La famille, cet écosystème improbable

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par AncienneMembre_5, le 1 août 2014.

  1. AncienneMembre_5

    AncienneMembre_5
    Expand Collapse
    Du coté Vert de la Force.

    La famille, c'est toujours un sujet fascinant.

    On peut parler des heures de la fois ou le cousin Machin s'est pris la baie vitrée en pleine face, des vacances entre cousins, de la super soirée mère-fille ou du dimanche pique-nique entre frères et sœurs.

    Ou encore, parfois, c'est la guerre, on coupe les ponts, on se balance le vase offert par mamie à la figure.
    Parfois, on découvre des secrets de famille, ou alors on se remémore un doux souvenir familial au détour d'un gâteau au chocolat.

    [​IMG]

    Je propose que ce topic soit un endroit ouvert, ou on puisse autant se confier, se remémorer des souvenirs, faire le point sur des situations, des relations, qu'évoquer de bons moments, des personnes auxquelles on tient.

    Bref, comme toujours, ce topic sera ce que les madz en feront, mais je suis sure que vous avez beaucoup à raconter sur la famille!

    [​IMG]
     
  2. Tessy

    Tessy
    Expand Collapse

    Du coup, je veux bien me charger de ce que @amstargram n'osait pas faire: inaugurer avec des mauvaises ondes :cretin:

    Mais tout d'abord, je tiens à saluer le goût très sur de l'auteure dans le choix du titre et des illustrations. :drama:

    Maintenant, ma question: je serais intéressée de savoir s'il y a d'autres madz ici qui ont des relations très négatives avec leur fratrie? J'ai l'impression que quand je dis que je m'entends pas avec mes frères, les gens sont totalement perdus et ne savent pas quoi faire de ma déclaration pour la faire rentrer de nouveau dans leur grille d'interprétation du monde. Alors qu'il n'y a rien à en faire: je m'entends pas avec mes frères, point, et c'est pas toi que je viens de rencontrer depuis deux minutes qui va y changer quoi que ce soit.

    Voilà, voilà :ninja:
     
  3. Tessy

    Tessy
    Expand Collapse

    @heste: aaah, oui, le fameux "on se dispute quand on est enfants, mais tu verras, ça va mieux en grandissant", je l'ai eu aussi.
    Ben on se dispute effectivement moins, mais parce qu'on se parle environ deux fois par an, contraints et forcés.
     
  4. PtiteCahuette

    PtiteCahuette
    Expand Collapse
    en sous marinage

    Frére n°1 le grand:
    M'a frappé, menacé de mort est misogyne comme pas permis. J'ai coupé les ponts y'a un bon moment.

    Frère n°2 celui qui vient après moi :
    Au début bon rapport, puis on a vécu en colloc...La cata!
    J'ai eu le droit à ces théories sexistes (encore:ko:),au fait qu'il m'a imposé un chat alors que jamais là et que je lui avait dit que je ne voulais pas d'animaux (j'ai finis par l'adopter). Il a finit par ne plus rien laver, acheter puis s'est barré pour son taf pdt des mois (intermittant) en ne payant plus rien. J'ai rendu l'appart après lui avoir laissé une centaine de message resté sans réponse. J'ai du gérer ces dettes, ces meubles à virer (ou comment découper un matelas au ciseau pour qu'il rentre dans une poubelle et réduire un lit en charpi à coup de marteau). Je me suis pris l'engueulade du proprio à sa place (moi au rsa je payais mes 100E de loyer tous les mois, lui avec 1300 minimum par mois ne payait pas)
    Bref, j'ai coupé les ponts

    Frère n°3 le plus petit (30 ans quand même): me faisait la gueule depuis 2 ans j'ai jamais su pourquoi. J'ai repris contact il y a 11 mois pour la naissance de ma fille. Il était content, désireux de la connaitre, de me revoir. Puis un message puis 2, puis 3 puis 10 lu mais sans aucune réponses....Aujourd hui je laisse tomber!

    je parle pas de mes parents que j'ai pas vu depuis 20 ans

    Bref, la famille....:sick:
    Aujourd hui elle se résume à ma fille, moi, son parrain
     
  5. ShameOnYou

    ShameOnYou
    Expand Collapse
    T’y vas pas avec le dos de la main morte!

    Je me souviens du jour où ma tante m'a appris que j'étais un accident. Le choc... Ma grand mère (cette conne, je reviendrai en parler ici tiens!) ne voulait pas entendre parler de pilule alors :hello: me voilà!
    Mes parents ne savent pas que je sais (:lunette:) et je ne compte pas en parler parce que ce fait n'a en rien gâché ma vie, mes parents sont les plus merveilleux au monde mais j'avoue que sur le coup, je me suis posée 15 000 questions pendant plusieurs semaines...
     
  6. Iscambe

    Iscambe
    Expand Collapse
    Almostspring

    Moi aussi je me suis posée beaucoup de questions quand j'ai appris que ma mère m'avait faite dans le dos de mon père :stare:, qui n'a jamais vraiment voulu d'enfants et s'est retrouvé à avoir deux filles.

    Cela a expliqué tellement de choses durant toute mon enfance et mon adolescence ! Je n'ai aucun souvenir de mon père durant ma petite enfance, à part un souvenir qui m'a marquée : mon père qui me tient, très énervé, et me force à ouvrir la bouche pour me faire avaler un médicament dégueulasse que je refusais de prendre. J'avais tellement peur que je me souviens m'être fait pipi dessus. Les seuls souvenirs que j'ai sont ceux de ma mère mais surtout de ma soeur qui s'occupait beaucoup de moi à l'époque.

    Plus tard, évidemment, j'ai plus de souvenirs de mon père, mais pas des souvenirs d'une relation. Il était là, on vivait au même endroit, mais aucun câlin, pas de mot doux. On partageait la maison et c'est tout. En grandissant, on s'est rapproché. Quand j'ai quitté la maison, tout a changé. Il est bienveillant, attentionné même, désormais. En fait, je ne lui en veux pas de ne pas avoir été un père quand j'étais petite : il ne voulait pas de moi à la base, il n'a jamais été à l'aise avec les bébés/enfants petits. Quand j'ai été plus débrouillarde, plus indépendante et plus intéressante, ça s'est arrangé. J'en ai beaucoup souffert à l'adolescence parce que je pensais que mon père ne m'aimait pas et c'était très dur à supporter pour moi. Je sentais les choses sans les comprendre et ça m'a pris des années à sortir de tout ça.

    Sinon, la relation la plus toxique que j'ai avec un membre de ma famille, c'est ma soeur. Elle a développé contre moi une jalousie que personne ne comprend ! Elle est persuadée que nos parents me préfèrent, ce qui est faux. Elle pense qu'ils en ont fait plus pour moi que pour elle, et franchement, quand j'ai appris ça, je l'avais mauvaise parce que c'est de la mauvaise foi. Mes parents ont toujours répondu présents pour elle, l'ont toujours soutenue même s'ils n'étaient pas d'accord avec ses choix et ne lui ont jamais, jamais, jamais tourné le dos. Moi je ne leur demande rien, parce que je n'ose pas. Le nombre de fois où ils auraient pu me sortir la tête de l'eau ou me soutenir et où je n'ai rien dit, rien demandé ! Elle ne se gêne pas, moi si. Ils ont payé mes études pendant 5 ans, certes, alors qu'elle n'en a pas faites. Mais à côté de ça, elle a eu un enfant à 21 ans et ce sont mes parents qui paient encore régulièrement aujourd'hui, 12 ans plus tard, ses soucis financiers, ses vacances, une partie de ses meubles ou de ses travaux ou de la déco, etc. Ils ne donnent jamais plus d'argent à l'une qu'à l'autre pour Noël ou les anniversaires. Ils ne nous soutiennent pas de la même façon parce qu'on n'a pas les mêmes problèmes, elle et moi. On n'a pas la même vie, pas les mêmes obstacles à affronter. Et elle ne comprend pas ça !

    Du coup on a une relation très superficielle. Nous ne sommes pas proches et plus ça va, moins ça va. Je pensais naïvement que le fait d'être bientôt maman me rapprocherait d'elle, qui a 3 enfants. Mais en fait, pas du tout. Je pense qu'elle s'attend à ce que ma fille soit la chouchoute de nos parents, alors que son aînée tient la première place depuis donc 12 ans et est bien trop parfaite pour risquer de se faire piquer la place :yawn: (oui je voue un culte à ma nièce). Je sais que ce ne sera pas le cas, je connais mes parents. Même s'ils n'avoueront jamais avoir une petite préférence pour ma grande nièce, ils aiment inconditionnellement tous leurs petits-enfants, et essaient au maximum de ne privilégier personne (tout le monde a le même nombre de cadeaux de valeur équivalente, tout le monde a sa tournée de câlins de bisous et ses surnoms affectueux :yawn:). Mais comme ils ont peur de vexer ma soeur, de se la mettre à dos et de perdre le contact avec elle si elle prend la mouche un peu trop fort, ils pourraient, consciemment ou non, léser un peu ma fille histoire de satisfaire aux exigences de ma soeur. Et ça, ça ne passera jamais. Et s'il faut que ça éclate entre nous à ce moment-là, ça éclatera.

    Pfiou ! Ca fait du bien d'étaler un peu tout ça parce que justement, ce sont des considérations et des "problèmes" qui me turlupinent en ce moment...
     
    #6 Iscambe, 1 août 2014
    Dernière édition: 1 août 2014
  7. Modesta.

    Modesta.
    Expand Collapse
    Non, pas maintenant.

    J'ai pas beaucoup de chance niveau famille. Mes parents ont été maltraités physiquement et psychologiquement par leurs pères et leurs mères les ont délaissés. Ils se sont fait exploiter par leurs parents. Du coup mes parents m'ont toujours fait souffrir. Je m'éloigne de plus en plus d'eux car ils me détruisaient, ils sont toxiques. Mais je vais plutôt parler de l'amont.

    Mon grand-père paternel est une grosse ordure, la seule personne pour qui j'éprouve de la haine. Il n'y a rien de bon en lui. J'ai une liste d'exemples des horreurs qu'il m'a fait subir longue comme mon bras, et c'est puissance 666 pour mon père et ma mère. Je connais à peine mes oncles et tantes, ils se fichent de mon existence. De toute façon je ne veux rien avoir à faire avec ces gens-là, je n'ai absolument pas les mêmes valeurs qu'eux. Ma grand-mère paternelle... Quand j'étais petite elle était super cool avec moi. Puis j'ai appris tout ce qu'elle a fait, puis elle n'en n'a plus eu rien à faire de moi. Maintenant je ne la supporte plus.

    Mon grand-père maternel est décédé quand j'avais 4 ans, j'ai quelques souvenirs de lui, que d'excellents souvenirs, il m'a tant appris en si peu de temps. Ma grand-mère m'a toujours raconté que quand j'étais bébé il n'arrivait pas à quitter la pièce où j'étais, qu'il pouvait passer des heures à me regarder et qu'il lui répétait "je ne la verrai pas grandir" et que ça le faisait souffrir. Elle m'a avoué que depuis la guerre (il était résistant) il n'a jamais réussi à être tendre avec quiconque à part ses chiens, elle ne sait même pas s'il a réussi à aimer. J'ai été la seule à briser tout ça, et il me considérait comme l'achèvement de sa vie, je donnais sens à tous ses sacrifices pour ses valeurs. Je sais que ma Mamy ne ment pas (parce qu'elle ne ment jamais), je n'en doute pas parce que je le ressens en moi. Mon Pépé est cette figure héroïque masculine qui m'a toujours accompagnée, mon Pépé est cette personne qui m'a aimée dès ma naissance pour ma simple existence et pour rien d'autre.
    J'aime énormément ma Mamy. Elle est complètement loufoque. Elle m'a raconté un million d'histoires de quand elle était petite / jeune, j'adorais ça et elle adorait les raconter. Elle a beaucoup d'humour ma Mamy. Et c'est une très jolie femme, quand je l'ai vue "jeune" je me suis dit "OMG OMG OMG j'ai jamais vu une fille aussi canon" et aujorud'hui je la trouve toujours aussi belle. Ma Mamy a beaucoup de problèmes psy, mais elle ne me les a jamais fait subir, elle a vraiment été une grand-mère parfaite toute ma vie. Je l'aime de tout mon coeur, d'une tendresse infinie et je pourrais parler pendant des heures d'elles, ce qu'elle m'a appris, quand elle me soule, quand elle me fait rire, quand elle se tape l'air con...
    J'ai même écrit un roman pour ma Mamy pendant le dernier NaNoWriMo. Je sais qu'elle n'est pas cette personne irréprochable, généreuse pour laquelle elle tente de se faire passer. Mais je l'aime, elle m'a fait rêver, consolée, apaisé mes peurs et elle est présente dans la plupart de mes souvenirs d'enfance. Je n'ai jamais eu peur avec elle.
    Mais aujourd'hui j'ai peur pour elle. Je ne l'ai pas vue depuis un an. Elle a des problèmes de coeur, des problèmes de nerfs, des problèmes de dépression. Elle me manque cruellement. J'ai toujours eu un mouchoir avec son odeur (elle met des mouchoirs partout) et pour la première fois de ma vie je n'en n'ai plus. J'ai besoin de lui parler mais elle est à l'opposé de la France, dans la montagne donc pas évident d'aller la voir. Elle est très fragile aujourd'hui et elle se raccroche beaucoup à ma mère. Comme je ne parle plus à cette dernière et que ma situation est très instable je ne veux pas la stresser ni la mettre dans une position délicate alors je l'appelle très rarement.

    Je viendrai plus tard vous parler de mes parents et ma soeur. J'ai une toute petite famille, et si on prend la famille qui joue son rôle elle est encore plus petite : ma soeur et ma grand-mère. Aujourd'hui je pense pouvoir ajouter mon copain. Nos apparts ont beau être pourris, on a fondé un foyer. Aujourd'hui je rentre dans une maison remplie d'amour, d'espoirs, de soutien dans laquelle il y a parfois des grosses colères et où on partage tout de manière viscérale. Tout ça grâce à lui et notre amour, c'est pas une famille ça ?
    Et pour eux je ferais n'importe quoi.
     
    #7 Modesta., 1 août 2014
    Dernière édition: 1 août 2014
  8. Charlie Zola

    Charlie Zola
    Expand Collapse
    Je t'aime une fois, je t'aime deux fois, je t'aime plus que le riz et les petits pois

    Mes parents viennent d'une île où le dirigeant était un dictateur. Ils ont grandi dans le même village entre la montagne et la mer. Mon père a grandi au milieu de femmes, mon grand-père étant mort lorsque mon père avait à peine 1mois et je n'ai que des tantes de son côté. Ma mère a plein plein plein de frères et soeurs. 8 côté grand-mère et plus de 15 avec mon grand-père, qui était un coureur de jupons qui a fait des enfants jusqu'à sa mort, il y a 8 ans. Et bizarrement ma mère s'entend super bien avec TOUS ces frères et soeurs, même ceux qui sont pas de la même mère.
    Donc voilà origine pauvre et difficile mais très familiale. Ils se sont mis ensemble ils avaient 17 et 24 ans. Puis mon père est parti dans le pays où je suis née grâce à un visa,pour qu'on puisse vivre en démocratie et surtout pour avoir une chance de survivre. Mes parents ont perdus beaucoup de frères, soeurs, neveux à cause du manque de vaccination, des embargos...Donc mon père a bossé et aa eu assez au bout de 4 ans pour payer un passeur et faire venir ma mère clandestinement. Elle a quitté sa famille, son île, pour prendre un bateau au milieu de la nuit et faire plusieurs étapes pour retrouver mon père. L'année d'après je suis née,puis mon frère et enfin ma soeur.
    Certains de mes oncles nous ont rejoint, on fait des enfants, ou ont fait venir mes cousins ,toujours avec des passeurs, toujours cette peur au ventre du bateau qui n'arrive pas... Finalement on a recréé un cocon familial dans notre pays d'adoption. Mes 10 premières années de vie se sont déroulés dans un bidonville où mes cousins ,oncles et tantes devaient se planquer dès que la police se pointaient. Mais on a tenu et on a tous quitté cet endroit. Je n'ai jamais manqué d'amour et je me rappelle les soirées où  un énième coup d'État dans notre pays d'origine causait des veillées à toutes ma famille. Je me rappelle de ma mère et mes tantes qui allaient manifesté en chantant pour la démocratie.
    Aujourd'hui mon père et beaucoup d'autres sont morts mais j'ai ces souvenirs
     
    Chryseïs a BigUpé ce message
  9. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Je vais juste dire que j'aime énormément ma grand-mère et que c'est une femme vraiment formidable. :jv:

    Je reviendrai un autre jour bitcher sur ma mère et mon frère. :lunette:

    Et parler de mon père aussi tiens. :lunette:
     
  10. Ptitenmerdeuse

    Ptitenmerdeuse
    Expand Collapse
    Coucouuuuuuuu je suis de retour

    Alors la je suis sur le cul :o qu'est ce qui a fait qu'une telle situation se produise ?
     
  11. Ptitenmerdeuse

    Ptitenmerdeuse
    Expand Collapse
    Coucouuuuuuuu je suis de retour

    Hmm je pense rien dire sur ma famille, l'adolescence n'est pas la meilleure période et je ne pense pas avoir assez de recul pour m'en plaindre même si j'en ai gros sur le cœur ^^ on reparlera dans une dizaine d'années avec un peu de chance :)
     
  12. Tammie

    Tammie
    Expand Collapse

    Il y a la famille du côté de mon père, ils étaient 7 frères et soeurs, tous beaucoup plus âgés que mon papa, et je voyais peu mes cousins/cousines étant petite, et encore moins maintenant. Mon arrière-grand-mère et ma grand-mère sont décédées quand j'étais petite, et si je vois un de mes cousins de temps en temps, les autres, à part les nouvelles sur Facebook, RAS. C'est dommage dans un sens, mais bon j'ai eu fait des efforts, et la volonté d'unir la famille est moyennement partagée. L'histoire familiale est assez lourde (suicide de mon grand-père quand mon papa avait 6 ans, suicide d'un de ses frères, alcool pour certains, etc.) et je pense que ça a marqué les relations entre frères et soeurs...

    J'ai vraiment grandi avec la famille du côté de ma mère : mes grands-parents qu'on voyait tous les dimanches, ma tante et son mari qui ont eu 4 enfants, comme nous, et de temps en temps les frères et soeurs de mes grands-parents + les arrières-grands-mères du temps où elles étaient encore là :happy: Ce sont de bons souvenirs, même si ça a fini par se gâter considérablement, jusqu'à devenir intenable aujourd'hui.
    Ma tante est dépressive depuis quelques années, vient d'entamer une procédure de divorce, les enfants ont été signalés aux assistants sociaux puisque pas gérés, et c'est de pire en pire. Tout le monde s'est investi pour cette famille, a essayé de faire ce qu'ils pouvaient, l'aide aux devoirs des petits, aide financière, soutien, etc, mais ma tante est en train de tout ruiner. Au-delà de sa maladie qui est en fait, c'est une personne très manipulatrice et qui fait beaucoup de mal à tout le monde.
    Ca a vraiment explosé l'année dernière, après le décès de ma grand-mère, qui tenait tout ce petit monde debout. Depuis... Ma tante refuse de répondre, elle a changé son numéro, ses serrures, découche et laisse les gamins (la plus petite a 8 ans, la grande 17 ans) seuls sans prévenir, elle demande de l'argent, souvent, pour des lubies, bref, c'est la cata.

    Sinon, je m'entends bien avec mes parents maintenant que je ne suis plus ado, et idem avec mes frères et soeurs, ma soeur plus que les garçons d'ailleurs, mais on se donne régulièrement des nouvelles et on sait où chacun en est, généralement grâce à ma mère qui fait le relais !

    Et pour le positif (parce qu'il n'y a pas que du tout noir !), c'est du côté de ma grand-mère, celle que j'ai perdue l'année dernière. J'étais sa première petite-fille, elle était ma marraine, et c'était quelqu'un d'extraordinaire.
    Elle était partie de sa campagne à 16 ans pour faire un apprentissage dans des maisons de haute couture à Paris, où elle est restée quelques années. Elle a rencontré mon grand-père a 13 ans, et il m'a raconté que quand il l'a vue, il a su que c'était elle et qu'il l'épouserait. Elle avait 13 ans ! Ils s'aimaient d'un amour fou, celui qui fait que juste parce que l'autre existe, on est bien, on est complets. Mon grand-père a encore énormément de chagrin et parle beaucoup d'eux, et d'elle, et de ce qu'elle est pour lui, et de ce qui lui manque. Je la découvre autrement maintenant qu'elle est partie, je la découvre au travers des autres...
    Pour moi elle était ma mamé, celle que j'ai toujours pu appeler quand j'avais un chagrin ou plus tard, ado, un souci. Elle venait me chercher au milieu de la nuit si j'en avais besoin. Elle était dynamique, curieuse, elle s'était mise à Internet et à MSN après sa retraite, et elle a longtemps imprimé les emails qu'elle recevait, "pour les garder". Elle écrivait des textos en langage SMS qui me faisaient mourir de rire, pour faire un é, elle écrivait e'. Elle avait toujours une attention pour tout le monde, elle aimait les gens, elle aimait la vie.
    On avait une relation particulière, et en fait, je me suis rendue compte qu'elle faisait en sorte que chacun ressente ça, un lien fort entre elle et la personne.
    Bref, aujourd'hui son absence est toujours insupportable, mais je suis comblée d'avoir eu la chance de la connaître et qu'on ait pu partager autant :jv:
     
Chargement...