Je suis enfant unique — Témoignage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 20 février 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Andorinita

    Andorinita
    Expand Collapse
    Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel ?

    Le témoignage est intéressant, mais j'ai l'impression que la mad' en question a plus souffert de l'éducation rêche que ses parents lui ont donnée, plutôt que de sa solitude. Non?

    Mon ressenti d'enfant unique est assez opposé. Je ne ressens aucune absence. Quand j'étais petite, je voulais un frère ou une soeur, mais il m'a suffit d'aller dormir une fois chez une copine qui avait un petit frère pour que l'envie m'en passe :d
    Le seul côté qui m'inquiète, c'est que je vois déjà mes parents vieillir et que je redoute d'avoir à m'occuper d'eux seule quand je serai plus âgée. >_>

    Je sais bien que c'est un témoignage et donc un ressenti personnel, mais je voulais apporter ma pierre à l'édifice et dire que le fait d'être enfant unique n'est pas nécessairement une source de tristesse!
     
    Eko, BananaPancakes, Lemon Curd et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. Andorinita

    Andorinita
    Expand Collapse
    Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel ?

    @Jauneparapluie C'est vrai qu'en réaction, j'ai plutôt l'habitude qu'on me dise quelque chose du genre "hoooo, et ça ne te manque pas?" ^^
     
    Jauneparapluie a BigUpé ce message
  4. millicolor

    millicolor
    Expand Collapse

    Je suis enfant unique mais personne m'a jamais dit " c'est trop cool", c'est plutôt l'inverse: "oh, c'était pas trop chiant?" par contre effectivement j'ai eu droit aussi au " tu étais gâtée alors?". Et pour répondre à ces questions, c'était parfois chiant effectivement mais non j'ai pas l'impression d'avoir été gâtée même si je n'ai jamais manqué de rien et je n'ai pas à me plaindre. Quoiqu'il en soit j'aurai adoré avoir un frère ou une soeur, surtout pendant la période de l'adolescence, pourtant mes parents ne sont pas méga strict ou quoique ce soit, mais quand je voyais les frères/soeurs de mes amis ça me donnaient vachement envie, surtout quand je partais en voyage uniquement avec mes parents, sans autres enfants de mon âge. Mais maintenant je le vis mieux même si parfois quand j'y pense je me dis que ça aurait été cool d'avoir un frère ou une soeur.
     
    BananaPancakes et pouchka ont BigUpé.
  5. Alycm

    Alycm
    Expand Collapse
    Je suis un nuage

    Je comprend la solitude de cette mad' et c'est interessant qu'elle en parle, mais j'ai des ami(e)s qui sont enfant unique et elles aussi elles ressentiaent le besoin de toujours s'occuper tellement elles se sentaient seules, par contre maintenant ces amies en question sont TRES proches de leurs parents, elles se confient a leurs meres comme si c'etait leurs meilleures amies...
    Soyons claires, je ne pense pas que ce genre de situation arrive quand on est enfant unique, ca arrive aussi dans les grandes fratries, mais de tout confier a ses parents comme ca c'est quelques chose que j'ai du mal a comprendre...pourtant j'ai d'assez bonnes relations avec ma mere et je sais lui confier des parties de ma vie, mais certaines choses font que je mets des limites. Si des madz' enfants uniques veulent bien m'expliquer ca, je suis preneuse, je suis curieuse de savoir comment on developpe ce genre de relations avec ses parents. :)

    Et un gros bizoo a ma grande sister qui est la meilleure au monde et sans qui j'aurai eu une enfance treeeeees triste <3
     
  6. elisa.soledad

    elisa.soledad
    Expand Collapse

    Il est vrai que certaine mad' peuvent sentir que le témoignage est plus axé sur l'éducation que sur la solitude ressentie pourtant, étant enfant unique, je peux dire que même si je n'ai pas eu des parents stricts un frère ou une soeur ma beaucoup manqué. J'ai beaucoup d'amies qui me racontent comment leur frère ou soeur les a aidé à se sortir d'une mauvaise passe ou les a couvert lors d'une bêtise, ou ne serait-ce même qu'un soutien moral lors d'une punition. Quand je me retrouve face au regard de mes parents je ressens l'obligation d'être "parfaite" de peur de les décevoir étant leur seule enfant.
    J'ai aussi beaucoup souffert de la solitude car mes parents travaille tard le soir et parte tôt le matin du coup je vis quasiment seule a la maison. Et lorsque mes amies me disent à quel point je suis chanceuse d'être enfant unique, je ne peux pas m'empêcher d'être un peu en colère contre elle de ne pas voir la chance qu'elles ont d'avoir des frères et soeurs :)

    Mais bon je ne suis pas non plus une enfant malheureuse et j'ai eu de la chance d'avoir des parents compréhensif qui me laisse sortir souvent avec mes amies pour combler le "vide" que je ressent !
     
    Siya Hakurei a BigUpé ce message
  7. ValouSestra

    ValouSestra
    Expand Collapse
    Je suis toujours faimtigay.

    Moi non plus je ne supporte pas ce "t'as trop de chance" "c'est génial".
    J'ai tellement morflé avec la solitude, comme la madz qui témoigne, que franchement, non c'était pas "génial" d'être fille unique.
    Un père qui travaillait tout le temps, ma mère qui ne m'avait (jusqu'à il y a quelques temps et le départ de mon père (il est parti, pas mort !)) jamais dit je t'aime, qui me tapait des scandales si je ne lui achetais pas de cadeaux pour la fête des mères (même si je lui avais fait une jolie carte)...
    Tout ça, pour un enfant, c'est pas facile.
    D'être seul presque tout le temps, je pense que les gens ayant des frères et soeurs ne s'en rendent pas compte. (même si je sais que certains sont seuls tout de même).
    Je jouais dans mon coin, et non seulement je n'avais pas de frères et soeurs, mais pas non plus de cousins, et pas non plus de voisins de mon âge.
    Aucun enfant dans mon entourage autres que mes camarades de classe.
    Seule tout le temps. J'en veux encore aujourd'hui à mes parents, de m'avoir fait subir ça, sans m'offrir plus d'affection en contrepartie.
    Comme le disait la madz, très peu d'affection. J'ai jamais manqué de rien matériellement, c'est certain mais je peux vous dire que du point de vue sentimental, ça a été le vide total pendant longtemps.
    Je n'ai eu personne à qui me confier en dehors de mes ami(e)s (d'ailleurs très peu nombreux), et ça fait mal.
    C'était forcément moi qui me prenait toujours tout dans la gueule, et ma mère me hurlait dessus au moins une fois par jour, en disant parfois des horreurs.
    Alors comme la madz l'a si bien dit, je ne peux pas concevoir de n'avoir qu'un seul enfant. Soit j'en aurai au moins deux, soit je préfère carrément ne pas en avoir. Et contrairement à ce qui a été dit plus haut, moi je ne confie presque rien à ma mère. J'ai réussi à faire mon CO complètement à l'arrache, et on en a pas reparlé une fois depuis (ça fait plus d'un an).
    Je suis toujours aussi distante de ma mère; même si on se dispute moins, et je ne parle plus à mon père.
    Franchement, les clichés où enfant unique est synonyme d'enfant roi, c'est loin d'être la majorité.
    Tout ça pour dire que je me reconnais complètement dans ce témoignage.
     
    *Dil*, Babylon3, Siya Hakurei et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. BloodyBambi

    BloodyBambi
    Expand Collapse

    Je suis fille unique, et même si la solitude est peut-être un passage obligé (Globalement, on est 5 dans ma famille à être dans cette situation, et dont 4 très sensibles, à s'attacher assez vite aux autres et à être assez créatifs aussi.), il ne faut pas faire des généralités. Il n'y a pas que des enfants uniques, ce sont surtout des familles. Pourquoi un seul enfant ? Par choix, par obligation (vieillesse, santé), par "accident", parce qu'on divorce et qu'on ne retrouve pas de conjoint ? Quel est le rôle de cet enfant, sa représentation dans la famille ? Le profil type n'existe pas, c'est comme si on disait "Hey, bonjour, je viens d'une fratrie de deux/sept/douze donc je suis ... (selon la position)".
     
  9. Lilix&Co

    Lilix&Co
    Expand Collapse
    J'ai toujours rêvé d'être comme Wednesday Addams! ELLE EST BEAUCOUP TROP COOL!

    Je suis aussi fille unique! Mais j'ai en plus des parents divorcés.
    @Alycm Je partage beaucoup avec ma mère car je vis à 90% avec elle. Etant souvent seules toutes les deux nous échangeons beaucoup. C'est assez particulier car c'est une relation très fusionnelle. C'est extrêmement différent avec mon père que je vois très peu. Je pense que c'est différent pour tous les enfants, cela dépend de leur sensibilité et de leur demande d'affection.Il y a aussi les parents qui rentre en compte, leur manière de voir l'éducation et comment ils poussent leurs enfants à s'ouvrir au monde.
    J'espère avoir pu t'aider! :happy:
     
    Bibi Tricotin et Andorinita ont BigUpé.
  10. Magentalia

    Magentalia
    Expand Collapse
    Au fin fond de la bibliothèque de Poudlard.

    Je trouve également que ce témoignage est plus axé sur l'éducation que le fait d'être enfant unique. Au vu du titre, on s'attend plus aux avantages/inconvénients d'être enfant unique, 'fin quelque chose basé sur les particularités de cette situation.
     
    Table a BigUpé ce message
  11. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    Jurassic emergency !

    J'ai bien aimé ce témoignage, même si effectivement il témoigne plus d'une éducation stricte. Courage à la Madz ! :d
    En effet, je pense que ça dépend beaucoup. Toutes mes amies du collège étaient enfants uniques, et elles ne le vivaient pas du tout mal. Encore aujourd'hui, elles sont très heureuses comme ça. Mais comme @Oprah Gaufrette, leurs parents les avaient toujours poussées à inviter des amis, à aller chez eux, etc. Du coup, ce sont des personnes très sociables. Pour la notion "d'enfant gâté", elle est toute relative : effectivement, tu n'as pas besoin de partager ton affection et ton argent entre plusieurs enfants. Mais d'un autre côté, tout bon parent sait mesurer ce qu'il donne à son enfant ; on peut en gâter plusieurs comme on peut mesurer ce qu'on donne à un seul. Ce qui alimente le mythe, ce sont surtout les enfants uniques de parents divorcés qui se battent pour l'amour de leur enfant à coup de cadeaux...
    Par contre, je crois que vous avez tendance à idéaliser les fratries, comme les fratries peuvent idéaliser les enfants uniques en fait ^^ Je suis l'aînée de trois enfants, et ça ne correspond pas du tout à la description de certaines Madz :P Après, bien évidemment, chaque famille est différente. Pour certaines, la fratrie est merveilleuse, mais on peut aussi tomber sur une fratrie ou personne ne se supporte (franchement, c'est pas beau à voir ces frères et soeurs qui se vouent un amour hypocrite pour mieux se déchirer). Pour ma part, aucun n'a servi de modèle à l'autre, et aucun ne peut s'appuyer sur l'autre en cas de conflit avec les parents (bon, j'avoue, chez nous c'est la loi du plus lâche, si notre mère est fâchée contre l'un il est immédiatement exclu du groupe, on est des monstres XD) (sauf moi, je défends les autres et personne me défends, dure loi de la jungle --'). On est tous solitaires (sauf la plus jeune), et on joue rarement tous ensemble. Et en plus on se dispute ! Malgré, je ne vais pas renier les bons côtés, et à l'heure actuelle je ne peux pas envisager ma vie sans eux. J'ai très peu d'amis, donc mes frère et sœur sont les seules personnes avec qui partager des vidéos, des blagues et des bons moments. Et surtout, ils sont comme une extension de moi-même, je pense que c'est surtout ça qui doit manquer aux enfants uniques (sauf s'ils ont un(e) vrai(e) meilleur(e) ami(e)).
     
    Waveforms et Adélaïde. ont BigUpé.
  12. Bibi Tricotin

    Bibi Tricotin
    Expand Collapse
    Dans mon antre

    Je rejoins l'avis de certaines Madz, je pense aussi que tout dépend des gens,de l'éducation, du vécu...
    Personnellement,j'ai une petite soeur et c'est pas la grande complicité.
    Comme elle est régulièrement hospitalisée depuis qu'elle est née et qu'elle est entre autres handicapée mentale, j'ai passé mon enfance pratiquement comme un enfant unique.
    Et même si je l'aime beaucoup, que je suis la soeur qui fait des supers cadeaux et qui essaie de calmer tant bien que mal quand elle fait des crises (et que ma mère appelle de son côté pour dire qu'elle en peut plus), on ne peut pas avoir les conversations qu'on pourrait avoir si elle était "normale"...et c'est tout aussi frustrant.
     
Chargement...