Je suis en relation libre — Témoignage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 19 octobre 2013.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Bored-Girl

    Bored-Girl
    Expand Collapse
    If you're hotter than me, does it mean I am cooler than you ?

    Etant également dans une relation de ce type, ça m'a fait très plaisir de lire ce genre de témoignage ! Merci ! :)
     
  3. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    Même chose pour moi. Je sortais d'une relation exclusive fatigante et j'avais décidé de ne pas me remettre avec quelqu'un avant un petit bout de temps.
    Cela s'est fait naturellement, on a commencé notre relation comme des amants (je ne peux pas dire plan cul régulier ou sexfriend parce qu'il y a tout de suite eu des sentiments mais le sexe a été une part très importante du début de notre relation, c'était pour ça qu'on se voyait), cela a évolué très vite vers une relation amoureuse. En fait, peut-être parce qu'on a démarré sur ce mode et qu'on a tout de suite su que l'autre voyait d'autres gens, c'est plutôt la question de l'exclusivité qui ne s'est jamais posée. Ça m'a beaucoup soulagée parce c'était la première fois que j'avais l'impression de ne renoncer à rien en disant à quelqu'un "oui, je veux être avec toi".

    La non-exclusivité sexuelle, on la vivait déjà donc. Ce qui a été compliqué à gérer pour nous deux, c'est le degré de transparence. On a pris le parti au début de se raconter les choses, on avait l'impression que cela renforçait notre complicité et notre amour, ça avait un côté excitant. Ça a fonctionné pendant un temps et puis on a fini par buter sur le problème de la non-exclusivité amoureuse. En théorie, on était tous les deux ouverts à cette possibilité mais en pratique, cela n'a pas fonctionné (pour plein de raisons qui nous sont particulières, car cela fonctionne pour certaines personnes, il n'y a qu'à voir le site polyamour). Et à partir de ce moment, cela a commencé à devenir compliqué pour mon amoureux de savoir quoi que ce soit de mes autres amants parce qu'il ne voulait pas vivre dans la crainte que je rencontre quelqu'un dont je tombe amoureuse. On a donc décidé de ne plus rien se dire des gens que l'on voyait à l'extérieur, même si nous tenons à cette liberté et que nous n'y renoncerions pas.

    Pour ma part, je ne pourrais pas revenir à une relation exclusive. En fait, je pense qu'il y a plein de façons de vivre ses relations amoureuses et que la fidélité n'en est qu'une, pas meilleure ni moins bonne. Et tous ces modes de relations ont leurs complications et leurs écueils propres, il n'y a pas de recette pour que ça marche en claquant des doigts. Ce qu'il faut trouver, c'est le fonctionnement qui nous correspond le mieux.
     
    #3 Plumetis, 19 octobre 2013
    Dernière édition: 19 octobre 2013
  4. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    Je réagis à ton message, Elynor   .
    Je ne vois pas bien en quoi être en couple libre, c'est "se donner l'illusion d'avoir un copain" ? La relation est bien réelle, les soirées et les vacances que l'on partage, les sentiments aussi. Il n'y a pas d'illusion là-dedans.
    Moi je sais très bien ce que je veux. Je veux vivre cette belle relation avec mon amoureux ET je veux continuer de faire ce que je veux de mon corps, qui ne lui appartient pas. Dans quel texte de loi est-il écrit qu'on devrait choisir entre l'un et l'autre ? Ce n'est pas que je suis "incapable de lui rester fidèle", c'est que nous avons choisi de mettre la notion de fidélité ailleurs. Que ça n'a pas d'importance, ni pour moi, ni pour lui.
    Je ne peux pas répondre pour la mad qui a écrit l'article, mais je sais que le jour où nous aurons des enfants, nous ne changerons pas de mode de relation (même si on sera peut-être obligés de ralentir pour des raisons d'organisation). Les enfants n'ont rien à voir dans la vie sexuelle et amoureuse de leurs parents.

    Pour moi, être en couple libre, c'est une façon d'envisager la relation où aucun des deux n'appartient à l'autre (je ne dis pas que c'est le cas dans la monogamie, mais dans certaines de ses conceptions).
     
    #4 Plumetis, 19 octobre 2013
    Dernière édition: 19 octobre 2013
    apacha, PousseMoussue et la-rose-noire ont BigUpé ce message.
  5. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    Ah oui, et concernant la différence entre le libertinage et le couple libre… Je ne suis pas experte, mais pour l'avoir un petit peu pratiqué (et ne plus le pratiquer maintenant), je pense qu'il y a dans le libertinage une recherche active de partenaires sexuels, de situations sexuelles inédites ou plurielles, des sorties en club libertin, ce genre de choses. Que ce soit à deux ou seul-e de son côté.
    Dans une relation de couple libre, je dirais qu'il n'y a pas cette recherche active. Il y a juste la possibilité de nouer des relations avec d'autres gens, qui peuvent avoir un aspect sexuel, sans se le voir reprocher si l'autre l'apprend (le fameux "tu m'as trompé-e !").
     
  6. Roughie

    Roughie
    Expand Collapse
    Mrs Longbottom

    J'ai pasencore lu l'article mais je poste deja pour un gros big up a Cy ! C'est super le rendu avec les crayons de couleur, ca change un peu et ca change en bien :dowant:
     
  7. salsifi

    salsifi
    Expand Collapse
    Guest

    Il y a un truc qui me chiffonne dans ce témoignage, c'est qu'il me donne l'impression que la Madz est en relation libre ok, mais pas en couple libre. En fait, j'ai l'impression qu'elle n'est pas vraiment en couple.
    Vous allez me dire, il y a énormément de façon d'être en couple, oui je suis d'accord.
    Mais le côté "on s'appelle une fois par semaine et on se voit une fois par mois", j'ai du mal à penser "couple". Ca ressemble plus à une relation type sex friend, le sexe, la complicité, des sentiments pourquoi pas.

    Est-ce qu'ils construisent quelque chose, ont-ils des projets, peuvent-ils vraiment compter l'un sur l'autre, en ont-ils d'ailleurs envie ? L'article n'en parle pas.
    Pourtant c'est ça qui m'aurait paru intéressant à mettre en perspective avec la liberté d'aller voir ailleurs.
     
  8. salvia

    salvia
    Expand Collapse

    J'ai pensé la même chose en lisant l'article... d'ailleurs ce serait intéressant d'avoir également le témoignage de madz qui sont en relation libre tout en vivant avec leur copain.

    J'avoue avoir énormément envisagé l'infidélité, le polyamour ou la relation libre du temps où mon copain et moi vivions à distance. J'en étais même venu à haïr la norme qui nous était imposée depuis l'enfance et qui me semblait totalement inhumaine. Je me disais que si le polyamour était la norme, tout serait bien plus facile.

    Mais il se trouve que depuis que nous vivons ensemble, je ne ressens plus du tout ce besoin d'aller voir ailleurs: je suis totalement comblée. Du coup je remet de nouveau en question toute ma réflexion: la fidélité est-elle acquise ou innée? est-ce fondamentalement humain ou non?
     
    #8 salvia, 19 octobre 2013
    Dernière édition: 19 octobre 2013
  9. Polly Maggoo

    Polly Maggoo
    Expand Collapse
    .

    Le dessin de Cy est très bien réalisé :puppyeyes:


    Concernant l'article :

    "La seule règle, c’est que si ça devient « sérieux » avec quelqu’un d’autre, et que ça peut remettre en question notre couple, là il faut en parler."
    Tu as expliqué que tu ne vis plus dans la peur que ton copain te trompe avec une autre fille. Mais la peur qu'un jour il t'annonce qu'il commence à s'attacher à une fille avec qui il couche (et qu'il pourrait donc tomber amoureux et te quitter -pardon je vais jusqu'au bout de mon scenario pessimiste :yawn:) c'est pas pire comme crainte :goth: ?
     
  10. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    J'ai l'impression que la mad qui a écrit l'article est bien en couple mais que c'est une relation à distance (puisqu'elle parle d'une "autre relation à distance" qui n'avait pas marché) ? Dans ce cas, est-ce qu'on considère qu'une relation à distance implique qu'on n'est pas un couple ?
     
  11. salvia

    salvia
    Expand Collapse

    Il me semble qu'à l'heure d'aujourd'hui, même en relation à distance, on se parle plus d'une fois/semaine. Personnellement, durant les années où nous avons vécut à distance, mon copain et moi-même nous parlions tous les jours sur skype. Après évidemment ce n'est pas obligatoire et je me trompe peut-être, mais il me semble que la différence entre une relation amoureuse et une relation amicale/sexfriends c'est justement l'implication que l'on met à connaitre l'autre, à s'y intéresser et à partager des choses avec lui/elle.

    edit: et à construire des projets d'avenir
     
  12. Plumetis

    Plumetis
    Expand Collapse

    Je me trompe peut-être aussi mais je pense que se parler peu souvent, ça ne veut pas forcément dire qu'on ne s'intéresse pas. En tout cas, je suis d'accord avec toi sur les projets d'avenir, c'est peut-être ça la définition d'un couple et il serait intéressant de savoir si la mad en a avec son mec.
    Après, il y a des relations où on peut se considérer comme un couple et attendre de voir, savoir qu'on aura probablement envie d'avoir des projets mais ne pas savoir de quel type ils seront.
     
Chargement...