J'ai testé pour vous... travailler pour un centre de sécurité sociale étudiante

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par JulietteVonGeschenk, le 26 mars 2016.

  1. JulietteVonGeschenk

    JulietteVonGeschenk
    Expand Collapse
    J'aime les fringues et les frites
    Membre de l'équipe

  2. Camstandre

    Camstandre
    Expand Collapse

    Personnellement, je conseillerai même (et peut-être surtout) aux timides de faire ce genre de boulot d'été (celui où il faut "aller" vers des gens). J'ai eu l'occasion il y a deux ans (et vais encore l'avoir cette année) de travailler pendant deux mois en tant que conseillère clientèle dans une société de crédit. En gros, il fallait répondre au téléphone toute la journée et répondre aux questions des clients sur leurs comptes ainsi que faire des virements (normalement, il faut aussi - entre autres - vendre des assurances et des crédits mais dans ce cas on repassait juste l'appel à un des collègues vu que à notre stade la vente c'était pas vraiment dans nos cordes). Bref, répondre au téléphone / appeler c'est très très loin d'être mon truc, et en plus je suis timide et je manque de confiance. Autant dire que les premiers jours sur le plateau ont été assez pénibles, et je me demandais souvent si je ne disais pas n'importe quoi aux clients (sauf que en fait non parce que si tu as un doute, tu appelles rapidement ton superviseur - et tu fais un peu poireauter la gentille personne au bout du fil en espérant qu'elle ne t'en veuille pas trop ^^). J'avais la trouille, je ne me sentais absolument pas capable, et puis au final ... tu es bien obligée, alors tu prends un peu d'assurance et tu te lances. Après ces deux mois j'ai tout de suite senti la différence ; j'étais plus confiante (au boulot et dans la vie de tous les jours), je savais ce que je faisais (et parfois j'avais même l'impression de le savoir mieux que certains autres collègues plus anciens, vu les fausses informations que pouvaient avoir les clients) et je me débrouillais pas trop mal. Et puis, l'équipe de jeunes qui étaient là pour l'été était vraiment super, on rigolait beaucoup entre (et pendant...) les appels et on s'entendait bien. Bref, j'y retourne cette année, et même si je sais que je vais avoir la voix qui tremble et l'envie maladive de fuir le téléphone et de partir le plus loin possible, et bien ça va passer au bout de quelques jours et ce sera d'une part une bonne expèrience, et de l'autre un bon moyen de gagner des sous !.
     
    Revan et Erinnern ont BigUpé.
  3. Erinnern

    Erinnern
    Expand Collapse
    Pas de désolisme.

    Je suis hyper d'accord avec toi ! c'est même un peu dommage que @JulietteVonGeschenk décourage par 2 fois les timides d'essayer le job ! Les timides se découragent bien assez eux-même...
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  4. Lady Stardust

    Lady Stardust
    Expand Collapse
    Ah wham bam thank you ma'am!

    C'est intéressant de voir le job "de l'intérieur"...et ça rassure de voir qu'il y a une "vraie" formation mais du coup je me demande dans quelle mesure les formateurs insistent sur l’éthique... :ninja:

    Car après avoir été plusieurs fois baby-sitter monitrice d'étudiants étrangers dans ma fac j'avais légèrement envie de massacrer étrangler d'interroger sur leurs pratiques les fameux "conseillers santé" de la LMDE qui profitaient du fait que mes étudiants ne parlaient pas si bien français et ne connaissait pas le système de l'affiliation et de la sécu étudiante en France pour leur faire croire que la souscription à une de leur mutuelle payante était obligatoire :stare: (ils étaient en plus déjà couverts par une mutuelle de leur pays, obligatoire dans leur fac d'origine).

    Je me souviens d'un "conseiller santé" (ahem merci les conseils) que je croisais tous les jours (vu qu'ils étaient installés pile dans le hall du département d'apprentissage du français pour les étudiants étrangers afin de pouvoir sucer la moelle "conseiller" ceux-ci durant leurs pauses entre les cours) qui m'avait fait une remarque du style "ah ben vous avez pas l'air de bonne humeur aujourd'hui, souriez mademoiselle", NON MAIS J'AURAIS L'AIR UN POIL PLUS HEUREUSE A PAS COURIR PARTOUT APRES MES 20 ETUDIANTS POUR LES EMPECHER DE SOUSCRIRE A VOS P***** D'ARNAQUES SI T'ETAIS PAS TOI ET TES COLLEGUES EN TRAIN DE FAIRE DE LA VENTE FORCEE, nan ça va très bien mec :stare: non désolé ils ont pas le temps là ils repartent en cours :stare: nan vraiment ça ira ils veulent pas lire vos brochures on a tout ce qui faut :stare: oui vraiment merci mec au revoiiiiiiiiiir :stare:

    Tous les ans quelques uns de nos étudiants se faisaient avoir car ils avaient souscris à de grosses mutuelles bien chères plus vite que leur ombre malgré nos infos et nos conseils, apeurés par les discours des conseillers de la LMDE... j'étais blasée :goth: (la responsable du programme d'échanges avait même une fois engueulé bien fort deux conseillers tellement elle en avait marre que ça se reproduise chaque année ce type de vente forcée).

    Ainsi, voilà.
    (on sent la frustration :lol:)
     
    Erinnern, adita, Multicolorielle et 5 autres ont BigUpé ce message.
  5. Lily Seventeen

    Lily Seventeen
    Expand Collapse

    Un peu comme Lady Stardust, j'ai été amenée dans mes petits boulots à m'occuper de l'accueil d'étudiants étrangers (Erasmus précisément) et ils n'ont pas besoin de s'inscrire à nos sécu étudiantes. J'ai vraiment été agacée par les conseillers qui essayaient à tout prix de leur vendre les mutuelles, la sécu etc... Mes petits Erasmus arrivaient complètement perdus pour me demander si c'était normal et si ils devaient souscrire aux offres...
    Malgré ma grande timidité, j'ai pris mon courage à deux mains pour aller voir les conseillers et leur dire que bon, ils étaient bien mignons, mais que la prochaine fois qu'ils avaient affaire à un étudiant Erasmus, qu'ils le laissent tranquille quoi... :/

    Sinon, j'avais passé il y a des années un entretien collectif pour travailler dans un de ces centres de sécurité sociale. (un de mes premiers entretiens je crois). Nous étions divisés en deux groupes et nous devions avoir un débat type un groupe pour la corrida et un groupe contre la corrida / l'euthanasie etc... Et c'était à celui-celle qui gueulerait le plus fort, quitte à couper la parole aux autres et être agressif.... Vraiment pas pour moi :cretin:
     
    adita, Multicolorielle, Bananapower et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. minissaussette

    minissaussette
    Expand Collapse

    Moi j'ai travaillé chez le concurrent de l'auteur et c'était un peu different ... Déjà pour le recrutement on était en groupe et on devait présenter le truc, c'était pas des entretiens individuels. Ensuite clairement, ok on avait pas le patron physiquement sur le dos, mais la pression était bien la, surtout qu'on était une année où la LMDE a eu des problèmes financiers et nos concurrents appelaient nos clients en leur disant qu'ils ne seraient pas remboursés s'ils allaient chez nous ... On nous poussait clairement à embobiner les étudiants et leurs parents, mais faut pas se leurrer en face ils faisaient pareil ...
    Après, nous on avait aucune prime (plus un rond dans les caisses) par contre je faisais les meilleurs chiffres de mon secteur donc en septembre j'ai fait les présentations dans les amphis auprès des étudiants (ils étaient obligés d'y aller et ils se faisaient bien chier).
    Y avait beaucoup de tensions entre les 2 organismes, quelques années avant, des conseillers lmde avaient dit aux conseillers adverses que les inscriptions étaient annulées et donc ils avaient raté une matinée entière.
    Mais les coups bas pleuvaient de tous les côtés, on travaillait un par un nous, pas par 2 et on se faisait vraiment chier parfois et parfois on était super chargés. En tous cas l'ambiance n'était pas très agréable.
    C'est pas insupportable comme boulot mais c'est pas tout rose (j'ai travaillais de juillet à septembre en 2014 dans une petite ville étudiante)
     
    Multicolorielle et jjul ont BigUpé.
  7. Bananapower

    Bananapower
    Expand Collapse

    J'avais fait un entretien pour la LMDE. Le fameux entretien en groupe. De mémoire il fallait qu'on défende notre point de vue pendant un débat (mais c'était à moitié imposé).
    Bref, et en gros ils ont sélectionné les tarés qui te laissait pas en placer une et qui s'écoutait parler.
    Je fais malheureusement parti des gens qui savent s'imposer mais qui savent aussi laisser place à l'écoute du propos de l'autre ...

    Bref.
    Je trouve la mentalité mauvaise, et assez minable de profiter de la naiveté de certains jeunes étudiants pour les embobiner et leur filer n'importe quoi.
    (Parce que moi aussi j'ai subis les attaques de dizaines de représentants LMDE , SMEBA et cie, et j'en garde pas un bon souvenir).
     
  8. Bananapower

    Bananapower
    Expand Collapse

    Ahaha exactement ce que je viens de raconter. Méthode et choix de recrutement très parlant sur les valeurs de la mutuelle XD
     
  9. Louillle

    Louillle
    Expand Collapse
    .

    J'ai moi aussi été conseillère mutualiste à l'information sur les chaînes d'inscription (c'est ainsi qu'on s'appelait à l'été 2009 quand j'y ai travaillé), et pour la même mutuelle étudiante il me semble.

    Et ce fut l'une de mes meilleures expériences de job étudiant. De nature plutôt réservée, je me suis révélée. Tout fut très formateur. Depuis les entretiens collectifs (quelle surprise quand tu n'es pas prévenue !) très sélectifs et demandant beaucoup d'imagination et de spontanéité (il a vraiment fallu que je me fasse violence mais ça m'a beaucoup plu), l'entretien individuel interminable à se faire cuisiner sur des petits détails de notre parcours (et ça m'a été hyper utile par la suite)... jusqu'à la formation de 3 jours en immersion, façon colonie de vacances mais en étant très bien encadrés et surtout bien armés pour le boulot à réaliser ensuite.

    On travaillait en binômes et on a changé plusieurs fois d'établissement / d'université dans l'été, ce qui permettait de rencontrer des personnes de tous horizons à la fois dans les équipes de la mutuelle mais aussi au niveau du public accueilli. L'ambiance était super bonne. Parfois un peu tendue avec l'autre mutuelle (mais c'était rare). Il arrivait qu'on se mette d'accord avec l'autre mutuelle pour "prendre" un étudiant sur deux et donc partager équitablement. Je n'ai pas souvenir d'avoir survendu une adhésion à la mutuelle alors que l'étudiant n'en avait pas besoin (parce qu'il était encore mineur, ou parce qu'il était là pour un échange erasmus par exemple). La mutuelle pour laquelle j'ai travaillé n'était pas dans cet état d'esprit.

    Les avantages que j'ai retiré de ce boulot :
    - l'échange humain : être sur des chaines d'inscription ça signifie accueillir des bacheliers tout neufs, un peu en panique dans l'univers de l'enseignement supérieur. Ils arrivent pour la plupart de leurs petits lycées, il y a mille papiers à remplir, mille choses à faire, décisions à prendre pour la rentrée qui arrive. Au delà de leur expliquer comment fonctionne la mutuelle étudiante, je me souviens avoir passé pas mal de temps à les rassurer, à échanger avec eux (j'étais à ce moment là à Bac +3) - surtout sur la chaîne d'inscription en médecine où je garde le souvenir d'étudiants déjà bien stressés. J'ai trouvé cette partie du boulot très gratifiante, parce que j'aime bien l'échange, parce que j'ai un petit côté "maman". L'échange avec les parents (parfois tout aussi stressés) est sympa aussi. J'ai eu peu de gens désagréables au final, peu qui criaient au scandale de cette mutuelle obligatoire et qui pesait un poids supplémentaire dans la coût des études (le fait d'être étudiante et de payer soi-même cette mutuelle est un bon argument pour écouter et répondre aux mécontents).
    - l'ambiance dans les équipes : le fonctionnement en binôme était vraiment super. Les managers étaient finalement peu présents physiquement sur les chaines mais toujours disponibles au téléphone pour nous répondre quand on avait besoin d'aide ou de compléments d'infos. On devait aussi essayer de vendre des assurances complémentaires, mais sans pression. Si on en vendait on était félicités en réunions de debrief, sinon c'était pas un drame. Je ne me souviens plus si l'on avait des primes en lien avec ça. Ce n'était peut-être pas encore en place. Ou alors c'est ce qui explique qu'on était si bien payés. L'ambiance du groupe dans lequel j'étais était excellente et on était une bonne équipe (du point de vue des chiffres) - tout est lié de toutes façons. On travaillait dans une bonne énergie.
    - tout apprendre de la mutuelle étudiante, c'est très utile d'un point de vue personnel vu qu'on est tous encore dans les études !
    - les horaires : ils étaient plutôt cool il me semble, mais les journées étaient intenses. Certains jours (en fin d'été notamment ou en septembre), on voit peu d'étudiants défiler. Mais le reste du temps, on enchaine à un rythme soutenu et la fin de journée vers 16h/17h grand max est bien appréciée. J'ai même pu continuer à travailler en septembre, alternant les journées de cours (il y en a peu à la rentrée) et les journées de boulot. J'ai eu la chance d'être affectée dans mon université pour tout le mois de septembre, ce qui me permettait d'aller des cours à la chaîne d'inscription et de jongler comme ça.
    - le salaire : on était bien payés, vraiment. Par rapport à mes autres boulots étudiants, c'est celui où j'ai le plus touché. Et le rapport horaires-salaire était vraiment bien. J'ai quand même pu profiter de mon été (d'autant plus qu'il y a une interruption de 3 ou 4 semaines entre juillet et août - au moment où les universités et écoles ferment et les chaînes d'inscription avec).
    - ce qu'on apprend sur soi : après cette expérience, j'étais plus sûre de moi, j'allais plus vers les autres. J'ai appris à me connaître sur certains points (que la vente pure et dure ce n'est pas trop mon truc mais que le conseil ça l'est carrément). J'encourage les personnes timides ou peu sûres d'elles d'aller vers ce type de poste. On vous donne lors de la formation un argumentaire béton, au pire les copains de l'équipe sont là pour vous aider et vous soutenir, ainsi que les managers.

    Les inconvénients :
    - l'entretien de sélection est vraiment dur (mais c'est aussi une bonne expérience pour tous les entretiens de sélection qui suivent. Ça m'a par exemple permis de réaliser des pirouettes improbables et de m'en sortir dans des entretiens costaux pour des postes à bac+5).
    - dans certaines mutuelles, l'impression de "vendre" tout et n'importe quoi à n'importe qui est bien présente. J'ai eu la chance de ne pas être dans l'un de ces groupes. La pression aussi peut devenir pénible - c'est juste un job étudiant, un job d'été - à destination de nos copains étudiants en plus.
    - le seul point négatif que je vois à ce boulot est la baisse d'activité sur certaines semaines de l'été (autour du 14 juillet par exemple). On m'a envoyée faire de la distribution de flyers en plein soleil devant l'entrée d'une université pour m'occuper ce jour là et que je sois quand même payée. J'aurai pu refuser. Cette expérience ne m'a pas plu mais ça n'a duré que 2 jours alors bon... :)

    En bref, une super expérience, humainement riche (la tristesse du retour sur les bancs de la fac ensuite... j'aurais pu l'ajouter aux inconvénients ^^).
     
    Erinnern a BigUpé ce message
  10. Multicolorielle

    Multicolorielle
    Expand Collapse

    je trouve ca vraiment fou que le poste s´appelle "conseiller.e santé" alors qu´en fait il ne s´agit pas du tout de conseiller et orienter les étudiant.e.s face au choix d´une sécu et d´éventuelles mutuelles, mais bien de VENDRE à tout prix des services sans tenir compte du tout des besoins et des moyens des genTes.
    franchement je trouve ca vraiment répugnant, c´est fou que la sécurité sociale, qui était quand même pendant longtemps un service public, soit devenu un marché, où encore une fois il s´agit de faire du blé sur le dos des plus naifs, en obligeant des personnes à faire un job qui force à entourlouper les autres, alors qu´il s´agit de la SANTÉ des gens.
    En fait c´est même totalement aberrant et scandaleux.
    (mais bon c´est pas une nouveauté hein)
     
    Bananapower, Lady Stardust, adita et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  11. Croquelicot

    Croquelicot
    Expand Collapse
    It's a TRAP² !

    J'ai aussi envie de réagir, quand j'ai débarqué à 17 ans à la fac, on m'a aussi faire adhérer à une mutuelle "obligatoire", je me souviens c'était 35 euros, et je me suis bien privée ensuite (je vivais avec 200e/moi hors loyer). Quand on m'a dit que ce n'était pas du tout obligatoire, je me suis sentie vraiment humiliée et victime d'injustice. Le job est peut être bien de ce côté, mais ça m'a marqué (c'était il y a 10 ans).
     
    Bananapower et ChansonMuette ont BigUpé.
Chargement...