La friendzone, ce mystérieux territoire

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 27 mars 2014.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

  2. Marinus

    Marinus
    Expand Collapse
    meeeeeow

    « Ah, t’es en couple ? Bon bah adieu alors » : le truc qui m'arrive TROP TROP TROP TROP TROP TROP TROP TROP

    ça m'énerveeeeeee !  :slap:
     
    Red_lady a BigUpé ce message
  3. Spring Equinox

    Spring Equinox
    Expand Collapse
    Madness Queen

    Tiens je me suis justement fait friendzonnée y'a quelques jours...Est-ce un signe ? :chat:

    M'enfin je le digère beaucoup mieux que celui que j'ai subis il y a un an tout juste...L'année dernière je m'étais déclarée à quelqu'un qui n'a pas été capable de me répondre pendant 3 mois, enchaînant les oui, non, je te touche mais j'peux pas aller jusqu'au bout. C'est moi qui ait du mettre fin à tout ça, tellement ça me faisait souffrir.

    Dernièrement il y a eu de l'espoir, et c'est tout. Mais au moins, j'ai pas l'impression qu'il s'est foutu de moi, et donc je continuerai à être la bonne amie que j'étais, même si là j'ai mal à mon petit coeur.

    Mais la situation inverse m'arrive aussi très souvent...Certains amis ayant un ego trop mal placé m'ont laissé tombé à cause de ça, soit disant que je les ai menés en bateau aussi. Mais comme l'auteur j'estime que ce n'est pas mon rôle de les confronter à leurs sentiments. Je reste imperméable à toute tentative et s'ils ne comprennent pas ça ou bien sont incapables de me poser directement la question, ben c'est leur soucis. La seule fois où j'ai ouvert ma bouche c'est quand un pote devenait décidément trop lourd et que je sentais que j'allais devenir méchante si je subissais une tentative de plus.

    Néanmoins, aucune situation n'est enviable. Je n'aime pas être friendzonnée, ni friendzonner mes amis. Mais ayant majoritairement des amis masculins ça m'arrive un peu trop à mon goût...Heureusement que je n'ai pas un coeur d'artichaut et que je tombe rarement amoureuse. :neutral:
     
  4. Tali-Zorah

    Tali-Zorah
    Expand Collapse
    Mélange instable

    En fait, je suis légèrement déçue par cet article. Parce que 100% des témoignages cités constituent des exemples où des filles mettent des mecs dans la friendzone.

    L'inverse existe aussi.
     
    yuyunaâ, Kand'x et agapanthe7 ont BigUpé ce message.
  5. Ataraxie

    Ataraxie
    Expand Collapse
    Des projets plein la tête.

    J'ai mis dans la friendzone plein de mecs je crois. Mais à chaque fois, ça se passait de la même façon : on était amis AVANT. Et je crois que ça fait toute la différence. Pour la plupart, on est devenu amis sans arrière pensée, et après mon ami est tombé amoureux de moi, sans que ça soit réciproque.
    Je crois que le meilleur exemple est B., un de mes colocs. On était amis depuis le lycée, et pendant notre 3ème année de coloc il m'a avoué qu'il était tombé amoureux de moi, mais qu'il se savait confiné dans la fameuse friendzone. C'était il y a deux ans, et vous savez quoi ? On est toujours coloc. Comme quoi que la friendzone c'est pas que un manque de maturité, enfin je pense que ça n'a rien à voir. Pour moi la friendzone c'est etre amis avec quelqu'un pour qui on éprouve des sentiments plus forts. Ca peut arriver à n'importe qui.

    Et pour celle qui demande si il n'y a pas de fille qui sont dans la friendzone, j'en suis ! J'ai un gros béguin pour un mec depuis 2 ans et demi, et il le sait même pas. On est plutot potes, mais voilà, quand je l'ai rencontré, j'étais en couple, et même si je le trouvais déjà très attirant, j'avais un garde fou. Puis j'ai rompu, et j'ai donc tenté de lui faire des sous entendu. Sauf que le garçon en question avait le béguin pour une pote à moi à l'époque. Ca n'empeche pas qu'on est amis. Il reste quelqu'un que j'apprécie beaucoup et je vais pas arreter de lui parler sous prétexte qu'il ne me trouve pas à son gout !
     
    Kand'x a BigUpé ce message
  6. Twelve

    Twelve
    Expand Collapse

    Déçue aussi, quand j'ai vu que des gars avaient témoigné, je me suis dit "ah tiens, va peut-être y avoir un témoignage comme tous ces mecs qui m'ont foutu de gros râteaux dans la gueule et qui m'ont bien friendzonée dans les règles de l'art".

    Je peux vous raconter ma vie "amoureuse" sinon, la friendzone j'y ai posé des pavés, fait un peu de peinture et de décoration d'intérieur.

    Mes deux plus gros souvenirs de friendzone sont :

    - adolescence : quand tu prends ton courage à deux mains, que tu vas demander à un ami de longue date (aka plusieurs années) de sortir avec toi parce que t'en peux plus de toutes ces années pendant lesquelles il t'a plu, et qu'il te répond qu'il préfèrerait que vous restiez amis. Soit. Nous sommes restés amis.

    - université : quand t'as un ami avec qui tu passes beaucoup de temps, un mec avec qui t'échanges beaucoup et avec qui tu passes de bons moments mais qui a une ex qui lui colle à la peau. Le jour où il te prend les mains sur un banc en mode romantique et qu'il te dit, droit dans les yeux : "si y'avait pas eu [nom de l'ex], je serais sorti avec toi". OUAIS MAIS Y'A TON EX. C'EST PAS GRAVE TU SAIS. Je lui en ai pas voulu, parce qu'il faut être compréhensive, toussa... *meurt intérieurement à petit feu*

    Bon, beaucoup d'années sont passées et j'ai quitté la friendzone. Mais uniquement parce que mon cercle d'amis s'est BEAUCOUP réduit. Donc mes amis sont de vrais amis sans sentiments romantiques, et je suis du genre à couper court à toute rencontre que j'estimerai sans avenir (oui, avant même qu'il n'arrive quoi que ce soit, j'analyse beaucoup en amont). La friendzone j'ai assez donné, vraiment, tous ces mecs qui ne font rien de méchant et qui sont dans leur bon droit, parce qu'on ne peut pas aimer sur commande, et parce qu'on ne peut pas plaire à tout le monde (surtout quand on était en obésité morbide comme je l'étais... forcément, la friendzone c'est notre petit chez soi).
     
    Kand'x a BigUpé ce message
  7. Modesta.

    Modesta.
    Expand Collapse
    Non, pas maintenant.

    J'ai été dans la friendzone de beaucoup trop de mecs pendant mon adolescence. C'est vrai que c'est parfois dur à encaisser, quand on a cet élan vers un ami mais que voilà on peut pas.

    C'est une autre histoire, mais mon copain est resté "coincé" dans ma friendzone pendant plusieurs années. Et maintenant on vit ensemble et c'est la relation la plus épanouissante que j'aie jamais eue. On dit souvent pour rigoler que notre histoire redonnerait beaucoup d'espoirs aux types qui postent sur 9gag sur le sujet haha.

    Sinon je trouve ça bizarre que ce soit la "mode" d'en parler autant. Je veux dire que c'est quelque chose qui a toujours existé, que c'est normal, des fois ça dure, des fois on passe à autre chose - tout dénouement confondu. Je ne regrette pas qu'on en parle et qu'on en plaisante, au contraire, je suis juste surprise par le gain d'intérêt porté au sujet ces dernières années.
     
    Kand'x, littlesoutherly et bubulle888 ont BigUpé ce message.
  8. watermelonette

    watermelonette
    Expand Collapse
    Guest

    D'habitude je ne suis pas super super fan des articles en mode "collage de témoignages perso" surtout sur des sujets aussi personnels, je m'attendais à voir des gens pleurnicher sur leur sort "ma vie est trop duuuure, je suis avec machin mais truc est sur moi, olala trop de demande et moi petite chose incertaine dans ce monde de fous je suis perdue" MAIS (gras italique souligné) j'ai frétillé d'adéquation pendant toute la lecture de l'article ! Le fameux "mais raaah, mais oui c'est tellement çaaaaaa !" non-stop à partir du moment où j'ai mis des noms et des visages concrets sur les exemples donnés... ça en est devenu assez flippant d'ailleurs. :cyclope:

    Juste une petite chose : je ne considère pas qu'on "friendzone" quelqu'un. En disant cela on a l'impression que la personne concernée s'est dit "ah lui/elle ? Sympa mais non, ça ira pas plus loin. Allez hop, direct dans la friendzone." Qui a le cerveau construit comme une carte de métro parisien, je vous le demande ?? Du coup ouais, comme d'autres Madz visiblement, je ne cautionne vraiment pas l'emploi de ce mot dans le sens où ça me semble absurde de catégoriser comme ça des relations humaines.
     
    #8 watermelonette, 27 mars 2014
    Dernière édition: 27 mars 2014
    yuyunaâ, Kand'x, Mlle C. et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Lulilule

    Lulilule
    Expand Collapse

    Pareil, un peu comme toutes les Madz d'avant l'ont dit, je suis un peu déçue de l'orientation de l'article... Une vague analyse de "Pourquoi les mecs acceptent d'être dans la friendzone et pourquoi les filles les y collent..." en gros, c'est ce qu'on retient de l'article.
    Je trouve ça un peu dommage de continuer à enfoncer les portes ouvertes comme ça (malgré tous les... "oui mais ça concerne aussi les gens avec une bisexualité" "oui mais ça arrive aussi dans l'autre sens", le discours principal de l'article suit quand même un certain parti pris qui ne va pas du tout dans ce sens et fait tomber ces déclarations comme un cheveu sur la soupe...)...

    Pour couronner le tout, j'ai trouvé que c'était un peu diabolisant pour les filles. Personnellement, je n'ai jamais "friendzoné" consciemment un ami. Les rares fois où je me suis rendue compte que j'avais "friendzoné" des gens, ce n'étaient même pas forcément des amis avec qui j'étais très proche ou appréciais particulièrement. '-'
    Mais je suis d'accord avec le fait que ce soit probablement lié à un manque de maturité... On a plus de mal à "interpréter" les "signes" des autres quand on est jeunes. Mais c'est normal. Je crois.
     
    #9 Lulilule, 27 mars 2014
    Dernière édition: 27 mars 2014
  10. clarybulle

    clarybulle
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Surtout que l'illustration avec la fille qui enlace le mec sur un banc ça renforce le cliché "regarde cette vilaine fille qui fait miroiter une relation au gentil garçon alors qu'en fait elle en regarde un autre". En plus le type qui pense à une poire, c'est une référence à un article féministe (je ne connais plus l'adresse du blog) qui expliquait que les mecs se servaient du mythe de la friendzone pour décrédibiliser les filles qui ne veulent pas coucher avec eux. Et la blogueuse appelait "Poire" ce soit-disant "gentil mec qui veut un cookie parce qu'il est sympa avec une fille". Donc c'est assez bizarre de voir une illustration qui reprend le surnom Poire d'un article qui démonte ce mythe pour en faire une illustration un peu clichée ^^ Je m'attendais vraiment à ce que l'article démonte ce cliché mais en fait j'ai l'impression que ça ne fait que le renforcer :/
     
    yuyunaâ et Kand'x ont BigUpé.
  11. CatsOnStars

    CatsOnStars
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Ah bah purée, la déception de folie là XD !!
    L'article est cool hein, mais je m'attendais à un renversement des rôles, non pas un descriptif de la friendzone. J'avais vu l'appel à témoins et du coup je pensais que vous alliez nous pondre un article retournant le concept bien souvent axé sur la "vile fââmme" profitant du pauvre jeune homme et le tourner dans l'autre sens en vous reposant sur des témoignages féminins.

    Sinon concernant l'article dans sa forme réelle et non dans le petit monde féérique sous ma caboche baaah je suis partagée... Comme dit dans la première partie sur la timidité, on est pas devins! On ne joue pas forcément avec les sentiments du gars, on ne les connais tout simplement pas. Personnellement j'ai tendance à être celle qui craque pour ses potes - du coup les amitiés filles hétéro/garçons hétéro commencent à se raréfier pour moi haha mais lorsque le contraire arrive (ça m'est arrivé y a genre 2 mois alors que j'étais déjà en couple) et bien j'y met le hola, clairement en adoptant le ton du garçon. Si jamais il me faisait des remarques discrètes, me faisant comprendre son attirance, je ferais alors pareil : sans le recaler vraiment, je lui ferais saisir la dualité de nos sentiments respectifs :P Mais bon ça a pas marché pour le dernier et il ne me parle plus :o !

    Et puis bon on est pas toutes à la recherche du "nice guy" introuvable hein, c'est des bêtises ça :d ! Que le mec soit badass ou tout gentil et timide ça n'entrera que très peu en ligne de compte dans le choix de mon futur partenaire. Ce qui compte vraiment pour moi quand je veux caser un garçon comme potentiel ou ami for ever c'est mon désir à vouloir coucher avec lui. Désolée si j'en choque mais c'est tout. Un ami réunis toutes les qualités ou presque des mecs avec qui je sors, mais je ne me pourrais jamais coucher avec lui. Pas forcément parce qu'il est moche, mais juste parce qu'il n'y a pas l'alchimie pour, point x)

    Voilà pour le long commentaire :d ! Merci pour l'article!!
     
    #11 CatsOnStars, 27 mars 2014
    Dernière édition: 27 mars 2014
  12. Queen-Victoria

    Queen-Victoria
    Expand Collapse

    J'ai vécu les deux situations : friend zoner et être friend zonée.

    La première, c'était il y a 4 ans, j'étais encore au collège et je venais de renouer avec une amie d'enfance, qui 'a présenté son copain. On a tout de suite sympathisé, et il a commencé à se poser des questions sur notre relation. Pour moi c'était clair : premièrement, on ne touche pas aux mecs des amies, et accessoirement, il ne me plaisait pas (mais ça j'allais pas lui dire). Puis sa copine l'a découvert, c'est moi qui ai hérité du rôle de la salope et j'ai coupé les ponts avec tout le monde.

    J'ai aussi été friend zonée il y a 2 ans. Je suis devenue très amie avec un mec de ma classe, puis je suis tombée amoureuse de lui. Manque de pot, il est sorti avec une de mes amie (qui se doutait de mes sentiments). Bien sûr, c'était encore moi la connasse. Moi j'ai toujours nié quand on me demandais, et je n'ai jamais tenté quoi que ce soit. Mais quand ils se sont séparé, il m'a obligé à lui avouer mes sentiments, et m'a quand même fait miroité des choses (en fait lui ce qu'il voulait, c'était surtout un plan cul). Finalement, après un an et demi de cette amitié toxique, j'ai laissé tomber. :mur:

    Et maintenant, troisième histoire. Cette année, début dans les études supérieures. L'été, j'ai fait la connaissance de quelques un de mes futurs camarades, dont un avec qui j'ai particulièrement sympathisé. Bon déjà il me plaisait et peu à peu, je me rendais compte de de tout nos points communs, etc. J'ai commencé à me demandé si je n'avais pas des sentiments, alors même que l'on ne s'était encore jamais vu, d'autant plus que je pensais voir des ouvertures, des messages assez explicites, pourtant gâchés par d'autres évoquant une autre fille. Quelques semaines après, il sort avec cette fameuse nana. Friendzonée. Je ne voulais pas refaire la même erreur alors je me suis éloignée. Quand ils se sont séparés il y a quelques mois, il ma avoué qu'il était amoureux de mois depuis cet été, qu'il n'avait pas osé m'avouer ses sentiments, qu'il avait fait la plus grosse connerie de sa vie, etc. Manque de bol, j'étais en couple à l'époque, même si cette relation ne me satisfaisait pas et que je pensais rompre d'ici peu. De plus, j'étais passé à autre chose et même si toutes les belles choses qu'il me disait me touchaient, j'avais été claire dès le début : il n'y aurait jamais rien entre nous qu'une belle amitié. Je l'ai donc friendzoné. Je passe sur divers événements, ma rupture, un premier baiser, une relation ambigue, etc. Toujours  est-il que malgré tout ça, je n'envisageais toujours rien. Je pense qu'à cette époque, je l'ai pas mal fait souffrir car même si on s'embrassait régulièrement, je ne voulais pas une relation de couple. Et puis progressivement, nous avons fait notre bonhomme de chemin. Et aujourd'hui, nous sommes ensemble depuis deux mois ! :cupidon:

     Voilà, voilà, c'était les Feux de l'Amour sur Madmoizelle !
     
    Kand'x a BigUpé ce message
Chargement...