J'ai visité les camps de la mort d'Auschwitz-Birkenau

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Caliodë, le 18 février 2012.

  1. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

  2. Tree Hugger

    Tree Hugger
    Expand Collapse
    T'aimer un peu pour vaincre l'automne.

    Non mais ça ne va pas là, ça colle des frissons partout. Et cette chanson, je l'ai apprise au collège et je n'aurai pas dû l'écouter en lisant la suite de l'article.

    Merci pour ce témoignage. Visiter les camps de la mort, je sais que c'est quelque chose que je ne pourrai jamais faire. Trop d'émotions, trop difficile à supporter.
     
  3. Apprentie-Diva

    Apprentie-Diva
    Expand Collapse
    Fuck that shit, I am in holidays !

    J'ai beaucoup aimé l'article. Ca m'a renvoyé à mon envie de visiter ces lieux :j'ai vraiment envie d'y aller seulement, j'ai peur de perdre toute foi en l'humanité.


    Je me souviens qu'à une très très très grosse moindre échelle, j'étais allée voir le musée de la seconde guerre mondiale (je me souviens plus du nom exact) à Londres et qu'on avait vu les chaussures, les objets, etc des déportés entassés dans un immense bocal en verre. C'était horrible. Je me souviens encore de la sensation d'oppression que j'avais ressentie, j'avais eu la gorge nouée, comme si je crois que j'avais du mal à faire face à une telle horreur. Et que quand j'étais ressortie du musée, j'avais eu l'impression d'aspirer une grande bouffée d'air.
     
  4. Moh

    Moh
    Expand Collapse
    Cumberbitch, whovian, potterhead, fannibal, etc.

    Beau temoignage, qui retranscrit parfaitement ce que j'ai egalement ressenti...

    Oui j'ai aussi visite cet endroit, en terminale, et ce sentiment d'horreur muette me restera toute ma vie...moi je l'ai visite en fevrier...il faisait froid, Birkenau etait plonge dans un silence mortel, la neige rendait l'ensemble d'autant plus mortifiant. Je me rapelle avoir ressenti des presences dans les baraquements, la ou les victimes ont dormis entassees les unes sur les autres...Je me suis sentie observee, oppresse...Pour moi ce lieu est hante. Les murs ont absorbes tant d'horreurs, qu'ils en liberent encore des effluves aujourd'hui. Mais je reste convaincue qu'il est important d'y aller au moins une fois...pour faire face a l'horreur dont peut faire preuve l'etre humain...Et ce ne sont pas ces tonnes de brosses a dents, de chaussures, ou encore cette couverture faite de cheveux HUMAINS, qui me contrediront.

    Ca m'a bouleverse, mais je ne regrette pas un seul instant d'y etre allee. Ca te fait hair le genre humain, mais cela te convainc aussi de le faire changer.



    (desolee pour le manque d'accents, je suis sur un clavier anglais)
     
  5. Luz-

    Luz-
    Expand Collapse
    Je dois y arriver.

    Très beau témoignage, très bien écrit.
    J'aimerais beaucoup y passer pour le devoir de mémoire.
    En Belgique j'ai été "visiter" (si on peut dire ça) Breendonk, camp de concentration belge, la "visite" m'avait d'autant plus touché que ma grand-mère paternelle (que je n'ai malheureusement pu connaitre) y a fait une courte visite pour résistance mais s'en est sortie vivante.
    Il y a comme un froid, une chape de plomb qui s'abat sur soi. Je n'ose imaginer aller à Auschwitz-Birkenau, car il a la réputation qui suit et est beaucoup plus imposant. Je ne sais pas si ma petite sensibilité pourrait le gérer.
     
  6. Faith.

    Faith.
    Expand Collapse
    A perdu la foi.

    Très bel article, qui m'a rappelé aussi des souvenirs...

    En 3ème, au lieu de faire le stage d'observation, je suis partie avec ma classe une semaine en Alsace, là bas nous avons visité le camp de Struthof, et déposé une gerbe pendant une cérémonie.
    C'était vraiment très difficile, là aussi nous parlions à voix basse, même si personne ne nous avait rien dit. Les chambres à gaz étaient ouvertes au public, ainsi que les salles avec les cuves de formol et les tables d'opérations.
    Ça remonte à 8 ans presque, mais je me souviendrais toujours que tout le monde avait pleuré pendant la cérémonie, ça avait été une prise de conscience énorme. On avait étudié tout ça en cours, mais se trouver dans un endroit qui a connu ces horreurs, c'est tellement différent.
     
  7. KlocMonsieur

    KlocMonsieur
    Expand Collapse
    NPA in progress...

    Merci pour ce témoignage.
    Visiter les camps, c'est une des choses que j'aimerai vraiment avoir le courage de faire, ça me parait presque une obligation, mais je ne sais pas si j'y arriverai, j'ai déjà mis des semaines à me remettre d'une visite au musée de la Shoah.
     
  8. cuticule

    cuticule
    Expand Collapse

    J'ai visité le Struthof au lycée, visite faite par un ancien détenu, avec toutes les anecdotes et les souvenirs qui vont avec, c'est clair que je n'oublierai jamais...
     
  9. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    Merci à toutes :)
    C'est vrai que ça colle des frissons. (même quand je me relis...) C'est vrai que ça touche tout le monde d'une façon ou d'une autre, mais on ne peut pas vraiment prévoir.
    Je peux comprendre celles qui n'oseraient pas y aller, c'est vraiment très chargé émotionnellement, et il y en a qui s'évanouissent ou qui fondent en larmes.
    C'est pour ça que j'ai écrit cet article, pour partager mes émotions avec celles qui n'ont jamais visité de camps. (et aussi un peu par besoin personnel ^^)

    Tree Hugger, cette chanson, je l'ai toujours beaucoup aimée, et l'autre jour je l'ai écoutée, je ne l'avais pas entendue depuis le jour où j'ai écrit l'article (en octobre), et j'ai fondu en larmes, toutes les émotions se sont comme imprimées sur cette chanson. D'ailleurs j?espère que je pourrais la réécouter un jour.
     
  10. lunalovegood

    lunalovegood
    Expand Collapse

    J'ai visité il y a quelques années maintenant le seul de camp de concentration Français.
    Ce qui est horrible dans cette visite, c'est la réalité de ce qui c'est passé, car on en entend parlé au cinéma, à la télé, avec des interview mais être devant la cheminée d'incinération et devant les chambres à gaz c'est différent.
    Ce qui m'a le plus choquée, c'est la facilité et la rapidité avec laquelle l'homme peut faire tout ça, et sous un régime de peur les citoyens n'osent rien dire.
     
  11. Cocktail Citron

    Cocktail Citron
    Expand Collapse
    Si tu savais!

    Merci pour ce témoignage... .

    Ce que tu expliques sur les pièces avec les lunettes et prothèses et pire, celle avec les cheveux, est vraiment bouleversant!

    J'ai une question, comme tu dis que beaucoup de gens perdent leurs moyen, y a-t-il des médecins sur place, une équipe ou un bâtiment qui permet d'accueillir les personnes si elles font des malaises ou se sentent mal ?

    Et aussi, y a-t-il un psychologue ou une personne à qui on peut aller parler après la visite ? Enfin parce que, c'est pas comme si on visitait un simple musée quoi, j'ai du mal à imaginer qu'on relâche tout simplement les gens dans la nature après la visite... il n'y a pas un petit goûter à prendre ensemble, pour au moins en parler, ou quelque chose du même genre ?
     
  12. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !


    En fait, la guide, à la fin de la visite, nous demande si on a des questions, et quand elle a fini de répondre, elle reste sur place. En fait, il y a une navette toutes les 10 minutes qui partent de AB-II jusque Auschwitz, et on prend celle qu'on veut. Donc il y a pas mal de personnes qui reste sur place, lire les plaques ou se recueillir, et la guide est à côté si on veut lui parler.
    Je ne sais pas pour les médecins, mais à mon avis oui, il y a au moins un service d'infirmerie...
     
Chargement...