J'ai testé pour vous : travailler à McDonald's

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Annelise, le 27 septembre 2011.

  1. Annelise

    Annelise
    Expand Collapse
    Human pot de crème

  2. louise1404

    louise1404
    Expand Collapse
    Trop de boulot

    Je me reconnais pas mal dans l'article, moi j'ai travaillé dans une boulangerie à l'aéroport...Hyper fréquenté, touristes fous (le billet de 500? pour un pain au choco, vas y que je te raconte ma life en chinois, le russe complétement bourré etc etc), les rush de ouf (un bus de jap!) les gens paumés (j'ai raté mon vol Air Truc , comment je me fais rembourser?), les mini drame (j'ai du plusieurs fois appeller les urgences, les flics, les alertes à la bombe...)

    Enfin je bossais dans une super équipe bien soudée et je travaillais dans un "corner" donc pas d'odeur de bouffe mais froid l'hiver!

    Honnêtement je regrette pas d'y avoir bossé même si c'était épuisant, l'ambiance avec les collègues et le manager compte énormément!
     
  3. choupidoud

    choupidoud
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Alors là énorme big up !!! J'ai également travaillé au mc do cet été, et dans le genre boulot de merde, on fait pas mieux !!
    rien a ajouter, tout est dit !
     
  4. Meenah

    Meenah
    Expand Collapse
    gniark gniark et voilà!

    2 ans au mac do d'abord équipière puis hôtesse puis formatrice...!! et franchement de bons souvenirs en plus des moins bons....j'ai eu la chance de bosser non pas à Paris ou les macdo dépendent de la chaîne, mais chez un franchisé en banlieue donc du coup c'est quand même plus cool. Les managers étaient tous sympa, une franche ambiance de rigolade, des pauses clopes anarchiques, des fous rires...on était presque tous du même age, tous relax avec un franchisé et un directeur souvent absent... après le restaurant faisait de tel chiffres qu'ont pouvait même se payer le luxe de virer les clients trop insultants! donc j'ai eu de la chance... après les histoires de couples et de coucheries c'est clair je n'ai vu ça nulle part ailleurs et c'est vrai qu'on était tout le temps ensemble...mettez des jeunes de moins de 25 ans à la libido active dans un climat de promiscuité, rajoutez les "soirées équipiers" open bar : ça détonne !
    Bon après les clients peuvent parfois être de sacré C***, les insultes, les salades envoyés à la figure etc...pour être honnêtes j'ai quitté le macdo après avoir envoyé une barquette de frite à la tête d'un client qui m'a demandé "de bouger mon cul parce qu'il attendait son big mac sans sauce sans salade depuis 30 secondes et qu'on devrait en prévoir au cas ou, mais que je devais être trop conne pour ça!"
    J'y repasse de temps en temps, petit à petit l'équipe a changé, il ne reste que certains équipiers devenus manager et l'ambiance n'est apparemment plus aussi drôle...j'en garde de bons souvenirs, de bons amis et 10 kg en trop!
     
  5. Volver

    Volver
    Expand Collapse
    Princesse Consuela Banana Hamac

    Petit Jésus s'est penché sur mon berceau je crois, car âgée de 18 ans et trois jours, fraîchement en possession des clés de mon premier pot-de-yaourt-appartement, j'ai passé un entretien chez MacDonald's (à la Madeleine, haha, tout le monde connait non ?), et j'ai été... RECALEE !! Croyez le ou non mais ce fut certainement une des meilleures choses qui puissent m'arriver dans la vie.
     
    Chocapiix a BigUpé ce message
  6. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Tu as décris ça à la perfection !

    J'ai tenu presque un an dans un resto Mcdo franchisé (c'est un niveau d'esclavage supérieur aux autres Mc do) et pour rien au monde je n'y retournerai. Pour les repas, la politique de celui où je bossais était très strict, un nombre de points par grade, les équipiers ayant le plus bas, je n'avais jamais un vrai menu comme repas (et je ne pouvais rien ramener chez moi les soirs de close) mais j'ai quand même bien pris 5 bons kilos durant cette période (tout en arrêtant le sport à côté).
    J'ai eu aussi pas mal de clients chiants, ceux qui te parlent comme de la m..sont monnaie courantes, le plus bizarre étant un homme d'un certain âge qui passait chaque fois au drive avec dans sa voiture une ou plusieurs prostituées étrangères. Par contre, j'adorais le lobby. C'était justement la bonne planque pour ne pas avoir à parler aux clients, se balader dehors en sortant les poubelles, je voyais pas le temps passé.
    Les histoires entre le personnel sont bien vraies, je me rappelle que certaines équipières travaillant depuis plus d'un an avaient un tableau de chasse assez conséquent rien qu'au sein de ce resto. Notre directeur sortait même avec une des manager, c'est dire. Par contre, je ne savais pas qu'il y avait des avantages pour les couples.

    Ce qui m'a marqué aussi c'est au sein même de Mc Do, c'est l'équipe en elle-même. Outre les personnes qui suivent des études précises, ou qui ne sont que de passage, beaucoup se retrouvent là par dépit, étant sorties du système scolaire. La plupart des managers l'étaient devenus au fil du temps, rares sont ceux qui avaient un diplôme. J'ai vu de nombreuses filles qui avaient échouer à leur bac plusieurs fois, qui étaient là depuis deux ans rêvant de devenir manager, alors que bon, quand tu as les capacités pour le devenir en général, le directeur te monte en grade dans les 4 à 7 mois. Et d'autres ayant un master en finance mais ne trouvant pas de travail donc se retrouvant là par dépit. Bref, l’expérience Mc Do m'a surtout ouvert les yeux sur l'importance des études.
     
  7. .Kay.

    .Kay.
    Expand Collapse
    "Look at me..."

    Je me suis reconnue pas mal dans cet article vu que ça fait plus d'un an et demi que je travaille dans une enseigne concurrente spécialisée dans le poulet. Je vois que tout les fast-food se valent, que ça aille du client pète-couilles (pic d'affluence pendant les week-ends et jours fériés !) aux managers désagréables.
    Je suis présente depuis l'ouverture du restaurant mais aucune perspective d'évolution en interne. Ce n'est pas que j'ai envie de faire carrière dans le poulet (j'ai quand même une licence en communication mais j'avais grave besoin d'argent à la sortie de mes études) mais l'ego en prend un sacré coup, surtout quand on sait que certains "collègues" ont droit à pas mal d'avantages du au fait qu'ils se sont mis la direction dans la poche depuis le début. Affligeant... :stare:
     
  8. Skjoldmø

    Skjoldmø
    Expand Collapse

    j'ai aussi bossé dans une enseigne de resto rapide et ton article me rappelle mon bref passage dans cet univers si particulier: rêver qu'on fait des sandwich, avoir le frigo remplie des pertes du resto, les plans drague parce que t'es la petite nouvelle, les clients qui te hurlent dessus parce que le fromage dans le sandwich est trop fondu...je ne regrette pas d'en avoir fini ^^
     
  9. joulic

    joulic
    Expand Collapse
    Trop de boulot

    J'ajouterais juste que chez Quick, eux c'est le goût certes mais il y avait en plus la joie de devoir laver et repasser les chemises foireuses fournies par le gentil manager. Faire sa lessiveand co le seul jour off, que du bonheur...
    Je me rappelle avec émotion de mon 1er jour : le fait de ne jamais pouvoir s'arrêter pendant le shift m'avait tué, j'avais les jambes qui avaient triplé de volume, je n'arrivais même plus à me baisser. Mais c'est clair, qu'une fois sortie de là, on sait pourquoi on va en cours...
     
  10. Bazounette

    Bazounette
    Expand Collapse

    Tout à fait d'accord!
    Exactement ça, enfin la cuisine c'est mieux t'as pas les clients devant ton nez mais sinon oui c'est ça! =D Repasser 10 fois le chiffon alors que c'est propre par exemple...
     
  11. Faith.

    Faith.
    Expand Collapse
    A perdu la foi.

    Ahah mais c'était trop ça. Sauf que le mcdo où j'ai bossé (un mois parce que j'étais faible) c'était dans le 16eme (mais si, le Mcdo qu'on voit dans LOL)

    Je crois que le truc qui m'a le plus choqué, en plus de m'être fais hurler dessus par une mère parce que à 10h on avait pas encore de hamburger pour son gosse, c'est ce jeune de 16, 17 ans qui était avec sa copine et qui lui disait "ouais je sais je crains de manger au mcdo comme tout le monde, mais mon nouveau cuisinier fait des trucs trop dégueu".

    Ca a été et ça reste le pire mois et le pire job de ma vie, rien qu'en y repensant j'ai une boule dans le ventre. L'avantage, c'est que maintenant plus aucun responsables d'aucun job ou stage ne peux arriver à la cheville du manager du Mcdo.

    Bien sûr, utile quand on veut de la thune et qu'on est à la fac avec les horaires de la fac qu'on connait tous... mais lorsque j'ai été malade, que j'ai appellé le mcdo toute une journée pour prévenir et que personne n'a répondu, et que quelques jours après j'ai reçu un recommandé pour un blâme où je sais pas quoi, je me suis pointée, j'ai envoyé mes fringues dans la gueule de ce manager à la con et j'me suis cassée. L'esclavage, ça va 5 min.
     
  12. Tabouret

    Tabouret
    Expand Collapse
    I lost my shoe.

    Je vous plains les filles. Perso j'ai bossé dans un cinéma Pathé et ça a pas mal de côtés franchement relous, mais à côté de McDo ou tout autre fast food ça doit être du pipi de chat !

    Sinon un truc un peu HS : Moi qui ai peur des clowns, je vous raconte pas ma tête quand j'ai vu la photo de Ronald (bon, je sais bien que c'est la mascotte, mais comme jsuis un peu concon je m'y attendais pas :cretin:), mais celle qui m'a achevée c'est celle du bébé mutan. :knockout:
     
    Shiera S a BigUpé ce message
Chargement...