J'ai testé pour vous... être éducatrice spécialisée

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 2 mars 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Tapioca

    Tapioca
    Expand Collapse
    -

    Merci pour ce témoignage! Pour moi un éducateur spécialisé ce n'était que pour s'occuper d'enfants (éducateur... éducation... enfants... lien réducteur) mais en fait non! J'ai appris plein de choses dans cet article :)
     
    Pommedapigranny a BigUpé ce message
  3. Mollywood

    Mollywood
    Expand Collapse

    Educ spé: jolis métiers que ceux du social et de la santé !

    @Sona : le plus choquant reste le terme d"handicapé" seul, comme on nous l'apprend en cours dans le domaine médical.Dans "personne handicapée" y a le mot personne, et ça, c'est LE truc vachement important :v:
     
  4. Selinde

    Selinde
    Expand Collapse
    Supercalifragilisticexpialidocious

    Merci pour ce témoignage. :fleur: Je vais de ce pas en chercher un sur les assistantes sociales !
     
  5. Mollywood

    Mollywood
    Expand Collapse

    parce qu'on finirait par dire PESH ? ;)
    Après je m'avance sans doute un peu trop, mais se torturer l'esprit pour être le moins vexant et stigmatisant possible, ça peut paraître tout aussi ridicule. Exemple: intervention en promo étudiante d'une personne...en situation de handicap. Il est là pour parler de lui, de sa vie, de son ressenti, il est venu pour témoigner aux nom de tous ceux qui ont subi un accident. Quelqu'un lui pose une question, bloque sur l'expression, bafouille, grosse gêne, on se retrouve tous un peu tendus sur nos chaises, mais la réaction du mec a été de lui dire "oui, bah un handicapé quoi" le tout en s'en amusant.
    Du coup je vous suis à 100% en théorie, essayons de faire cet effort de langage, mais j'ai parfois l'impression que la réalité est plus simple...
     
    Manousche et Sarah-in-Wonderland ont BigUpé.
  6. Céline__

    Céline__
    Expand Collapse

    Il déchire tout plein cet article ! J'aime bien cette vision du métier.
    J'suis sûre qu'il y a des points plus négatifs que le salaire, mais la motivation de l'auteur est belle à voir.
    :hugs:

    Et puis, respect pour ce qui est dit sur Pascal le Grand frère.

    @SonaJe connais des éducateurs qui ne se sont toujours pas lassé de leur profession. Et qui la défende comme le fait l'auteur. C'est pas ''trop de la merde"

    Pour ce qui est d'handicapé. J'suis sûre que c'est dit maladroitement, mais sans aucune méchanceté.
    Et question : C'est quoi le terme exact actuellement ? Personne en situation de handicape ?
     
    Kaylie a BigUpé ce message
  7. CrystalEnki

    CrystalEnki
    Expand Collapse

    Si ça peut te rassurer, je suis travailleuse sociale, j'ai eu l'occasion de bosser en IMPro et de côtoyer des éducs spés et tout le monde parle toujours de "personnes en situation de handicap". La loi de 2005 a bien défini le handicap comme une lacune de la société, plutôt qu'une lacune de la personne (j'ai plus les termes exactes en tête mais c'est quelque chose dans le genre :cretin:), donc "personne en situation de handicap" est bien le terme valide actuel et utilisé dans les établissements.

    C'est vrai qu'éduc spé est un métier génial :jv:

    Mais s'il y a des personnes qui veulent se lancer, pensez à tout prendre en considération, ça peut parfois être un métier très dur sur bien des points notamment moralement ( et puis c'est tout con mais genre Noël en famille, sur certains postes, c'est même pas le peine d'y penser et ça c'est dur >.>).
     
    Kaylie, Manousche, Re-Run et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. Meynna

    Meynna
    Expand Collapse
    Un peu absente (mais je vous aime toujours)

    J'ajoute que ça peut être un métier très fatiguant, que ce soit physiquement et/ou psychiquement (on s'attends généralement moins au second mais il est bien plus dévastateur).
    Le social en général est pas mal bouché mais il faut savoir qu'il y a plus d'emploi dans des métiers nécessitant moins d'études (comme AMP ou monitrice éducatrice par exemple) parce que payés moins chers. Mais ça reste très difficile hein.
    Et c'est cool que le TRÈS PEU d'opportunités d'emploi soit mentionné, parce que c'est quelque chose qui compte vraiment mine de rien !
    Je plussoie les conditions de travail, il ne faut pas avoir peur de devoir travailler les week-ends et jours fériés.
     
  9. keel

    keel
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Article très intéressant, tout comme les réactions qui le suivent concernant la pénibilité de ce boulot !
    J'ai toujours été intéressée par les métiers "du social" mais j'ai jamais été tentée d'en faire ma carrière car je ne pense pas pouvoir avoir le mental suffisamment fort pour parvenir à ne pas me faire "bouffer" par le travail.
    Je félicite donc tous les acteurs sociaux pour leur dévouement, leur courage et leur grand coeur :cheer:!

    Et merci pour l'article!
     
    CrystalEnki, BlueLully et Meynna ont BigUpé ce message.
  10. Pommvert

    Pommvert
    Expand Collapse
    Potterhead, Usuliste et accro à Ben Wyatt.

    Merci pour cet article. J'ai beaucoup hésité entre infirmière et éduc spé, je me suis finalement décidée pour infirmière mais j'ai toujours un doute... Je suppose que je pourrais toujours envisager de me réorienter vers le social si je ne veux plus être infirmière dans quinze ans ^^"

    D'ailleurs, certains de nos formateurs insistent beaucoup pour que l'on dise "personne en situation de handicap", et d'autres disent simplement "personne handicapée". Coucou la cohérence pédagogique hein x)
    Ceci étant, je plussoie @Mollywood . Mieux vaut dire à une personne aveugle "Tu vois ce que je veux dire ?" que de bloquer sur l'expression, bafouiller et couper une conversation normale en la ramenant au handicap alors que ça ne s'y prêtait pas.
     
    Meynna a BigUpé ce message
  11. Earl

    Earl
    Expand Collapse
    Splash !

    Je pense que dans ce cas, la différence vient de la personne qui se définit elle-même. Je trouve plus acceptable de se définir soi-même, plutôt que la société nous colle une étiquette. Si tu veux te définir par un particularisme (handicapé, lesbienne, roux, chômeur...) libre à toi, mais je trouve que ce n'est pas le rôle de ton entourage ou à la société de te réduire à cela. Je ne trouve pas que ce soit se torturer l'esprit de ne pas réduire une personne à son handicap, et de prendre en compte que son environnement joue dans le ressenti qu'elle en aura. Ou en tout cas, je trouve que c'est un effort intellectuel qui vaut le coup d'être fait.

    En tout cas, j'ai tiqué aussi en voyant que cette expression était utilisée dans l'article. Disons que pour une personne lambda ça ne me choque pas, mais ça m'interroge lorsqu'il s'agit d'une personne issue du sérail. Du coup si l'auteure passe dans le coin, je voudrais bien son avis sur la question :)

    Bref, tout ça pour dire que cet article est très chouette, ça vaudrait un article numéro 2, pour présenter spécifiquement le travail au CHRS que la Madmoizelle adore ! Ca a l'air vraiment très spécial et passionnant.

    Après j'ai juste été surprise, car il me semblait que ce type de poste (éducateur spécialisé) était considéré comme un métier en tension, d'où le fait qu'il y ait des financements pour ceux qui se lancent là dedans. Je n'ai juste rien compris, ou cela dépend des régions ? Car le témoignage de la Madz va dans le sens inverse.
     
    Sona a BigUpé ce message
  12. Sohranna

    Sohranna
    Expand Collapse

    Hello,
    Assistante sociale de formation, j'ai tiqué sur deux trois choses dans l'article, même si je l'ai trouvé globalement sympathique :) Déjà merci d'avoir précisé aux aspirants éduc de faire club stage ; c'est valable pour tous les métiers du social, certaines personnes ne sont juste pas faites pour, et perdent une année (voire plus)...

    Ensuite j'ai une question : je ne suis pas une référence dans le domaine étant donné que je suis actuellement en formation, mais du coup j'avais pas eu l'impression que le secteur du social était particulièrement bouché. Quand je bossais je n'ai pas eu de mal à trouver du travail, et idem pour mes connaissances AS. Alors après certains postes sont rares, notamment dans certains secteurs ou ceux qui ne payent pas un salaire de misère. Mais en région parisienne je ne connais pas d'AS restées au chômage bien longtemps o.O
    J'ai l'impression qu'il y a pléthore de postes à pouvoir dans les hôpitaux ou les chrs par exemple.
    Alors je ne sais pas si vous pouvez m'aiguiller et me donner votre expérience ? :)
     
Chargement...