J’ai testé pour vous… faire ma crise d’adolescence à 27 ans

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 28 février 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Lea B

    Lea B
    Expand Collapse

    <3 :unicorn: YOLO :unicorn: <3
     
  3. Galaadina

    Galaadina
    Expand Collapse

    Comme tu le dis toi-même avec humour en concluant ton article, il y a toujours une part de ridicule dans ce genre de "crise" (d'ado, du divorcé, du quadra...) mais objectivement... on ne sait pas dire "pourquoi" on trouve ça ridicule. Cela l'est-il véritablement? Ou est-ce plutôt que, de manière générale, on se sent mal à l'aise face aux remises en question un peu brutales des autres, parce qu'elles trouvent en nous un écho qu'on préfère oblitérer, et du coup c'est plus simple à vivre pour nous en les taxant de "ridicules", "égoïstes", "puériles".

    Honnêtement... je t'envie. Je sais au fond de moi que je suis quelqu'un de profondément égoïste, même si tout mon entourage est persuadé du contraire et me voit comme une sorte de sainte dévouée aux autres. Je le sais, je le sens au fond de moi, et c'est un travail de composition permanent que de réussir à ne pas péter un gros câble.
    Je ne suis pas malheureuse du tout, mais cette envie qui prend les entrailles de "dire fuck à tout le monde" et faire uniquement ce qui te fait plaisir, quand tu ne peux pas l'exprimer, c'est parfois un peu difficile à vivre.
    Je cherche des solutions pour, petit à petit, me laisser plus de place dans ma propre existence, et me faire davantage confiance car, comme tu le soulignes justement, je pense que c'est une large part du problème.
    Le souci étant que le contexte de vie joue un rôle important. J'ai beau avoir deux petites années seulement de plus que toi, ma vie est totalement différente : je suis mariée, propriétaire, maman d'un et bientôt deux enfants. Ma marge de manoeuvre est beaucoup beaucoup plus restreinte. Dire fuck à mes parents, je l'ai fait il y a longtemps déjà... je suis partie très tôt, 17 ans à peine, du toit familial. Mais là, je ne peux pas, et surtout ne veux pas du tout, dire fuck à mon mari, à mes enfants et... à mes responsabilités.
    J'ai choisi ce que j'ai aujourd'hui et je l'assume, de la même manière que tu assumeras les conséquences si tu te plantes dans tes choix.

    Tout ça pour dire que je pense que tu as bien raison de t'offrir cette bouffée d'air, ce repositionnement salutaire, tant que tu as la possibilité d'être égoïste (rien de péjoratif pour moi dans ce terme).
    Après, cela reste possible, mais tout devient plus complexe.

    Bonne chance à toi, vis bien!
     
    Tippi et Ywana ont BigUpé.
  4. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Moi, j'y connais rien mais je crois qu'on appelle ça la "crise de quart de vie". Il y a des sites qui en parlent.

    Sympa, l'article, en tout cas. Bonne journée. :)
     
    Shann a BigUpé ce message
  5. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Trop de mots piégés dans cette langue, décidément :cretin: c'est corrigé merci !
     
  6. salsifi

    salsifi
    Expand Collapse
    Guest

    Y a un truc qui me chiffonne en fait dans cet article...

    Alors je ne parle pas des détails cheveux bleus/piercing/baggy qui sont des détails de "forme"

    Mais sur le fond, ton récit me donne l'impression que tu assimiles "crise d'adolescente" à "je vis pour moi et je fais mes propres choix"

    Ben... pour moi, c'est être adulte en fait, ça. C'est être libre de choisir alors qu'à 17 ans, justement, on ne choisissait pas forcément par soi même, parce qu'on n'a pas l'autonomie suffisante, d'un point de vue matériel ou moral.

    En tout cas, je te souhaite une bonne continuation et de bonnes choses à venir :)
     
    Léalala123 a BigUpé ce message
  7. Doby

    Doby
    Expand Collapse

    Je n"ai pas non plus l'impression d'avoir fait de crise d'ado ...

    Les soirées alcool + fumette ou les mensonges du type "mais oui je dors chez une copine" alors qu'on allait en boîte ont bien sûr fait partie de mon adolescence mais je ne considère pas ça comme une crise d'ado!

    Je ne peux pas savoir si cela m'arrivera mais en toute honnêteté je n'espère pas!
     
    Shann a BigUpé ce message
  8. Lisazerty

    Lisazerty
    Expand Collapse
    aware

    Très bon article ! J'ai cru au départ que c'était un énième article sur la crise du quart de siècle, mais je me rends compte que non. (pour ceux qui ne suivent pas dans le fond de la classe, crise de quart de siècle = Doute sur son futur, sur ses choix, pression au sujet des choix, envie de reconversion avant qu'il ne soit trop tard. Tout ca est très différent de la crise d'ado décrite dans l'article).

    C'est peut être pas une vraie crise, juste ta vraie personnalité qui a enfin décidé de s'affirmer vraiment.
    Bon courage pour la suite :)
     
  9. tarangol

    tarangol
    Expand Collapse
    c'est pas parce qu'on est une madame qu'on arrête d'être une madmoizelle Guest

    Grosse angoisse en lisant cet article sur un truc très bête. Tu écris "Pensez-vous, 26 ans, bientôt 27"... J'ai eu un doute et j'ai été obligée de calculer mon âge (oui je sais je suis un peu bête). Horreur je suis restée bloquée à 26 mais la réalité c'est que j'ai 27 depuis 8 mois maintenant. En 2016 j'aurai 30 ans. Ton article vient de me faire basculer dans la crise de la trentaine je crois.

    Oui celle-là même dont je me foutais il y a encore quelques jours auprès des copains qui ont du mal à organiser leur fête des 30 ans parce qu'ils veulent pas prendre un an.

    Angoisse certainement dû au fait que ma fille fête ses deux ans demain... Aaaaaaaaaaaaaahaaaaaaargh je suis vieille. :gonk:
     
  10. keel

    keel
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Je suis en partie d'accord avec Salsifi, une crise d'adolescence a pour stupidité le rejet des parents alors que tu dépends encore beaucoup d'eux (sur bien des points de vues).
    Que tu sortes des carcans dans lesquels la société t'as enfermé, c'est très bien et très "mature", même si à première vue on peut penser que les cheveux bleus c'est ado, mais c'est la société qui a décrété que c'était anormal !
    Je te souhaite seulement de ne pas trop heurter les gens qui t'aiment et qui ont toujours été là pour toi. Parce qu'un "fuck you" à la gueule de la part d'une personne de 16 ans est plus pardonnable que venant d'une personne de 26 ans...
     
    cryhouse a BigUpé ce message
  11. Aatypik

    Aatypik
    Expand Collapse
    Bloops!

    Perso, ça ne me choque pas du tout! Parce que outre le retour aux style vestimentaire et musical d'ado, j'ai ma mère en parfait exemple.
    Elle a déménagé 10 fois en 23 ans et changé de boulot 3 fois en 7 ans. Sans filet à chaque fois. Et personne n'a jamais considéré qu'elle faisait n'importe quoi. Je pense qu'au contraire, il faut beaucoup de courage pour faire ça. Alors on la taquine tous hein, moi la première pour tous ces changements mais au fond, beaucoup savent qu'ils n'en seraient pas capables. Je ne te dis pas le nombre de ses amies qui au fond rêveraient de faire la même chose.
    Alors certes aujourd'hui, dans 2 jours elle en sera donc à son 10ème déménagement depuis que je suis née (ça se fête, vous pensez? ^^), du coup vous pensez bien que j'en ai vécu quelques uns au milieu mais je n'ai jamais vraiment souffert de tous ces changements. Elle en avait besoin, on déménageait principalement dans la même ville, j'avais toujours mes amis (le reste hein, on s'en fout un peu quand on est gosse), puis c'était sympa en final. Le déménagement dans la famille, c'est devenue une routine un peu, certain font le ménage de printemps, bha nous on déménage XD.

    Le seul gros changement a été à mes 17 ans, où elle a trouvé un boulot à Montpellier alors qu'on vient de Marseille. Elle y est allée seule, moi je suis restée avec ma grand-mère, ça n'a pas été une période très facile mais comment refuser quelque chose à quelqu'un qui se sent mal dans sa vie? Elle a vraiment revécu la bas, même si elle a changé de taff 2 fois encore après XD. Et elle a aujourd'hui 48 ans dans une société en crise où tu es considérée comme sénior à partir de tes 45. Et ça ne le lui a jamais fait peur. Et elle a toujours su me protéger en cas de coup dur hein, ce n'est pas la mère qui s'en fout et qui ne pense qu'à elle (bien loin de là d'ailleurs).

    Bref, moi jlai toujours vue faire, changer de vie, parce qu'elle s'ennuyait ou parce qu'elle en souffrait, mais au final si on réfléchit bien, ce n'est que "l'habit" qu'on change. Elle a les mêmes amis depuis des années, on s'adore depuis des années, tout le monde la considère comme quelqu'un d'extrêmement généreux, fiable, attentif, tous ces déménagements ou changements de boulot (entreprise par contre, pas de poste) n'empêchent absolument pas cette vision qu'on a d'elle.
    Ceeeertes, elle est un peu excentrique mais elle n'est heureuse que comme ça. Quand quelque chose la bouffe de l'intérieur, elle dit non et elle s'en éloigne le plus possible et moi je dis: vous avez raison!

    Je l'admire beaucoup pour ça et je considère qu'on devrait tous être capables de se sauver de situation où on se sent mourir à ptit feux, le tout étant de blesser le moins de personnes au passage... =).
    Courage en tout cas! :fleur:
     
    chimichou a BigUpé ce message
  12. Lysabunny

    Lysabunny
    Expand Collapse
    GameuZ en puissance

    J'ai 28 ans, quitté mon job reconnu il y a 1 an car je n'en pouvais plus pour réaliser mon rêve de voir l'Asie avec mon sac à dos. Maintenant, je cherche du travail mais en étant plus difficile sur la qualité, j'ai les cheveux arc-en-ciel et avec mes amis trentenaires, on se fait régulièrement des weekends fiesta-on dort tous ensemble-on mange, danse, rigole. Bref, l'auteure n'est pas la seule.
     
Chargement...