« Je suis toujours belle », le film choc qui parle d'une agression sexuelle... Et d'espoir !

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 3 novembre 2016.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Naudhiz

    Naudhiz
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je ne peux pas m'empêcher de tiquer sur un aspect en particulier du film : la scène de l'agression. Je la trouve cliché. On est dans une rue pas super éclairée et déserte, avec deux hommes inconnus. Je suppose que ce choix répond à de multiples contraintes mais je trouve dommage que la scène soit aussi cliché dans un court-métrage qui essaie justement d'avoir un message positif :erf:
     
    Shadowsofthenight, Lilmivaness et Aqua ont BigUpé ce message.
  3. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    Jpense que c'est pas le sujet principal de la vidéo, qui serait plutôt la reconstruction et l'après. Donc ça me pose pas de souci que ce soit survolé, même si je comprends large ton point de vue.
    Maintenant cette situation existe en vrai, même si c'est cliché, parfois on vit ce que les autres trouvent peu original ou cliché... ça reste une situation que des femmes ont pu vivre, donc possiblement réaliste.
     
    Shadowsofthenight, Babitty Lapina et Nebel ont BigUpé ce message.
  4. Chizu

    Chizu
    Expand Collapse
    Envie Dodo

    Pour le cliché je plussoie que ce n'est pas un cliché pour toutes les femmes.... :)
    Pareil pour le titre finalement je le trouve très bien même si je comprends la question posée. Après une agression de ce type je pense que pas mal de femmes ont envie de sortir de chez elles sans faire attention du tout à ce qu'elles portent voir à tout faire pour s'enlaidir, pour ne pas attirer les regards ( et encore la elle peuvent se faire traiter de cageot ...) dans les quelques jours qui suivent un événement pareil la question de pose " est-ce que j'ai envie d'être belle ?". Une haine profonde pour tous les mecs qui nous regardent dans la rue ( qu'est-ce qu'il va me dire lui ? Qu'est-ce qu'il va faire ?) et une peur aussi. Je vois cette phrase du coup comme une reconnaissance de soi, une prise de pouvoir sur notre corps qu'on sent inévitablement sali peu importe le degrés de violence subi.
     
    Kaus Australis a BigUpé ce message
Chargement...