Question (pas si) con La laïcité en France VS la messe sur le service public

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Alegria., le 27 juillet 2016.

  1. Alegria.

    Alegria.
    Expand Collapse
    Guest

    La laïcité pour la comprendre, c'est déjà le bordel. L'idée que l'Etat ne s'occupe pas de la religion, est un peu simplette d'après moi. Et en comparaison je suis beaucoup plus en harmonie avec la laïcité à l'anglosaxone qui prône la tolérance et la représentation publique de notre religion et la mixité (de ce que je vois/je crois) en France on a une laïcité qui empêche l'intolérance (sans faire augmenter la tolérance pour autant)(toujours d'après ma vision), en se disant que si personne n'a de signe distinctif relatif à sa religion, y a plus de problème. Les deux peuvent se tenir certes.

    Mais j'ai un problème avec l'emission Le Jour du Seigneur sur France 2 (donc service public)
    Pour moi la laïcité prônée en France et le financement de cette emission par les impôts ne sont pas compatibles.
    Pourquoi "mes" impôts devraient soutenir cette emission si je ne suis pas de cette religion (peu importe que je le sois ou non) ? Est-ce que je ne peux pas vouloir donner mon argent à une autre religion aussi et la voir être représentée ? ...pour qu'elles soient toutes (utopie) représentées ? Et pourquoi cette emission est sur le service public ? Pourquoi ce n'est pas une chaine financée par ceux qui veulent financer la messe à la tv ?

    En fait c'est peut-être une question très con...:lunette:
     
  2. shigurette

    shigurette
    Expand Collapse
    N'a pas envie de te faire plaisir

    Alors pour être précis il y a tout le dimanche matin (à partir de 8h30) des émissions religieuses (nommés les chemins de la fois) en commençant par une émission boudiste puis une pour l'islam, une pour le judaïsme, une sur l'orthodoxie/les chrétiens orientaux puis les protestants et enfin les catholiques puis la messe. Les différentes émissions (mis à part la messe en elle-même) présente des informations et des réflexions théologiques ainsi que des reportages sur les croyants.
    Une fois par mois (de mémoire), il y a un culte à la place de l'émission protestante. Pour les autres religions, je ne sais pas s'il y a des "services" qui sont retransmis (et quel est le rapport de ces religions avec ces-dits services).
    Du coup pour rebondir sur la question de @alegriadavida , je me demande comment sont calculer les temps de paroles (qui ne sont pas les même pour toutes les religions)? Et pourquoi les catholiques (certes majoritaire dans la population mais pas tant que ça au niveau pratiquants -et donc téléspectateurs potentiel de ce type de programme) ont le droit à une émission + une messe tous les dimanches?:hesite: (bon j'ai des idées de réponses mais elles ne sont pas satisfaisantes de mon point de vue).
    Soyons claire, la laïcité française n'empêche pas la présence de religion, dans des programme dédiés, sur les chaines du service publique d'autant que la majorité des religions des français sont représentées. Mais on peut du coup se demander comment "le temps de parole" alloué à chaque religion était-il établit? Chaque religion devrait avoir le même temps (comme les partis politiques en campagne)? De façon proportionnel au nombre de croyants? Mais il me semble que c'est ni l'un ni l'autre. :ko:

    Edit : je viens de trouver un article de wikipedia qui reprend les différentes émissions religieuses en France (enfin à la TNT et sur les grandes radios) : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mission_religieuse
    Du coup, j'ai appris que la messe était aussi retransmise sur France culture (radio publique) avec des émissions sur la libre pensée et la franc-massonerie. Bref je suis assez perplexe sur le choix de la durée des émissions diffusés par le service publique :dunno:
     
    Allitché, Gabelote, L'océan de la vie et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @shigurette sur la question des offices transmis le dimanche, il me semble qu'il n'y a que chez les chrétiens que le culte principal a lieu le dimanche. Par exemple, est-ce ça aurait du sens pour un juif de regarder le dimanche la retransmission (en différé donc) du shabbat ? ou de la prière du vendredi pour un musulman ?
    A mes yeux il faudrait peut-être plutôt aménager des temps religieux pour chaque confession selon ses "besoins".
    Je m'explique : la messe du dimanche, à mes yeux c'est plutôt les mamie/papy et personnes lourdement handicapée qui en ont usage : ça remplace l'office où on ne peut pas aller. Est-ce qu'une mamie musulmane trouverait son compte à voir une prière du vendredi en différé un dimanche matin ? Alors que ce jour ne correspond à rien de particulièrement sacré pour elle ?
     
    Alegria. a BigUpé ce message
  4. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Je suis tombé là dessus, ça donne pas mal de réponses légales mais j'arrive pas à savoir si c'est orienté ou pas Parce que je sais pas ce que je pense de tout ca. Je dors le dimanche matin.
     
    Allitché, Aqua et Diophantienne ont BigUpé ce message.
  5. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @madmoizelle N article très intéressant. Je ne pense pas que ce soit particulièrement orienté, le point de vue est très factuel et juridique. Effectivement, à l'époque du monopole public, la question ne se posait pas.
    A mes yeux, la TV-radio publique est légitime pour diffuser des émissions religieuses. C'est le rôle des média publics de couvrir tous les aspects sociétales : y'a des émissions sur l'art, des infos, des programmes éducatifs, des divertissements, des films, des infos, du sport, des émissions de bricolage, jardinage et que sais-je encore. Le problème se pose sur la répartition des programmes et leur durée. Il y aurait la possibilité suivante : France TV pourrait proposer à chaque confession 3/4 d'heures de programme, en leur proposant différents créneaux horaires dans la semaine, et chaque confession pourrait choisir celui qui lui convient le mieux.
     
    Allitché, Liza Radley, Ewina et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    @Gabelote J'ai relu à tête reposée et effectivement, je suis d'accord avec toi (comme souvent) ça me choque pas mais ça pourrait être plus "égalitaire" en temps et en jour de diffusion.
     
    Allitché et Diophantienne ont BigUpé.
  7. Locke

    Locke
    Expand Collapse
    If one wolf's alive, the sheeps are never safe.

    Ah merci, ça fait longtemps que je m'interroge là dessus également, merci donc.

    Pour rappel concernant la laïcité, parce que du coup, j'avais le sentiment que c'était pas super clair (et c'est souvent ce dont je m'aperçois) (et je fais pas ma maline, parce que ça fait genre un an que je comprends/connais la vraie signification). En gros, la laïcité implique une véritable séparation entre l'état et l'église, et le fait que l'état ne reconnait aucune religion. Ca ne veut pas dire qu'il nie leur existance, ça veut juste dire que la religion n'a rien à faire dans les affaires de l'état, et qu'il n'en fait pas la promotion : aucune religion n'est plus légitime qu'une autre aux yeux de l'état (par opposition, les seules "religions" qu'un état est susceptible de reconnaître ce sont finalement les sectes, en les interdisant parce que dangereuses pour l'intégrité des personnes).

    De fait, on parle énormément des signes ostentatoires d'appartenance/croyance religieuse. Ca ne veut que pour les services publiques (aka tous les fonctionnaires/contractuels d'état), qui, parce qu'ils représentent l'état, ne représentent QUE l'état et ne peuvent pas porter de preuve d'appartenance religieuse pour des raisons citées plus haut, et les personnels, y compris dans le privé, en contact avec des enfants, parce que le prosélytisme est interdit en France (cf l'affaire de la crèche, où une auxiliaire avait été licenciée à cause de son voile, et avait attaqué la crèche en question, il y a eu tout ping pong, d'appel en appel, parce que s'il n'est pas possible de virer une personne sur la base de ses opinions religieuses, la crèche n'était pas affichée comme étant spécifiquement religieuse, et que comme les parents n'avaient pas d'autre choix pour faire garder leur enfant, l'auxiliaire a fini par être déboutée et son licenciement par être considéré comme régulier). C'est un peu le même débat actuellement dans les université françaises, finalement : les élèves ont le droit de porter leur voile, parce qu'on considère, si je ne m'abuse, qu'à l'âge où on arrive à la fac, on est suffisamment grand pour faire ses choix par soi-même et qu'on na plus besoin d'être protégé contre le prosélytisme.
    La laïcité implique également que dans la rue (y compris sur les plages, tadadada), l'état et ses représentants (aka les forces de l'ordre) ne peuvent reconnaître aucune tenue comme étant religieuse : aux yeux de l'état/de la justice, dans la rue, porter un voile (on ne parle pas de voile intégral, c'est un autre débat, j'y reviens ensuite), n'a pas plus de poids que de porter un jean. Yann Moix l'expliquait très très bien il y'a quelques semaines dans on n'est pas couchés, et je trouvais que l'exemple était très parlant. Pour le voile intégral, donc qui cache le visage, la règle est différente et finalement, l'interdiction n'est pas au nom de la laïcité, mais au nom de la sécurité, puisqu'il est interdit de se balader sur l'espace public en ayant le visage caché. A priori, un homme qui porte une cagoule dans la rue devrait être arrêté exactement comme une femme avec un voile intégral.



    Du coup, la laïcité à la française a tendance à être intégrative, puisque l'état dit "la religion, c'est pas mon affaire, tu crois en ce que tu veux, mais tu le fais chez toi" tout en veillant, à priori, à ce que la liberté de culte de chacun, dans la mesure du respect de la loi (cf les sectes) soit respectée. On est dans un pays qui ne reconnait pas les communautés, puisque le dénominateur commun le plus important en France, c'est le fait d'être un.e citoyen.ne française. La laïcité considère que l'on est français avant d'être musulman, bouddhiste, juif, chrétien, protestant ou autre, là où dans d'autres pays, il existe des textes de loi spécifiques à des communautés religieuses ou éthniques, choses que l'on se refuse de faire en France.
    Le problème, effectivement, c'est que la laïcité reste mal connue, de même que ses principes, et qu'elle est souvent instrumentalisée par un peu tous les partis politiques, et que la religion est politisée, et vécue par beaucoup de croyants, principalement musulmans, comme une atteinte à leur foi et comme une oppression de chaque jour, alors qu'en réalité, la laïcité est faite et pensée pour les protéger.

    (je précise, parce que je pense que c'est important, que je suis moi-même athée, et que la laïcité me protège également, puisque si elle ne reconnait aucune religion, elle ne reconnait pas non plus, et c'est magique, l'absence de religion chez une personne. Je précise aussi, parce que c'est possible que ces explications manquent de finesse/précision, que j'ai mélangé là les lectures, les cours de psychologie appliquée à la multiculturalité prodigués pendant mes 5 ans d'études, et dont je me sers au quotidien, et les propos d'un membre de la mission laïque de France dont j'ai pu recueillir les propos dans le cadre de mon travail)
     
    Nastja et Liza Radley ont BigUpé.
Chargement...