La « féminité » et moi, histoire d'une oscillation constante

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 1 juillet 2016.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Tante Clara, lafillelabas, Chacha7 et 5 autres ont BigUpé ce message.
  2. Yun

    Yun
    Expand Collapse
    Allons-y Alonso!

    Je plussoie ton article un milliard de fois (au moins, si c'est pas plus). Je me reconnais tellement la dedans.
     
    Ptitepousse, Loraïnef, HysteriAlx et 6 autres ont BigUpé ce message.
  3. BlackBud

    BlackBud
    Expand Collapse
    Dégustation de fondue creusoise tu peux pas test ... <3

    Moi aussi j'ai eu du mal à sentir féminine, j'ai même envie de dire que ça dépend des jours en fait.
    J'ai toujours eu un coté garçon manqué ça n'avait jamais déranger ma famille jusqu'au jour ou en 3ème ma mère m'a hurlé dessus parce que selon elle je ne prennais pas soin de moi. Alors que je n'en ressentais ni l'envie ni le besoin tout simplement. Je me souviens que c'était la veille du brevet des collèges le sermon à duré une heure. Je ne lui en veux que peu pour cela on m'a pointé du doigt toute mon enfance pour mon physique et mon manque d'éveil. Elle a du tout lâché d'un coup tout simplement toute cette pression qu'on lui a mis en espérant me réveillé. SAUF QUE NON ! x)
    Puis les années ont passés j'ai tenté de devenir plus féminine parce que j'en avais envie, mais je n'ai pas fait quand l'attendais ma mère je l'ai fais quand je me sentais prête. Au lycée j'ai eu besoin de m'habiller un peu de garçon manqué (c'est à dire que je portais essentiellement des chemisiers et des pantalons larges, rien de folichon, avec un bracelet multicolore que j'adorai). Je n'avais plus envie d'être féminine. Ce sont des choses qui arrivent et ça n'est rien de grave après tout.
    Puis j'ai recommencer à m'habiller "en fille" ou plutôt féminine. Mais comme pour tout le reste c'est comme et quand j'ai envie :rire:
    Pour le maquillage j'ai été interdite jusqu'à on entré au lycée de maquillage. Puis ma mère m'en à offert à noël comme une permission mais j'en avais pas envie. Maintenant je me maquillage quand et comme je veux et je n'autorise personne à me dire quand et ou le faire. Parfois ça me prend, d'autres fois (et le plus souvent) je n'en ai pas envie. :coiffe:
    Je pense que tant qu'on se sent bien dans ses vêtements ou dans sa peau ça n'a pas d'importance. Il y a juste l'envie d'être soit même qui l'est. :v:
     
    n.africana, Meligood, fantalimon et 8 autres ont BigUpé ce message.
  4. Elz

    Elz
    Expand Collapse
    Il si vous voulez, mais je prèfère iel ! ^^

    Il a fallu que je sois enfin persuadé que porter des attributs féminins ne faisaient pas de moi une femme (en me faisant insulter de "travelo" à plusieurs reprises) pour que j'arrive enfin à porter des jupes et robes, et même maintenant du maquillage !
    La féminité, c'est un concept nul qui te fais croire que tu peux pas tout porter, si on l'oublie on peut être un.e non-femme en jupe avec des boobs et 3kg de liner ! :d
     
    Cennae.D, n.africana, Lord Griffith et 14 autres ont BigUpé ce message.
  5. Altheea

    Altheea
    Expand Collapse
    20, 24 hours to go, I wanna be sedated

    Je pense que la "féminité" reste toujours une construction sociale et que c'est pour ça que bien qu'elle puisse être super épanouissante (du moins pour moi) , ça reste quelques chose qui se construit et qui doit s'adapter en fonction de ton caractère, de tes goûts et de ton passé.

    Personnellement j'ai longtemps été une flippée de la féminité (sans doute parce qu'on m'a poussé vers des styles féminins qui ne me convenaient pas assez jeune) et j'ai mis du temps à l'apprivoiser et à en construire ma vision. J'ai pourtant l'impression que c'est simplement quelques choses qui vient avec l'âge, on grandit et on s'approprie des codes en fonction de ses besoins et envies et on se construit la sienne.

    Par contre je n'ai pas forcément l'impression que les looks avec des pièces "masculines" soient forcément "non féminin", tout dépend des accessoires, de l'attitude. D'ailleurs j'avoue que j'ai rarement l'impression d'être "plus masculine" pour une question de vêtement, j'y vois plus une opposition "confort/pragmatisme" et "volonté de plaire (à soi-même ou au autre)/ recherche de style".
     
    n.africana, flofliflou, Princessechat et 8 autres ont BigUpé ce message.
  6. Sandra-b

    Sandra-b
    Expand Collapse
    Embauchez-moi !

    @Mymy Ce témoignage résonne fortement en moi. Ca résume un peu toute ma vie :)
    Paradoxalement, j'ai commencé en étant très "petite fille". J'adorais les robes de princesses et les jupes qui volent quand tu tourne. Mais, je passais mon temps à me crouter (littéralement) les genoux et à trouer mes collants car j'étais énergique dans la cour de récré.
    A l'entrée collège, j'ai commencé à me sentir mal à l'aise dans mon corps. J'ai laissé pousser mes cheveux par rébellion contre ma mère et mon annuelle "coupe au carré avec frange" et vu que je chaussais déjà du 39, j'ai commencé à ne porter que des baskets parce qu'il n'y avait plus ma taille dans les rayons enfants des magasins de chaussures.
    Au lycée, j'avais toujours pas coupé mes cheveux, ils atteignaient ma chute de reins et je me suis mise à porter Vans et baggy en écoutant Blink 182 et Sum 41. Pas de maquillage mais des tee-shirts avec décolletés en V (car j'aimais bien mes boobs).

    Globalement, mon style n'a pas forcement changé depuis mes années lycée sauf les cheveux que j'ai fini par couper. Niveau maquillage, ma routine c'est anti-cerne, un peu de poudre libre, du crayon noir et basta. J'arrête pas de dire qu'il faudrait que "j'apprenne". Je tente parfois du rouge à lèvres (genre une fois tous les 3 mois) mais c'est tellement chiant... Ca tient pas, ca assèche les lèvres, il faut en remettre tout le temps...
    J'ai grossi donc forcement, je me supportais pas en jupe ou en robe. Je suis bien plus à l'aise en jean et en baskets, c'est confortable et pratique.

    Il n'y a que cet été, à force de lire des témoignages, de suivre des personnes bodypositive et Madmoizelle que je me suis enfin lancée et que j'ai décidé de dire f*ck à la société et d'exhiber mes gros cuissots en short court. Du coup, je teste des trucs.
    Short, tee-shirt de métaleux, baskets fluos et lipstick. Ou robe et converses.
    Bon, j'ose toujours pas faire péter la robe ou le short sans collants (parce que les cuisses qui frottent ca fait mal).

    Au final, la féminité, c'est pas forcement une affaire de look. Une amie à moi, très "féminine" (dans le sens cliché du terme) m'a un jour avoué que malgré mes baskets et mes jeans, elle me trouvait très féminine dans mon attitude ou ma façon de parler.
     
    n.africana, HysteriAlx, Calypsae et 5 autres ont BigUpé ce message.
  7. BélougaSansPlumes

    BélougaSansPlumes
    Expand Collapse
    Team Baloo

    L'HISTOIRE. DE. MA. VIE.
     
    n.africana, Chacha7, Allitché et 4 autres ont BigUpé ce message.
  8. La Ninã

    La Ninã
    Expand Collapse
    There ain't no mountain high enough

    Un article qui montre bien combien sont fortes les injonctions, ce qui est ou n'est pas "féminité" dans cette société et combien il est difficile de s'y positionner en toute conscience et y être à l'aise. Qu'il faut correspondre au model imposé du genre auquel on s'identifie et que c'est pas si simple.
    Alors que bon, j'ai croisé des filles avec des styles dit masculins qui étaient pourtant tout ce qu'il y a de féminin. La féminité c'est pas la paire de pompes dans laquelle on est, c'est se reconnaitre soi-même comme légitime à vivre sa féminité et pas forcement telle que les autres veulent bien nous l'accorder. Enfin jsuis pas certaine d'être bien claire ...
     
    n.africana, lyra-bee, HysteriAlx et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. BeaW

    BeaW
    Expand Collapse

    Je me sens tellement plus femme (et bien moins féminine) maintenant que j'ai lâché mes talons et mon maquillage, que j'ai arrêté (autant que possible) de subir ma condition de femme et commencé à réfléchir à ce que ça signifiait pour moi, vraiment, profondément. Et réalisé que j'avais envie d'être humaine et vraie, et en accord avec moi-même. C'est loin d'être gagné mais l'abandon du costume m'a fait du bien. (Je ne crache pas sur les robes ou les jupes du tout, mais je ne me sens plus obligée d'être belle et sexy).
     
    Burial, Somebody else, BélougaSansPlumes et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. Lily Putienne

    Lily Putienne
    Expand Collapse

    Cet article est tellement parfait ! <3

    Je suis aussi passée par pleins de phases dans ma vie. Du combo jean-sweat-baskets à celui jupe-talons-maquillage.

    Comme @BeaW , je me sens bien plus féminine depuis que j'ai arrêté "les trucs de fille". J'ai commencé par ne plus porter de maquillage au quotidien. Un peu par obligation parce que j'ai compris que mes boutons n'étaient pas de l'acné mais une réaction allergique à mon fond de teint (Comme quoi les allergies ont parfois du bon). Puis j'ai définitivement abandonné les soutient-gorges le jour où j'ai fait le lien entre ce petit bout de tissus et mes douleurs intercostales. Enfin, mes entorses mal-soignées m'ont poussées à ne plus porter de talons.

    Aujourd'hui les accessoires féminins (maquillage, sous-vêtements "sexy", talons etc.) sont devenus des jouets. Je m'en sers pour me mettre en valeur quand j'en ai envie ou pour les jours où j'ai un coup de mou (par exemple j'ai mis du mascara ce matin parce que mon SPM met ma confiance en moi au niveau 0 (#boutons #cheveuxgras #TMTC ) et que mettre mes yeux en valeur m'a permis d'oublier (un peu) ce qui ne me plaisait pas).

    Au final j'ai "simplement" écouté mon corps. C'est comme si, d'un coup, il avait décidé de se rebeller contre tout que qui pouvait l'entraver. Et c'est en l'écoutant que j'ai appris à l'accepter, puis à (presque) l'aimer. Je n'ai plus besoin de montrer ma féminité au monde pour la vivre pleinement et pour m'assumer. Et ça c'est coooool ! :gnih:
     
    #10 Lily Putienne, 2 juillet 2016
    Dernière édition: 3 octobre 2016
  11. Red_lady

    Red_lady
    Expand Collapse

    Je me reconnais à moitié dans ton histoire : j'ai souvent oscillé entre les deux extrêmes du spectre féminin/"négligé" mais en étant la plupart du temps à une extrémité... voir aux deux extrémités en même temps (en portant un maquillage très lourd avec des vêtements très "masculins")
    J'ai été une petite fille très axée rose et princesses, et puis une petite fille aux cheveux courts qui jouait avec des voitures, ensuite une préado qui faisait extrêmement attention à être mince et à "bien" s'habiller, pour après devenir une jeune ado au style négligé qui ne se maquillait pas du tout et puis très peu, ensuite j'ai adopté un style entre Kesha et Taylor Momsen : beaucoup de noir, des short très courts avec des bas, des vestes en cuirs, des cheveux platines et beaucoup de maquillage (surtout une bonne couche d'eye-liner et de mascara:goth:).
    Aujourd'hui j'oscille toujours entre les deux, autant en allant d'un extrême à l'autre mais avec plus de mixité, on va dire. Ma seule constance aura été d'avoir un style hors norme en toute circonstance :rire:
     
    MidoriNoHikari et Lily Putienne ont BigUpé.
  12. Althéa Vestrit

    Althéa Vestrit
    Expand Collapse
    Rêveuse des sous bois

    Ah ouiii les Jeunes et jolies et l'autre magazine "Girls" (encore pire). Toutes les filles du collège se jetaient dessus. J'en ai lu un une fois, par curiosité et j'étais horrifiée. J'étais ado pourtant à l'époque et je ne comprenais pas l'intérêt de mes camarades. Pour ma part, j'étais à ce point en décalage que j'ai même pas eu l'impression d'avoir de crise d'adolescence ou même d'avoir été un semblant de cliché d'ado.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sinon pour en revenir au sujet, je me suis jamais sentie femme, je ne me sens toujours pas femme mais plus jeune fille. "Femme" ça sonne vieux dans ma tête. Ca fait très carcan / procréation / soumise / jugée / devant se justifier / mariage / tâches ménagères (enfin c'est l'image que j'ai l'impression que la société a encore, même si ça évolue doucement) et ça ne me donne pas du tout envie. Je suis contente aussi d'avoir pu découvrir madmoizelle qui montre que féminité ne se réduit pas à maquillage / talons / rires hauts perchés (mais qui montre aussi que ça peut être ça et que ce n'est pas un problème ;) ). Je pense que je rejette aussi ce "Femme" parce que énormément de femmes que j'ai rencontré sur mon parcours ont subi le fait qu'elles soient femmes justement. Des femmes battues, ou soumises, maltraitées mentalement par leur mari, maltraitées au travail par un chef méprisant / jaloux de leurs capacités, harcelées..
    Je me sens plus féminine que femme en fait. Et j'ai un vrai mélange des clichés, d'un côté avec des tenues / couleurs ultra connotées filles (jupes, robes qui tournent) / et de l'autre un rejet d'autres clichés (maquillage, soutien gorge ^^)
     
    #12 Althéa Vestrit, 2 juillet 2016
    Dernière édition: 2 juillet 2016
    sinae, Burial, Red_lady et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...