    C'est sidérant de voir que ce genre de situations soient si courantes mais encore si mal gérées...Ma cousine a subi du harcèlement pendant 1 an à son boulot. Ca été très dur pour elle, ça l'a vraiment brisée profondément. Elle a dû arrêter d'y aller du jour au lendemain, elle ne pouvait physiquement plus y aller. Aujourd'hui, elle se reconstruit peu à peu, elle cherche à se réorienter et fait de nouveau des projets d'avenir. Mais le chemin est long. Je trouve aussi que c'est super dur en tant que personne extérieure de ne rien pouvoir faire à part écouter et soutenir. On se sent vraiment impuissant..

    En tout cas je te souhaite beaucoup de courage (même si t'en manque pas pour avoir tenue le coup jusqu'ici) et bonne chance pour la suite :fleur::jv:<3
     
  6. ChessyChaf

    ChessyChaf
    Expand Collapse
    it's just a jump to the left

    Outch le choc... ça m'est arrivé aussi, même si c'était une façon différente. De mon côté je l'ai subi (harcèlement moral mais aussi sexuel...) pendant deux mois, c'était au cours d'un job d'été. Ce qui m'a sauvé je pense c'est que je savais que ça allait finir au bout de deux mois. Peut-être qu'un jour je témoignerai, mais quand il m'arrive d'en parler j'ai les larmes qui montent aux yeux donc je préfère me taire... Pour le moment en tout cas.

    Tout ça pour dire que je te souhaite du courage, je te comprend et te soutiens à fond ! Tu vas t'en sortir :fleur:
     
  7. Peaudouce

    Peaudouce
    Expand Collapse
    Peau d'ours.

    Sans avoir moi-même réellement vécu de harcèlement moral au travail, j'ai connu très récemment une situation qui s'en rapprochait.

    J'étais en stage dans un centre d'art contemporain  dans le Nord (c'est volontairement que j'en dis beaucoup, je veux que ça se sache). Je travaillais sous l'autorité du directeur, de la directrice artistique (qui étaient en couple mais travaillaient de chez eux, et avec qui nous communiquions par téléphone et mail), de ma tutrice, qui est médiatrice. Il y avait avec moi une autre stagiaire.

    La directrice artistique était FOLLE. Elle se permettait de traiter ses subalternes "d'abrutis" et de "sac à merde" devant les artistes exposés. Tout ce que nous (l'autre stagiaire et moi) faisions était systématiquement dénigré (alors que nous sommes toutes deux des étudiantes reconnues comme intelligentes et que nous avons toujours eu de très bons retours de la part de nos tuteurs de stage respectifs) Elle a directement remis en cause notre intelligence dans des mails qu'elle nous a adressé.

    Ma tutrice nous a raconté des horreurs à son sujet, nous expliquant qu'elle et ses anciennes collègues avaient failli lui faire un procès pour harcèlement moral. Et nous avons fini par apprendre qu'il y a trois ans elle (la directrice artistique) avait été renvoyée et envoyée en HP parce qu'elle avait menacer de "débarquer avec un fusil et de faire le ménage" par mail (mail qu'elle avait envoyé en copie aux élus et à la Direction régionale des affaires culturelles - est-ce qu'on peut être plus bête??). Mais suite à son séjour en hôpital psychiatrique, elle a été réintégrée à la structure ni vu ni connu par son compagnon -le directeur, donc.

    Parallèlement à ça je pensais que ma tutrice était plutôt satisfaite de mon travail (vu qu'elle me l'avait dit clairement et qu'elle ne cessait de répéter que "nous formions une bonne équipe").

    Et puis un jour, le médiateur vacataire nous a dit à stagiaire et moi que ma tutrice lui avait demandé d'effacer un mail nous concernant de peur que nous tombions dessus. Choqué, il a décidé de nous le lire. Dans ce mail, la directrice nous traitais de "pouffiasses, connasses, pétasses, groniasses" (je laisse volontairement l'orthographe foireuse). Et surtout, MA TUTRICE RENCHERISSAIT, se plaignant que c'était vraiment dur de travailler avec nous mais "qu'elle tenait bon". Ma collègue stagiaire et moi avons été complètement sidérées évidemment. Nous nous attendions à ce que la directrice parlent de nous de cette façon, mais nous ne nous attendions pas à ce que ma tutrice nous trahisse de cette façon. Quelle lâcheté! Quelle opportunisme! Bien sûr je sais que d'une certaine façon elle est terrifiée par la directrice (régulièrement elle disait qu'elle allait l'envoyer bouler pour changer d'avis 5 minutes plus tard, parce qu'elle avait peur), et que ça peut expliquer son comportement, mais en aucun cas ça ne l'excuse.

    L'autre stagiaire et moi sommes parties deux jours plus tard en emportant toutes nos affaires. Nous avons été mises en arrêt maladie et avons entrepris les démarches pour rompre nos conventions de stage. Je n'aurais pas pu y retourner, pas après avoir été trahie de cette façon, et je n'aurais plus pu travailler avec ma tutrice, pour qui je n'ai plus que du mépris désormais.
     
    Somebody else a BigUpé ce message
  8. machounnette

    machounnette
    Expand Collapse

    C'est vraiment hallucinant que personne n'ait réagit.
    j'espère que l'auteure de l'article va s'en remettre vite.
     
  9. li-loo

    li-loo
    Expand Collapse
    Bouyaaaa! Guest

    Je rejoins le club des harcelées. Pour ma part, dans une administration Française, depuis 8 mois.
    J'ai cru que ça ne venait que d'une collègue (partie depuis et condamnée pour d'autres agissements) puis ensuite ça a été ma chef de service (qui s'est vite calmée, heureusement) et là ce sont les autres collègues. D'abord des petites remarques, puis des truc de gosse (coups de pieds sous le bureau, vol de fournitures, non transmission des commissions ou au dernier moment en urgence...)

    Comme vous, mon corps a d'abord réagi (insomnies, troubles alimentaires, eczéma...).
    J'avais des crises d'angoisse le dimanche à l'idée de retourner bosser.
    J'ai commencé par plusieurs petits arrêts maladie. Puis des anxiolytiques.
    Puis un nouvel arrêt maladie, de 2 semaines. Personne ne m'a posé de question, personne ne m'a demandé comment j'allais à mon retour.
    Après 4 mois d'anxiolytiques et d'arrêts maladie ponctuels, je suis passée aux antidépresseurs.

    Maintenant, les antidépresseurs m'aident à gérer le stress et les angoisses. J'ai toujours des troubles alimentaires et du sommeil, mais ça va globalement mieux. J'apprends à prendre de la distance, j'essaie d'en rire.

    J'ai demandé au DRH si je pouvais changer de service. Négatif. Je n'ai pas parlé de harcèlement au DRH. Par contre, il a raconté mon entretien à ma chef, qui m'a poussée à bout, jusqu'à pleurer devant elle, de rage. J'ai réussi à rester bien droite devant elle, sans rien dire, pas un sanglot, mais les larmes ont coulé quand même.

    Depuis, je ne dis plus rien, je reste dans mon coin, je fais mon boulot, je n'ai rien à me reprocher. Si les collègues ont besoin d'aide, je n'interviens pas forcément, par rébellion. Je les aide parfois, pour maintenir un semblant d'équipe.

    Le pire, c'est qu'une ancienne collègue nous a rejoint. A la base on s'entendait bien, mais aujourd'hui, elle ne me parle quasiment plus à cause de toute cette ambiance de merde.

    Le harcèlement professionnel, c'est un poison.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    a vous toutes, à nous toutes, du courage et de l'espoir :hugs:
     
  10. lepimentrouge

    lepimentrouge
    Expand Collapse
    Guest

    Bonjour,

    j'ai moi aussi été victime de harcèlement chez un notaire pendant un an.

    Au lieu de décrire ce que je vivais, je voulais juste dire que c'est possible de s'en remettre, de retrouver une certaine confiance en soi (voir un psy est une très bonne idée, j'ai vu une psy "comportementale" et ça m'a beaucoup aidée). Je dirais qu'il m'a fallu un peu moins d'un an pour m'en remettre, j'avais quitté mon boulot chez  ce notaire, je recherchais autre chose mais dès que j'avais un entretien je me flinguais moi=même : je transpirais le manque de confiance.

    Puis un beau jour, peu après avoir terminé ma thérapie avec ce psy, j'ai passé un entretien, j'avais confiance en moi, j'ai été retenue. Maintenant ça fait deux ans que je travaille ailleurs, au début je n'en revenais pas de ne pas me faire harceler, d'être avec des gens normaux, ça me motive à bien travailler. Mon travail actuel me plaît et j'ai découvert avec lui que ça pouvait même être épanouissant. Le harcèlement que j'ai vécu m'a aussi rendue très tolérante vis=à=vis de mes conditions de travail, je suis toujours positive parce que je compare toujours la situation à celle que je vivais chez le notaire:) (à l'époque où je travaillais là, j'aurais préféré passer 12 h à casser des cailloux plutôt que de passer 8 h sur ma chaise de bureau).

    Je n'oublierais jamais ce qu'il s'est passé, je suis toujours blessée, je sais que ma confiance en moi "professionnelle" est fragile et je me bats un peu chaque jour pour la garder. Heureusement, plus le temps passe plus la blessure cicatrise.

    J'ai aussi pu prendre du recul et comprendre pourquoi ça m'était arrivé, je sais au fond de moi que je ne laisserai plus jamais une situation se dégrader à ce point, j'étais aussi jeune et innocente, la proie idéale pour un harceleur.


    Je souhaite beaucoup de courage à l'auteure de cet article (contrairement à toi j'ai quitté le privé pour une administration wallonne).
     
    LilMissSunshine974 a BigUpé ce message
  11. Nihil

    Nihil
    Expand Collapse
    in Cypress Grove.

    Merci pour cet article et je souhaite un bon rétablissement à l'auteure !

    Pour ma part, je ne sais pas si ce que j'ai vécu était du harcèlement. J'ai travaillé pendant 10 mois dans une administration publique française (décidément...). Je les connaissais, j'y avais déjà travaillé 1 an auparavant et c'est pour ça qu'ils m'ont recontacté pour un remplacement. Je savais que ma chef était spéciale, voire clairement déséquilibrée mais c'était une bonne opportunité donc j'y suis allée...

    Je ne m'attendais pas à remplacer 2 personnes à plein temps, un de mes collègues ayant démissionné ce qui laissait un poste ouvert. Je me suis donc donnée à fond pour pouvoir conserver ce poste que j'occupais. Je travaillais beaucoup, j'étais volontaire. Ma chef, elle, me forçait à mal travailler : elle ne respectait pas les règles inhérentes à l'administration publique ou même les savoirs-être et savoirs-faire de base liés à mon domaine. Elle contrôlait les petits détails et ne me répondait jamais quand je demandais des conseils sur des problèmes plus importants. Elle passait des compliments aux critiques acerbes, me comparait à sa fille de 20 ans alors que j'en ai 10 de plus, critiquait mes collègues devant moi et me faisait des remarques injustifiées sur mon travail devant d'autres supérieurs. J'étais tiraillée entre l'envie de m'affirmer, de faire mon travail au mieux et celle de ne pas aller au conflit, garder un semblant de bonne entente pour garder mon job.
    Elle savait mon envie de conserver mon poste mais au début m'en a proposé un hiérarchiquement plus bas, car mon diplôme n'était pas assez élevé même si mon travail était satisfaisant. Elle m'a fait 5 propositions de travail différentes au total ("C'est sur et certain, je vous garde !").
    J'ai alerté sa hiérarchie, bien au courant du problème, qui a juste poussé pour que je passe l'entretien à la fin de mon contrat (à ce moment là 3 de mes collègues était partis du service). Je ne reviendrais plus sur l'entretien ou j'ai été clairement désavantagée et qui montrait sa méconnaissance du poste mais je n'ai pas été prise... à aucun poste.
    Ça fait 6 mois et j'ai encore du mal à en parler. Pendant ce contrat, j'ai pleuré plusieurs fois de rage, j'étais épuisée. Mes collègues ont toujours été présents parce qu'ils la connaissaient bien et eux aussi supportaient ce climat horrible. Ce n'était pas fixé sur moi mais sur tous ses subalternes.
    Encore aujourd'hui, ça m'énerve de penser que cette femme est en poste, qu'elle continue à mal travailler sous les yeux de tous  Je ne sais pas trop comment qualifier ce que j'ai vécu mais ça me marque encore et je manque de confiance dans mes entretiens.
    J'ai pourtant travaillé dans les centres d'appels pendant 5 ans, je connais le stress.

    Bref, et pour arrêter le pavé, quand je vois comment cette expérience m'a marqué, je ne peux que souligner le courage de l'auteure face à tant de violence, d'indifférence et de mauvaise foi.
     
    #11 Nihil, 17 juin 2014
    Dernière édition: 17 juin 2014
  12. Effets-mer

    Effets-mer
    Expand Collapse

    Je suis étudiante en GRH et j'ai donc eu des cours pour gérer les cas de harcèlement, que faire quand un travailleur vient nous voir pour nous parler d'un problème qu'il ne qualifiera certainement pas tout de suite d'harcèlement mais qui en est un en réalité. Il y a somme toute un gros problèmes de la part de ta chef à ce niveau-là et je pense que si tu en as le courage, quand tu auras appris à reprendre confiance en toi, tu devrais t'essayer à de nouveaux horizons professionnels car une équipe aussi lâche avec une supérieure hiérarchique aussi peu réactive, ça va peut-être te faire replonger dans la peur.

    C'est sidérant de lire un témoignage comme celui-ci et la comparaison avec l'enfance est bien choisie, c'est vrai qu'au fond certaines personnes ne font que se comporter comme des enfants même à l'âge adulte!

    Beaucoup de courage à toi!
     
Chargement...