La greluche de Schrödinger

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par DariaMarx, le 31 mars 2011.

  1. DariaMarx

    DariaMarx
    Expand Collapse
    ♥ la tecktonik

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : La greluche de Schrödinger.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. Croquelicot

    Croquelicot
    Expand Collapse
    It's a TRAP² !

    Chouette article :)

    Je pense que, sans être une grande contemplative, on peut se complaire un temps dans un amour fantasmé, qui, à mon avis, du moins au début, fait plus de bien que de mal, donne envie de prendre soin de soi, de se monter des petits scénarios dans sa tête, fait monter le rose aux joues lors d'un contact ou d'un mot de l'autre...

    Et si le barbu, en vrai, une fois entre quatre murs, n'est pas à la hauteur des fantasmes (pas que sessuels !), la désillusion peut faire plus mal que les quelques mois d'amour fantasmé qui ont précédé...

    Alors bien sûr, tout peut se passer très bien si elle fait le premier pas, mais c'est mettre en danger tout une ribambelle de rituels choubidouwa...

    Enfin tout ça pour dire que je ne suis pas foncièrement pour le "mettons les choses au clair le plus vite possible" car (une fois de temps en temps bien sûr !) l'amour fantasmé peut être vraiment agréable. La position d'attente peut être plaisante.

    Tout dépend de soi, du mec ou de la fille en face...

    Walà :fleur:
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai beaucoup aimé cet article, d'autant que j'ai exactement la même vision des choses. On se lance : une baffe et on passe à autre chose ou ça fonctionne, mais dans les deux cas, on ne perd pas de temps :happy:.
     
  4. 00Laeticia00

    00Laeticia00
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Très bon article, je fais aussi partie de ces personnes qui attendent que ça se passe, tout en rêvassant H24 :icon_4laugh:

    Ca m'a beaucoup fait pensé à un épisode de "The Big Bang Theory", qui parle aussi du chat de Schödigner, dont je n'avais jamais entendu parler jusque là ;)
     
  5. Dig_a_pony

    Dig_a_pony
    Expand Collapse
    Chabada pouet pouet

    Je ne compte plus le nombre d'amours fantasmés que j'ai eu dans ma vie jusqu'à présent. (Dès mes 8 ans, j'ai commencé à faire ça. :cretin: Depuis je suis carrément une nymphomane dans mes fantasmes.:yawn:)

    C'est en partie liée au fait que l'objet – la personne en face – n'est presque qu'un prétexte pour... se faire des films. Il y a un vrai plaisir à se faire des films. (Et je comprends que ce soit fatiguant pour les autres, hein, mais pour soi, c'est assez stimulant et gratifiant.) Comme le disait Antigone17, cette phase-là est assez chouette. D'autant plus quand on s'y adonne à fond. (Oui, car tant qu'à être dans le fantasme, autant se poser aucune limite hein... vu que ça n'a aucune conséquence en actes.) Il y a évidemment une bonne dose de narcissisme là-dedans, mais ce n'est pas forcément négatif. C'est un peu... Le plaisir d'être amoureuse de l'amour.
    Après je regrette de n'avoir pas agi de nombreuses fois, car effectivement, Schrödinger oblige, de nombreuses fois (plus jeune, notamment) je n'ai jamais su "ce qu'il en était vraiment de l'autre côté" et j'ai peut-être laissé passer des occasions. Mais je garde un souvenir ému de ces bluettes délirantes dans mon coin toute seule.

    Et puis, peut-être que cette fille là n'a pas vraiment envie de passer à l'action. Elle passera à l'action si elle le veut vraiment. Et elle se cassera peut-être les dents. Mais bon, il y a des gens qui préfèrent fonctionner sur "l'illusion/désillusion", quitte à être un peu borderline, que de considérer les choses de manière plus pragmatique, dans l'idée de se "protéger" ou en tout cas de vouloir avancer à tout prix plutôt que de stagner dans l'attente. C'est un mode comme un autre, au fond. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients.
    Mais j'avoue qu'en fait, depuis pas très longtemps, la réalité me surprend agréablement plus qu'elle ne me déçoit en comparaison de mes rêveries, et c'est plutôt cool aussi comme sentiment. :)
     
  6. em's del's

    em's del's
    Expand Collapse

    je tenais juste à dire en tant qu'étudiante en sociologie qu'une étude a été réalisée sur les gens qui ne dévoilent pas leur amour pour quelqu'un... il s'agit souvent d'un amour qui, surtout pour les filles n'a en réalité aucune raison d'être déclaré. Il correspond souvent à un moment, une période ou un amour inavoué permet de se sentir mieux, belle plus forte... pour cette raison l'avouer serait en perdre tous les bénéfices, puisque gardé secret il permet de se valoriser tout en ayant pas à "subir" l'investissement personnel que demande une relation "réelle"...
     
  7. Balkis

    Balkis
    Expand Collapse

    Rho c'est super intéressant ce que tu dis là ! Parce que moi aussi je témoigne en tant que. greluche.

    L'article est génial, super fluide et agréable à lire. Et forcément je m'y retrouve, mais à la place de la greluche. J'ai 19 ans, et depuis la seconde jusqu'à la première je me suis attachée à ce mec. Il était plus vieux, il avait l'air sympa, tout le monde me disait qu'il était sympa. Mais en fait rien, absolument rien ne s'est passé en deux ans, et de son côté les filles défilaient. Je savais où il habitait, je faisais exprès de passer devant chez lui pour le croiser à tout hasard. J'ai fais des trucs con comme espionner ses photos sur facebook, m'habiller bien, me tenir droite et faire la belle le mardi, jour où j'étais sûre de le croiser dans le couloir d'SVT ...

    Je n'en ai pas du tout souffert, et un jour je lui ai parlé, un jour où toute cette période était passée. Il n'était plus au lycée, moi si, et j'ai vu qu'il avait un profond désintérêt pour tout ce qui ce passait autour de lui. Je me suis dis : "tout ça pour ça ..." Mais en fin de compte, je m'étais vraiment créé un personnage à partir de lui : le mec parfait. Le seul truc que je regrette, c'est sûrement d'être passée pour une greluche. Et peut être de l'avoir emmerdé.

    Je me rend compte que c'était sûrement pour moi. J'étais mal à l'époque et je cherchais à me valoriser. C'était cool de penser que peut être il pouvait penser à moi ... Que peut être je comptais pour quelqu'un.
    Le pire c'est que j'ai réitéré en terminale, avec un prof, pas un des miens, mais CE jeune prof de français ... Je ne suis pas allée aussi loin. Je le trouvais juste beau, et le cliché de l'élève qui tombe sous le charme du prof me faisais rire.

    Je crois que j'ai besoin de ce petit 'béguin' pour me forcer à être présentable, sans pour autant croire que quelque chose va se passer, et que ma vie ne se résume qu'à un fantasme. Mais j'idéalise moins les gens maintenant.

    Article génial! =)
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    C'est tout moi ça. Les gens ont du mal à comprendre que je n'aille jamais parler au gugus en question mais c'est plus pour garder un certain état d'esprit un peu léger. Je ne saurai pas l'expliquer. C'est plus fort que moi.
     
  9. em's del's

    em's del's
    Expand Collapse

    en fait c'est tout à fait normal et ça arrive toujours à un moment donné de la vie de quelqu'un... le problème c'est que la société vise à la création du couple et donc à la déclaration d'amour, parce que ça fait partie des normes sociales et que le couple marié ayant des enfants reste la norme de base. Voilà pourquoi les gens qui ne se déclarent pas sont souvent jugés négativement par les autres: ils se font eux-même la voix porteuse de norme sans même s'en rendre compte!
     
  10. titiking

    titiking
    Expand Collapse
    Détendue

    je suis comme son amie, c'est malheureux, cet article m'a vraiment bouger les fesses !!
     
  11. cherrypop

    cherrypop
    Expand Collapse
    What would Blair Waldorf do ?

    C'est très bien écrit didonc, j'aime beaucoup :happy:

    Cette situation me rappelle de mauvais souvenirs.. Il m'est un peu arrivé la même chose, et j'en ai vraiment souffert. Maintenant je me rend quand même compte qu'au final, j'étais plus amoureuse de l'image que je m'étais crée de lui, plutôt que de ce qu'il était vraiment :erf:
     
  12. Apaulline

    Apaulline
    Expand Collapse
    Roule une pelle a la vie

    Ah ces' totalement moi -.-. Enfaite, je trouve ça assez chiant moi, à chaque fois que je craque sur un garçon, je me fais des films, j'essaie de tout interpretter et je ne sors jamais avec. Mais il me reste, comme prevu ce gout d'amertume, du "que ce serait-il passer si je lui avais parlé"... Du coup, j'ai toujours pas eu de copain, alors oui, au début, on est euphorique et tout avec cette envie d'etre trop jolie, d'avoir l'impression qu'on plait. Mais je crois que j'y crois trop.
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Julie.
    Réponses :
    124
    Affichages:
    5807