J'ai expérimenté le regard sur la prostitution

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Jack Parker, le 9 juillet 2013.

  1. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

  2. Lord Edgar

    Lord Edgar
    Expand Collapse
    Refresh, not replay.

    Mh, ce qui me dérange, ce n'est pas dans l'article en soi, mais dans le concept ou le contexte du bar lui-même ... C'est surtout la partie sur les types qui viennent demander "combien" etc ... Je n'ai jamais entendu parler de ce bar, mais vu que des mecs le confondent vraisemblablement avec un vrai bar à filles, je suppose qu'il est situé dans le "quartier rose".
    Et ça me gène de m'imaginer que je passe boire un verre à ce nouveau bar, pour le fun, l'ambiance, ou je ne sais quoi, et de croiser un de mes collègues, ancien profs, voisins ? J'aime pas trop ce côté voyeur ... En fait je vois cet endroit comme une espèce de truc pour hipsters en mal de sensations venus voir les pauvres types qui passent dans le quartier :/
    Gné, j'ai super mal formulé ce que je voulais dire, c'est un peu agressif, mais j'espère que vous avez compris l'idée !
     
  3. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

    Je n'ai pas vraiment compris ton propos, désolée :/ 

    Pour un peu plus de contexte, si ça peut aider, la rue Pigalle est blindée de bars "normaux" plus que de bars "à filles", à Pigalle tout se mélange de toute façon, et c'est un lieu où tous les milieux et tous les genres se retrouvent. Tout le monde passe dans le quartier, ça fait un moment qu'on n'y va plus uniquement pour les bars à filles, peep shows, sex shops & co, on ne se promène pas dans la rue Pigalle à la recherche de lieux mal famés puisqu'ils sont désormais en minorité. 90% des bars que je fréquente régulièrement se situe dans la rue où dans les rues voisines.

    Je ne sais pas si j'ai répondu à ce que tu disais parce que j'ai vraiment du mal à comprendre où tu voulais en venir, mais j'espère que je suis sur la bonne voie !
     
  4. MorganePoney

    MorganePoney
    Expand Collapse

    J'ai bossé dans un bar à hôtesses pendant 9 mois, et ce qui m'a le plus marquée, c'est le regard des gens. La curiosité malsaine, souvent, mais SURTOUT la pitié. Ce côté "charité chrétienne" dont tu parles très bien Jack, in-su-ppo-rtable.
     
  5. Lord Edgar

    Lord Edgar
    Expand Collapse
    Refresh, not replay.


    En fait c'est pas clair du tout (ce que j'ai écrit) et maintenant que tu as expliqué où se trouve le bar en question (ma faute, j'aurais du faire des recherches) je comprends que j'ai mal jugé.

    Dans ma ville, le quartier chaud est vraiment un truc séparé de tout (enfin, j'avoue que ça commence à devenir de plus en plus mixte mais j'ai grandi avec cette rue 'infréquentable') et du coup en lisant cet article j'ai un peu fait l'amalgame, et j'ai vraiment vu ça comme un truc de voyeurs, pour jouer à être dans la maison en question pour voir comment ça fait, sans vraiment y toucher. Une sorte de fenêtre sur cour donnant directement sur les gens qui passent dans ce quartier, avec en prime quelques pigeons qui confondent le bar avec ce qu'il n'est pas ... Mais comme tu m'as expliqué où ça se situe (en plus je suis déjà passée dans cette rue, donc je vois que ça n'a rien à voir avec ma ville) je vois que j'ai mal compris l'article :)
     
  6. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

    Un peu plus de contexte dans l'article n'aurait pas fait de mal, je vais voir si je peux rajouter quelque chose ! Merci, du coup !
     
  7. Datchoo

    Datchoo
    Expand Collapse
    RAS

    J'ai aussi travaillé dans un bar à hôtesse, le Dirty Dick, dans ce même quartier. Ça me fait bien rire qu'il soit devenu un bar à cocktail "hype". Je n'y suis pas encore allée, ça me ferait bizarre.
    Quand au regard des gens...
    J'ai souvent vu plus de curiosité et d'envie, de la part des femmes et des hommes, que de dégoût. Du moins j'en ai eu l'impression !
     
  8. Spiracle

    Spiracle
    Expand Collapse
    Un point pour chaque étoile, chanson de toile.

    Je trouve ça vraiment intéressant comme article, merci beaucoup :fleur:.

    Ca me fait remettre en question ma propre manière de regarder les madames qui sont sur les trottoirs d'une rue "de prostitution" dans laquelle je passe régulièrement (quartier mixte, et pas quartier tout rose avec des néons).

    J'hésite souvent entre leur sourire (mais peut-être qu'elles prendront ça pour de la pitié, ce que je ne veux pas), leur dire bonjour (je dis bonjour à tous ceux qui travaillent, c'est une habitude) (je dis pas bonjour aux autres parce que sinon ils s'éloignent très fort de moi comme si j'étais un être maléfique :cretin:) ou juste ne rien faire.

    Le problème du "bonjour", c'est que j'ai peur qu'elles pensent que je les prends pour des bêtes curieuses. Le problème du "rien", c'est que j'ai peur qu'elles pensent que j'essaie à tout prix d'éviter un contact visuel avec elles.

    Spontanément, j'opterais pour une de ces trois options sans me prendre le chou, mais... Mais je sais pas, c'est pas par rapport à leur métier, c'est par rapport à tous les regards qu'elles subissent et que Jack a décrits dans son article : j'ai pas envie de leur en faire subir un de plus, et je ne sais pas comment faire pour leur montrer que je ne veux pas, tout en faisant en sorte que ce soit naturel et pas issu d'une masturbation intellectuelle intense :erf:.

    (Intérieurement, je me dis "il suffirait que tout le monde se comporte naturellement, et le problème serait réglé", ce qui est une pensée un peu réductrice)
     
  9. Polly Maggoo

    Polly Maggoo
    Expand Collapse
    .

    J'ai vécu un moment rue Pigalle (il y a 3 ans). Plus on montait vers la place Pigalle, plus il y avait de bars à filles. Et j'aimais bien cette ambiance :shifty: J'aurais du mal à expliquer pourquoi... Je n'avais pas accès au côté glauque du truc, je ne faisais que passer, du coup je n'avais pas de raison de me sentir mal à l'aise. Et puis c'est finalement une rue assez calme, je m'y sentais en sécurité comparé à d'autres endroits de Paris (maintenant je vis dans le centre et marcher dans la rue un samedi soir c'est juste l'angoisse :surprised:). Les filles étaient soit sur le pas de la porte soit à l'intérieur mais toujours assez "visibles" et j'étais toujours très curieuse en passant devant... ce n'était pas de la curiosité malsaine, mais même en y passant tous les jours je ne pouvais pas m'empêcher de les regarder. L'attirance pour un monde qui m'est totalement inconnu je pense.
    Et puis il faut avouer que c'est pratique d'avoir des meufs dispos sur ton chemin pour te dépanner d'une clope, voire t'amener un verre d'eau parce que t'as fait un malaise sur le chemin (true story) :yawn:
     
Chargement...