Je m'en veux de penser ça mais...

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Ipsie, le 10 mai 2013.

  1. Kaylie

    Kaylie
    Expand Collapse
    Tourne en rond avant d'aller dormir.

    Alors par chez moi kéké veut dire "petit con prétentieux" et n'a absolument rien à voir avec la clsse sociale :cretin: C'était ma contribution du jour :rire:
     
    Dysnomia, BouletteRose, Whitemountain et 16 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Cépamoi

    Cépamoi
    Expand Collapse
    Absente en ce moment

    @Dame Verveine
    Pardon pour la énième motif. Je trouve le débat très intéressant mais je ne vais pas être en mesure de répondre avant un long moment s'il se poursuit pour cause de prof sadique.
    J'ai trouvé ta réflexion sur l'intergroupe et la reproduction de schémas de domination très intéressante, je crois qu'on se rejoint tout de même sur pas mal de point (à défaut de se rejoindre sur le questionnement des pratiques via internet).
    Bonne continuation à touxtes (jusqu'à la prochaine fois :lunette: )
     
    Dame Verveine a BigUpé ce message
  3. Madthilde

    Madthilde
    Expand Collapse
    Schtroumpfette contrachiante

    Même sans remettre en cause ce postulat, bondir pour faire un lien entre "humour beauf" et "oppression" me paraît juste danser sur la ligne du ridicule. Ce n'est pas parce qu'une chose existe que n'importe-quoi qui pourrait s'en rapprocher si l'on gratte suffisament est également justifié et valable.
     
    PurplePotatoe, Wowienne, Pawline et 15 autres ont BigUpé ce message.
  4. Lady Stardust

    Lady Stardust
    Expand Collapse
    Ah wham bam thank you ma'am!

    ... ou pas.
    J'ai l'impression que tu mélanges les définitions de beauf et humour beauf. Oui l'humour beauf faut référence à un certain type d'humour (gras et sexiste, pour résumé) qui fait référence à une certaine figure (le beauf) qui est associé à une certaine classe sociale (les classes populaires). Pour autant l'expression "l'humour beauf" est loin de se limiter à qualifier de l'humour beauf (gras et sexiste) fait par des beaufs mais aussi de l'humour beauf (gars et sexiste) tout simplement. Ce qui fait que parler d'humour beauf vis à vis de mecs issus de milieux aisés s'entend aussi : l'humour gras et sexiste n'étant pas l'apanage des beaufs.


    Je ne suis pas d'accord non plus et je rejoins là @Dame Verveine , qualifier un humour de "beauf" c'est péjoratif et donc forcément il y a de la distanciation de la par de l'émetteur, que ça concerne un chef d'entreprise ou Kévin le fan de tuning.

    Je trouve tes posts assez confus (mais l'emploi récurrent de vocabulaire universitaire que je ne connais pas aide peut-être pas pour que je comprenne :ninja:), j'ai du mal à voir de quoi tu parles en fait, notamment pourquoi tu ne parles pas d'habitus de classe...
    ... alors que c'est justement le sujet, non? L'image qu'on s'en fait elle provient en partie de certains habitus de classe (les mecs de 40 ans qui tournent au pastis et font des "commentaires" gras sur les femmes et sur toi la fille de leur pote lors de l'apéro, c'est pas non plus une légende urbaine campagnarde :lol:)
    La distanciation que pas mal de gens issus de la classe populaire font envers ce type de "beaufs" existe et c'est pas forcément du classisme intégré en fait... juste que bah t'aime pas l'humour gras et sexiste de tes voisins / des potes de ton père / de ton mari / de tes collègues et tu le montres à travers un qualificatif plus ou moins péjoratif. Pour redire ce que dit @Dame Verveine, variété des cultures populaires quoi.

    Le souci question classisme pour moi c'est que cet archétype du beauf est utilisé par les classes supérieures pour généraliser à l'ensemble des classes populaires, mais aussi qu'il déborde sur d'autres habitus de classes : les loisirs par exemple, qui vont être jugés "beaufs" (fans de Johnny, de tuning, etc), alors qu'on se place là dans d'autres représentations, culturelles ici (dans le sens de culture académique et/ou bourgeoise vs cultures populaires).

    Mais sans que ça soit le cas du terme "humour beauf", qui lui m'a l'air de vivre sa vie et d'être resté au fait de qualifier de l'humour gras et sexiste de la part d'adultes (j'ai pas précisé avant mais je pense que le terme d'humour beau est lié à l'âge, chez les mecs jeunes ce type d'humour on dira plus qu'il s'agit d'un humour de pré-ado... ou de kéké (le kéké étant par définition jeune) mais seulement s'il y a la dimension de se vanter dedans, aka l'expression "faire le kéké").
     
    Aqua, Juda Bricot, Whitemountain et 21 autres ont BigUpé ce message.
  5. Dame Verveine

    Dame Verveine
    Expand Collapse
    comme un posca dans les mains du Caravage

    @Cépamoi @Lady Stardust exprime très bien ce que je voulais dire :
    EDIT : pour moi ça rejoint certains mots ou comportements qui changent de sens et d'objectif selon qui les utilise : par exemple, kéké pour les mecs de mon quartier veut surtout dire "mec qui fait le malin, qui fait son beau gosse, prétentieux, voire fils à papa qui fait genre il vient des cités pour paraître rebelle", mais le même mot de kéké vu par d'autres personnes/classes peut vouloir dire autre chose, et même être classiste... ce qui ne veut pas dire que c'est classiste dans la bouche des gens de classe populaire.
     
    #8933 Dame Verveine, 11 février 2019
    Dernière édition: 11 février 2019
    Chat-au-Chocolat, BouletteRose, Whitemountain et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Momentanément en pause

    Miss Prism, Elliana, Lily Lou et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Cépamoi

    Cépamoi
    Expand Collapse
    Absente en ce moment

    Je suis désolée, je suis obligée de repondre très vite.
    Je ne parlais pas habitus de classe parce que je parlais de catégorisation sociale avec en point de départ la psycho socio. Ca rentre dedans mais ca ne se reduit pas à ça.La perspective de mes interventions n'était pas la même.
    La distanciation était par rapport aux relations inter et intragroupe dans le sens " comment on s'explique la conduite d'autrui selon la position sociale" parce que ce n'est pas une réaction qui a pour seule origine les classes sociales supérieures. Donc, je ne parlais pas de l'émetteur qui va se distancer de ce qu'il dit mais de comment le récepteur va juger différemment (au-delà de son avis) l'émetteur à cause de la position sociale de celui-ci (d'où mon lien entre l'adjectif beauf et le nom commun beauf qu'on attribue ou non selon la personne qu'on a en face) (c'est dans un cadre de rapports sociaux mais aussi dans un cadre de construction de soi au sens psycho et psycho socio)
    C'est en lien avec le classisme (entre autres)
    Désolée pour le vocabulaire :ninja: Au-delà d'être d'accord ou pas, j'aimerais tellement partager ces outils qui avec la socio (on bosse beaucoup avec) aide vraiment à comprendre le réel social. Mais la vérité, c'est que je n'y arrive pas. Ca fait référence à trop de contenus précis de la discipline.

    Faut que je file. Et promis, je le ferais plus. C'est impossible pour moi d'expliquer en trois lignes un concept compliqué qui fait lui-même appel à d'autres concepts de la discipline loin d'être connus. Edit: indépendamment d'avoir raison ou tort. Les contenus et mon avis, ce sont deux choses différentes.

    Edit:
    Je quitte le débat. Au-delà du boulot, faut que je prenne du recul et que je réfléchisse.
    Édit
    Pour plus d'info sur les phénomènes que j'évoque expliqué de manière claire, cf les travaux de Tajfel, Codol, Shérif et Shérif, Hewstone Jaspars et Lalljee (et Doise avec L'explication en psychologie sociale).
     
    #8935 Cépamoi, 11 février 2019
    Dernière édition: 11 février 2019
  8. Lady Stardust

    Lady Stardust
    Expand Collapse
    Ah wham bam thank you ma'am!

    Effectivement j'ai dû relire 4 fois ça pour le comprendre :
    En gros tu dis qu'on juge ce que dit une personne en fonction de sa classe sociale (je traduis).

    Ce qui est souvent effectivement le cas, même si ce n'est pas conscient.

    Mais ici @Lord Griffith parlait d'humour beauf en qualifiant qui est dit ("très en dessous de la ceinture, des fois à la limite du sexisme"), et à mon avis en dissociant l'adjectif "beauf" du nom commun "beauf" comme c'est le cas d'habitude (tous les beaufs font de l'humour de beauf mais l'humeur beauf n'est pas fait que par des beaufs si je devais résumer mon propos).
    En cela @Lord Griffith donne plus des indications sur comment elle considère la mentalité des mecs en question (au delà de leur humour) et peut-être de sa vision des beaufs en général (si elle fait le lien), à voir si c'est lié au mépris de classe ou non (je ne sais pas je ne la connais pas donc sans aucune indication sur ce qu'elle penses des beaufs, et non pas juste de l'humour beauf, ça me parait être uniquement des spéculations), mais de ce que je lis ce n'est pas par rapport à la classe sociale de son groupe de potes à l'humour beauf j'ai l'impression.
    Mais là ça repose vraiment sur la distinction et l'absence de lien qui prévaut maintenant il me semble entre le qualificatif de beauf (nom commun) et beau (adjectif servant à qualifier un type d'humour, aka synonyme de gras (sexuel) et sexiste).
     
    #8936 Lady Stardust, 11 février 2019
    Dernière édition: 12 février 2019
    Cornélie, -Loreleï-, Tamiat et 6 autres ont BigUpé ce message.
  9. Lord Griffith

    Lord Griffith
    Expand Collapse
    N'enc*lez pas les dauphins, c'est pas bien.

    Je confirme :ninja:
    *un peu dépassée par le débat qu'elle a lancé sans le vouloir* :ninja::ninja::ninja:
     
    Luvissaurus, Rocksteady, Juda Bricot et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    Je m'en veux de penser ça car les gens ont besoin d'avoir de l'expérience en entreprise avant de se lancer dans la vie active mais j'aimerais bien que les stages soient interdits.
    80% du temps ce sont des emplois déguisés !

    Je viens de voir une annonce de stage pour "Responsable Marketing" avec une liste de missions longue comme le bras et le fameux mot-clé : #autonomie (comprendre, y'aura personne pour te coacher, juste ton N+1 qui tirera la gueule si les résultats ne suivent pas).

    Franchement je serai tout à fait pour couper l'herbe sous le pied à toutes ces boîtes qui n'embauchent plus (le gros des annonces de stage viennent des grands groupes qui ne "peuvent plus" recruter) en interdisant les stages. Soit tu prends quelqu'un à plein temps pour faire le boulot, soit tu restes sans équipe marketing.
    Surtout que le stage est renouvelé chaque année.

    Le poste que j'occupais en alternance dans mon ancienne boîte était renouvelé chaque année depuis 5 ans et ils changeaient juste l'intitulé ! Un coup c'était communication interne, un coup c'était communication digitale, un coup c'était innovation digitale...
     
    Mamy_Plug, Iggor-, Pau La et 30 autres ont BigUpé ce message.
  11. PetitePaille

    PetitePaille
    Expand Collapse

    @Nastja

    C’est pour ça qu’il est interdit d’avoir plus d’un certain nombre de stagiaires par entreprise.

    Personnellement je trouve que les stages sont une bonne idée en soi. On va pas non plus se mentir après 2 ans en licence sans expérience c’est logique de ne pas être payé autant qu’un employé normal puisque tu es aussi la pour apprendre.

    Après certains en profitent quand même c’est inevitable.
    Faudrait faire plus de vérifications !
     
    Wiederum et Elliana ont BigUpé.
  12. shigurette

    shigurette
    Expand Collapse
    On gagnera notre combat non pas en détruisant l’ennemi mais en sauvant ceux qu'on aime

    @PetitePaille perso ça m'interpelle ton affirmation que c'est logique d'être nettement moins payé parce que sans expérience pro. De façon générale, on est payé à l'expérience et oui ça semble logique. Mais quand on est stageaire ou qu'on sort de l'école, on est pas non plus sans compétence. Alors pourquoi ça serait normale de peu payer ces personnes :hesite:
    J'ai l'impression que le discours des patrons "faut faire des stages, les études sont trop éloignées du monde de l'entreprise" finalement ça les arrange bien parce qu'iels arrivent à faire tourner leurs boites avec des stageaires (qui doivent donc pas être si incompétant que ça) :ko:
    Bien sûr que les stages apportent des choses à l'élève/étudiant·e, mais globalement j'ai l'impression que ça ouvre la porte à de nombreuses dérives de la part des employeureuses.
     
    Mamy_Plug, Pau La, Rosenrot_ et 22 autres ont BigUpé ce message.