Je suis perdue .... vous pouvez peut être m'aider à avancer ?

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Ju.de, le 27 décembre 2017.

  1. Ju.de

    Ju.de
    Expand Collapse

    Bonjours à tous.tes ! :)
    Je ne sais pas trop si je suis au bon endroit pour poster ce que j'ai à dire, j'avoue que je suis un peu perdue dans tous ces forums mais bon tant pis, je me lance !
    Par contre je autant vous prévenir tout de suite, je me suis peut être un peu laissée aller en écrivant ... c'est très très long ! Donc merci d'avance aux personnes qui montreront l'immense courage de tout lire ^^



    Donc depuis quelques temps je me pose énormément de questions. Et j'aimerais avoir des avis neutres sur tout cela. Mais pour vous faire tout comprendre, je dois planter le décor.
    Voilà donc, il faut tout d'abord savoir que lorsque 2017 commençais, je n'étais jamais sortie avec un garçon, et j'en souffrais. D'autant plus que ma meilleure amie de l'époque n'était pas en retard de ce côté là, bien au contraire, et en parlais tout le temps. Je me suis donc retrouvée à sortir avec un de ces ex, qui m'a plaqué au bout d'environ 1 mois, mais je n'ai pas été affectée plus que ça je crois. Notre relation ne me correspondait pas, mais m'a mis le pied à l'étrier, m'a prouvé que je pouvais le faire, je pouvais plaire. J'ai ensuite enchaîné avec une période où je suis pas mal sortie, et tout ce qui va avec ... c'était bizarrement une période où j'étais particulièrement proche de ma meilleure amie.

    Jusqu'à mai, où j'ai rencontré quelqu'un sur Tinder. Appelons le T. Tout se passait vraiment bien, on s'est vu quelques week-end, appelé de nombreuses heures, c'était du sérieux aussi bien pour lui que pour moi. Le premier sérieux pour moi, le premier que j'ai aimé et avec qui je suis sortie. Enfin c'était important pour moi quoi, très important. Jusqu'à juin, où il m'a largué, pour des raisons qu'il m'ont beaucoup blessée ou du moins marquée. En effet, à l'époque me confier était une chose totalement inconnue pour moi et j'ai commencé à le faire avec lui. Ayant une famille à soucis et une confiance en moi qui n'a jamais était glorieuse, il y avait des choses à dire, et j'avais commencé à les lui dire. Sauf que voilà, 2 semaines plus tard environ si je me rappelle bien, il me quitte. Ne se sentant "pas assez solide pour la fille fragile que je lui ai montré", et puis ne se sentant apparemment tout simplement pas prêt à se lancer dans une relation dans laquelle il se sent un peu "emprisonné". Et c'est la décadence. Pleurs et heures passées au lit, etc, etc .. vous connaissez j'en suis sure!
    Seulement le truc qui m'a fait bien morfler pendant un certain temps est que T voulait continuer à me parler. Beaucoup. On se parlait par message tout les jours, quasi comme avant, à tel point que j'ai cru de nombreuses fois que j'avais encore ma chance. Jusqu'au jour où il se trompa de personne, le message étant ... une déclaration. Destinée à une autre. Evidemment. Me voilà donc repartie dans mon lit à pleurer en serrant mon doudou et mon chat. Et ce petit manège à encore continué quelques mois, puisque l'on continuais à se parler, il me paraissait ambigu à travers quelques détails, mais contrairement à ce qu'il a affirmé par la suite, non je ne rêvais pas. J'en était sûre, c'était des détails ambigu, des mots, des smileys que l'on envoie pas à son ex qui nous a répété à plusieurs reprises avoir du mal à oublier. Et pendant tout ce temps j'étais partagé entre "j'ai encore ma chance" et "non, il est en couple", partagé entre "peut être qu'il regrette de m'avoir quittée" et "non, il joue avec moi"... Enfin BREF, vous voyez le bordel.

    Sauf qu'entre temps, j'ai continué à aller sur Tinder. Et j'ai commencé à parler à un autre. Appelons le M. Je le considerais juste comme un pote au début, ça tombais bien, lui aussi apparement. On s'est donc parlé, parlé ... on s'est trouvé des points communs, plutôt nombreux je dois l'avouer. J'ai commencé à m'attacher petit à petit. Puis on s'est rencontré, et finalement mis ensemble.

    Au niveau timing pour que ce soit plus clair, je me suis faite larguer par T fin juin, le petit manège avec lui à continué jusqu'à mi novembre je crois. J'ai commencé à parler à M fin aout, on s'est mis ensemble mi octobre. Ca a peut être fait tilt dans votre tête, oui les périodes se superposent pendant environ 1 mois.

    Voici donc en gros les problèmes. Moi ayant l'impression de "jouer sur 2 tableaux" et ne suportant pas ça, je quitte M mi-novembre, en lui expliquant la situation dont il n'était pas au courant jusque là. Et par le même coup, je prend la décision de tout supprimer de T. Photos, messages, numéro, amitié facebook, snapchat...
    Le week end qui a suivi ceci n'était pas franchement réjouissant pour moi. Mais M souhaitait que l'on s'explique, ce qui était parfaitement légitime d'après moi. On s'est donc recontacté, j'ai émis le souhait que l'on continue à se parler, je m'étais tout de même attachée à lui, je ne voulais pas le perdre complétement. Après négociation, nous avons donc décidé de ne pas nous quitter si brutalement, il me laissais du temps pour réfléchir, mettre les choses au clair dans ma tête, tout en continuant de se parler. Beaucoup, environ au même rythme qu'avant. Puis nous nous sommes revus, et remis ensemble, et nous le sommes encore actuellement.

    Voilà donc pour le décor, seulement le problème est que les doutes s'accrochent à moi comme des moules à leur rocher. Je suis totalement perdue, et ne sais absolument pas quoi faire de tout cela.

    On entends souvent que l'un aime toujours plus que l'autre, et lors de mes précédentes relations, j'ai toujours eu l'impression que c'était moi. Seulement pas cette fois. Je suis beaucoup attachée mais peut être que lui encore un peu plus. Et maintenant que cette idée m'est passée par la tête je bloque complètement dessus, j'ai l'impression d'être une immense connasse qui finira fatalement par le faire souffrir. Je suis sa première relation sérieuse aux dernières nouvelles. Et moi je suis encore blessé de par l'histoire avec mon ex, j'ai l'impression d'être cassée en mille morceau, de ne plus croire en rien. Même plus sûre de croire en l'amour, et encore moins en l'avenir. Je remet absolument tout en question, tout les principes fondamentaux qui nous paraissent des évidences. C'est quoi l'amour? Ca veut dire quoi aimer ? Est ce que ça s'explique au juste ? Et puis c'est quoi avoir confiance? Ca sert à quoi ? Il faut que je fasse quoi de ma vie ? Est ce que j'ai réellement envie d'avancer? Toutes ces questions sont là, me font perdre absolument tout mes repères, et je ne sais plus à quoi me raccrocher ... et quand je disais je ne crois absolument plus en l'avenir, il faut savoir que le simple fait d'envisager dans quel état je pourrais me trouver le lendemain me fait parfois perdre mes moyens. C'est stupide.
    Mais j'oscille sans arrêt entre le fait de douter de tout, douter de mes sentiments, douter de ce qu'il restera de nous dans 3 jours, 3 semaines ou 3 mois, et entre l'idée qu'avancer au jour le jour sans me mettre la pression avec lui me fait du bien. Je me suis surprise à penser aussi depuis quelques temps que je voulais tout simplement l'avoir auprès de moi dans la vie de tout les jours. J'me surprends parfois à penser que j'ai envie d'avancer avec lui dans la vie. Le problème est surtout que j'oscille sans arrêt entre ces deux points de vues.

    Pour en revenir à l'histoire de base, il m'a repété à de nombreuses reprise qu'il m'aimait, et je n'ai pas pu lui répondre. Je m'en veux un peu pour ça. Mais ça allait trop vite, je n'étais sure de rien, je ne le suis toujours pas. Seulement actuellement je pense l'aimer, ou en tout cas avoir une sérieuse envie de l'aimer comme j'ai aimé avant, il est adorable, compréhensif, drôle, stable, mature. Il le mérite plus que tout les autres. Et en plus apparemment il m'aime. Que demande le peuple franchement ?

    Seulement voilà, pour de nombreuses raisons mes doutes persistent, s'accrochent, me bouffe littéralement la vie. Je ne sais pas pourquoi mais je me suis mise en tête que cette fois, dans ma relation avec M, j'avais le rôle de T et lui avait mon rôle. Sauf que dans cette optique, je le ferais souffrir comme T m'a faite souffrir. Inévitablement. Et je en supporte pas cette idée, et je crois que c'est en grande partie pour cela que je remet en question cette relation tout les jours. Ca et la petite voix qui à chaque fois que je pense à lui, à un aspect de lui ou de nous, me souffle "non tu ne l'aimes pas", "tu n'arrive pas à ressentir de l'amour pour lui", "et puis t'façon l'amour ça n'existe même pas, pas pour toi, t'as déjà bouffé ton quota meuf, tant pis pour toi" trouve 15 000 détails plus puérils les uns que les autres pour tenter de me prouver cette théorie, me rappelle mon ex, des souvenirs, me dit que si je pense encore à ce ptit con c'est ça ne marchera jamais avec M, etc, etc ... et pour finir me fait donc culpabiliser de rester avec lui, me souffle que fatalement tout finira mal, qu'il finira par en souffrir comme moi j'en ai souffert, et me fais culpabiliser et m’inquiéter comme une dingue parce que je ne souhaite absolument pas cela pour lui. Et attendant c'est moi qui souffre, mais je préféré mille fois ça plutôt que de le faire souffrir lui. Il mérite le meilleur, et je ne me sens pas capable de lui offrir. Et je me déteste pour ça.

    Il est je crois aussi nécessaire de savoir que je n'ai plus aucun contact avec ma meilleure amie dont je parlais au début, j'essaye de me convaincre que c'est une bonne chose étant donné qu'elle avait toutes les caractéristiques d'une personne toxique, mais rien n'est plus pareil sans elle. Je ne me sens absolument pas à ma place dans ma classe actuelle, je n'arrive pas à parler aux gens, à me sentir à l'aise avec eux, à ne pas les trouver hypocrite chaque fois qu'ils m’adressent la parole, etc.. c'est sans doute également lié à tout ça. Et ça m'affecte aussi beaucoup. Tout ça pour dire que c'est dans ma vie en général que les choses se barrent un peu en cacahuète, je ne sais pas si tout les doutes dont je parle sont liés uniquement à me relation avec M ou bien si c'est tout mes autres problème qui se matérialise sous cette forme. Je sais juste que ça ne va pas mais j'ai la terrible sensation de ne pas réussir à mettre le doigt sur ce qui ne va pas exactement.

    Tout cela c'est pour les aspect négatifs, mais évidement il y a aussi du positif. Lorsque je lui téléphone, il me rassure. D'autant plus quand je lui parle de mes doutes, que je ne vais pas bien. Rien que sa voix me rassure. Et quand ça va bien, je m'amuse, je m'éclate même avec lui. Rien que hier soir, on est resté très longtemps au téléphone, jusqu'à 3h du matin et je me sentais bien. J'étais vraiment bien. J'aurais aimé l'avoir près de moi, j'avais le sourire au lèvres quasi tout le long ... j'avais des papillons dans le ventre quand il disait un truc mignon. Alors oui, oui tout les signes sont là, oui je me sens bien au quotidien avec lui. Alors que fait la petite voix à être encore là ? Pourquoi dès que je raccroche elle revient à l'attaque ? Comment je pourrais la faire dégager ?

    Je lui ai parlé de cette petite voix, sans pour autant lui dire exactement ce qu'elle disait, hors de question de le faire souffrir inutilement. Mais je ne sais pas quoi en faire de cette petite voix. Va-t-elle rester là indéfiniment ? Que dois-je faire ? Chercher à l'ignorer ? A lui casser la gueule comme il me le dit régulièrement ? Est ce que maintenant qu'elle est là, que j'ai malgré moi entrenue sa présence, je dois l'accepter et vivre avec ? Sans pour autant avoir à changer quoi que ce soit dans ma relation avec lui ? Sa présence est elle réellement liées à ce que je ressens ou bien plutôt à tout ce que j'ai traversé auparavant cette année, et que je n'ai pas encore digéré ?... Voilà en gros. Je suis perdue. Totalement perdue. Et j'ai l'impression d'avoir un compte à rebours, un contre la montre, un tic tac permanent au dessus de la tête, puisque les amis à qui j'en ai parlé me conseillent de régler ça au plus vite. Notre relation est encore jeune, ça ferait moins mal d'y mettre un terme maintenant que de continuer et de me rendre compte que ces doutes sont justifié dans quelques années où les dégats seront bien plus important. J'aimerais surtout ne faire souffrir personne ... Je porte encore les séquelles de ce que ça fait de souffrir pour ces raisons. Et ça fait mal. Mais j'aimerais aussi avoir la certitude de na pas passer à côté de quelque chose de vraiment bien, et j'ai la forte sensation que l'on pourrait être vraiment bien avec M. Même si pour le moment, étant tout les deux plutôt en manque de confiance en nous, un peu reservés (sur ce point nous nous ressemblons énormement) nous ne sommes pas encore à l'aise comme nous l'aimerions. Mais nous l'aimerions, on en a parlé et on aimerais tellement être à l'aise l'un avec l'autre. Et vraiment, qu'est ce qu'on pourrait être bien tout les deux. Je voudrais pas non plus prendre le risque de passer à côté de si bien que ça.

    De plus, il y a quelques jours, j'ai peut être trouvé un nom à cette petite voix. Lors d'une vidéo de Tibo Inshape, "comment vaincre la dépression ?", il dit à un moment que les personnes dépressives ne sont jamais réellement bien puisqu'elles ressentent la présence "d'une ombre sans arrêt au dessus de leur tête, prête à les engloutir à tout moment". Et j'ai fondu en larme à ce moment. Parce que dans cette description je reconnaisais évidement la sale petite voix qui m'emmerde tant. Et que je me reconnaissais dans d'autres aspect également. Ca m'a tout d'abord fait extrement peur, c'est quelque chose de grave qui ne se contrôle pas, dont il est diffcile de se sortir, et dont je sais pertinement qu'il y a des antécédent dans ma famille proche, ce qui ne me rassure pas tout à fais. Mais ça m'a presque également rassurée dans un sens, que cette petite voix n'aurait rien à voir avec mes sentiments, qu'elle me raconte des crack et qu'elle serait tout simplement en rapport avec toutes les merdes que j'ai traversé cette année. Elle n'aurait donc rien à voir avec les sentiments que j'ai envers M. Et ça m'a déculpabilisé un moment.

    Pour finir toute cette histoire m'a ammené à ressentir le besoin (et j'en ai reçu le conseil de la part d'un ami qui me connait extrêmement bien) d'aller voir un psy. Mais je suis dans l'incapaciter de le faire. D'une part parce que je n'aurais jamais les couilles de prendre rendez vous et encore moins de lui raconter tout cela, il faut se l'avouer. Et d'autre part pour des raisons financières, je n'en ai absolument pas les moyens.
    C'est donc le pourquoi du comment de ce sujet que je poste ici. J'ai ressenti le besoin d'avoir l'avis de personnes neutres, ce que vous étes.


    Si vous avez réussi à lire jusque là, un grand bravo, vous pouvez passer votre adresse à ma secrétaire elle vous enverra 15 kilos de cookies ahah :happy:
    Et d'avance un grand merci à celles et ceux qui prendront le temps de laisser un petit mot, je crois que j'ai sincèrement besoin d'avis extérieur pour avancer actuellement <3
     
    #1 Ju.de, 27 décembre 2017
    Dernière édition: 27 décembre 2017
    cooki10458 et plic tic ont BigUpé.
    ----- Publicité -----
  2. Salomé31300

    Salomé31300
    Expand Collapse
    Toulousaine fraîchement débarquée à Paris, les forums, c'est tout nouveau pour moi, mais j'ai bien envie de découvrir ce monde!

    Salut Ju.de, je crois que je suis la seule à avoir eu le courage de lire jusqu'au bout!
    Je ne prétends pas porter la bonne parole sur ta situation mais je peux te donner mon avis. D'abord, tu as bien fait d'avoir coupé les pont avec T., c'est, à mon avis, la seule façon valable de faire le deuil d'un relation, et tu ne dois donner à personne l'autorisation de se moquer de toi.
    Ensuite, pour ta relation avec M., sois honnête, avec lui mais aussi et surtout avec toi-même. L'important c'est que tu sois ok avec tout ce que tu fais et dis. Tu as trouvé un garçon patient et qui tiens à toi? L'amour, c'est pas un concours, tu n'es pas obligée de dire "je t'aime" si ce n'est pas ce que tu ressens, mais tu ne dois pas culpabiliser à cause de ça, au contraire, c'est honnête. Et si un jour tu as envie de le dire, ce sera merveilleux parce que ce sera vrai. En attendant, si tu passes de bons moments avec lui, qu'il connait tes doutes et les accepte... j'ai envie de te dire où est le problème? On dirait que tu voudrais aller plus vite que ne le permettent tes sentiments... On ne te demande pas d'aimer "autant" ou "plus" que l'autre, tout ça, ça ne se mesure pas!
    Enfin, pour ce qui est de la dépression, la phrase de Tibo In Shape est juste mais y a pas que ça... Si ça te rassure d'aller voir un psy, si tu penses que cela peut t'aider, sache qu'une fois passée la crainte de raconter ton histoire, les finances ne sont pas nécessairement un problème puisque de les centres médico-psychologiques (enfant/ado ou adultes selon ton âge), les consultations sont remboursées par la sécu et ta mutuelle.
    Je te souhaite bon courage!
     
    Ju.de a BigUpé ce message
  3. Mawrcan

    Mawrcan
    Expand Collapse
    Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes

    Salut @Ju.de ,

    Déjà je pense que tu as fait un premier pas en écrivant ce qui n'allait pas. C'est bien de mettre des mots sur ce qu'on ressent. Concernant ta relation avec T., je suis bien d'accord avec la première réponse. Pour moi, après avoir rompu avec quelqu'un, il est nécessaire de couper les ponts, au moins pour un moment. Sinon effectivement, on ne sait plus où on en est. D'après mon expérience personnelle, je trouve qu'on se remet mieux (ou au moins plus vite) d'une rupture quand on rompt tout contact avec la personne.

    Pour ce qui est de M., j'avoue que je ne sais pas comment te venir en aide. A part ton ex-amie, tu n'as pas d'autre personne de confiance avec qui en parler? Si la réponse est non, effectivement il serait peut être intéressant d'aller voir un.e psychologue, qui saura te conseiller pour vivre ta relation plus sereinement. Se faire aider pour sa santé mentale n'est pas plus honteux que d'aller voir un médecin quand on a un rhume ! Et parfois il suffit de quelques séances pour commencer à aller mieux.

    Comme l'a dit Salomé31300, on peut obtenir des consultations psychologiques gratuites selon son statut (si tu es étudiante par exemple). Sinon, sache qu'il existe des lignes téléphoniques qui offrent du soutien psychologique comme le Fil Santés Jeunes ou Croix-Rouge Écoute. Ces numéros sont gratuits.

    Ce n'est pas facile de prendre rendez-vous chez un psy pour la première fois, parce que les troubles mentaux sont encore tabous et considérés comme guérissables soi-même. Mais c'est complètement faux. Aujourd'hui les chercheurs commencent à découvrir des liens entre les troubles mentaux et physiques, comme des dérèglements hormonaux. Ce n'est pas de ta faute si tu vas mal, et ce n'est pas anormal de ne pas pouvoir régler ça toute seule.
    J'ai moi-même plusieurs cas de dépression dans ma famille, et ma psy m'a dit un jour que non, la dépression n'est pas héréditaire. Certes le tissus familial peut faire que certaines "névroses" de transmettent, mais ce n'est pas une fatalité. Ça m'a fait beaucoup de bien d'entendre ça. N'ait pas peur d'en parler donc, et une dernière chose : tu n'es pas obligée de tout dire d'un coup. Tu peux très bien commencer par parler un petit peu, et te confier plus par la suite.

    Je te souhaite bon courage ! :hugs:
     
    Ju.de et Salomé31300 ont BigUpé.
  4. Aleynia

    Aleynia
    Expand Collapse
    La vie, naturellement, est une vallée de larmes; elle est aussi une vallée de roses.C'est indiscernable.C'est une fête et c'est un désastre.

    Alors, déjà on respire un bon coup!
    Votre histoire est toute neuve avec M, il faut vous laisser du temps et surtout te laisser du temps! Rien n'est figé ! Tout n'es qu'evolution ! Ne te mets pas des barrières, vis ce que tu as à vivre avec lui, me si ça ne dure pas ! Profite des petits instants !
    C'ets le plus important, on ne sait pas de quoi sera fait demain... Et ce n'est pas grave :happy:

    Pour le psy, je ne saurais que te conseiller le CMP de ton secteur, voir quels sont les délais pour être reçu. Les consultations y sont gratuites. Si tu es étudiantes, tu peux te rapprocher de l'infirmière de ta fac ou ton école qui pourra t'orienter dans les bons services. Le plus dur c'est de passer la porte.
     
    Ju.de et Salomé31300 ont BigUpé.
  5. Ju.de

    Ju.de
    Expand Collapse

    Tout d'abord un grand merci à vous 4 d'avoir pris le temps de lire et de me répondre, ça me fait chaud au cœur :jv:

    Ensuite, vos réponses m'ont faites du bien, parce que c'est les réponses que je souhaitait lire dans le fond. Déjà mercredi m'a vraiment fait du bien de tout mettre au clair et d'écrire noir sur blanc toute cette histoire qui me tracasse, et je me suis rendue compte en finissant que les réponses que je voulais lire sont plus ou moins celle que vous m'avez données, à savoir que du moment que je suis honnête avec tout le monde, et que je passes des bons moments, je ne vois pas pourquoi je m'en priverai.
    Mes doutes restent là malgré tout, je n'y ai pas trop pensé en début de semaine grâce à ce sujet mais là ils reviennent en force ... mais pour la première fois depuis longtemps, j'ai tout de même l'impression que je pourrais m'en débarrasser un jour, comme en ce début de semaine. En tout cas je l'espère vraiment, ça me bouffe la vie pour rien, c'est du passé, j'ai l'impression de me faire du mal moi même mais d'un autre côté de ne pas tout à fait contrôler ces "sautes d'humeurs", c'est perturbant et fatiguant. Déjà je n'arrive pas à m'en débarrasser mais en plus je m'en veux pour ça ...

    Enfin bref je ne vais pas revenir là dessus, je vais juste continuer d'avancer tranquillement dans ma relation avec M. tout en le prévenant de mes doutes et de mon instabilité permanente, mais je ne veux pas me priver de tout les bons moments que je pourrais passer avec lui et je sais qu'il y en aura :happy:


    Pour ce qui est du psy, j'imagine que ça pourrait grandement me faire du bien. Mais comme vous le dites, le plus dur est de passer la porte. J'avais entendu parler de centres il y a longtemps, je pourrais très certainement en trouver dans ma ville sachant que j'habite une grande ville. Après honnêtement je ne me vois pas passer la porte de ce genre d'endroit ... c'est sans doute un cliché que je me fais ce que je vais dire là, mais j'ai l'impression que ces centres sont fait pour des jeunes qui ont des problèmes bien plus important que les miens. Je ne pense pas aller "assez mal" pour y aller, même si j'ai conscience que c'est un peu ridicule de dire cela. Sinon je suis encore en BTS donc oui dans un lycée, je pourrais peut être voir avec l'infirmière ... mais même problème, il faut trouver le courage de pousser la porte, prendre le risque de se faire voir par les gens de la classe, se faire poser des questions, etc, etc ... mais ça me rassure tout de même, je n'avais pas du tout pensé à cette solution, du coup je sais que si un jour je craque complètement, je saurais où aller

    Par contre j'ai quelques bons amis, et heureusement qu'ils sont là. Donc Mawrcan oui j'ai des personnes avec qui en parler, et je leur en parle parfois, après comme je l'ai dis au tout début du sujet, me confier est quelque chose avec lequel j'ai franchement du mal. Outre le fait que par exemple je n'ai jamais trouvé le courage de dire tout ce que j'ai dis dans ce sujet tel quel à ces amis, j'ai toujours cette peur de déranger qui fait que j'attends un peu que ce ne soit plus supportable pour moi avant d'en parler, même si j'ai conscience que ce n'est pas la bonne solution, et que en plus j'ai franchement des amis géniaux qui m'affirment toujours le contraire. Mais je fais des efforts et je trouve que je m'améliore grandement sur ce point, donc c'est plutôt cool!

    En tout cas, merci encore une fois d'avoir pris le temps de me répondre, vous êtes géniales @Salomé31300, @Mawrcan et @Aleynia :top:
     
    Mawrcan et Salomé31300 ont BigUpé.