La capitale la plus dangereuse du monde - Carte postale du Venezuela

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par SofiaMargarita, le 18 mars 2013.

  1. SofiaMargarita

    SofiaMargarita
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

  2. black-crystal

    black-crystal
    Expand Collapse
    Complètement paumée Guest

    Wow, tu es courageuse de vivre là-bas. Respect :fleur:

    Je savais que ce pays (et d'autres) est dangereux, mais je ne pensais pas que ce serait à ce point... Les chiffres sont effrayants, et le fait de devoir toujours faire attention doit être assez... dur à supporter... :neutral:
     
  3. Piou.Bleu

    Piou.Bleu
    Expand Collapse

    Ça doit être épuisant de devoir être constamment sur ses gardes. On s'habitue vraiment à ça ?

    Sinon...
    Faut griller les feux ? Oo
    Ça m'a l'air un peu aléatoire comme mode de survie ^^'
     
  4. Metapowaa

    Metapowaa
    Expand Collapse
    Heureuse d'être en vie.

    Pour avoir vécu ça, mais dans un autre pays, je t'admire:fleur:! Cette atmosphère doit être pesante quand même! Et puis franchement ça doit être surprenant ,non? Enfin, je veux dire même si on fini par s'habitué à cette atmosphère ça doit toujours être flippant de savoir qu'on est jamais vraiment à l'abris...
     
  5. Thaïs M.

    Thaïs M.
    Expand Collapse
    Photoshopeuse

    Je vais au Brésil tous les ans depuis toujours et là-bas c'est la même chose, dès 22h environ il est conseillé de ne pas s'arrêter aux feux rouges. Mais généralement ce sont des feux installés sur des grandes avenues qui ne servent que lorsqu'il y a des piétons (or la nuit personne ne se déplace à pied) et sinon les gens font quand même très attention aux croisements, le feu rouge devient en quelque sorte un "cédez le passage" ou une prio. C'est vrai que tout le monde est étonné quand je dis ça mais sur place ça ne paraît pas si incensé que ça et ce n'est pas ce qui crée le plus d'accidents je pense !

    Cet article est très réaliste je trouve, je ne connais pas Caracas mais j'imagine très bien les problèmes de violence et malgré tous ces problèmes d'insécurité j'espère vraiment visiter le Venezuela, ça a l'air magnifique.
    En fait, il faut vraiment prendre toutes ces mesures de précaution et normalement il n'arrivera rien. Ne pas exhiber ses richesses et surtout ne pas résister si on veut s'en sortir sans problème (mon cousin s'est fait poignarder parce qu'il avait essayer de récupérer de force le sac qu'un voleur avait pris à sa copine, aujourd'hui encore il s'en veut énormément d'avoir agi de la sorte)

    Mais je trouve que le fait de savoir que cette violence est partout nous permet de faire beaucoup plus attention et au final de s'en sortir mieux que dans d'autres pays. La quasi totalité de mes amis hommes se sont fait tabasser en France par des bandes qui faisaient ça juste pour se marrer et ils n'auraient rien pu faire contre, ils étaient juste au mauvais endroit au mauvais moment. Au Brésil il ne m'est jamais rien arrivé. Dans les pays d'Amérique Latine la violence existe mais elle est le fruit de règlements de comptes ou de vols. Les aggresseurs ont un but et ne sont pas forcément violents pour le plaisir d'être violent.
    Si on fait attention et si on fait ce qu'ils demandent, normalement il ne feront pas de mal, en tout cas pas gratuitement (même si ça peut arriver bien entendu).

    Le mieux donc c'est de faire attention, de suivre les très bons conseils de cet article et les chances d'être victime de l'insécurité seront beaucoup plus faibles.
     
  6. SallyVonHolle

    SallyVonHolle
    Expand Collapse
    Psychedelic Mind

    C'est un article super intéressant, qui en plus répond bien à l'actualité.
    Un copain de mon chéri est franco-vénézuélien, il a passé une partie de son enfance là-bas, mais ses parents ont décidé de déménager en France pour fuir cette ultra-violence justement. En revanche tous ses oncles, tantes et cousins sont encore au Venezuela, et c'est pas évident tous les jours, malgré le fait qu'ils se vivent pas dans les quartiers défavorisés.

    La seule chose que j'aurai aimé retrouver dans cet article, c'est plus de déatils concernant la politique du pays, en plus approfondi. Il ne faut pas oublié que cette montée de violence est apparue sous le gouvernement Chavez (elle aurait triplé sous sa présidence), qui a bien sûr réussi à augmenter le niveau de vie des plus pauvres (mais a légèrement nivelé vers le bas celui de la classe moyenne de l'époque, et a créé une inflation de presque 100% sur certaines périodes), mais en fermant les yeux sur ces meurtres et ces crimes, à cause d'une politique ultra corrompue et népotique, doublé d'un baillonement de la presse. Il me semble que c'était important de le rappeler.
     
  7. MoBelieves

    MoBelieves
    Expand Collapse
    be a rainbow !!

    Comme beaucoup l'ont dit avant, je te trouve suuuper courageuse ! Ma mère a vécu à Caracas quand elle était plus jeune et elle m'a raconté que parfois elle croisait des gens dans la rue avec des grosses armes sous le bras (genre mitraillette et tout) et que tout le monde trouvait ça normal... Ça me faisait halluciner quand elle me racontait ça, je me disais mais, comment peut-on humainement trouver ça normal? Mais maintenant, en lisant ton article, je comprend un peu mieux !!

    J'ai toujours rêvé d'aller à Caracas, parce que mes parents m'ont beaucoup parlé du Venezuela et que j'aimerais énormément y aller faire un reportage photo mais j'ai tellement peur, et cet article ne me rassure pas vraiment ! Hahaha !

    (mais un jour, j'irais. quand j'aurais pris des cours de tir et de self-defense XD)
     
  8. RE-EDITION

    RE-EDITION
    Expand Collapse

    Eh bien en principe non, l'Argentine constitue avec le Chili un zone plus "occidentalisée", où les gangs sont bien moins nombreux, en tout cas dans les capitales. Bien sûr il faut se méfier, mais pas autant que dans des villes aussi à risque que Caracas, Quito ou Sao Paulo. Buenos Aires est une ville relativement calme, et si des bidonvilles subsistent malheureusement, il est possible d'y vivre en toute tranquillité, comme dans une ville européenne. Mais le risque zéro n'existe pas, et comme dans toutes les villes il y a des problèmes, plus ou moins importants selon les emplacements.
     
  9. SofiaMargarita

    SofiaMargarita
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Comme le disait Thais, pour les feux rouges ca n´est pas si dangereux que ca: deja la nuit il y a beaucoup moins de monde qui circule, et puis en effet on ne passe pas a toute berzingue, on ralentit, on verifie que personne n´arrive et on passe.
    Et oui, c´est pour se protéger du car jacking; si tu t´arretes, une voiture ou une moto ou même des mecs qui attendaient la peuvent debarquer, te pointer une arme et te prendre tout ce qu´ils veulent

    En fait, oui on s´habitue a ce mode de vie, donc merci pour votre admiration mais je ne me sens pas specifiquement "courageuse" :) je vis comme ca et puis c´est tout! Mais j´avoue que pouvoir me poser tranquillement en terrasse ou faire du leche vitrine sans regarder par dessus mon epaule me manque parfois ;)
     
  10. kak40

    kak40
    Expand Collapse
    Prix Nobel de la Paix 2012 ex æquo Guest

    Je suis allée faire un trek au Venezuela, il y a 2 ans maintenant. J'avais parcouru tout le pays, des Andes, en passant pas les Llanos, les Caraïbes et remonté l'Orénoque.Je ne suis restée à Caracas que 2 jours pour descendre/monter dans l'avion. Certes cette ville est connue pour sa violence, mais ce pays est tellement merveilleux qu'il ne faut pas s’arrêter à ça. Si on respect un minimum les règles de sécurité, ce pays se visite super bien.
    Je trouve vraiment dommage qu'on ne fait que parler de la violence dans ce pays, alors qu'il y a tant de merveilleuses choses à y faire. J'ai vraiment hâte d'y retourner.
    Et la violence est partout présente, l'année dernière, j'ai fait l'Australie, et les articles dans les journaux sur les violes de touristes n’étaient pas si rare que ça, malheureusement.
    Pour voyager, dans n'importe quel pays, il suffit d'avoir un peu de bon sens, et ne pas chercher le danger!
     
  11. Mlle_C

    Mlle_C
    Expand Collapse
    Musique Addict

    Etant partie au Vénézuela en vacances pendant presque 3 semaines, et notamment à Caracas, je confirme tout ce qui est dis dans cet article.

    Mon oncle et ma tante, ainsi que ma cousine ont vécus la bas pendant 4 ans. Ils nous racontaient le quotidien... En journée cependant c'est plutôt soft. Par contre hors de question de sortir à la nuit tombée, ou si tu sors, c'est jamais seul(e). On entendais les coups de feu par la fenêtre ouverte la nuit, c'est assez impressionnant. Être dans le taxi et qu'il grille tout les feux rouges, c'est aussi trèèèèès impressionnant surtout quand on vois l'état de certaines voitures aussi ( un des taxis avait le plancher tellement rouillé qu'on voyait la route défiler par en dessous!!)

    A coté de ça  pour ma cousine ce sont les 4 meilleures années de sa vie. Mon oncle et ma tante y seraient bien restés si ma tante n'étais pas tombée enceinte d'un petit, et si mon oncle n'avait pas été muté au Maroc.

    Alors oui il y a grave de l'insécurité, mais j'ai pas trouvé qu'on la ressentait en pleine journée, à la lumière et à la chaleur du soleil, mais plutôt la nuit, un peu comme dans un roman policier noir.

    Je plussoie aussi celles qui disent qu'il ne faut pas s'arrêter à ça  sinon on se priverait de beaucoup de pays d’Amérique du sud ( entre autres). Pour en avoir parcouru une partie, Le Vénez' est un pays splendide, avec des personnes très accueillantes et avide de partager avec vous leur traditions et leur cuisine locale, tout comme leur bonne humeur indestructible! Ce voyage m'a tellement marquée que je prévois d'y repartir dès que je pourrais!
     
  12. DrowningLorelei

    DrowningLorelei
    Expand Collapse
    The pain I feel now is the happiness I had before. That's the deal.

    Le coup des deux portables c'est quelque chose que je fais aussi à Paris...Comme quoi !
    Sinon, je suis en admiration devant les 6 portails, super efficace en cas d'apocalypse zombie (on a le sens des priorités qu'on peut :goth:)
    Mon oncle a longtemps habité à Caracas et ce que tu écris rejoint ses propres récits. Personnellement pour moi le manque de sécurité et la peur constante sont rédhibitoires. Je préfère aller dans des pays plus safe, tout de même.
     
Chargement...