J'ai suivi le lycée par correspondance - Témoignage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 13 mars 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Zimt

    Zimt
    Expand Collapse

    Témoignage très intéressant !! Je suis contente que la madz se sente mieux après ses différents choix !
     
    Hikari78 a BigUpé ce message
  3. Keravec

    Keravec
    Expand Collapse
    A le poil soyeux.

    Cet article m'encourage !
    Durant 3 ans et demi, après l'obtention du BEPC, j'ai suivi un apprentissage en Coiffure : 2 ans en CAP puis 1 an et demi en BP. Suite à plusieurs démotivations, j'ai quitté mon boulot et depuis le 1er Janvier 2015, je suis inscrite au CNED pour acquérir le niveau BAC et pouvoir enfin accéder aux études supérieures. Je conseille à tout ceux qui veulent se reconvertir que c'est possible ; le CNED est vraiment une plateforme géniale, très accompagnatrice et avec tout plein de bonnes âmes avec de bons conseils. Bien sûr, il faut savoir ce que l'on veut faire et avoir une certaine motivation mais à tout âge, vous pouvez reprendre les études !
    Vivement l'entrée en fac :cheer::supermad::banana:
     
    shae661 et Hikari78 ont BigUpé.
  4. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    C'est un super témoignage, néanmoins je reste toujours sceptique face aux messages qui nous incitent à suivre notre coeur même contre l'avis de nos parents.
    C'est peut-être parce que j'ai l'extrême chance d'avoir des parents géniaux et d'être toujours d'accord avec eux sur la plupart des choses de la vie, que je n'ai pas eu une adolescence difficile ou quoi mais...en fait je conseillerais plutôt l'inverse: écoute tes parents même contre ton gré.
    Les parents ont quand même plus d'expérience, de jugeote, de manière générale, pour juger de ce qui est bon ou pas pour un ado.
    Certes, il y a des cas isolés, comme celui de la Madz qui témoigne ici, où on a affaire à une ado particulièrement mûre (en tant que prof, des ados qui s'astreignent à une telle discipline pour suivre des cours particuliers, j'en connais pas beaucoup -- certains ont déjà du mal à s'astreindre à faire leurs devoirs correctement) et à des parents peut-être pas très à l'écoute des souffrances de leur enfant.

    Donc oui j'aime bien ce genre de témoignage mais je me méfie quand même de ce genre d'injonction à faire ce qu'on veut en dépit du bon sens. Ca s'applique pas à tout le monde et dans tous les cas, c'est tout!
     
  5. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    @Glouns
    C'est sûr que chaque situation est différente, certains ados vont être très matures, d'autres vraiment pas, donc c'est difficile, surtout dans le cadre de l'adolescence, de donner des "conseils" applicables à tout le monde du genre "suis tes rêves ! :free:"

    Mais je pense qu'effectivement, avoir des parents géniaux avec qui on est toujours d'accord joue beaucoup dans ta perception ! :cretin: Parce que je crois qu'il y aussi beaucoup de parents qui, tout en voulant le meilleur pour leur enfant, n'arrivent à pas à comprendre que le monde a changé et évolue. L'expérience c'est bien, mais comme on dit "c'est une lampe qui éclaire seulement celui qui la porte". Perso j'ai toujours eu énormément de mal à accepter que par exemple ma mère veuille me faire faire des choix en se basant sur SON expérience, souvent négative d'ailleurs. Et elle m'a pourri quelques relations amoureuses de cette façon, à force de vouloir me partager "son expérience". Au final je me suis sentie beaucoup mieux dans ma peau une fois que j'ai accepté l'idée que c'était à moi de faire mes erreurs et tant pis si ça répète les siennes. Enfin, ça ne m'empêche pas d'écouter les conseils hein. J'en tiens compte, mais si ça ne va pas dans le sens de mes idées, eh bien je les mets dans un coin de ma tête et je fais quand même comme je veux.

    Je ne comprends pas trop ce que tu veux dire par "en dépit du bon sens", tu parles du témoignage ? Parce qu'au contraire je trouve que la madz a fait preuve de bon sens : pendant des années elle a souffert à l'école, pour moi le bon sens veut que l'on fasse ce qui nous fait aller mieux, pour elle ça passait par ne plus aller à l'école... Je trouve ça carrément bizarre de persister dans une voie clairement mauvaise en fait. :dunno:

    Mais bon comme tu dis, tout dépend des gens et des situations. :fleur:
     
    Major Tom, MAAAL, Dysnomia et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    @Pinceau_ quand je dis prendre des décisions en dépit du bon sens, ça ne s'applique pas à ce témoignage, pour lequel je trouve qu'effectivement la Madz a fait le bon choix, mais plutôt à d'autres cas. Il me semble avoir vu un autre article ici sur une jeune fille qui a pris son indépendance très tôt et qui habite maintenant avec son copain mais qui n'a pas énormément d'argent (je crois qu'ils vivent chez les parents de l'un ou de l'autre).
    Bien sûr, la Madz en question avait l'air très heureuse dans son témoignage, mais bon, ne serait-elle pas plus heureuse si elle était restée chez ses parents un petit peu plus longtemps et avait suivi un parcours plus "classique"?

    C'est sûr, tout dépend des gens, de leur perception, etc...

    Mais bon il y a aussi les dérives liées à ce système de pensée: faites ce que vous voulez, n'écoutez pas vos parents: pour certains ça peut vouloir dire arrêter d'aller à l'école très tôt et se retrouver au chômage ensuite (oui, scénario catastrophe), par exemple. Disons que je m'inquiète de la réception de ce genre de messages chez des jeunes fragiles ou déjà un petit peu en rupture avec leurs parents.

    (Je me rends compte que je fais un peu vieille conne en disant cela, mais tant pis...je vieillis! :lunette:
     
  7. Alycm

    Alycm
    Expand Collapse
    Je suis un nuage

    Temoignage tres interessant!
    Franchement, chapeau a cette madz' qui a eu le courage de ne pas décrocher totalement l'école et qui a eu son Bac! Et encore bravo parce qu'arriver a la fac et reussir a suivre un cursus "normal" apres ca n'a pas du etre facile :)
    Je reste super étonnée parce que je ne me serais pas vue suivre les cours chez moi, je me serais vite ennuyée... et puis j'ai adoré mes années lycée, c'etait le top du top pour moi ^^ Donc clap-clap s'il y a des gens qui arrivent a faire tout ca et qui s'en sortent apres :)
     
  8. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Ben, on peut peut-être la laisser seule juge de ça, non ? :dunno:

    Enfin pour avoir fait un choix de vie totalement en désaccord avec mes parents, qui financièrement est loin d'être la panacée, je me sens pleinement heureuse et malgré les galères financières, je suis vraiment très très très satisfaite de mes choix. Je suis contente de faire face aux galères auxquelles je fais face car quelque part je les ai choisies, je ne les subis pas. Je pense que cette perception-là joue beaucoup, le fait de faire un choix risqué, s'il y a des retombées négatives, elles sont peut-être moins difficiles à vivre car on a fait un choix conscient en amont. Le fait d'être un peu "contre le reste du monde" (ou du moins ses parents), perso ça a forgé mon caractère, ça m'a rendue plus forte face aux aléas de la vie.

    Je suis vraiment d'accord avec toi sur le fond de ta pensée, à savoir :
    Disons que je m'inquiète de la réception de ce genre de messages chez des jeunes fragiles ou déjà un petit peu en rupture avec leurs parents.

    Mais... Je ne sais pas, après c'est vrai que j'ai fait mes choix "risqués" après avoir terminé mes études (mes parents m'avaient très bien conditionnée à obtenir un bac+5, je ne me voyais pas arrêter avant de toutes façons, pour moi c'était un impératif personnel). Alors certes j'ai un bon niveau d'études, j'ai fait des études qui m'ont non seulement passionnée mais également beaucoup appris sur plein de choses (notamment la ré-flé-xion :lol:), donc je ne suis pas vraiment légitime dans mon argumentation (:shifty:), mais au final, mes études aujourd'hui ne me servent à rien d'un point de vue professionnel. Je me dis que si j'avais eu la force de caractère par exemple de choisir une branche qui me passionnait davantage mais plus risquée, ben ptêtre que je serais encore plus heureuse aujourd'hui ?.. (Je voulais faire du théâtre :drama: Mes parents n'ont pas voulu :drama:)

    En fait c'est ça, "avec des si on refait le monde" mais.. Je ne sais pas, c'est sûrement mon côté cynique, je trouve que la vie est tellement difficile aujourd'hui, on reçoit tellement de pressions que finalement si on sait ce qu'on veut faire très tôt dans sa vie, eh bien ma foi, autant le faire. Quitte à se foirer oui, et puis rebondir. :dunno:
     
    Dysnomia, Glouns et OpiumDiary ont BigUpé ce message.
  9. Salpêtre

    Salpêtre
    Expand Collapse
    Je fus un temps Mizuti

    Quand les parents refusent de voir la souffrance de leur enfant, ou bien de l'aider malgré ses multiples demandes, je pense qu'il est plutôt sain de protester et de prendre soi-même des décisions.

    Par contre, ce témoignage propose une vision assez idéaliste des cours par correspondance je trouve (ce qui en même temps est logique si les choses se sont bien passées et ont été positives). Cette personne a eu de la chance d'habiter dans un endroit qui proposait des musées, des sorties... et a eu raison d'en profiter, et d'éviter ce qui à mon avis est le plus grand danger de ce genre de choses : le repli sur soi, l'enfermement, l'isolement. Mais ce n'est quand même pas le cas de tout le monde, d'avoir accès à ça. Ni de pouvoir aller aux séances de sport du CNED (les plus proches de chez moi étaient à plus de 100km).
    Je la félicite aussi d'avoir réussi à travailler et à se tenir à un emploi du temps. C'est pas du tout si facile que ça en a l'air.

    Je ne sais pas quand elle a fait ces cours par correspondance. Moi, c'était en 2009 et 2010 (1ère et terminale aussi) et je n'ai pas eu la sensation d'avoir de bonnes corrections, ni un bon suivi du tout (mais j'étais incapable de téléphoner aux professeurs, ce qui a sans doute joué). Je ne me suis pas du tout sentie préparée aux oraux du bac, et il me manquait une liste de textes en anglais (enfin, en tout cas, l'examinatrice a refusé celle qu'on m'avait donné).
    Mais quand l'école met à ce point en souffrance, je pense que c'est malgré tout une meilleure solution que tout arrêter (surtout si on aime étudier !).

    Personnellement, à toutes celles et ceux qui souhaiteraient suivre cette voie, je conseillerais de faire vraiment attention à ne pas se laisser submerger par les cours ni l'isolement induit par le fait de travailler seul. Et de profiter de tous les outils mis en place (permanences téléphoniques, rencontres sportives lorsque c'est possible...).
     
    iableauco et MAAAL ont BigUpé.
  10. Marion69

    Marion69
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Merci pour ce témoignage :)

    Comme toi j'ai suivi ma première et ma terminal par correspondance et ai eu mon BAC. Mais chaque fois que j'en parle autour de moi j'ai presque honte de ce parcours jugé anormal. Pourtant comme tu l'explique et comme peuvent le démontrer d'autres situations, cela peut être une bonne réponse aux situations de souffrance à l'école ou d'inadaptation. Dans mon cas, si je n'avais pas suivi les cours par correspondance je n'aurais probablement pas eu mon BAC.

    Après effectivement la souffrance à l'école découle souvent de facteurs plus profonds et de situations complexes, le seul fait de se scolariser par correspondance ne peut à lui seul résoudre tout cela. Il faut chercher si c'est la solution la plus adaptées et si d'autres choses ne peuvent être mis en place. Cela doit être une décision mûrement réfléchie. De plus cela demande un certain investissement sans lequel cette alternative peut être mise en échec. Par contre je ne pense pas que cela dépende du lieu de vie et des services CNED à dispositions, perso je n'allais pas au sport et n'avais pas de musée ou autres à proximité. Mais je me suis intéressée à toutes ces choses d'une autres manière, en lisant ou en cherchant à m'informer. Pour ce qui est de la socialisation, il faut tout de même être bien entouré puisque la solitude est un risque inhérent aux cours par correspondance.

    Mais on a peut être trop tendance à penser uniquement aux risques et dérives que cela peut engendrer et du coup ne pas l'envisager alors que dans certain cas cela peut vraiment aider. L'enjeux est vraiment de pouvoir se demander si les difficultés rencontrées sont liées à l'école et si la correspondance pourra y pallier.
     
    #10 Marion69, 14 mars 2015
    Dernière édition: 14 mars 2015
  11. Leeloo-Dallas-Multipass

    Leeloo-Dallas-Multipass
    Expand Collapse
    Indécise

    Merci bcp pour ce témoignage !:fleur:
     
  12. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    Jurassic emergency !

    C'est un très beau témoignage ! :fleur:

    J'ai été tout particulièrement touchée par cette phrase, qui est très vrai : "Sauf que bonne élève ne veut pas dire élève heureuse."

    Par contre, je ne suis pas très d'accord avec @Glouns. C'est peut-être parce que je prends toujours beaucoup de recul sur les articles, mais je ne trouve pas qu'ils incitent vraiment à aller à l'encontre de ses parents. Pour moi, ce sont de simples témoignages qui ont pour but d'ouvrir les yeux sur des situations qu'on ne connait pas forcément, même si quelque part, il y a toujours la question de l'affirmation de soi. Or l'affirmation de soi, pour beaucoup à l'adolescence, ça passe par s'opposer à ses parents (j'étais pas hyper fan non plus du témoignage de la Madz qui voulait s'émanciper, mais pour d'autres raisons).
    Certes, il faudra toujours souffrir, se plier à ses parents et, finalement, être contraint à des choses qu'on ne veut pas durant cette période. Evidemment, ça fait partie de la vie, dans quelques années on se rendra compte que ce n'était pas grand-chose, tout ça tout ça. En attendant, quand la souffrance est telle que tu ne peux plus te lever le matin, qu'une situation te désespère au plus haut point (ici, l'ennuie que ressentait la Madz dépasse la simple image de l'élève griffonnant en cours), je pense que s'intéresser à d'autres alternatives est un bon choix.
    Ce que j'aime dans ce type de témoignages, c'est qu'ils pourront non pas inciter un jeune à se rebeller, mais aider des gens dans une situation difficile à se rendre compte des possibilités qui s'offrent à eux, et pourquoi pas à se motiver pour sauter le pas.
     
    shae661 a BigUpé ce message
Chargement...