J'ai quitté mon copain parce que mes parents ne l'acceptaient pas

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 30 janvier 2016.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    La souffrance de la personne qui a écrit ce témoignage doit être bien grande et je ne compte pas en rajouter mais il y a une phrase qui m'a interpellée dans ce témoignage : "j’ai choisi l’amour de mes parents plutôt que le sien".
    Des personnes qui te mettent en demeure de te conformer à leurs injonctions ne témoignent aucun amour à ton égard. Je ne doute pas que tes parents t'aiment à leur façon et qu'ils pensent agir pour ton bien mais ils te mettent dans une impasse, en porte-à-faux avec toi-même. Ce n'est pas de l'amour. C'est de la violence.
    Lire les ouvrages d'Alice Miller te ferait peut-être du bien (Miller a travaillé toute sa vie sur la violence que les parents font subir à leurs enfants pour se justifier à eux-même la violence, physique ou morale, qu'ils ont subies de leurs propres parents) en te montrant que la conduite de tes parents est certes compréhensible mais injustifiable, inqualifiable. Tu vas droit dans le mur en essayant de te conformer à ce qu'ils attendent de toi pour garder leur amour. Pour garder leur amour, tu te rends compte ? L'amour que des parents portent à leur enfant ne devrait-il pas être inconditionnel, tant que cet enfant ne fait de mal à personne ?

    #Edit : quand je dis que tu vas droit dans le mur, c'est sans jugement. Mais je pense que tu y vas non seulement pour toi (imagine si dans le futur, tu tombes encore amoureuse d'une personne qui n'a pas l'heur de plaire à tes parents) mais dans ta relation à tes parents, que tu essaies de préserver en quittant cet homme que tu aimes. Tu es dans une situation où tes parents ne sont même pas au courant de la douleur que tu subis et où tu ne peux même pas leur en parler par peur de leur réaction. Comment conserver une relation sereine, heureuse et authentique avec eux dans ce contexte ? La thèse d'Alice Miller est que toute violence subie et rentrée refait surface sous une forme ou une autre un jour. Ainsi, tu risques de faire payer à tes parents toute cette souffrance que tu endures silencieusement pour leur amour, pour rester leur enfant chérie. Et si ce n'est pas à eux que tu le fais payer, ce sera peut-être indirectement à une personne de substitution (des enfants si tu en as un jour, un futur partenaire...) voire à toi-même : en enfouissant la violence que tu te fais au nom de tes parents, elle risque de ressortir sous une forme que tu n'avais pas prévue, physique ou mentale, comme la dépression, des douleurs corporelles sans raisons identifiables... Sans être alarmiste évidemment.
    #Fin de l'edit

    C'est très difficile ce que tu vis et personne n'a de conseil à te donner. Mais si tu peux lire "C'est pour ton bien" d'Alice Miller, fonce, ça te fera peut-être un peu de bien. Je te souhaite beaucoup de courage.
     
    #2 Plumetis, 30 janvier 2016
    Dernière édition: 31 janvier 2016
    Val_trick, Shirelle, Muwglyk et 41 autres ont BigUpé ce message.
  3. Toooonks

    Toooonks
    Expand Collapse

    Cet article me touche beaucoup. Mon copain est arabe et musulman, ma famille chrétienne non pratiquante. Lorsque je leur en ai parlé pour première fois ça a été une scène d'une grande violence psychologique pour moi. Quand j'en parle la désapprobation est perceptible, palpable parfois. Ils ne le connaissent pas et je ne sais pas si je leur présenterais un jour. Ils ont peur je pense. Peur que je me convertisse ou je ne sais quelle connerie comme ça. Ça pourrit mon histoire, ça me fatigue à tel point que parfois j'ai pensé à rompre pour avoir la paix.
     
    Uryuu, Meligood, Bé.linh et 8 autres ont BigUpé ce message.
  4. Siriusly Shark

    Siriusly Shark
    Expand Collapse
    Si vous avez cru au père Noël pendant 8 ans, vous pouvez bien croire en vous pendant au moins 5 minutes !

    A la madz qui a écrit ce témoignage, j'ai juste envie de lui envoyer tout mon soutien, des câlins si elle en a besoin et tout ce qui peut montrer qu'elle n'est pas seule.
    C'est quelque chose de terrible, de mettre un tel ultimatum à son enfant (consciemment ou non).

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    :calin:
     
    Val_trick, Meligood, Shirelle et 30 autres ont BigUpé ce message.
  5. Etheldreda

    Etheldreda
    Expand Collapse
    Pas de satut ;)

    @Plumetis
    En train de lire Alice Miller, j'ai eu la même réaction que toi !

    ÉDIT : je suis vraiment désolée pour Madz qui a écrit ce témoignage et celles qui sont dans ce genre de situation ! Je vous envoie du courage et des câlins !!!
    (Mon tel voulait pas que j'édite quand j'ai écrit le message hier!!!)
     
    #5 Etheldreda, 30 janvier 2016
    Dernière édition: 31 janvier 2016
    Meligood, Bé.linh, Théodolius et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Sylves

    Sylves
    Expand Collapse
    Coucou mon amour je suis tout près.

    J'ai eu trop envie de pleurer :crying: en lisant ce témoignage, c'est tellement dur de renoncer à ce qu'on aime !
     
    Bé.linh, Théodolius, Kmarlou et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    Oui, ça m'a frappée quand j'ai lu ce témoignage ! Tu lis quoi d'Alice Miller ?
     
    Bé.linh a BigUpé ce message
  8. Tahiga

    Tahiga
    Expand Collapse

    Bé.linh, Théodolius, PrincessMey et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. Luniiie

    Luniiie
    Expand Collapse

    Han je comprends tellement la Madz... :bouquet: Et le livre dont vous parlez m'intéresse ! Dès que je peux, je fonce à la bibliothèque voir si je peux le trouver :)

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Val_trick, Meligood, Muwglyk et 23 autres ont BigUpé ce message.
  10. Kmarlou

    Kmarlou
    Expand Collapse

    Cet article est tellement triste...
    Je soutiens cette madz, de tout mon coeur, parce que ça doit être dur.

    Enfin, je vais donner mon avis parce que jsuis là pour ça aussi; j'ai la chance de ne pas être dans cette situation; un papa africain, une maman française qui n'ont eu, à la base, aucun problème avec leur propres parents pour vivre leur histoire d'amour, il serait donc étonnant qu'on me reproche quoique ce soit... (m'enfin, le racisme et l'intolérance peuvent se manifester sous tellement de formes que sait-on jamais; mais j'ai de la chance d'avoir une famille tolérante de façon général).

    Ce qui m'inquiète, c'est que à force, tu finisses par ressentir une rancœur envers tes parents,en tout cas, c'est la peur que j'aurai eu; je pense qu'avec mon caractère optimiste et un peu rêveuse, j'aurai voulu essayer, au moins pour me dire que j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir, mais pas laisser tomber. Mais dans tous les cas, j'aurai très peur de me retrouver à haïr mes parents.
    Ou pourquoi pas sortir avec en cachette jusqu'à être sûr de ne plus pouvoir me passer de lui, que ce sera lui, me sentir prête à me battre pour lui ?: et là les mettre devant le fait accompli, que ça fait depuis beaucoup trop longtemps.
    Mais je ne connais pas la situation réelle et peut-être qu'au fond moi non plus je n'aurai pas eu le courage d'affronter mes parents, ni de risquer de les perdre. (peut-être aussi que le fait d'avoir des frères/soeurs qui peuvent nous aider ou au contraire, peut donner une autre vision; pour ma famille, surtout en Afrique, la famille est grande, et la famille au sens élargi, c'est important; au final +que les parents peuvent entrer en jeu: ça a du bon et du mavais^^).
    Je n'ai jamais été confronté à ce genre de situation mais je me dis que quelqu'un qui m'obligerait à choisir entre lui ou une autre personne qui compte dans ma vie, n'a rien compris à mon bonheur, et je finirai par m'éloigner de celle qui me met face à un ultimatum. (je ne pourrai jamais quitter mon copain... Mais il n'a pas le droit de me demander de couper le sponts avec un(e) ami(e), tout comme mes parents n'ont pas le droit de m'interdire une relation...) .

    En tout cas, je souhaite bien du courage à cette jeune fille, qui doit réellement souffrir
     
    #10 Kmarlou, 30 janvier 2016
    Dernière édition: 30 janvier 2016
    Bé.linh, Ammet et Tahiga ont BigUpé ce message.
  11. GrandeMarine

    GrandeMarine
    Expand Collapse
    se roule dans un champs de coquelicots

    J'ai juste envie d'envoyer des milliards de calins à cette Madz :hugs:
    J'imagine que ce choix a du être horrible, et je pense que j'aurais choisis mon copain plutôt que la pression familiale... Et puis je me demande: tu as fais tout ça au final en cachette, mais si finalement tes parents l'aurais accepté au fil des années? Parce qu'enfaite tu te bases sur l'éducation que tes parents ton donné, et les piques que ta mère t'envoyais mais si tout ça se serait atténué avec le temps? (Oui je sais avec des si...).

    J'espère juste que pour ta prochaine relation tu ne l'as prendra pas par dépit, pour seulement plaire à tes parents ou ne pas les blesser :sweatdrop: Il faut aussi penser à toi et à ton futur quand tes parents ne seront plus la (et aux regrets que ça peut accompagné...).
     
    Bé.linh, Kmarlou, Ancalimars et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. PrincessMey

    PrincessMey
    Expand Collapse

    Je pense que ce n'est pas un choix sain que tu as fait auteure de cet article.. Même pas du tout, j'ai peur que tu en sois malheureuse toute ta vie et que tu en veuilles au fond à tes parents ou à toi-même, parce que quelque part, ça laisse un goût d'inachevé qui se prononcera tôt ou tard, dans tes relations avec ton futur partenaire, avec tes futurs enfants, avec tes parents, avec toi-même.
    Si tu as encore possibilité de faire marche arrière, je te le conseillerai grandement.. Car tu ne vivras pas éternellement avec tes parents, et viendra un jour où malheureusement, ils ne seront plus là : La seule personne que tu supporteras de A à Z dans ta vie, c'est toi-même. On a qu'une vie, tes parents te l'ont certes donnée mais cette vie, maintenant, elle t'appartient à toi, pas à eux ni aux traditions.

    Personnellement, je pense que tout le monde devrait faire passer son bonheur avant toute pression sociale.
    Si quelque chose nous rend heureux, si c'est ce qu'on désire le plus, alors les gens qui nous aiment devraient en être heureux pour nous. Sinon, c'est qu'ils n'ont pas à être là : Les gens qui se dressent en obstacle devant ce qui est susceptible de nous épanouir, peu importe qui ils sont, méritent d'être poussés. Même les parents. Personne n'a de légitimité à te dire d'aller à l'encontre de ce que tu souhaites pour sa petite satisfaction personnelle.. Et ta satisfaction à toi, dans tout ça ?
    Tu dis regretter et conseille de ne pas faire la même chose : Applique tes propres conseils à toi, avant tout. :fleur:

    Si tu as ENVIE de faire marche arrière, si tu peux faire marche arrière, alors fais-le, et impose-toi face à tes parents, tu es une personne à part entière, pas un pantin dont on tire les ficelles en coulisses, tu n'as pas à te plier aux exigences des autres, alors aie-le courage de dire "C'est comme ça" si toi, tu sais que ça te rendra heureuse dans ta vie sur le long terme.
    Tes parents finiront par te suivre après quelques réticences s'ils t'aiment toi pour ce que tu es. Si on aime VRAIMENT quelqu'un, ça passe au-delà d'éventuelles règles traditionnelles.
    S'ils ne te suivent pas et te renient, c'est qu'il y avait un problème quelque part dans leur manière de te considérer, et dans ce cas-là j'aurais tendance à dire que ce n'est pas une mauvaise chose : Si tu plies maintenant, tu plieras pour tout ce qui pourra éventuellement surgir ensuite par peur de leur réaction, et je crains que tu t'en sentes dépossédée de ta propre vie, le cas échéant.

    Dans tous les cas, courage !!
     
    #12 PrincessMey, 30 janvier 2016
    Dernière édition: 28 mai 2017
    Val_trick, Imerogvili, Bé.linh et 20 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...