J'ai été victime de maltraitrance... perpétrée par mon frère

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 17 avril 2016.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Chapeaudepaille

    Chapeaudepaille
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Je suis totalement choquée par ce témoignage, et pas la réaction des professionnels auxquels tu as parlé, surtout s'ils savent que ça t'a régulièrement conduit à l'hôpital. Et le fait que tu ne puisses potentiellement pas avoir d'enfants à cause de ça me donne envie de vomir... Nier cette violence, je trouve ça aussi violent que de dire à une victime de viole qu'elle l'a bien cherché. Bon sang. Courage à toi, les écoute pas, je t'envoie des milliers d'ondes positives. :fleur:
     
    Pau La, Biousse, Tétuan et 50 autres ont BigUpé ce message.
  3. MelPop21

    MelPop21
    Expand Collapse
    Un poussin égal deux.

    On banalise les rapports fraternels quand ils ne vont pas au-delà des limites. Des fractures, des coups répétés, des insultes.. Ca n'a rien de normal. Je ne comprends pas l'absence de réaction de tes parents, comment on peut gober un nombre incessants d'allers-et-retours à l'hôpital par une excuse vieille comme le monde "tombée dans la baignoire" ??!
    Ton frère doit avoir un sacré problème de confiance en lui pour en venir à taper ses soeurs...
    En tout cas, je te le confirme, rien de tout ce que tu as vécu n'est normal. Je trouve que tu fais preuve d'un grand courage pour oser voir la vérité en face et venir te confier. Courage!
     
    Pau La, Mistropiou, Biousse et 33 autres ont BigUpé ce message.
  4. Yunil

    Yunil
    Expand Collapse

    Je me sens beaucoup touchée par ce témoignage malgré le fait que je n'ai pas été maltraité physiquement.
    Je t'apporte mon soutient madmoizelle et j'espère que tu fais ce qu'il te plaît.
    Je voulais juste dire que le fait que ta sœur reste éloignée de tes parents est peut-être aussi un moyen de se défendre (contre le fait que ta mère ne reconnaisse pas ce qu'il lui est arrivée ou qu'elle le minimise et, contre ton frère). Après ce n'est que mon avis et c'était juste pour te dire que tu es forte également, tu conserves ta volonté de vivre à ce que j'ai lu.
    Plein de cœurs sur toi
     
    Ally-wonderland, ben quoi ?, Ccile13 et 13 autres ont BigUpé ce message.
  5. Rovarandom

    Rovarandom
    Expand Collapse
    Par le pouvoir de la vérité, j'ai, de mon vivant, conquis l'univers.

    J'ai envie de dire que ce sujet tombe à pic. Je ne crois pas que mon frère m'ait déjà frappée, ou alors c'était quand on était bien plus petits quand on s'amusait à jouer aux chevaliers Jedi avec des bâtons.
    En revanche, psychologiquement, c'est pas exactement la même.
    Mon frère m'a fait porter beaucoup trop de choses déjà jeune, avant même que je sois vraiment ado, des choses que jamais je n'aurais dû porter.
    Lui et moi on a toujours été le jour et la nuit. Moi l'élève sage et relativement sérieuse, la fille calme qui ne fait pas d'histoires, et lui le garçon qui faisait des bêtises à l'école et a vite arrêté ses études. Je ne dis pas que c'est mal d'arrêter ses études, hein, mais vous vous doutez bien de l'attitude que ça peut engendrer. En l'occurrence, mon frère m'a toujours dénigrée, voire méprisée. Mes études, le fait que je sois plus jeune, que je n'ai jamais travaillé, que je ne comprenne rien à la vie...
    Quand j'étais petite il se moquait sans cesse de mon poids et maintenant que je suis en surpoids j'ai d'énormes complexes qui me pourrissent la vie.
    Je ne lui fait jamais confiance parce qu'il passe sa vie à mentir et à faire n'importe quoi. J'en suis parfois venue à le détester et je ne souhaite qu'une chose : qu'il parte enfin de la maison familiale.
    Je ne peux pas vraiment décrire toutes les pressions qu'il m'a fait subir pour des raisons et d'autres, mais le fait est que je le tiens pour responsable de ma dépression (dont j'ai réussi à sortir, je tiens à le préciser), de pas mal de mes complexes et insécurité, et de pas mal de choses.
    J'ai une bonne vie, je suis pas malheureuse, je suis bien entourée, mais il a un peu brisé mon adolescence tout de même. Je ne lui pardonnerai jamais de m'avoir fait souffrir même si ça n'a jamais été une souffrance physique. On minimise aussi les souffrances psychologiques je trouve, toutes les horreurs qu'on peut nous balancer, les insultes, les mensonges, les chantages, l'implication dans les conneries quelle quelles soient...

    Du coup je t'encourage à fond... Nos expériences sont complètement différentes, mais je peux affirmer tout de même que je te comprends. Vis à fond, sois heureuse, c'est la meilleure revanche sur lui que tu peux avoir !
     
    Biousse, Tétuan, Matariki et 29 autres ont BigUpé ce message.
  6. Ilùvatar

    Ilùvatar
    Expand Collapse
    If you want to know what a man's like, take a good look at how he treats his inferiors, not his equals.

    C'est à dire que dans la tête des gens, quand on dit que les rapports fraternels sont conflictuels, on s'imagine que les deux enfants se battent..pas ce genre de scène là. J'ai dû frappé mon frère autant de fois que lui m'a frappé et on était sur un pieds d'égalité.Bon en grandissant ça a évolué mais on se battait moins du coup et surtout on n'avait que 2 ans d'écart. Toi tu te faisait casser la gueule par quelqu'un de beaucoup plus âgé!! :bomb::crying:
    J'ai du mal à concevoir comment tes parents n'ont jamais captés que il se passait quelque chose malgré les aller-retour à l'hôpital, et j'ai du mal à comprendre comment ta mère peut minimiser à ce point là le danger ( car au final c'est ce qu'il est - peut-être sympas à côté mais ça reste un danger ) que pose ton frère.:annoyed:
    J'aurais aimé savoir si tes parents sont au courant pour le fait qu'avoir de enfants sera coton et comment ils ont réagis..ainsi que ton frère.
    En tout cas, coeurs sur toi tout plein!! :calin:<3
     
    mielou35, Matariki, Aibileen et 26 autres ont BigUpé ce message.
  7. crystalsh

    crystalsh
    Expand Collapse
    Pwet

    ....

    Juste : :hugs:

    Je suis totalement choquée de la reaction des adultes
     
    Pau La, ben quoi ?, Valhou et 16 autres ont BigUpé ce message.
  8. Siriusly Shark

    Siriusly Shark
    Expand Collapse
    Dans la nuit noire et obscure, obscure et sombre, Isabelle s'est cognée contre les murs

    @Rovarandom je plussoie tellement ce que tu dis ! Les violences psychologiques sont minimisées également. Ce ne sont pas toujours des "chamailleries de gosses", parfois c'est plus. J'ai eu exactement la même chose avec mon grand frère, ma mère commence tout juste à comprendre que des fois il a dépassé les bornes .... mais c'est difficile de remettre en cause le comportement de son fils et quelque part son propre comportement, se poser des questions sur l'éducation donnée.
    Insultes, dénigrement des passions, des études, de tes goûts musicaux, tes goûts tout court en fait .... voire même de toi en tant que personne, insultes sur le physique, sur tes ami(e)s ....
    ça laisse des traces !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Tout ça pour dire qu'il faut arrêter de minimiser les violences entre enfants, peu importe qu'ils soient frères et soeurs, soeurs et soeurs, demis, cousins, cousines ou juste camarades de classe ! Et que la violence soit psychologique ou physique, ce n'est JAMAIS anodin.

    Cet article m'a bouleversée et à l'auteur de l'article, j'adresse toutes les ondes les plus positives au monde !
     
    mielou35, Coco.lalie, Aibileen et 24 autres ont BigUpé ce message.
  9. Lilliy

    Lilliy
    Expand Collapse
    Je s'appelle Doudou Geant

    Ce temoignage m'a beaucoup touché.
    Je ne comprends pas que l'on ne puisse pas envisager que des freres et soeurs puissent etre violents entre eux. pour moi, il n'y a pas de "rivalité saine". Une fratrie si elle n'est pas composée d'individus compatibles pour vivre ensembles peut etre une veritable tanasse. Si ces differences et des discordences sont accentuées par l'attitude des parents, comme ici, c'est l'horreur assurée.
    Il n'y a d'ailleurs pas que la violence physique entre frere et soeur, la violence psychologique peut faire des ravages aussi.

    Je me rends compte aujourd'hui (j'ai 33 ans il serait temps) que j'ai eu une relation extremement malsaine avec ma soeur. Je l'aimais à en crever, et ça n'etait pas reciproque. Nous avons été tres violentes l'une envers l'autre. Certains diront que c'est du donnant donnant donc qu'il n'y a pas de violence. Moi je dis que si. Car chacune en garde des sequelles.
    Inconsciemment je lui reprochais de ne pas m'aimer autant que je l'aurais voulu donc je lui faisais payer. Et ma soeur, en personnage extrement narcissique qu'elle est/etait s'abreuvait de cet amour et me rabaissait plus bas que terre. Le pire je crois à commencé à l'adolescence et se sont poursuivies quand nous etions etudiantes. J'ai pardonné longtemps. Les insultes "tu ne seras jamais qu'une assistée" (si tu te reconnais coucou! j'en ai gros! bisous!) et les allusions sur mon physique moins gracieux que le sien. Quand nous etions petites, ma soeur avait moins besoin d'etre plus belle que moi, ça se ressentait moins, elle faisait le zouave pour attirer l'attention et se debrouiller pour me gacher les rares moments où j'etais sencée etre au centre, mais j'arrivais à gerer je pense. Et j'arrivais mieux à me venger surtout. Mais à l'adolescence son besoin que je sois tout à elle sans rendre la pareil est devenu encore plus fort et nous sommes devenues extremement jalouses. Moi de ses petits copains et elle de mes amis qui m'eloignaient d'elle. J'en ai pris mon parti, j'ai accepté ses petits amis, elle non, mais du moment que je plaisais moins elle laissait couler. Nous avons été extremement violentes verbalement, nous nous sommes pourrie la vie. Mais nous laissions passer et tout continuait avec des hauts et des bas.
    Et un jour, j'ai rencontré mr Lilliy, et ça a été le drame. Je n'avais plus besoin de son amour. Elle me l'a beaucoup reproché. Le denigrant sans cesse, lui reprochant de me traiter de la meme façon qu'elle l'avait fait pendant des années, le traitant d'egoiste (oui c'est pas faux, mais ahah quand meme). Un jour pour une raison completement autre, j'ai craqué, je lui ai tout remis dans la tronche. Son egoisme, son narcissisme, tout ce qu'elle m'avait fait subir. Elle ne me l'a pas pardonné. Tant pis. Moi je me reconstruis et je pense qu'elle aussi ça lui a fait du bien, car à priori elle aurait enfin rencontré un mec bien.
    Pourtant, mes parents ont toujours essayé d'etre parfaitement equitables. Mais les rivalités et les affinités, ça ne se commande pas.

    Bref tout ce pavé pour dire que les relations freres et soeurs peuvent etre extremement destructrices et avoir des concequences tres importantes sur le developpement de soi.

    Et je plussoie *1000 @Not so Muggle la violence entre enfants n'est pas anodine! Elle intervient au moment où on se construit. (j'ai aussi été victime de harcelement scolaire... tout pour plaire la fille). Et se remettre de ça pour grandir est extremement compliqué. Les enfants peuvent etre extremement cruels, et tout ça n'a rien de mignon et de naif, arretons de rever et de mettre nos enfants sur un piédestal.

    J'espere vraiment que la Madz du temoignage va mieux et que si elle veut des enfants elle reussira à en avoir (c'est la premiere chose à la quelle j'ai pensé quand il a été question de coups de pied dans le bas ventre). Et que donc toute sa vie ne sera pas entachée par ce qu'elle a vecu. :hugs:
     
    Mistropiou, Biousse, Ally-wonderland et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. Penny Winkeul

    Penny Winkeul
    Expand Collapse
    Je joue en solo.

    "24 ans, plus très fraîche"? Dans ce cas, je suis une vieillarde sénile pour avoir dépassé les trente ans :rire: Remarque, mon avatar est une vieille :)

    Tu dis que ta soeur a coupé les ponts parce qu'elle est plus forte. Je ne suis pas d'accord avec ce jugement, parce que cela sous-entend que toi, tu es faible. Elle n'est pas plus forte, elle s'est construite différemment de toi. Chacun a sa façon de réagir aux violences, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'une manière est plus forte qu'une autre.

    Ce n'est pas vrai non plus que personne ne considère les violences frère-soeur comme graves: simplement tu n'as rencontré personne de compétent ni d'impliqué pour te sauver de là, hormis ta soeur qui a joué le rôle de bouclier. Ta mère, quant à elle, montre qu'elle n'éprouve aucun intérêt sincère ni réel pour toi et que ton frère a le droit de bousiller ton utérus en toute tranquillité et impunité.

    Je ne sais pas non plus si tous les psys décrivent cela comme "une rivalité saine". Je sais que certains minimisent la violence quand ils y sont confrontés, mais de là à littéralement théoriser sur la normalité de la maltraitance? Toute une profession? Je suis dubitative... encore une fois, je crois que tu es tombée sur des monstres d'incompétence.

    Ton témoignage montre une chose intéressante: la violence fait partie d'un système et implique toujours plusieurs personnes. Et c'est très difficile de chercher de l'aide, parce que même les personnes ou les structures étrangères à la famille peuvent se montrer défaillantes et achever le travail du bourreau.

    Je ne suis pas d'accord non plus pour décréter que non, on ne s'en remet pas. J'ai connu des victimes de maltraitances lourdes qui avaient réussi à se construire une vie heureuse et équilibrée. Le fait que tu souffres toujours aujourd'hui ne démontre pas une fatalité, cela montre que non, tu n'es pas remise et que oui, les dégâts sont lourds et profonds.

    J'ajoute même ceci: c'est normal que tu continues à en souffrir, parce qu'à ton échelle, tu as une vie de violences et de peur derrière toi. Pour ramener ça en chiffres, ça fait quoi? 24 ans aujourd'hui. 4 ans à la première baffe. De 4 à 12 ans: violences répétées, ça fait (12-4) 8 ans de coups.

    Sur 12 ans de vie, tu en as 8 marqués par la violence, soit les trois quarts, non? Si on comparait à un gâteau, ça ferait trois quarts de gâteau dégueulasse et un quart de gâteau à peu près correct. Insuffisant pour trouver que c'est bon et agréable...

    Après la chronologie devient plus floue, mais grosso modo, je peux estimer que sur tes 24 ans de vie, tu en as passé entre 15 et 20 à endurer la violence.

    Quasiment toute ta vie. Ca fait long. Et c'est donc normal que la souffrance dure: ça fait très peu de temps que tu vis sans la violence. Et encore, quand je dis "sans la violence", j'oublie l'attitude de ta mère, qui est violente elle aussi.

    Tu témoignes aujourd'hui de cette violence pour dénoncer l'indifférence d'autrui, et tu as raison de le faire. Cependant... tu n'as pas remarqué un truc?

    Personne n'a remarqué un truc?

    C'est que toi non plus, tu ne lui donnes pas sa valeur juste, à cette violence.

    Je dis pas que les autres ont eu raison de fermer les yeux, hein! Je constate juste que, lorsque tu en parles, tu minimises les faits, à ta manière. Première baffe à 4 ans, ta soeur se prend aussi des coups. Cela continue pendant 5 ans. Et que dis-tu ensuite?

    "Tout a dérapé pour de bon quand j'avais neuf ans." Je crains de ne pas être d'accord. Tout a dérapé pour de bon quand tu avais 4 ans. Tu as vécu une aggravation de la violence, mais en réalité, tout commence, tout dérape, tout devient inadmissible et scandaleux depuis que tu as 4 ans. Depuis cette première baffe et la passivité de tes parents.

    Tu as changé depuis ces années, c'est indéniable, tu as avancé. Mais je ne pense pas que tu aies terminé ton évolution. Il te reste encore de la peur, une tendance à sous-estimer les agressions dont tu as été victime. Tu ne reconnais pas entièrement les faits pour ce qu'ils sont. En même temps, qui peut te le reprocher? Les victimes se disent souvent "qu'il y a plus grave" pour se donner du courage... :sad:

    J'espère que tu parviendras à te remettre complètement et que tu retrouveras des relations apaisées avec ta soeur.
     
    #10 Penny Winkeul, 17 avril 2016
    Dernière édition: 17 avril 2016
    Mistropiou, Biousse, Matariki et 75 autres ont BigUpé ce message.
  11. Mad_Summers

    Mad_Summers
    Expand Collapse

    Je suis tellement touchée par ce témoignage... tout y tellement effroyable mais tu sais, tu as du courage, tu as grandis et tu as réussi à prendre des décisions bonne pour toi et c'est admirable!
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Daredevil., Mlle C., Penny Winkeul et 5 autres ont BigUpé ce message.
  12. Madz-Nana

    Madz-Nana
    Expand Collapse
    Prague, tu me manque tellement :jv:

    C'est dingue parce que ce que tu décris c'est exactement ce que je vis avec mon frère !
    Il m'a appelé "Grosse vache" pendant toute mon enfance/adolescence ce qui fait que j'ai énormément de problèmes d'estime de soi et de confiance en soi aujourd'hui...
    Il me reproche beaucoup de choses dont je ne suis pas vraiment coupable... moi aussi je ne veux qu'une chose c'est qu'il quitte la maison, mais du coup, c'est moi qui suis partie avant lui..
    Je trouve aussi qu'on minimise la violence verbale entre frères et sœurs... La seule fois où j'en ai parler à une de mes cousines elle m'a dit "non mais c'est normal t'es la petite dernière, du coup c'est toi qu'on martyrise" sauf que non, ça n'a rien de normal ! et les traces que ça peut laisser sont trop souvent sous-estimées !
     
    mielou35, Matariki, ben quoi ? et 10 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...