King Kong Théorie, Virginie Despentes

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Eloïse V., le 12 septembre 2011.

  1. Eloïse V.

    Eloïse V.
    Expand Collapse
    Mélange instable

  2. L'apathique

    L'apathique
    Expand Collapse
    *Pétage de plombs inside*

    Je l'ai lu et j'ai adoré . J'avais un peu mal au coeur parfois mais j'en retire une bonne motivation pour changer le monde ,moi ,les femmes et autres.A LIRE.
     
  3. Forgotten90

    Forgotten90
    Expand Collapse
    *Pétage de plombs inside*

    Nooooooooooooooooooon! J'adore Virginie despentes et je voulais vraiment lire son dernier livre... Mais bon n'étudiant pas dans un pays francophone (Roumanie youhou!)
    Faudra attendre...
    En plus tous les commentaires enjoués me dégoutent...
     
  4. articwolf

    articwolf
    Expand Collapse
    en septembre en attendant

    Je l'ai lu il y a pas longtemps et j'avoue que je redoutais d'être agacée par un éventuel côté trop provoc' (à cause de tout ce que j'avais pu entendre sur l'auteure), finalement je l'ai lu d'une traite et avec beaucoup d?intérêt.
    Il a réveillé ma fibre féministe ma foi. ;)
     
  5. Mitchie

    Mitchie
    Expand Collapse
    une lumière dans la brume

    J'ai lu ce livre en septembre dernier,et c'est vrai qu'il m'a véritablement marqué, je n'ai pas découvert que la plume de Despentes, mais le féminisme pro sexe. Les thèmes qu'elle aborde m'ont réellement fait réfléchir sur la pression de la société, le passage sur le viol ou la prostitution est vraiment novateur tellement c'est loin de ce que la culture occidentale nous rappelle depuis tellement de temps.
     
  6. Eloïse V.

    Eloïse V.
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Mais commande-les ! :)
    C'est trop triste de passer à coté..

    (je ne sais pas si c'est seulement moi, mais j'ai de sérieuses difficultés à trouver ses anciens ouvrages en librairies : je dois toujours farfouiller, et ma collection provient de vide-greniers, brocantes and co plus que de librairies standard, à croire qu'on a peur qu'elle contamine les autres rayonnages ?)


    Comme La Marquise, c'est justement tout ce que j'aime. Rares sont les auteurs qui ont sa fougue, et qui justement, écrivent comme ils vivent, comme ils crachent, comme ils exultent. Ses mots sont des poings dans le ventre, et c'est jubilatoire.
     
  7. Heartifice.

    Heartifice.
    Expand Collapse
    PNKRCKLOVE&LIFE<3

    Virginie Despentes fait partie de mes 3 auteurs français préférés.
    (commentaire constructif hihi)
     
  8. Eloïse V.

    Eloïse V.
    Expand Collapse
    Mélange instable


    Là, par contre, je ne te rejoins plus :shifty:

    Je n'ai pas l'impression qu'elle se montre telle que "madame tout le monde".
    Cette vulgarité dans le propos, cet étalage de ce que sont physiquement ses personnages ( que ça touche au visage, aux soins qu'elles se portent, au look...) me semble hors-norme, un peu en marge. Et finalement bien éloignés de Mr et Mme tout le monde.

    Pour être honnête, autant j'aime la lire, autant dans la vraie vie je n'ai pas une tendance naturelle à me rapprocher des personnages qu'elle dépeint. Ils m'effraient un peu, à vrai dire.

    Voilà, c'est juste mon avis ;)
     
  9. Oh

    Oh
    Expand Collapse
    Non

    Ca fait quelques temps que j'hésite à le lire, parce que bien que ça ne soit que son ressenti, sa subjectivité, il y a une bonne part de vérité, et j'ai peur que la prise de conscience soit telle qu'il y ait un avant et un après le livre, sur la place des femmes dans notre société. Et que ça m'ébranle profondément. Déjà que je passe mon temps à me prendre la tête là dessus..
     
  10. Cb36

    Cb36
    Expand Collapse

    J'ai adoré cet essai, pour un tas de raisons déjà évoquées dans les nombreux commentaires, je reviendrais juste sur la teneur de l'article qui selon moi ne fait pas vraiment honneur au livre en question.

    L'essence de l'essai va selon moi bien au delà du récit féministe "sans concessions". Insister sur le registre de langue de Despentes et souligner son jusqueboutisme dans le choix du vocabulaire n'est pas fait pour la servir. C'est le fond du récit qui heurte plus que le choix des mots eux-même : on parle ici d'être une femme (du genre femme) à travers trois thèmes de l"'extrême" : la pornographie, le viol, et la prostitution.

    Ce n'est pas parce que Despentes nous jette des vérités au visage que ça fait mal mais plutôt parce que son chemin de pensé s'est forgé dans trois thématiques aussi fondamentales qu'éloignées du parcours de la "meuf de base". Qui d'entre nous peux dire avoir découvert sa condition de femme à travers le viol? S' être "créée" une féminité à travers la prostitution?

    La fin de l'article bâcle légèrement la thématique de la pornographie et celle de la prostitution avec un "Par la suite, elle nous entraîne autour de la problématique de la prostitution, et de celle du porno. Avec des points de vue tranchés, nets. Certains vont à mes yeux trop loin." qui nous laisse sur notre faim....

    Despentes, définitivement à lire, je pense mais que celles qui ne sont pas "d'accord" ont tord, il n'y a pas à être d'accord ou pas, ce n'est que le point de vue d'une femme, devenue femme en traversant un chemin bien différent du notre...ce n'est donc qu'une question de perspectives et de vécu que nul ne peut juger mais qui ouvre de nombreuses portes de réflexion...
     
  11. Eloïse V.

    Eloïse V.
    Expand Collapse
    Mélange instable

    C'était un plaisir ! :shifty:

    Alors lis-le ! Si chamboulement il y a, il ne pourra qu'être bénéfique. Au pire, elle va réveiller ta conscience féministe. Il y a pire, non ? :)


    Je ne sais pas trop quoi répondre.. Je suis partiellement d'accord avec toi, en fait.

    C'est vrai que j'aurais pu approfondir les deux autres thèmes (je l'avais d'abord fait mais je me suis rétractée : l'article en devenait très long et surtout, j'en dévoilais trop, à mon sens. Ca doit rester quelque chose qui invite à la lecture, pas un résumé. Fin, pour moi. Mais c'est vrai que je passe un peu à coté de ces points de vue sur ces deux thèmes là, du coup !)

    Si j'insiste sur son choix langagier, c'est qu'il me frappe, me parle et me semble rare -bien trop rare- dans nos rayonnages. Et parce que l'air de rien, il commence par déranger, donner peut-être l'envie de passer son chemin, avant de se dire que tiens, si elle gueule si fort, c'est sans doute qu'elle a eu du mal à faire entendre sa voix et que ce qu'elle crache est sûrement captivant.
    Et en tant que lectrice, j'apprécie autant la forme que le fond.

     
  12. Cb36

    Cb36
    Expand Collapse



    Je suis tout a fait d'accord et cela ne contredit pas ma phrase. Virginie Despente est une femme, qui dégomme peut être les codes du genre femme tels qu'on les connait mais ça n'en reste pas moins une femme, et c'est tout ce que le livre nous dit aussi. Bref, je suis d'accord avec la remarque j'aurais pu être plus claire la dessus.

    Quant a insister sur son discours, la c'est subjectif pour ma part plus je m'y attarde (a la forme) moins mes amies pretent attention au fond ce qui est bien dommage...et puis le choix du discours de Despentes dans King Kong n'est pas propre a cet essai donc pourquoi y revenir quand cette non fiction a bien plus a offrir en termes d'idées...
     
Chargement...