Jeunes générations et rapport au travail

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 22 mai 2012.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. Worakls

    Worakls
    Expand Collapse
    Chevreuil qui tape du pied
    Ambassadrice de Ville

    Mon Projet Bac que je présente dans 4 semaine porte sur ça tient, ça fait un mois et plus encore que je potasse des articles sur ce sujet.

    Quoi que sujet très intéressant car je serais bientôt concerné :3 et d'ailleurs ça me fais assez peur tout ça..
     
  3. Callie.

    Callie.
    Expand Collapse
    Explose en plein vol

    Je plussoie 1000 fois ce constat, diplômée d'une licence pro dans un secteur pourtant prometteur, avec 1 an d'expérience et des stages, j'enchaîne entre des phases de chômage, travail (alimentaire, rien avoir avec ma branche) chômage depuis octobre :stare: je trouve ça très dur à vivre, après un parcours sans embûche durant mes études... De mon côté j'ai l'impression que l'entourage n'aide pas non plus puisque quand tu n'arrives pas à trouver d'emploi dans ta voie les gens te prennent un peu pour un rebut de la société, alors que bon.. C'est pas faute de se donner les moyens. Malgré les quelques entretiens que j'ai passé dans ma branche les boîtes préfèrent au final employer un profil qui a 3 voir 4 ans d'expérience (je suis pourtant dans un secteur qui a vu le jour il y a seulement quelques années...) enfin bref je sais que je ne suis pas la seule, le dernier job que j'ai fait (vendeuse) mes collègues étaient que des gens entre bac + 2 et bac + 5 qui avaient rien trouvé non plus. Je peux dire que je ne m'attendais pas à ça quand j'ai terminé mon mémoire en octobre :erf:

    Edit : j'envisage d'ailleurs de reprendre les études en septembre, mais je me dis que c'est reculer pour mieux sauter.
     
  4. [alex]

    [alex]
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Mon entrée dans le monde du travail a débuté l'année dernière quand j'ai commencé une année d'alternance dans le cadre d'une licence pro commerce marketing. Et je dois dire qu'avant de rentrer dans la société où j'étais, je ne me sentais pas du tout prête à travailler.

    Pour ma part, j'étais étudiante lundi/mardi et assistante commerciale mercredi/jeudi/vendredi. Si c'était à refaire, je le ferai SANS HÉSITER (surtout que j'ai eu la chance de tomber dans une boîte et une équipe géniale). Ça m'a tellement transformé que très rapidement, je ne supportais plus d'aller en cours et j'attendais qu'une seule chose : retourner travailler.

    Donc clairement, l'alternance m'a permis de découvrir progressivement le monde du travail et ça a été une super année. En sortant de mon BTS, je me voyais très bien aller jusqu'au Master et finalement je ne l'ai pas fais. Et je ne regrette pas du tout puisque de toute façon, je n'aurai pas supporter de retourner une semaine complète en cours pendant 2 ans.

    Deux jours après avoir quitté ma boîte, j'ai intégrai une boîte informatique en tant que commerciale et en CDI. J'y suis depuis septembre.

    Tout ça pour dire que, vraiment si vous le pouvez, faites vos formations en alternance. Je trouve vraiment que c'est un SUPER moteur d'insertion professionnelle et que cela devrait être beaucoup plus encouragé par l'Etat et les entreprises.
     
  5. Schottky

    Schottky
    Expand Collapse

    Comme je ne savais pas quoi faire comme études et que j'étais à peu près intéressée par tout, je me suis lancée dans des études d'ingénieur, j'ai la chance d'être dans une excellente école et les entreprises viennent carrément nous chercher pendant notre dernière année d'étude pour nous proposer de faire un stage de fin d'étude chez eux et être embauché dans la foulée.

    Du coup je pense que ça dépend vraiment des études et des écoles aussi. Certains secteurs marchent extrêmement bien alors que d'autre stagnent de plus en plus. Je pense que c'est à prendre en considération lorsqu'on choisit un parcours.

    Ça parait con mais il n'y a pas que les goûts qui interviennent, il faut aussi être réaliste sur le domaine qu'on choisit. (Sans pour autant que ça soit le seul facteur qui intervienne, on va pas non plus s'obliger à tous faire ingénieur juste parce que ça embauche super bien hein).

    Des fois je trouve que certains jeunes manquent de réalisme. C'est pas le monde des bisounours, c'est le marché de l'emploi!
     
  6. Wayzea

    Wayzea
    Expand Collapse
    Ridonkeylus

    Je suis sortie de l'école en Avril 2011, diplômée en Septembre de la même année (Bac +5). J'ai démarré un stage directement en Avril 2011, et je suis toujours dans la même boîte, avec un vrai contrat qui courre jusqu'à au moins Mai 2013 et qui me permet de vivre ce qui est décrit par @Justine_ : une vraie vie de jeune travailleur qui peut apprendre, progresser et profiter de ses premiers salaires.

    Je crois pas sortir d'une branche spécialement porteuse, alors je crois aussi très franchement qu'il y a une part de "chance" dans tout ça. Mais il faut aussi savoir saisir certaines opportunités, se rendre très mobile et essayer de chercher du bon dans toutes les opportunités qui peuvent se présenter.

    Et la chance, ça se provoque! :) Pour toutes celles qui vont se présenter au Monde du Travail prochainement : montrez-vous. Créez votre réseau. Que ce soit via Madmoizelle, via des associations, participez à des colloques, des salons de l'emploi ou de jeunes diplômés, présentez-vous à des entretiens même si le poste décrit n'est pas exactement ce que vous recherchez : l'important c'est que votre CV soit connu. On ne sait jamais quelle opportunité peut se dégager un peu plus tard!
     
  7. Rocky ducky

    Rocky ducky
    Expand Collapse
    Fucking sucked by life right now :/

    Je suis bien d'accord avec vous toutes :) J'ai choisis ma branche (kiné) en accord avec mes goûts ET parce que je savais que je trouverai du boulot en sortant, ça me parait essentiel comme paramètre a prendre en compte!
    Pour ce qui est de booster sa chance, je rajouterais : faites du bénévolat ou des stages même non rémunérés : vous y apprendrez des choses, ne resterez pas inactives et ferez peut-être des rencontres-clé pour plus tard. Si il y a un journal de la profession, regardez si vous ne pouvez pas publier un article (même court, même une revue de bouquin, qu'importe!) histoire de participer a la communauté et de vous faire connaître.
    Courage a celles qui cherchent encore! :)
     
  8. Styxounette

    Styxounette
    Expand Collapse
    Ohohohohoh

    Même problème, même raisonnement, mêmes études :)

    Cela dit je ne sais pas si je le referai parce que même si je suis assurée d'avoir un travail dés ma sortie de l'école (si pas avant), j'ai quand même le sentiment d'être passée à côté de ma véritable vocation (en l'occurence gribouiller) parce que j'avais peur. Je ne l'ai réalisé que bien plus tard mais quand pour la première fois on m'a demandé de choisir ce que je voulais faire j'ai pris peur et j'ai pris la voie de la facilité : entrer en prépa.

    Oui bon mettre facilité et prépa dans la même phrase c'est assez oxymorique me direz vous ^^ Mais pour moi maintenant je réalise que le véritable courage il aurait été de faire ce que j'avais réellement envie de faire, sans prêter d'importance au marché de l'emploi, aux difficultés économiques ou à l'approbation de mes parents.

    Parce que maintenant je regrette, parce que maintenant JE M'ENNUIE dans mes études. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai pas mal décroché de ma prépa en deuxième année et terminé dans une petite grande école.

    J'essaye de me réorienter à mon niveau vers des choses qui me plaisent plus (jeux vidéos etc) mais je n'ai aucune garantie et il me faudra acquérir moulte compétences en parallèle pour y arriver.
     
  9. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    J'ai commencé à bosser en août 2007, c'est carrément préhistorique alors!

    J'ai fait des études d'ingénieur, je suis dans le bâtiment, j'ai déjà changé une fois d'entreprise de mon propre grès, des recruteurs m'appellent souvent. Je touche du bois!
     
  10. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    Ça me fait mal de vous lire, parce que ça confirme que j'ai fait de mauvais choix, que je ne sais pas me montrer, donner envie de m'embaucher malgré mes compétences. Ca me donne l'impression que c'est foutu parce que mes stages sont déjà loin, mon réseau tout petit (ou aussi en galère). Personnellement je ne savais pas que ce serait aussi dur à la fin de ma formation, je ne savais pas qu'il n'y avait pas de débouché dans ce domaine (même si cela parait assez évident, on ne me l'a jamais dit).
    Je me sens totalement responsable de ce qui m'arrive. J'ai l'impression de m'enliser en ne faisant pas les bons choix, à cause de mon caractère discret, parce que personne ne m'attend et que c'est à moi de me rendre utile. Je ne sais pas faire ça.
     
  11. elou

    elou
    Expand Collapse
    Guest

    C'est vraiment très intéressant de lire vos commentaires, mais j'aurai une petite requête : pour les madmoizelles qui parlent de leurs bonnes ou mauvaises expériences, de leurs parcours et de leurs études, pourriez vous préciser quels études, quelle branche vous avez choisi ?

    pour ma part, je suis en fac de droit, j'ai conscience des réalités et ce secteur est loin d'être épargné même si on ne nous le dit pas clairement. On a la possibilité de passer des concours pour des écoles de commerce, IEP, concours administratifs, avocat ... mais avec un simple diplôme de fac, on peut vite déchanter et finir par travailler dans un secteur tout autre que celui de son master.
    Mais quand on nous demande de choisir une voie à la sortie du BAC, on oublie souvent ce détail, parce que 3 ou 5 ans d'études ça paraît long et on ne se doute pas que ça peut être compliqué à la sortie et que l'on nous attend absolument pas.
     
  12. iris_

    iris_
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    J'appuie mon BigUp offert à Callie., car moi aussi, même avec un bon bagage, de bonnes expériences, et, dixit ma mère et mes proches, du talent, eh ben c'est toujours la merde.
    Je suis au chômage depuis 1 an et demi, au début par choix car épuisée par un BTS en alternance qui, et je rejoins vivement [alex] là-dessus, est une formation fabuleuse.
    Aujourd'hui, j'ai tout simplement pas de vie. Pourquoi ? Car dans mon domaine, la communication visuelle, on cherche à en faire toujours le moins possible, on n'embauche plus, on néglige le média.
    J'ai été employée depuis, à l'automne dernier en fait, mais même pas en France, et je n'ai pas pu rester. C'était même à Berlin, là où absolument-tout-le-monde est graphiste. Et le type m'a prise simplement sur un coup de c?ur qu'il a eu pour mes croquis (un petit lien qui fera de mal à personne héhé)...
    Mais ici en France, non, j'ai beau être réaliste, postuler dans des branches qui ne correspondent absolument pas à mes compétences car je dois quand même manger, c'est dur. Comme il est dur de lire Quand il faut y aller, faut y aller, dixit Nepsie avant même l'école terminée.
     
Chargement...