J'ai testé pour vous... aller dans un collège de filles

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mrs What, le 22 mai 2014.

  1. Mrs What

    Mrs What
    Expand Collapse
    Expatriée aux Etats-Unis depuis peu, et séparée de ce fait de l'un de mes plus grands amours : le fromagequipue.

  2. Ménon

    Ménon
    Expand Collapse

    Tiens donc, il semblerait qu'on ait été dans le même établissement, et qu'on en ait gardé à peu près les mêmes souvenirs.
     
  3. BirdieBoop

    BirdieBoop
    Expand Collapse
    Live a little

    C'est assez incroyable, sans citer de nom je vois très bien duquel tu parles. Ils font une partie primaire aussi, qui a été non-mixe pendant longtemps, et du CP à la Terminale au final, ce sont les mêmes méthodes : la peur, l'humiliation, enfoncer les élèves qui ont des fragilités au lieu de les aider - pas étonnant qu'avec de pareilles méthodes il y ai 100% de réussite au bac. Je trouve l'article presque trop soft pour l'endroit, mais j'imagine qu'on a toutes eu nos expériences. Je trouve que justement il y avait une solidarité entre les filles que je n'ai pas retrouvé ailleurs, parce qu'au fond nous étions des enfants, et nous ne pouvions pas faire confiance aux adultes. Des élèves - dont j'ai fait partie - ont été littéralement harcelées et persécutées par les profs et les responsables de niveau, certaines filles qui avaient des fragilités psychologiques ou physiques, même parfois des handicaps, ont été maltraités au point du burn-out, et beaucoup de scandales ont été "effacés" - un prof qui avait mis une élève de 15 ans enceinte, l'élève a été virée et le prof est resté bien au chaud à sa place. Quand au fait qu'il n'y avait pas de lesbiennes, il y en avait, et beaucoup de filles étaient bi, tout comme beaucoup d'hétéros, comme partout. Je pense qu'on était juste toutes trop occupées à trimer pour s'en soucier réellement, et de toute façon, vu l'ambiance, est-ce que les filles qui aimaient les filles pouvaient vraiment le montrer ? Les quelques unes qui s'y sont essayées ont payé la facture... La liste "d'anecdotes" est longue, et si je les mettais toutes à plat on penserais que j'invente des ragots tellement c'est exagéré. Après, moi aussi j'ai gardé beaucoup d'amies chères de cette époque... Qui sont presque toutes sorties de cet établissement avec de sévères dommages psychologiques. Mais réellement, je ne pense pas que la non-mixité était le plus grand problème ici, mais les personnes en charge qui ont détruit dès l'enfance la confiance que les élèves pouvaient avoir en ceux qui devaient faire leur éducation.
     
  4. Paravelle

    Paravelle
    Expand Collapse
    Louve

    J'ai également été dans une de ces écoles. Mais je ne rejoins pas ton avis et j'espère que les lectrices ne feront pas de ton article une généralité. Je précise que je ne suis pas en train de glorifier ces établissements, mais j'espère que vous aurez assez de recul pour ne pas les juger sur un simple article.
     
  5. whitejimmy

    whitejimmy
    Expand Collapse

    Moi aussi j'ai été dans un collège-de-fille-privé-catho ! Et je me demande si j'ai pas été dans le tien ! Ou alors nos deux collèges séparaient les 6ème et les 5ème du reste, et ne prenait les garçons qu'au lycée, et avaient une chapelle...@Mrs What  Tu m'enverrais son nom par mp ?
    Si oui ça me ferait plaisir de discuter de certains profs/membres du personnel^^
    mais une chose est sûre, j'étais pas heureuse la-bas :fear:
     
  6. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Du coup, quelles sont tes impressions, tes arguments ? :fleur:
     
  7. Gingermind

    Gingermind
    Expand Collapse
    Je fais des apparitions fugaces quand les planètes sont alignées

    L'auteure le dit bien : il faut distinguer d'un côté la pression mise aux élèves parce que c'est un établissement élitiste et de l'autre la non-mixité. J'ai l'impression que l'auteure a plus souffert de la pression d'ailleurs... Mais les deux vont souvent de pair... 

    Je pense que les parents inscrivent d'abord leurs enfants dans ces établissements pour leur bonne réputation, taux de réussite etc davantage que pour la non mixité (j'ai plus de mal a voir ce qu'elle apporte)... Ils ont l'impression que leurs enfants vont plus y travailler. Je ne sais pas si d'autres madz vont commenter pour dire qu'elles ont bien vecu l'experience mais pour moi, a moins d'etre en contact avec des mecs a l'extérieur, ce n'est pas tenable. C'est juste "mentir" sur la réalité du monde...

    Si tu as des garcons dans ton entourage (frères, voisins ou que tu joues dans une équipe de rugby mixte le dimanche) ca va encore, mais j'ai connu une fille qui est allée dans un college + lycée de filles et qui n'avaient que deux soeurs. Bref, le seul mec qu'elle voyait au quotidien c'était son père!! Et ben elle avait des reactions vachement disproportionnées parfois. Comme une fois (au lycée) ou elle s'etait indignée parce que son copain de l'époque avait eu une érection en l'embrassant et que gnagnagna les mecs tous des porcs qui ne pensent qu'a ca...

    Ce jour la, j'ai béni le ciel de m'avoir fait connaitre la vie en collectivité, les classes vertes, centres aerés ou colonies ou tu découvres que les mecs ont la gaule le matin et que non ce n'est pas sale :yawn:

    En plus elle devait mentir a tout va et faire le mur pour sortir voir des mecs donc bon... la stratégie "donjon" n'a pas marché si bien que ca et c'était pas très sain sur les bords.
     
  8. Mandatine.

    Mandatine.
    Expand Collapse
    Guest

    Personnellement je n'ai pas été dans un collège non-mixte mais j'ai été dans un lycée avec pas loin de 90% de filles.
    J'ai passé mon année de 2nd dans une promo 100% féminine et je l'ai super mal vécu!
    Il y avait une sale ambiance, du crêpage de chignon à longueur de journée. C'était dingue comme toutes les filles pouvaient s'insulter entre elles. Autant vous dire que je ne me suis pas fait d'amies cette année là.
    J'ai changé d'orientation l'année d'après mais je suis restée dans le même lycée. A ce moment là j'ai eu 3-4 garçons dans ma promo, c'est pas beaucoup mais l'ambiance était déjà nettement mieux.
     
  9. Marcelline P.

    Marcelline P.
    Expand Collapse
    Aérodynamique comme une madeleine.

    Je pourrai aussi avoir le nom de l'établissement aussi en mp ? J'ai été dans un collège/lycée extrêmement similaire, je voudrais m'assurer qu'on parle bien des mêmes choses...

    Personnellement, j'ai eu de la chance.
    Mes parents m'ont inscrit dans un collège/lycée privé catholique qui comportait des classes non-mixtes pour les filles (2) et les garçons (5) -bonjour la parité soit dit en passant-, et trois classes mixtes. Je parle au passé parce que je n'y suis pas retournée depuis la terminale, et c'était il y a déjà 4 ans.
    Le jour du rdv obligatoire avec le Directeur (en compagnie des parents) pour l'élève aspirant à s'inscrire, mes parents ont insisté fermement pour que je sois en M (mixte)...réponse du directeur : "Mais les classes de F, c'est là où vont toutes nos excellentes élèves !" Sous-entendu : en M, toutes de petites traînées en puissance, bonnes à rien.

    Et puis ce système de conseils de classe...
    Nous, on faisait plus fort encore qu'une chapelle : DEUX chapelles, un oratoire, une pastorale, et des prêtres en résidence sur place ! Bon, comme je suis catholique et contente de l'être j'appréciais le "service", mais moins la pression autour... Confession obligatoire -enfin, ça mobilisait les heures de cathé, obligatoires, elles- et puis les appréciations s'en ressentaient. C'est sûr que si tu étais une fille, que tu ne venais pas d'une vieille famille française, et que tu étais une chrétienne modérée...bah, t'étais moins cotée.

    Je suis tellement soulagée de ne pas être la seule à reconnaître les perversions de ce système.

    Par contre, le côté "maison d'éducation" m'a bien plu : c'est un endroit où on se sent chez soi, et quand on a été "Collège-X-ien", on le reste pour la vie ! Je n'hésiterais pas à y retourner comme prof non plus, parce que notre personnel enseignant était génialissime, trié sur le volet (comme les élèves), et qu'ils étaient pour la plupart très ouverts d'esprit -pas comme les préfets-. Je n'ai eu que 2 gros connards en profs, en sept années là-bas !
     
  10. Paravelle

    Paravelle
    Expand Collapse
    Louve

    @Mymy
    Tout d'abord, mon école était non mixte jusqu'au lycée, et j'y ai passé presque toute ma scolarité. Je n'ai cependant pas vécu beaucoup de choses similaires à l'auteure. Le fonctionnement était différent déjà, je parle surtout des conseils de classes. Chez nous, à partir d'un certain niveau (seconde/première probablement), les déléguées de classes y assistaient et parlaient de l'ambiance générale, de ce que nous pensions des cours, du niveau général, bref elles étaient un relai entre nous et les profs, mais quand il s'agissait de parler des élèves individuellement, ce n'était qu'entre profs, responsables et directrice. Puis le professeur principal nous prenait à part dans la semaine pour nous parler de nos résultats etc donc pas d'humiliation. Et quand j'y repense, aucune de nous n'a jamais été humiliée ainsi (sauf lorsque l'une de nous avait "commis" un acte scandaleux dont je ne parlerai pas, mais la jeune fille n'avait pas été nommée et la responsable s'était contentée de commenter l'affaire pour nous faire prendre conscience de la gravité de la chose). Cela me paraît presque monstrueux comme "pratique" mais ce qui est sûr, c'est que toutes les écoles n'utilisent pas des méthodes aussi radicales.
    Nous avions aussi le choix entre les cours de cathé, ou bien une heure pour discuter autour de grands thèmes. J'avais presque alterné les deux en changeant chaque année. Et c'est là que j'ai appris à avoir l'esprit critique (en tout cas, à savoir qu'il existait et à le réveiller).
    Pour le côté religieux, nous avions une chapelle aussi. Je ne me suis jamais sentie étouffée par la religion catholique (ni aucune autre) ni par ses valeurs.
    Ensuite, nos responsables et nos profs étaient stricts, et exigeaient de nous le meilleur (normal). C'était aussi d'excellents profs (à part une prof, qui était réellement une blague…) à mon goût. Le taux de réussite au bac était également bien élevé et naturellement, l'établissement cherchait à le préserver.
    Concernant les garçons, ça ne m'a pas rendue folle de ne pas en voir et le fait de n'avoir jamais été en contact quasi-quotidiennement avec des garçons ne fait pas automatiquement de nous des folles à lier quand nous en croisons un. Notre vie sociale après le bac va très bien, certaines de nous s'entendent mieux avec les filles, d'autres avec les garçons, et d'autres encore avec tout le monde.

    Je pense que je n'ai pas abordé tous les points et mon message a l'air assez décousu, mais de manière générale, je remercie mes parents de m'avoir mise dans cette école. Bien sûr, toutes les filles qui sortaient de cette école ne sont pas du même avis, mais je ne l'ai pas du tout vécu de la même manière que l'auteure.
     
  11. misstenebra

    misstenebra
    Expand Collapse

    J'ai aussi été dans un collège de filles, et qui lui était non mixte jusqu'à la terminale, et avait des classes prépa mixtes. Je veux bien aussi avoir le nom en MP pour voir si c'était bien le même groupe (vu l'organisation sensiblement similaire, je pense que oui).

    Plusieurs points :
    - personnellement, je n'ai jamais vraiment ressenti de pression, peut-être parce que d'une part je n'y ai été qu'au collège et que j'étais plutôt bonne élève (et assez dans la lune donc assez peu réceptive à ce genre de choses)
    - ce qui m'a fait le plus souffrir ces années était surtout le manque de garçons, d'ailleurs lorsque je suis arrivée au lycée la plupart de mes amis ont été des garçons (et aujourd'hui je fais des études où sur une promo de 35 élèves nous sommes 2 filles ^^). Mais je confirme que l'ambiance sur ce point-là pouvait être assez tendue, avec des élèves qui allaient mater les prépas pour trouver des garçons
    - la présence de la chapelle dans l'établissement ne m'a jamais choquée personnellement, je pars du principe que c'est de toute façon un lycée confessionnel, que les parents sont conscient de ça lorsqu'ils choisissent d'inscrire leurs enfants dans cette école, et que ce n'est donc pas si choquant que ça si des signes religieux plus ou moins gros sont présents dans l'école.
     
  12. 9Chapillon

    9Chapillon
    Expand Collapse

    Très intéressant, ça me fait penser aux collèges Sainte-Marie qu'on a évoqués en sociologie (ouais je suis comme ça moi je balance des noms), mais on n'a pas vraiment insisté sur la partie strictitude de la chose, qui doit j'imagine exister dans tous les établissements de ce type.
    Ayant fait ma scolarité à des années lumière de cet environnement, je suis très curieuse de la manière dont ça se passe et surtout dont c'est vécu de l'intérieur. Les commentaires sont intéressants du coup, puisque évidemment il y a une pluralité de ressentis !

    @Marcelline P. : simple curiosité, qu'est-ce qu'une "vieille famille française" ? :)
     
Chargement...