La lutte contre l\'homophobie dès le lycée ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 17 mai 2010.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Le plus tôt est le mieux, je proposerais même qu'on commence à la crèche.
    Le lycée, ça semble déjà bien tard..

    Je dis ça un peu pour rire, mais j'en suis convaincue.
    Un membre de ma famille est lesbienne, j'ai toujours eu son (ses) couples sous le nez (et ceux de ses nombreux amis de la communauté gay..) depuis ma plus tendre enfance. Le constat est le suivant : Jamais, jamais je n'ai trouvé la situation incongrue.
    J'ai intégré depuis ma naissance qu'un homosexuel ne diffère en rien d'un hétéro.

    (et j'ai aussi développé une hargne sans bornes contre les homophobes, qu'ils le soient par méchanceté crasse ou simple ignorance. C'est un critère éliminatoire pour faire partie de ma vie.)
     
  3. Believer

    Believer
    Expand Collapse
    C'est quand qu'on va où?

    Carrément d'accord, l'homophobie devrait faire partie intégrante du programme d'éducation civique dès le plus jeune âge (si toutefois ça existe toujours!).

    Et sans vouloir généraliser, il faudrait cibler les mecs hétéros, les faire parler de leur rapport à la sexualité et surtout l'homosexualité. Je suis toujours effarée par les réactions violentes de rejet engendrées par les mecs suite au coming out d'un de leur potes!
     
  4. Leopoldinesamère

    Leopoldinesamère
    Expand Collapse
    Feu Leopoldine.

    Je trouve que commencer au lycée c'est quelque peu inutile: dans le mien, la très grande majorité est loin d'être homophobe et les homosexuels qui font leur coming out n'ont aucun problème, personne n'y fait vraiment gaffe...

    Il y a beaucoup plus d'homophobie au collège je pense. Un de mes amis a eu beaucoup de mal à assumer son homosexualité, ne serait-ce qu'envers lui-même: au collège il se faisait insulter de PD parce qu'il n'aimait pas le sport. Ce n'est que récemment qu'il a réussi à dépasser ça et ne plus considérer son homosexualité comme une tare, en partie grâce au climat plus tolérant du lycée.
    Aborder le thème de l'homosexualité au primaire serait une très bonne chose, ça éviterait pas mal de douleurs lors de la découverte de sa propre homosexualité...

    Mais comme dit L'Orage, ils ont refusé le court métrage avec les poissons gays et ça montre bien qu'ils pensent que "si on montre des homos à des petits ils vont devenir gays aussi, si on en parle au lycée une fois qu'ils ont découvert la sexualité on aura moins d'homos" et je trouve ça très, très triste. Ils se donnent bonne conscience avec la prévention au lycée, c'est tout...
     
  5. Believer

    Believer
    Expand Collapse
    C'est quand qu'on va où?

    Ah ah! Moi quand j'ai sorti ça à mon mec de l'époque il m'a limite traitée de tarée psychopathe!!! :) (il faut dire que juste avant de me connaître, il avait coupé les ponts avec un très bon ami à lui qui avait eu le courage de lui avouer son homosexualité, ça montre son "ouverture d'esprit"! Heureusement, je l'ai "rééduqué" et ils sont redevenus potes! :))
     
  6. Believer

    Believer
    Expand Collapse
    C'est quand qu'on va où?

    Point positif, je viens de lire que le court-métrage vient d'être primé pour sa lutte contre l'homophobie justement (Prix Pierre-Guérin). Voici un lien pour les Madz qui souhaiteraient voir la bande annonce, ça a l'air plutôt chouette et très pédagogique (il s'adresse aux CM1-CM2).
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    En fait je ne situe pas bien ce qu'ils veulent faire pour "lutter contre l'homophobie".

    Là par exemple, on marque "ça te pose un problème?" avec ce ton provocateur et qui désigne ceux qui trouveraient ça "bizarre" comme des looser, des gens ignorant et méchants, des grands homophobes. Alors que non, le fait de trouver ça bizarre que deux hommes s'embrassent c'est quelque chose de "naturel" rien que parce que, moi qui suis hétéro, je pense constamment à l'autre sexe lorsque me vient une attirance quelconque. Donc nécessairement voir deux personnes du même sexe s'embrasser ça créé une interrogation.

    Cette interrogation n'amène pas forcément a une discrimination mais du moins la question se pose, tout comme on peut se poser la question de savoir comment vit un sourd ou un aveugle, ou comment vivent les japonais qui habitent a Tokyo. C'est quelque chose d'étranger a moi, l'homosexualité, et nécessairement, il y a des questions qui naissent et qui attendent une réponse.

    Quand la réponse apportée par les médias oscille entre "l'homosexualité, c'est pas normal" et "c'est pas normal que tu te poses la question parce que c'est exactement pareil" bah... Selon moi, ça ne peut faire naitre que des discriminations. Parce que quand on me dit que mes questions sont anormales et que l'homosexualité, la bisexualité, l'assexualité et l'hétérosexualité c'est la même chose, je peux pas être d'accord puisque moi je ne ressens pas cette attirance pour ceux du même sexe que moi. Y'a forcément des différences, ça n'est pas qu'une question de "goût" et même les goûts ça se comprends (on peut comprendre pourquoi un gothique et gothique et une fashionette fashionette, et on remarquera alors qu'il y a de grandes différences entre les deux façons de vivre).

    Bref tout ça pour dire qu'attaquer ceux qui se posent des questions c'est aussi stupide que d'attaquer ceux qui les font naitre.
    Et que la meilleure des choses à faire reste de rendre "visible" l'homosexualité pour qu'on puisse la regarder nous-même, par exemple en étudiant des romans qui parlent du sujet - en essayant, toujours, de faire en sorte que ça ne tombe pas dans la caricature de la haine envers les homophobes qui est aussi stupide que l'homophobie elle-même - en étudiant, à travers l'art, la mise en scène de cette sexualité...

    Mais encore faudrait-il qu'on enseigne l'art au lycée, et ce serait, d'après moi, la première des choses à faire si l'on veut ouvrir les esprits conditionnés par la société de consommation aux interrogations diverses.
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    C'est pour ça qu'il faut les éduquer à penser autrement, et ça, dès le plus jeune âge. Que l'homosexualité entre dans les moeurs au même titre que l'hétérosexualité. Pour reprendre l'exemple que j'ai cité plus tôt, j'ai toujours baigné là dedans, puisque dès ma naissance j'ai vu des homosexuels et je ne fais aucune distinction. Je suis attirée par les hommes. Je n'ai pas envie des femmes. Mais le désir est le même, non ? Seul l'objet change.

    Les enfants qui se posent des question, dans l'état actuel de choses, c'est plutôt normal. Peu ont la chance d'y être confrontés très tôt. Ou d'avoir des parents qui leur apprendront que ce n'est pas sale, mal, et j'en passe.

    Mais quand des gens critiquent des homosexuels à 15/20/30 ou 40 ans, ce sont des losers, des connards, et des gens méchants. Je n'arrive pas à le voir autrement.
    Des personnes intolérantes, auxquelles je n'ai pas la moindre envie de chercher une excuse.


    Et sinon, ton idée d'étudier l'homosexualité est intéressante, mais pourquoi commencer par là ? (l'art, les romans, la mise en scène..)
    A mon avis, la chose la plus efficace et quoi touchera bien plus ceux qui sont suceptibles de devenir homophobes c'est de la montrer à tous, dès le plus jeune âge. Parce que mine de rien, l'art, la lecture et j'en passe reste des choses qui n'atteindront pas les plus intolérants, puisque l'intolérance va souvent de pair avec l'ignorance ou la bêtise.
    J'ai l'impression que ça priverait une partie de la population de la chance d'ouvrir les yeux.
     
  9. Eleen

    Eleen
    Expand Collapse
    Until the very end.

    Je pense que c'est trop tard de commencer cette lutte au lycée. A cet âge, on a déjà une opinion fixée. C'est plus tôt qu'il faut commencer. Les gens à qui ont présente l'homosexualité comme normale depuis leur enfance ne deviennent pas homophobes, et inversement. A mon avis, il faudrait commencer dès le plus jeune âge à traiter l'homosexualité de la même manière de l'hétérosexualité.
    Mais quand on voit qu'on essaye d'interdire un dessin-animé avec 2 poissons qui s'aiment, c'est sûr qu'il y a encore pas mal de chemin à faire. Cette campagne dans les lycées, c'est juste un moyen de se donner bonne conscience et de calmer les accusations. C'est comme dire : "regardez, on est pas homophobes, on fait des campagnes pour les lycéens !" Et puis, je ne sais pas si c'est pareil pour tous les établissements, mais lorsqu'il y avait eu d'autres affiches du genre, il y en avait une seule, noyée au milieu des autres affiches dans le couloir qui mène à l'infirmerie. (c'est à dire, là où ne va quasiment jamais, et où ne prête pas attention aux affiches puisqu'on est malade.)

    Au lycée, du moins dans le mien, la quasi-totalité des gens n'a aucun problème avec l'homosexualité. A mes yeux, cibler la campagne là, c'est inutile.
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    lilou : bah pour moi c'est simplement pas le rôle du lycée que de montrer des couples homo s'embrasser en public. Ca c'est des trucs qu'on devrait être habitués a voir au quotidien, c'est par là que se fait cette éducation, c'est par l'introduction progressive de l'homosexualité dans la "norme", dans le quotidien, dans le civil, dans le public... Mais tout ça ça ne peut pas se faire en donnant des cours.
    Pour moi la seule vraie manière d'intégrer l'homosexualité, au moins dans l'éducation, c'est de le prendre comme quelque chose de normal, et ne pas anticiper les questions - en expliquant par exemple a un enfant qui demande pourquoi les deux hommes s'embrassent, que c'est parce qu'ils sont amoureux ou autre niaiserie, mais pas "qu'ils en souffrent au quotidien parce qu'ils sont homos et donc pas accepté"... Or c'est typiquement le genre de "bourde parentale" qui flingue toute neutralité chez l'enfant. Il faudra bien sûr lui expliquer que ce n'est pas sale si lui se met a le considérer ainsi parce qu'il l'aura entendu venant d'autre, mais si on introduit que certains trouvent ça "sale", il ne pourra plus apporter sur l'homosexualité un jugement "personnel", il sera obligé de "prendre parti".
     
  11. Delgnat

    Delgnat
    Expand Collapse
    It's real for us

    Désolée si j'ai mal compris mais je n'ai pas l'impression que c'est ce qu'elle voulait dire. Il y a une différence entre celui qui se pose des questions et celui qui insulte les homo etc. Pour moi le premier peut demander ce qu'il veut, le deuxième est méprisable et ne rentrera jamais dans mes proches (tiens, je devrais poster ça dans les critères de sélection des amis?). Mais je suis d'accord avec je ne sais plus quelle mad, l'amour et le désir sont les mêmes, seul l'objet change.

    En fait je trouve ça vraiment naze qu'on ai à faire cette prévention, bien qu'on ne m'en ai jamais parlé (expliqué que ce n'était pas un problème et tout) je n'ai jamais trouvé ça bizarre, quand une de mes meilleures amies m'a avoué dit qu'elle l'était j'ai trouvé ça normal, et elle ne me l'a pas "avoué", elle me l'a dit, comme si elle m'avait dit "je sais enfin jouer tel morceau au piano". Par contre quand elle a fait son "coming out" (elle l'a écrit dans sa présentation en anglais en début de 4ème) une fille qui l'avait frappée avait dit qu'elle ne regrettait pas de l'avoir fait maintenant qu'elle savais pas, c'est beau la jeunesse.
    Mais en fait sans généraliser (il y a eu des rumeurs sur moi en seconde et je le suis beaucoup demandé si certains ne m'aimaient pas à cause de ça) j'ai l'impression que s'il y a moins de problèmes au lycée c'est parce que tout le monde n'y va pas. Parce que personnellement de tous les vrais homophobes que j'ai pu croiser au collège aucun n'est allé au lycée, tous sont partis en apprentissage etc. à la limite viser ces voies là seraient peut-être util? Mais après visiblement ça dépend des lycées vu le message de Miaouss, enfin de toute façon j'ai du mal avec le trucs qui associent religion et irrespect alors bon.

    Enfin je pense franchement qu'au lycée c'est trop tard, autant s'y prendre plus tôt mais en le banalisant vraiment. Parce que rien que le fait de dire "mais si c'est normal" montre que ça n'est pas encore considéré comme tel. En fait le seul moyen c'est que les homos sortent tous du placard, que tout le monde les voit et que ça devienne "normal"

    Il faut aussi que les gens arrêtent d'avoir honte. Ma meilleure amie a découvert qu'elle l'était en 3ème, c'était une racaille à l'époque, et elle est sortie avec des filles et voilà, elle emmerdait ceux à qui ça ne plaisait pas (et pour ça je suis super fière d'elle). Et au sujet des insultes elle aussi les utilise comme n'importe quelle autre insulte, il faut pas non plus psychoter.

    En fait je ne pense pas qu'il faille "banaliser l'homophobie" au contraire, c'est du racisme. Il faut banaliser l'homosexualité
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Tu dis 'à la base' mais l'homosexualité a toujours existé. Pour le reste, je ne m'y connais pas assez pour savoir d'où vient notre désir de l'autre ni rien, je ne sais même pas exactement où on en est pour l'explication de l'homosexualité. Si je ne me trompe pas, on pense que ce serait génétique, en ce moment.
    Ce que je veux dire, c'est qu'on s'en fout non ? Je ne le fais pas exprès, je ne vois vraiment pas comment on peut être dérangé par ça. Ca me dépasse. Je crois sincèrement que ce qui est commun à l'humanité, c'est le désir (d'être touché, de toucher, de faire l'amour), mais que ce désir peut être dirigé aussi bien vers quelqu'un de même sexe. C'est mon mode de pensée (et c'est vrai, je tolère assez mal qu'on ne le rejoigne pas :d)

    Le besoin de dire "bouuh l'homophobie c'est mal" peut servir à certains. Je prends un cas réel. Deux de mes meilleures amies sont homosexuelles. Leurs parents vieux jeu et ne veulent pas en entendre parler. Elles savent l'une et l'autre qu'en cas de coming-out, elles seront fichues à la porte. Ca les a bouffé des années. Je crois qu'il leur a été salutaire de savoir qu'en ce moment, on fait tout pour stimatiser les homophobes, pour les montreur EUX du doigt, parce que ce sont eux les monstres, eux qui conduisent les homosexuels au repli sur soi, aux dépressions, au suicide.

    Et je crois qu'hélas, l'homophobie existera toujours.

    Ca ne devrait pas se faire en donnant des cours, mais c'est sûrement parfois nécessaire.
    Quid des enfants qui n'en connaissent pas ? De ceux qui viennent de milieux ou on ne l'accepte pas ? De ceux qui ont des parents intolérants ? Il faut bien que quelqu'un soit là pour ceux là..

    Et sinon, oui, je suis d'accord, il faut banaliser cet amour. Mais d'un autre coté, c'est important aussi qu'ils aient conscience que dans notre monde à nous, si parfait, ces gens là se suicident 7 fois plus que les couples hétéros. Et que ça, c'est la faute de ceux qui ne les tolèrent pas.

    L'exemple est bon, je trouve.
     
Chargement...