La déprimite aiguë

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Wesley, le 12 février 2007.

  1. Wesley

    Wesley
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Hi !

    J'ai envie de poster sur ce sujet à la fois par ras-le-bol et par curiosité.

    La déprimite aiguë, ou morisité, ou moral à zéro, ou ambiance "on va tous mourir", ça nous submerge de partout ! Quand on regarde les infos on ne parle que de gens agressés ou violés et on nous précise bien que ça ne fait qu'augmenter, on nous dit que la croissance est trop molle, la dette trop forte, la puie mouille trop, le pays est dans la décadence, au secours, rien ne va !!!!!!!!!!!!!!! (par contre, qu'est-ce que c'était mieux avant, dis donc !)


    Est-ce que vous pensez que c'est vrai (es-tu touchée par cette maladie ?) ? (et si non, pourquoi penses-tu que cette tendance rencontre autant de succès ?)

    Est-ce que vous pensez que c'est une bonne ou une mauvaise chose ? Devrait-on continuer (parce que l'attitude contraire serait jouer à l'autruche, etc.) ou alors est-ce qu'il vaudrait mieux adopter une attitude plus constructive ?
     
  2. siorac

    siorac
    Expand Collapse
    Plus amoureuse

    Oui je suis contaminée par ça tous les jours, et ça me gonfle au plus haut point. ET ce, notamment, parce que mes collègues ont toutes sauf une,plus de 50 ans. Du coup des "ah les jeunes ne respectent plus rien" aux "Qu'est ce qu'on était heureux quand il n'y avait pas de congés payés, qu'on mourrait de la tuberculose et qu'on se les gelait sans chauffage dans les maisons", je m'en prends toute la journée!!

    Je suis quelqu'un de positif, j'aime regarder devant moi, et j'en ai marre d'entendre ce genre de bêtises. Ca apporte quoi de regarder derrière soi? Ca fait se sentir mieux? Ca aide à avancer? NON ! Alors au lieu de se lamenter sur le passé, essayons de changer l'avenir!
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je n'y fais vraiment pas attention, je vis avec. Je suis quelqu'un de positif je pense, et je n'aime pas me prendre la tête sur ce genre de choses.
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Tout à fait, c'est la première chose à laquelle j'ai pensé.
     
  5. Wesley

    Wesley
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Je ne connais pas, c'est de qui ? Je pensais plutôt au bouquin de Weber, c'est lui qui m'a fait penser à ça (un truc avec le Papillon ?) Les hommes portent le mal en eux, ils ne savent que se détruire, les politiciens sont tous pourris, blablabla...
     
  6. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    C'est de Mickey 3D.
     
  7. issembre

    issembre
    Expand Collapse
    What else ?

    Il y a énormement de jours ou je me sens atteint par cette maladie incurable. Franchement quand on commence a critiquer le monde dans lequel on vit, on ne peut plus s'arrêter. Le problème c'est que ça n'arrange pas forcement les choses d'être pessimiste et en plus, c'est dur d'arrêter :confused:
     
  8. Mademoiselle Coco

    Mademoiselle Coco
    Expand Collapse
    a un magnifique brushing

    Un article que j'ai trouvé intéressant sur le lien entre dépression individuelle et "déprimite" sociale (mythe du déclin, oskour tout va mal, on va tous mourir, etc) : ici

    Je suis en train de chercher (sans résultat pour l'instant, GRRRR :mad: ) le titre d'un bouquin sur l'histoire de la déclinite française. Un ouvrage qui montre que en gros, tous les 20 à 50 ans, la France est prise d'une crise de "mon Dieu, vraiment, notre pays n'est plus ce qu'il était", et ce depuis plusieurs siècles !!! Généralement suivie d'une période "on est vraiment les meilleurs au monde, personne ne nous arrive à la cheville". De quoi relativiser les propos politiques qui nous prédisent à longueur de journée que la France sombre et que bientôt, nous serons revenus au Moyen-Âge...

    De manière générale, je suis personnellement beaucoup plus soucieuse des propos tenus par le monde politique et économique que par les infos du soir... Pas parce que ça m'inquiète moi, mais pour leur pouvoir autoréalisateur. A force de dire que les entreprises françaises croulent sous les impôts, les entrepreneurs finissent par y croire eux-mêmes (alors que la réalité est beaucoup plus nuancée quand on fait des comparaisons internationales), partent au Luxembourg, ce qui alimente au final la thèse du "tous les entrepreneurs français quittent la France parce qu'il y a trop d'impôts".

    C'est la même chose sur le conjoncture économique : à force d'entendre les politiques dire que ça va mal, les agents économiques en sont persuadés quelle que soit leur propre situation, sont donc plus prudents, épargnent plus, consomment moins, ce qui ralentit la croissance au final (ouais bon, c'est simplifié, mais l'idée est là). Ca c'est la version européenne. La version américaine, c'est "de toutes façons, on est invincibles, il ne peut rien nous arriver de grave". Toute la croissance américaine après le 11 septembre a été tirée par la croissance, grâce au fait que les Américains ne se sont jamais dits "épargnons, parce que demain, on risque d'être à la rue". Du coup, le choc économique a été réduit et a permis un redémarrage beaucoup plus rapide. Comme quoi, l'économie n'est qu'à moitié une science, et doit beaucoup à la psychologie individuelle et sociale !!

    Enfin c'est une analyse très élémentaire, mais pour résumer : je n'adhère pas du tout à ces théories da la fin du monde / de la France / de notre économie / de notre culture / de tout ce que vous voulez, mais je les trouve hyper dangereuses par leur aspect autoréalisateur...
     
  9. ChasingTheDream

    ChasingTheDream
    Expand Collapse
    Addicted

    Je ne suis pas déprimée non. Déjà si tout le monde arrêtait de se complaire à dire que tout va mal peut être qu'on perdrait moins de temps et qu'on avancerait plus avec des choses vraiment concrètes. Et puis, trop de gens n'écoutent que les médias qui n'ont maintenant pour but principal que de faire de l'audience. Et qu'est ce qui fait de l'audience? La peur évidemment.
    Je pense qu'au lieu de constater il faudrait agir, et puis si vraiment tout est pourri, de toute manière quoiqu'on fasse ça ne pourra pas être pire.
    Personnellement, je suis positive, et je crois qu'on peut encore faire des choses bien dans l'avenir.
     
  10. Eärane

    Eärane
    Expand Collapse
    Une margarita à la main

    Ca ne servirait à rien que je réponde, je suis tout à fait d'accord avec ça.
     
  11. Zoopy

    Zoopy
    Expand Collapse
    Roule une pelle à la vie

    Moi je suis tout le contraire de la déprimite... Je suis assez déconnectée du monde extérieur, ce qui ne me touche pas directement. Je sais que c'est très égoiste comme comportement mais je vis un peu dans ma "bulle de bonheur" et j'en sors pas.

    C'est pas volontaire à la base, mais en fait quand j'y réfléchis, j'ai du mal à conclure si j'ai envie de changer ou pas. Parce que si je m'inquiète un peu de ce qui se passe dans le monde, est ce que ca va vraiment changer les choses ? Est ce qu'il y aurait moins de chomage ? Moins de guerres ? Moins de misère ? Ou est ce que ca va juste me faire tomber le moral ?

    Je pense que tout est une question d'équilibre : être totalement déconnecté comme moi, c'est surement pas bien, mais sombrer dans la déprimite comme tu dis, je pense que ca sert à rien, c'est pas constructif et c'est se pourrir la vie pour rien.

    Je veux pas passer pour l'égoiste finie non plus, j'essaie de m'interresser un peu... mais faut comprendre que pour moi c'est beaucoup plus difficile que pour la plupart des gens. Enfin déjà je m'interresse à l'écologie, c'est mieux que rien !
     
  12. Stille

    Stille
    Expand Collapse
    Blasée

    Comm Zoopy les évènements extérieurs m'atteignent peu. Je regarde quasiment jamais les infos, et quand je les regarde, c'est d'un oeil morne. " Toujours pareil" est mon commentaire la plupart du temps.

    Mais ce comportement ne me rend pas forcément heureuse à m'en crever le ventre. Je suis plutot déprimée sans ça.