Je veux comprendre... la grève étudiante au Québec

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lilja, le 26 avril 2012.

  1. Lilja

    Lilja
    Expand Collapse
    Motherfucking sorcerer

  2. Skjoldmø

    Skjoldmø
    Expand Collapse

    je viens faire ma relou bonjour!
    on ne dit "pallier à qqch" mais "pallier qqch".

    vous avez une asso étudiante qu'il s'appelle la FEUQ? :cretin:

    voilà, en dehors de ces commentaires hors sujet, je vous remercie pour cet article. Je n'avais effectivement pas du tout entendu parlé de ces protestations.
     
  3. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Je ne savais pas du tout ! Et même maintenant ça me fait bizarre :eh: Mais merci en tout cas : c'est corrigé !
     
  4. DolceVita

    DolceVita
    Expand Collapse
    home sweet home

    Je soutiens les étudiants grévistes à 100%, et je vous remercie pour cet article, j'avais encore jamais entendu parler de cette grève.
    J'trouve ça aberrant comme mesure, l'éducation y'a pas plus important quoi !
     
  5. AJJ

    AJJ
    Expand Collapse
    Musique Addict

    Il faut aussi savoir que le report de session entière ont déjà été fait voir l'annulation de certaine. Ce qui est assez grave vu l'avancement de la situation.

    Ce qui ne parait pas non plus dans cet article, c'est que les étudiants contre la grève et pour la hausse et contre la grève et contre la hausse ne sont pas forcément distingué en réalité.
    Je suis dans une école de l'université de Montréal et nous avons décidé de ne pas nous mettre en grève à cause de l'avancé de notre session, mais certain grévistes ne comprennent pas forcément notre position. (il y a même eu des actes de vandalisme envers notre école).
    Je trouve ça désolant sachant que cette grève est censé nous rapprocher et non nous diviser)

    Enfin bref, Je suis contre la hausse mais condamne les actes de vandalismes en général dans cette grève qui malheureusement biaise le regard que nous pourrions avoir sur ce conflit.
     
  6. AJJ

    AJJ
    Expand Collapse
    Musique Addict

    Excusez moi pour les fautes d'orthographe je suis quelque peu pressée j'ai examen dans 5 min!
     
  7. méli-mélocollection

    méli-mélocollection
    Expand Collapse

    J'ai demandé à une amie pourquoi elle ne faisait pas la grève, elle m'a dit qu'elle bossait beaucoup à côté pour payé ses études et que du coup elle était partagé entre faire la grève pour espéré que les frais n'augmentent pas. Et aller en cours parce qu'elle travaille dur pour payer sa session.
    Et je la comprend, elle a un rythme de fou, après les cours je la vois elle va bosser au macdo, ca fait 5 ans qu'elle y est, elle a hâte de pouvoir quitter macdo pour faire enfin ce qu'elle aime.
    Dans mon université, j'ai l'impression que la grève c'est calmée. La plupart des cours ont repris normalement.
     
  8. JohanaRose

    JohanaRose
    Expand Collapse
    Toujours au top

    Feuq da police :shifty:
     
  9. Triceratops

    Triceratops
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Je suis au Québec cette année, donc je vois ça de l'intérieur et je soutient les québécois dans leur action. On a beaucoup de chances d'avoir la quasi-gratuité des frais de scolarité en France, et d'avoir en plus de ça un système de bourses, le tout rendant l'éducation post-bac accessible à presque tous. Et je déplore un peu le fait qu'il y ait beaucoup trop détudiants qui ne prennent pas assez conscience en France, de cette aubaine!
    " Un peuple instruit jamais ne sera vaincu" ;)

    Et en bonus, un symbole de la grève étudiante: Le Lama contre la hausse ;)
    [​IMG][​IMG]
    [​IMG]
     
  10. ElleNuit

    ElleNuit
    Expand Collapse

    Ah, je suis agréablement surprise que l'on parle de cette grève sur madmoiZelle !

    Je suis bien heureuse d'avoir terminé mes études l'an dernier, je ne crois pas que j'aurais pris le risque de perdre ma session en votant pour la grève. Et je n'aurais certainement pas eu le courage de participer aux manifestations où des étudiants (et des professeurs, des parents, etc.) pacifiques se font passer à tabac, jeter en prison et imposer des amendes atrocement salées. Chapeau à tous les étudiants québécois qui luttent pour une plus grande justice sociale !

    Sinon il y a cet article pro-hausse bourré de lieux communs où l'on parle des universités françaises :
    On se croirait en prison ! Bien entendu, l'auteure ne cite pas ses sources.
     
  11. Rocky ducky

    Rocky ducky
    Expand Collapse
    Fucking sucked by life right now :/

    Je te rejoins complètement sur cette idée là. J'ai fais six ans d'études en France et là j'achève ma 1ère année au Royaume-Uni, quelle différence !! A tous points de vue, à commencer évidemment par les prix. Ici l'année coûte 1820 livres, et encore je suis en Écosse et que du coup c'est "cheap", ailleurs c'est plus cher en général. J'ai eu deux coup de bol monstrueux : je suis passée juste avant la réforme (parce qu'ici aussi, il y a des changements : dès la rentrée 2012, les universités du R-U vont doubler voir tripler leurs frais d'inscriptions, sachant que beaucoup en sont déjà à 3000 livres / an. Fois trois du coup, 9000. Glups...), du coup je reste sous l'ancien "régime" et ne payerai pas plus que £1820. Et aussi, j'ai pu avoir un prêt du gouvernement (écossais, le français m'a envoyé paître ^^ ) qui m'avance les frais de scolarité et que je rembourserai en commençant à bosser. Mais ça aussi ça va changer, ils vont accorder ces prêts beaucoup moins facilement avec les nouvelles réformes...
    Bref, étudiants de France, profitez des frais universitaires si bas, pendant que ça dure!
    Et sinon j'adore le lama comme symbole ;)
     
  12. Ailis Luce

    Ailis Luce
    Expand Collapse

    Oui tu vis sans doute dans une université récente ou épargnée, car je peux dire que pour ma par je vis cette situation au quotidien.

    Aucunes prises électriques pour les étudiants dans les amphithéâtres. En hiver, je devais porter ma doudoune en cours car la température ne dépassait pas les 18°C. La bibliothèque est dépourvue de livres récents et la base de données n'est pas MAJ correctement. Les ordinateurs des salles datent de mathusalem et grillent un par un. Les rétroprojecteurs ne sont là que dans quelques salles et sont en fin de vie. Etc.

    Encore, mon université a pour excuse que le bâtiment est ancien qui est protégé (impossible de modifier sa structure). Je note juste que les rénovations commencent, mais seuls les bureaux des secrétariats et les toilettes en bénéficient pour le moment...

    L'université de lettre est dans un état catastrophique. On a l'impression que la façade a survécue à une guerre. Les locaux sont vétustes, les fils électriques pendouillent librement car les faux-plafonds sont défoncés. Des projets de rénovations aussi, mais pas avant un baille et sur plusieurs années.

    Bref, je pense que le système français montre ses limites. Permettre un accès à tous aux études est bien, mais cela se fait au détriment de la qualité de l'enseignement et des conditions de travail... Mêmes les professeurs, qui sont bon, nous incitent à quitter l'université pour s'orienter sur des écoles, c'est dire.

    Pour en revenir à l'article, je suis de tout coeur avec les québécois. Les étudiants ne devraient pas subir des hausses de frais, surtout dans un contexte de crise qui touche de plein fouet les jeunes. Je comprends leur protestation et la soutient, même si je suis contre les grèves. J'espère que la situation se débloquera et qu'une solution satisfaisante pour tous sera trouvée.
     
Chargement...