Je suis seule et ça va très bien, merci, au revoir.

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par AnonymousUser, le 16 avril 2010.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je pensais à ça ce matin : on a un topic pour celles qui n'ont pas de vie sociale et qui en veulent une désespérément, mais ... celles qui parfois s'en passeraient bien ?

    J'étais grognon, ce matin. J'ai été invitée pour ce soir à une grosse soirée avec beaucoup d'alcool et de gens. J'ai refusé parce que je suis malade (OK, j'étais malade la semaine dernière, maintenant ça va). Je sais que mes amis qui y vont trouvent ça "étrange", me disent gentiment "tu devrais t'amuser". Mais FUCK quoi. Je m'amuse très bien seule dans la maison avec mes bouquins et mon PC. Zut.

    Plus ça va, plus je fuis les rassemblements de gens, plus j'évite tout ça. Les soirées entre amis, j'adore - quand on est entre amis. Donc pas plus d'une dizaine en général. Dans un bar tranquille avec de la musique pas trop forte. Ou un quizz. Ou un match de rugby.

    Mais les grosses soirées, les sorties sans arrêt ... Plus ça va, plus je refuse, et plus je sens une pression désagréable autour de moi : mon image de nana fêtarde se lézarde, on trouve austère que j'arrête d'aimer tout ça à 21 balais, on insiste, on me demande de m'expliquer ... Ça vous le fait, à vous ? Pourquoi ? Comment expliquez-vous ça aux autres qui détestent la solitude ou qui acceptent bien plus de sorties que vous ? Vous sentez-vous aussi un peu obligée de dire oui parfois alors que vous n'en avez aucune envie ? Vous aimez la solitude pantouflarde ou vous êtes plutôt solitude aventureuse ?

    Bref ... ce topic comme rassemblement des solitaires et sympathisantes - ça vous va ?
     
  2. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    J'ai besoin de solitude pour me ressourcer et me reposer car la vie en groupe, en société me fatigue. Etudiante, je refusais régulièrement des soirées. Maintenant je le fais moins parce que j'ai moins d'occasions et que cela reste des soirées assez calmes, mais j'ai bien précisé à mes nouvelles connaissances que je ne voulais faire quelque chose avec eux qu'un seul jour dans le week-end parce que j'ai besoin de temps pour moi.
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Yo! :)

    Généralement, mes ami-e-s, mes connaissances ne sortent pas tout le temps ou sont raisonnables, donc je n'ai pas à gérer ce genre de situation. Nous sommes plutôt sur la même longueur d'ondes. Je trouve ça très étonnant des personnes qui ne conçoivent pas que l'on peut aimer la vie, l'occuper passionnément sans se rendre dans une boîte de nuit, sans prendre un verre de Vodka ou sans finir la soirée à cinq heures du matin. La plupart du temps, ces personnes je ne les côtoie pas - ce qui m'évite toute justification. De toute façon elles ne les entendraient pas. J'ai connu des nanas comme ça, et pour elles c'était juste inconcevable. Je ne les connais plus.
    Je ne me sens jamais obligée de dire Oui. Tout simplement parce que je passe avant les autres et leurs considérations.
    Et très honnêtement, avec les gens avec lesquels je me sens bien, ils m'acceptent comme je suis et inversement, je ne me sens obligée de rien, nous nous mettons d'accord pour mettre en place des conditions qui satisfont tout le monde, et ils ne me trouvent jamais Bizarre.
    Mais par contre je ne me sens absolument pas solitaire. Les gens peuvent percevoir ça ainsi par rapport à mes pratiques, mais je ne me vis absolument pas comme ça. Je suis un être profondément sociable et qui aime la vie, je ne me sens ni seule ni solitaire. J'ai beaucoup d'activités, de vécu, seulement cela se manifeste dans d'autres activités ou d'autres façons, qui se font, sans doute, avec moins de monde...
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Aujourd'hui tiens j'ai refusé une invitation pour aller à une soirée étudiante à Paris.
    Je n'ai pas envie de sortir en plus je suis fauchée, donc bon voilà...
    Ces derniers temps la solitude ne me dérange pas du tout. Contrairement à ce que certain-e-s de mes ami-e-s pensent ce n'est pas parceque "je cherche à me caser".
    J'ai envie d'être plus indépendante, je n'ai pas vraiment les mêmes attentes que les membres de mon entourage.
    C'est assez étrange comme situation, d'un côté ceux à la fac ne pensent qu'à avoir leur année, moi je ne pense qu'à ma réorientation. De l'autre côté ceux qui sont encore au lycée ne pensent qu'au bac, à leur choix de fac.
    J'ai envie de nouveauté, de rencontrer de nouvelles personnes vivre d'autres choses. M'éloigner des autres est un mal nécessaire pour que je puisse changer, évoluer pour me sentir mieux. Je ne veux plus me contenter d'admirer les autres de loin, je veux me dire que "Moi aussi j'ai fait ça.".
     
  5. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Moi je suis un peu de celles qui veulent une vie sociale remplie mais quand on me propose quelque chose, je fuis. (Paradoxe vous dites?)

    J'ai une copine qui me propose un ciné presque toutes les semaines et à tous les coups je refuse. Je suis parfois même obligée d'inventer une excuse nullissime pour me justifier parce que personne ne comprend le fait que je préfère rester chez moi. Sauf que je me sens vraiment bien chez moi, je fais la loque, c'est ma grande passion. :d:
     
  6. Zen-alia

    Zen-alia
    Expand Collapse
    It's Business Time!

    Big up pour le sujet!

    Je sais pas me comporter en société, je sais jamais où me mettre et j'aime pas ne pas savoir où me mettre. J'aime pas répondre aux questions, j'aime pas poser des questions, j'aime pas qu'on me téléphone, j'aime pas téléphoner, j'aime pas qu'on m'envoie de sms pendant les vacances ou le week-end... J'aime pas danser, j'aime pas fumer, j'aime pas les jeux censés briser la glace... Un groupe de 10 personnes c'est déjà beaucoup trop.
    Moi aussi on me dit que je devrais m'amuser plus, j'arrive pas à faire comprendre aux gens que ce qui les amuse eux ne m'amuse pas, moi. Et que ça veut pas pour autant dire que je fais la gueule et que je les aime pas :)

    Franchement, je n'ai qu'une seule personne avec laquelle je suis totalement à l'aise. Tous les autres me font me sentir gênée et pas à ma place. Du coup, c'est à petite dose, on se voit la semaine mais le week-end je me retire bien au chaud dans ma bulle de solitude et je me ressource pour la semaine suivante!

    Et franchement, j'ai besoin de ça pour être heureuse. Pas de vodka, fumette, boite, discuter tout en étant avachis sur des canapés dans une demi-obscurité... c'est juste pas mon truc.
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Mais en plus je suis en général sociable et ça étonne les gens que je ne veuille pas sortir plus que ça. Mes amis trouvent toujours que "c'est sympa pour rencontrer des nouvelles personnes", mais n'insistent pas trop quand même. Une fois c'est déjà trop je trouve. Je me sens toujours coupable et naze de pas vouloir sortir ... mais je me sens tellement mieux chez moi ou à sortir mais en journée et tranquille. Pourquoi personne ne veut sortir avec moi en balade au bord de la plage ou dans le jardin botanique ?

    Pour le coup des sms et des e-mails, je DÉTESTE en recevoir, je me demande toujours pourquoi, et qui peut m'en envoyer, et ça me stresse jusqu'à ce que je le lise et me rende compte qu'il n'a rien de spécial. En général j'y réponds "par politesse", et après je déteste aussi quand la conversation se poursuit longtemps. Je dis toujours "oui, bon, bah, bonne soirée", au moins dans trois textos et ça m'énerve si l'autre continue. Même si c'est un mec qui me plait.

    J'ai désactivé la fonction répondeur de mon téléphone. Je détestais trop avoir des messages sur mon répondeur, ça m'énervait.

    Et j'aime bien appeler mes parents parfois, mais je déteste qu'ils m'appellent, je me demande toujours si quelque chose de grave s'est passé et puis je trouve toujours que ça tombe au mauvais moment.

    D'ailleurs j'aime bien couper mon téléphone et ne pas lire mes e-mails, j'ai l'impression que : ça y est !! le monde ne peut plus m'atteindre ! YOUHOU !

    (OK, je suis malade, je déteste les autres et je vis seule et renfermée ...)
     
  8. Escape*

    Escape*
    Expand Collapse
    Black Swan

    Ah comme je vous comprends...

    J'aime passer du temps avec copains ou amis, mais j'ai besoin de me retrouver seule, chez-moi, à ne rien faire ou ne m'occuper que de ce dont j'ai envie. Je cherche aussi parfois des excuses nullissimes pour qu'on me fiche la paix, pour éviter d'aller en soirée ou pour rentrer chez-moi plus rapidement... Parce que quand je dis que "je n'ai pas envie" ou que "j'aimerais rester seule" on me regarde comme si je débarquais de nulle part... Et ça commence à être agaçant.

    (Déjà que je ne bois pas des masses parce que je n'aime pas l'alcool alors... mmh).

    Par contre, je suis parfois rassurée parce que mon copain devient plus ou moins comme moi (bon évidemment, je me demande si ça n'est pas à cause de moi mais il m'assure que ça n'est pas le cas, qu'il a simplement changé), à ne plus vouloir rencontrer de nouvelles personnes qu'on ne reverra qu'en soirée (pour toujours se poser les mêmes questions inutiles, ça devient presque ennuyant), ou pour contempler ses amis souls parce qu'il n'a pas forcément envie de boire beaucoup.

    Je déteste également le téléphone (et je n'y réponds jamais quand on m'appelle... les textos sont mon seul moyen de communication... avec bien souvent du retard parce que mon portable traine toujours au fond de mon sac en silencieux)

    Je me sens rassurée de lire votre expérience en tous cas, je me sens un peu moins 'ovni'.



     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Les reflexions des gens vis à vis du fait que je suis assez casanière m'insupportent. C'est du genre "Tu viens à la soirée ce soir ? Non? Ah bah ça m'aurait étonné."

    Bah oui bah... Faut croire que ta soirée sera à chier si je suis pas là, tellement t'y attaches de l'importance là. Ffff.
     
  10. endza

    endza
    Expand Collapse
    Force du Mal

    ça, ça m'exaspère à fond !

    On va dire que jusqu'à mes 20 ans je sortais pas mal, voire à l'excès ; et je crois que cette facette de ma personnalité à changé, tout simplement.
    Maintenant, je ne sors pas "pour sortir", mais pour des occasions précises : concert, ciné... et jamais après minuit, car ça me gave d'être une loque jusqu'à midi le lendemain matin !
    Beaucoup ne comprennent pas, on dirai que pour être cool, faut tout le temps faire la fête. Je laisse dire !
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je viens de me faire une réflexion étrange : je meurs d'envie que ma copine arrive, mais paradoxalement, j'ai pensé : plus un instant à moi jusqu'à demain après midi.

    Et c'est étrange. De me dire que je serais satisfaite quand elle sera sous la douche, alors que j'ai hyper envie de la voir.

    (et je réagis de plus en plus comme ça)
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je ne suis pas vraiment une solitaire, au contraire j'ai besoin d'être entourée. Ceci dit, c'est vrai que je ne raffole plus de la foule, des soirées, des bourrages de gueule... j'ai commencé à sortir très tôt, j'ai eu une période folle, voilà, j'en suis revenue. Ca catastrophe mes potes d'uni. "Mais attends, tu passes à côté de ta vie d'étudiante, tu ne te rends pas compte !" ...Laissez moi rire.
    Je ne critique pas ces gens, mais j'aimerais de fait qu'ils ne me critiquent pas si aujourd'hui, je préfère bosser mes chansons plutôt que de me défoncer, dîner au restaurant avec mon mec plutôt que de sortir jusqu'à cinq heures du mat', etc. C'est ce que je dis d'ailleurs, à ceux qui me reprochent de louper une soirée. Ca me fatigue un peu d'inventer des excuses à la noix.
    Oui, je suis devenue plus casanière, je me sens bien dans mon cocon, je ne vois plus l'intérêt d'étouffer au milieu de six cent personnes dans une salle souterraine en buvant des cocktails bâclés... Quel grand drame, effectivement.
     
Chargement...