J'ai testé pour vous... le senior-sitting

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 27 décembre 2011.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Myschka

    Myschka
    Expand Collapse
    Connasse cynique

    Cet article me parle tellement ! En septembre j'ai arrêté de faire du senior-sitting. Je m'étais occupée d'un monsieur aveugle de 80 ans absolument tous les jours (même les weekend) pendant un an et demi.

    Malheureusement les circonstances étaient différentes (il me prêtait un appartement en échange, et je bossais à plein temps à côté) et nos rapports difficiles, donc j'en garde un moins bon souvenir que toi pendant ta période "lune de miel" (i.e quand ils n'étaient pas devenus complètements hors de la réalité).

    Il faut savoir que même en bonne santé, certaines personnes âgées sont tellement blessées par la vie qu'elles sont incapables de gentillesse. Il faut avoir beaucoup de patience. J'en ai eu pendant un an et demi, mais ça m'a tellement épuisée que je pense que je serais incapable de le refaire.

    Enfin bon je vais pas développer parce que j'ai pas trop le temps mais ce qui est sûr c'est que si on est motivé et patient (et surtout, qu'on est étudiant parce qu'en bossant 40h/semaine c'est pas gérable), ça peut être intéressant et enrichissant.
     
  3. Billythekid

    Billythekid
    Expand Collapse
    se touche

    J'ai trouvé l'article super triste... Personnellement, j'en serais incapable, vu que je ponds une dépression quand les enfants que je garde me dise préférer leur "autre nounou, tu sais, celle qui viens le mardi, elle, elle amène des bonbons". Alors assister à une telle détérioration, être victime de "violences", vraiment, ça a du être très dur !
     
  4. Lisazerty

    Lisazerty
    Expand Collapse
    aware

    Bel article.
    Pour celles qui sont dans un cas similaire, peut être afficher une photo de soi chez ces personnes agées.
    Enfin... ça ne résout pas tout. En plus , je ne m'y connais pas en alzheimer.
     
  5. poupettasse

    poupettasse
    Expand Collapse
    Mélange instable

    ça m'a ému. Je trouve ça tellement triste de "finir" comme ça, mais bon ainsi va la vie. Et tu as raison, les cas de maltraitance des enfants sur leurs parents arrivent souvent dans ce genre de situation, le surmenage que cela engendre est difficile à gérer, et puis faut dire qu'on ne donne pas toujours les aides adaptées aux familles.

    Enfin bref, ça doit quand même être foutrement enrichissant ce genre d'expérience, même si j'imagine qu'une fin plus heureuse aurait été mieux.
     
  6. Map-Apple-Pink

    Map-Apple-Pink
    Expand Collapse

    Cet article est très émouvant. Et même si la personne à qui c'est arrivé est malheureusement tombé sur des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, cela ne veut pas dire que si nous nous mettons à le faire à notre tour nous tomberons sur des personnes atteintes de maladies. Je pense que dès le début de l'entretient avec l'employeur il faut savoir mettre les choses aux clairs pour savoir si nous serons confrontés à se genres de situations. Certaines personnes sont fortes et savent réagir dans c'est situation (je pense ne pas en être capable personnellement mais c'est dû à mon âge certainement). Mais ce job, apporte très certainement beaucoup d'avantage à la fois au niveau humain, économique (c'est vrai qu'a la base on le fait pour gagner un peu d'argent ^^) et certainement culturel. Personnellement je pense me retrouver plus dans le senior-sitting (car les personnes sont adultes) qu'avec des enfants (mon avis est dû à ma difficulté d'être naturel avec des enfants.)

    Vraiment c'est un très bonne article qui donne envie de se donner à des gens rien que pour voir le bonheurs qu'ils sont de voir une personne qui vient leur tenir compagnie.
     
  7. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Nan ça change rien, j'ai eu une personne âgée atteinte d'Alzheimer, qui ne se souvenait plus qu'une de ses trois filles, les deux autres elle ne savait même plus qu'elle les avait eu. Et de la fille dont elle se souvenait, elle ne se rappelait que le nom, sa fille pouvait être devant elle, elle continuait de la réclamer sans jamais la reconnaître (et nous croyais à moitié quand on lui disait que c'était bien elle sa fille)
     
  8. cherrypop

    cherrypop
    Expand Collapse
    What would Blair Waldorf do ?

    J'ai vécu le même genre de situation en travaillant en tant qu'aide à domicile. Tu as très bien agis, c'est tellement dur de rester calme face à une personne qui t'insulte et qui perd totalement la tête. Surtout la scène de la cuisine, j'ai vraiment vécu la même chose, c'est plutôt marrant avec du recul, mais sur le moment c'était très dur.
    La vieille dame me disait que je ne savais pas faire à manger, et qu'elle ne voulait pas que je touche quoique ce soit dans la pièce. Cependant, c'était de ma responsabilité qu'elle dispose d'un repas chaud. J'ai donc fait le forcing, mais ça a déclenché une vraie crise de colère de sa part. Insultes et méchanceté gratuite, alors au final je me suis assise sur une chaise et j'ai attendu la fin de mon heure. C'est un des pires moments de ma vie, ahah.
    Par contre, j'ai aussi rencontré des gens adorables, très intéressants et très doux. A mon avis, c'est comme avec des enfants, on peut très bien tomber sur des anges que sur des petits caïds :happy:
     
  9. nka

    nka
    Expand Collapse
    I have OKD - obsessive knitting disorder

    Ma mère est aide à domicile et moult fois j'ai tenu compagnie aux personnes âgées dont ma mère s'occupe, mais bénévolement.
    Le pire truc a été la fois où [Racontage de life :]
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  10. lithea

    lithea
    Expand Collapse

    Ce témoignage est très émouvant, même si la fin est triste.

    Ayant perdu mes grands-parents, l'idée me plairait bien de m'occuper de seniors. Mais je ne me sens pas capable de faire face à nouveau à la maladie. Bavarder, faire des jeux, des courses, oui, mais la maladie je ne pourrais pas.

    Par contre je ne saurais pas où faire ça, en dehors du bénévolat.
     
Chargement...