J'ai été violée, et j'ai fait de cette blessure une arme pour changer le monde

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 24 novembre 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    #1 Esther, 24 novembre 2017
    Dernière édition: 24 novembre 2017
    ----- Publicité -----
  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    C'est quand même un dysfonctionnement extrêmement grave du système judiciaire. Ce n'est pas normal qu'on puisse avoir une impunité quasi garantie pourvu qu'on aie le bon avocat. Ça me met toujours en rogne, ce genre d'histoire, je m'imagine toujours un avocat ripou, limite sociopathe usant de manipulation verbale et de mauvaise foi, puisqu'une condamnation même méritée qu'il permet d'éviter à quelqu'un, ça lui rapporte du fric.

    Si un truc pareil m'arrive, je tue l'agresseur et son avocat. Et je ne plaisante pas, je serais vraiment capable de le faire. Ma vie serait de toutes façons détruite, je n'aurais plus rien à perdre.
     
    #2 skippy01, 24 novembre 2017
    Dernière édition: 24 novembre 2017
    Sol Invictus, Manea, Margay et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Gytha-Ogg

    Gytha-Ogg
    Expand Collapse
    I wanna set the universe on fire Feel it burn tonight Set the universe on fire There’s no end in sight

    @skippy01

    Tout pareil ça me débecte, limite je foutrais une jolie image sur les réseau sociaux avec placarder le violeur et l'homme qui l'a défendu
     
  4. Niachan

    Niachan
    Expand Collapse

    Toutes mes meilleurs vœux pour un avenir radieux pour l'auteure de ce témoignage :calin:

    Je suis encore scotché par la phrase du juge « Nous reconnaissons votre traumatisme, mais l’agresseur n’était pas en mesure de connaître votre non-consentement »

    En toute logique si il n'est pas en mesure de connaître le non-consentement il n'est pas en mesure non plus de connaître le consentement. Cette idée qui s'accroche qui si on ne dit pas non c'est que c'est forcément oui ...

    Comment voulez-vous qu'avec 90% des accusation de viol finissent avec la la reconnaissances de innocence de l'accusé et pas de la reconnaissance d'une victime comment voulez-vous que plus de personne est le courage et la force de porter plainte.

    En revanche si vous allez taper sur votre bourreau on vous loupera pas au tribunal.
     
    Sol Invictus, Manea, Margay et 5 autres ont BigUpé ce message.
  5. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Il l'a eu où, son diplôme de droit ? dans un kinder ?
     
    Flowercream-, Sol Invictus, Manea et 7 autres ont BigUpé ce message.
  6. Cléo.

    Cléo.
    Expand Collapse
    Lumière.

    Comme skippy01, même phrase : « Nous reconnaissons votre traumatisme, mais l’agresseur n’était pas en mesure de connaître votre non-consentement »
    => MAIS l'agresseur n'était pas NON PLUS en mesure de connaître VOTRE CONSENTEMENT. POINT BARRE. Bordel de merde.

    Courage et bravo pour ce témoignage, ce courage et dépasser la décision du tribunal. Savoir s'autoriser à aller mal c'est la clé pour avancer, ça a été la même chose pour ma dépression et ça a pris beaucoup de temps.
     
    Manea et Margay ont BigUpé.
  7. littlerudy

    littlerudy
    Expand Collapse
    En (re)construction !

    Je te souhaite tout le bonheur du monde... et j'espère que le karma (s'il existe) fera son œuvre

    "Il faut parler, parce que parler c’est faire exister son chaos en dehors de soi en lui donnant une forme palpable.
    Le supplice insaisissable qui nous habite devient finalement saisissable. Alors, on peut chasser cette douleur insoutenable et la partager, pour la rendre moins massacrante."

    Merci pour ton témoignage et tout spécialement pour ce passage, du fond du cœur
     
    Pau La a BigUpé ce message
  8. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Je ne comprends même pas comment le juge a pu dire ça. La loi dit très clairement que si aucun consentement n'est exprimé, c'est qu'il n'y en a pas. Il n'y a pas moyen de contrer le jugement ? Parce que là, il est clairement illégal. Je ne crie pas au complot, mais ça sent les dessous de table pas très nets.
     
    Manea a BigUpé ce message
  9. Niag

    Niag
    Expand Collapse
    Empieza el matriarcado.

    Je ne sais pas si l'auteure de ce témoignage passera pas ici, mais je voulais lui dire que je me suis totalement reconnue dans ses mots, plus que dans aucun autre témoignage. Toute la douleur qu'on peut ressentir après un viol, sur laquelle je n'arrive pas à mettre des mots tellement elle est insoutenable, je pense qu'elle ne pourrait pas être mieux décrite.

    J'essaie de sortir du silence (pas de porter plainte car c'est impossible dans mon cas), j'ai encore beaucoup de chemin à faire, mais merci pour cet article, vraiment :fleur: Et beaucoup de courage et de bonheur pour toi :cupidon:
     
  10. Eclaireur

    Eclaireur
    Expand Collapse

    Merci pour ce témoignage, douloureux mais tellement nécessaire.
     
  11. Calima

    Calima
    Expand Collapse
    Humaniste désabusée

    Mais... "pas en mesure de connaître votre non-consentement"... Du coup, avec une personne dans le coma, ça passe aussi ?! Ou un bébé, un animal, un locked-in syndrom ?! Sérieusement, monsieur le juge, tu déconnes !
     
    Flowercream-, Sol Invictus et Shadowsofthenight ont BigUpé ce message.
  12. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    C'est clair, ça mériterait un pourvoi en cassation.