La ministre de l'Enseignement Supérieur est contre le tirage au sort à l'université

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 22 juin 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

  2. Jenjirah

    Jenjirah
    Expand Collapse

    C'est totalement un scandale.
    Autant definir une méritocratie
    On sait très bien que beaucoup de facs sélectionnent donc si on doit les obliger à jouer au loto.
    C'est totalement stupide

    Je pense que c'est la meilleure solution
    L'égalité des chances n'est pas une question de richesse ou autre.
    L'école doit permettre au pauvre de pouvoir briller autant que le riche.
    Même si les riches peuvent aller foutre leurs enfants dans de meilleures école.
    Je pense quen otre système permet une égalité des chances assez forte

    J'aimerais parler de cette phrase.

    Pour avoir été délégué en seconde. Je peux vous dire que le système semble être pyramidale.
    On se se contente pas vraiment d'écouter l'avis d'orientation des secondes. On estime qu'ils sont trop jeune et changeront souvent.
    Donc c'était ainsi. Tu as 12 et tu demandes S. OK tu peux passer.
    Tu as 10 et tu demandes S hum pas assez on peut t'envoyer en ES
    Tu as 8 tu veux ES ? Pas assez hum fillière techno allez

    C'est ce que j'ai vu pendant le conseil finale. Plutot décevant.
    On devrait probablement rendre les élèves + concerné par l'orientation avec les solutions que l'auteuse évoque
     
    Serart., Eternally, Freehug et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. Frankie.

    Frankie.
    Expand Collapse
    'I decided a while ago not to deny myself the simpler pleasures of existence.'

    Alors là je suis totalement d'accord pour ce qui est de l'orientation, c'est vraiment une vaste blague ! Je me souviens que dans mon lycée la conseillère d'orientation (ouais une seule pour 2000 élèves, woohoo...) était juste incompétente. Elle connaissait que les 2 facs de la ville et encore. Beaucoup de mes potes du lycée lui ont posé des questions sur telle ou telle filière ou école ou fac ou que sais-je qui les intéressait et à chaque fois c'était la même réponse "Ben je connais oui ça a l'air pas mal faudrait que tu fasses des recherches." GÉ-NIAL. Et sinon à part boire un café avec les documentaliste tu fais ton boulot ou comment ça se passe ? :mur: C'était vraiment ridicule donc oui GROS GROS travail à faire sur l'orientation y a pas de doute.
     
    Ymotana, Eternally, Freehug et 9 autres ont BigUpé ce message.
  4. antidiamant

    antidiamant
    Expand Collapse

    "À partir du moment où dans beaucoup de lycées on continue à ne présenter que les filières classiques, sans encourager à découvrir des parcours un peu moins connus mais tout aussi enrichissants, on ne résout pas le problème."

    Bon franchement ces histoires d'orientation qui seraient mal renseignées ça m'énerve un peu. Aujourd'hui à l'époque d'Internet tu peux vraiment te renseigner à fond sur n'importe quoi, que ce soit sur des sites type Letudiant ( je dis au pif ) ou des forums. Reporter la faute sur l'école ou carrément les profs je trouve ça vraiment immature. C'est quand même toi qui choisis ton orientation, ton avenir, c'est à toi de te renseigner comme il faut sur le sujet quand même. Les lycéens ne sont pas censés être de petits enfants pour lesquels les parents et autres adultes décident...
     
    Boite de conserve, Odinn, Joyce$ et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Linckane

    Linckane
    Expand Collapse

    L'orientation est un gros problème, en 3e on m'a conseillé une bac professionnel car j'avais 11 de moyenne et qu'en filière générale j'aurais des difficultés, donc on m'a filé une brochure onisep qui regroupe tous les types de formation de la région pour faire mon choix.
    La vérité c'est que les cours généraux m'ennuyaient alors que j'avais besoin de concret, je fournissais peu d'effort car j'avais peu d'intérêt malgré mes capacités. Donc une filière pro était une bonne idée mais dans quoi... J'ai choisis les métiers de la mode parce que j'aimais bien la mode et qu'étant un peu manuelle pourquoi pas, sans vraiment savoir dans quoi je m'engageais. Par chance ça m'a plu et j'ai obtenue de très bons résultats et continuant sur le bts. Après ce BTS j'ai voulu m'orienter vers une spécialisation lingerie corsetterie et donc pris rendez-vous chez une conseillère au centre d'information et d'orientation car je trouvais peu de résultats sur internet (sauf du privé à 12000€ hein) et .... Elle savait encore moins que moi et à cherché sur internet, autant dire que c'était inutile et qu'elle n'avait aucune solution pour moi ! C'est finalement une amie ayant fait un stage chez Lise Charmel qui a découvert une formation du secteur recherché et m'en a parlé, donc grâce au réseau quoi, pas du tout à la conseillère !

    @antidiamant Je ne suis pas vraiment d'accord, il existe tellement de métiers dont beaucoup dont on ignore l’existence que faire des recherche dessus ne vient même pas à l'idée, quand on cherche quelque chose part d'une idée de base et en général on y trouve que les résultats les plus basiques, occultant tout un tas de possibilités par la même occasion.
    Et dans d'autres cas il y a des métiers qui sont MAL connus, certains font envie mais ne correspondent pas du tout à certaines personnes et d'autres qui n'attirent pas mais peuvent en réalité tout à fait correspondre.
    Et pour ça on a besoin de faire découvrir aux jeunes l'étendue des possibilités, avoir des occasions de découvrir des métiers, des professionnel formé pour guider, etc...
     
    Allons-y, ChansonMuette, Nours et 9 autres ont BigUpé ce message.
  6. Camillou71

    Camillou71
    Expand Collapse

    Je suis actuellement au lycée et je suis d'accord avec ce qui a été dit avant : on ne nous donne aucune information ! Je serai en première S l'année prochaine mais je ne sais pas du tout ce que je ferai après le bac, et personne ne nous a expliqué à quelles écoles on pourrait prétendre après chaque bac. Quand je pense à choisir une filière post-bac j'hésite constamment car même si un métier me plaît en théorie comment savoir si c'est vraiment ce que je veux faire ? J'essaie de me renseigner le plus possible dès maintenant, sur internet, sur différents métiers mais les réponses restent vagues.
    J'aimerais que le lycée nous parle de métiers que l'on ne connait pas forcément, pour pouvoir choisir mon orientation en connaissant toutes (ou presque) les possibilités.
    Si vous avez des astuces ou des conseils je suis preneuse ! :v:
     
    ChansonMuette, Eternally, Papier Bulle et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Babitty Lapina

    Babitty Lapina
    Expand Collapse
    Éleveuse de rêves naissants

    @Camillou71 De mon expérience, je te conseille de tourner vers des études qui te plaisent, regardent les intitulés de filières, puis les cours qui sont proposés dans cette filière. Il est souvent possible de se réorienter, par exemple après deux ans de lettres modernes, je suis partie faire une licence pro de droit public (il faut avoir un bac+2 pour l'intégrer et c'est en un an). Et j'étais loin d'être la seule dans ce cas ! La moitié de ma promo n'avait jamais fait de droit.

    Si tu n'es pas sûre du métier que tu veux faire pour le moment, ne cherche pas le métier alors, mais qu'est-ce que tu veux étudier. Au cours de tes études tu découvriras des métiers dont tu n'as jamais entendu parlé et qui pourrait potentiellement te plaire. Et ne te laisse pas influencer par ce qu'on peut te dire, je voulais faire psycho ou histoire, on m'a dit : "non mais vous, vous ne survivrez pas dans ce genre d'étude" (je n'extrapole même pas '-') du coup j'ai fais lettre un peu par dépit. Aujourd'hui je regrette de ne pas m'être écoutée et d'avoir essayer de faire ce que je voulais vraiment, quitte à ne pas avoir ton année, à devoir changer. Cela ne sera jamais un échec, car même si tu changes, tu auras pris énormément de choses sur cette année aussi bien scolairement, que sur toi.

    Un dernier point à prendre en compte : le financement. C'est pas quelque chose dont on m'a parlé personnellement. Quand j'avais voulu aller dans un domaine assez cher, ma mère m'a dit texto qu'elle avait pas les moyens et que si j'y tenais vraiment il faudrait que je la prévienne plusieurs années avant pour qu'elle commence à économiser. Il existe des aides, des bourses, etc., mais à l'époque je ne le savais pas, je voulais juste pas un poids pour ma mère, du coup j'ai abandonné. C'est un critère auquel il faut penser.
     
    Allitché, ChansonMuette, Eternally et 7 autres ont BigUpé ce message.
  8. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    Choisir son orientation, c'est une galère sans nom ! Je ne sais pas si c'était aussi galère pour la génération de mes parents (ils ont la soixantaine) mais je trouve que pour nous (je suis des années 80), c'est vraiment la galère. Dû à la fois à la façon dont les études sont pensées, autant collège/lycée que les études supérieures, qu'à la diversification des métiers/professions/postes/spécialisation. J'ai un peu l'impression qu'avant, pour nos parents donc, il y avait moins de diversité de métier donc le choix était "plus simple" maintenant, dans un même corps de métier y'a trouzmille spécialisation qui demandent des formations différentes :ko:

    Pour ma part, j'ai changé d'orientation moult fois et à 33 ans, je me "reconverti" encore dans une branche totalement différente même si je reste dans le même domaine. Je pense que cette fois, c'est la bonne et que j'ai vraiment choisi la filière qui me comblera pour le reste de ma vie pro mais pour en arriver là... ce fut très très compliqué.

    Donc mes conseils :
    • Avant toutes choses, il est ultra méga important de choisir une filière pour soi et vraiment pour soi ! Pas de suivre ce que les parents/prof veulent pour nous/pensent que c'est ce qu'ils nous faut, ni choisir une voie qui nous plait vaguement mais dont on pense que Papa/maman seront d'accord/fiers qu'on fasse ça. Parce que les études c'est difficile et long (même 1 an ça peut être long) et si la motivation est extrinsèque uniquement (=pour faire plaisir aux parents) les cours/révisions/stages/dossiers à faire vont être une torture. Le mieux c'est que les études qu'on choisi se placent dans un projet à court/moyen et long terme, ça aide la motivation mais c'est plus facile de se projeter à long terme après quelques années après le bac.
    • Ne pas vouloir viser un "parcours d'excellence" absolument. Le sacro saint bac+5 n'est plus du tout synonyme de CDI post diplôme, les formations professionnalisantes sont de plus en plus recherchée par les recruteurs parce qu'elles donnent cette fameuse expérience tant demandée. Voyez plus loin que les simples cursus "classiques" d’université Licence classique en 3 ans puis master 1 puis 2. Déjà parce que le passage en master se fait par sélection et que d'avoir un bon dossier scolaire ne suffit plus. Sachez qu'il existe la VAE (et d'autres truc du genre) la validation des acquis de l'expérience qui permet après au moins 3 ans de travail dans le domaine de poursuivre des études pour acquérir un niveau universitaire plus haut et donc pouvoir postuler à des postes plus élevé dans la hiérarchie (c'est ce que le responsable du master que je voulais m'a conseillé, faire une L3, bosser 3 ans dans un poste de cadre de santé puis repostuler en M2 pour pouvoir prétendre aux fonctions de direction de structure médico-sociale, double avantage, plus de chance d'avoir un financement et d'être accepté dans le-dit master et aussi de trouver un job après).
    • Faite un point sur vous-même, vos envies, vos besoins, vos capacités. Si être assis en cours à écouter un prof blablater d'un truc théorique ça vous ennuis au plus haut point, partir en fac c'est peut-être pas la meilleure idée. Si vous avez besoin de concret, de faire, les cursus en alternance/apprentissages sont faites pour. Si au contraire, avant de faire, vous avez besoin de théorie (ou que vous aimer apprendre tout simplement), les parcours classique universitaire sont fait pour.
    • Faites des tests de personnalité. Ca peut paraitre bizarre et pas adapté à des lycéens mais ils sont à prendre comme des indicateurs du domaines dans lequel vous êtes le plus susceptible de vous épanouir. Il en existe plusieurs : profil 4, le test des 16 personnalités, y'a même un test Pôle Emploi qu'on trouve sur le net ou en appli mobile. Perso, j'ai fait ces 4 tests et il se trouve qu'ils donnent tous le même résultat, je suis "faite" pour le médico-social (pour autant, si je reste dans ce domaine, après introspection et expérimentation, je me suis rendu à l'évidence, être directement au contact des patients/usagers, c'est pas tenable psychologiquement pour moi). Quand on est perdu sur son orientation, ça permet de restreindre le champs de recherche. Après, c'est de l'exploration d'internet qu'il faut faire.
    • Tester les MOOC (Massive Online Open Class) il y en a beaucoup, gratuit et en français (encore plus en anglais) sur tout plein de sujet. J'ai vu passer des introduction à la psycho, de la compta, de la théologie, de la com... bref, trouver un titre qui vous parle, tester si ça vous emmerde profondément, c'est qu'il faut aller voir ailleurs.
    • A l'inverse de ce que je viens de dire, ne pas jeter toute une formation parce qu'il y aurait une UE qui vous plait pas. Ca arrivera forcément qu'un cours vous fasse lever les yeux au ciel, vous emmerde ou vous fasse vous arracher les cheveux parce que vous bitez rien. Il y aura toujours moyens de trouver une aide pour comprendre les cours (internet est votre ami) ou moyen de la rattraper avec autre chose. Si le reste de la formation vous plait et surtout vous amène là où vous voulez aller, c'est pas une UE qui doit vous arrêter !
    • N'ayez pas peur de la réorientation : qu'elle se fasse 1 an 2 ans 3 ans 7 ans 15 ans après le bac/la vie pro, c'est pas grave, c'est même pas une question de gravité ou pas, c'est point. Parfois, on trouve ça voit tout de suite, on se pose pas de question on fait les études pour et on fait ses 42 ans dedans sans aucuns regrets, et parfois (souvent), de plus en plus, on change de voie. Parce qu'on se rend compte que l'idée qu'on se faisait d'un métier ne correspond pas à la réalité, parce qu'on découvre d'autres choses, parce la vie fait qu'on doit changer de voie, parce qu'arrivé à un moment de sa vie, on veut changer de vie.... c'est possible et y'a même des dispositifs légaux qui le permettent (même si c'est parfois compliqué)

    Désolée pour le pavé:sweatdrop:
     
    Mitzy, Ivy-Vinyl, Allitché et 30 autres ont BigUpé ce message.
  9. Linckane

    Linckane
    Expand Collapse

    @Camillou71 Essaie de réfléchir à ce qui te correspond niveau personnalité, si tu t'engage dans un domaine qui ne correspond pas tu ne pourras pas continuer car tu ne pourras t'épanouir.
    Par exemple, je suis une personne assez réservée et introvertie, j'ai du mal à parler aux gens que je ne connais pas, mais e travail en équipe ne me pose pas de problème. Et j'ai fais quelques boulot dans la vente ou le service pour de l'argent donc voir et parler à des inconnus toute la journée et se forcer à être souriante... Bah ça va 2 mois pour de l'argent mais au quotidien je pèterais un plomb car je ne suis pas épanouie dans cet univers, ça ne me ressemble pas, je vais au boulot à reculons et enfile un filtre bonne humeur artificiel.
    Bref pense à ce que tu veux:
    Du contact humain ? Seule ?
    Être active, assise ?
    Un boulot plutôt mental, mécanique, physique, manuel ?
    Répétitif ou polyvalent ?
    Se sentir utile ou bien indifférent ?
    Plutôt diriger ou faire les tâches demandées ?
    Des responsabilités ou pas ?
    Ambitions et salaire ?
    Perspectives d'évolution ?
    Etc y'a plein de questions à se poser.
    Si docteur te fait envie mais que tu as peur du sang ça ne te correspond pas par exemple, mais en revanche si vendre des coton tiges ça n'en jette pas quand on annonce son métier mais que ça te correspond et que tu aimes ce que tu fais bah bingo !
     
    ChansonMuette, Freehug, Little Moi-Même et 5 autres ont BigUpé ce message.
  10. Sherling

    Sherling
    Expand Collapse

    Travaillant en ce moment même en CIO, je peux vous dire qu'il est malheureusement mal aisé de se reposer sur les COP (pardon les Psy-EN) pour s'occuper de l'orientation dans les établissements scolaires puisque l'institution les orientent un peu plus vers la partie psychologue (donc plus vers l'aide aux élèves dys ou autres avec la mise en place d'accompagnement à la scolarité). Le parcours Avenir est censé permettre aux jeunes, dès le collège, de s'intéresser très tôt à l'orientation mais bon, à quoi ça aboutira ? (sachant que les profs, ce n'est pas spécialement leur priorité absolu... et puis zut, à 14 ans, c'est difficile de savoir ce qu'on veut faire plus tard).

    Un autre problème majeur à tout ça... bah ce sont les quotas (oui oui, c'est triste mais bon, les places en filières professionnelles sont limitées... le LP ça coûte trop cher à l'Etat donc on pousse le plus possible les élèves vers le général). Bref, tant qu'on ne valorisera pas davantage les filières pro ou donnera plus de moyens aux universités, ça semble un problème insoluble (à court terme au moins). Le tirage au sort, est-ce le plus injuste des systèmes ? Je ne sais pas, car les notes ne montrent pas tout (un élève moyen au lycée peut briller à l'université car il a trouvé un intérêt à bosser...)

    Niveau conseil en orientation (je ne suis pas experte mais je peux donner quelques astuces):
    - @Camillou71 et pour les lycéen/nes (même en filière général) qui ne savent pas trop quoi faire, je ne saurais vous conseiller de demander la possibilité de faire des mini-stages en entreprise (oui c'est POSSIBLE, il faut se renseigner pour une convention auprès de votre établissement et bien sûr, faire des démarches dans une entreprise. Je vous mets le lien d'un article ONISEP qui en parle : http://www.onisep.fr/Cap-vers-l-emp.../Foire-aux-questions-les-stages-en-entreprise ) et de faire le maximum de portes ouvertes dans les écoles qui vous intéressent (et vous renseigner sur place si vous pouvez assister à une journée de cours) car je pense que c'est vraiment l'expérience qui permet de se faire une réelle idée du métier, ou tout du moins, du secteur d'activité qui pourraient vous intéresser (par rapport à vos intérêts, goûts.etc...) ou si l'école peut vous plaire.
    - Il y a également quelques tests d'intérêts gratuits (que les COP du CIO où je bosse utilisent parfois), notamment sur lesmétiers.net. Pour les infos sur les diplômes, vous pouvez aller voir sur le site de l'ONISEP (bon l'outil de recherche n'est pas très optimisé mais y a pas mal d'infos), Diplomeo aussi et Studyrama. Le site du CIDJ propose pas mal de fiches également dont certaines sur les études (genre que faire sans le bac ? le bac S...) qui peuvent donner quelques pistes.

    Pour le bac général, même si les filières sont déjà assez orientées, rien n'est réversible (à part si vous voulez vraiment faire des sciences ou médecine.. là c'est sûr, il vaut mieux S que ES ou L). Pareil, si le bac pro que vous avez commencé ne vous convient plus, vous pouvez bénéficier de passerelle (certes, il faut des places dans la filière visée mais qui ne tente à rien...).
    Il est possible de se réorienter, même si c'est parfois compliqué, mais il faut s'accrocher (quand on voit le nombre d'adultes qui plaquent tout pour faire autre chose...).
     
    #10 Sherling, 23 juin 2017
    Dernière édition: 23 juin 2017
    Freehug, Blumeen, Camillou71 et 4 autres ont BigUpé ce message.
  11. yuyunaâ

    yuyunaâ
    Expand Collapse
    Ja, genau

    @Camillou71
    Je te conseille d'aller faire les portes ouvertes des écoles/fac/prépa dès ton année de première, sans attendre la terminale. Les portes ouvertes ont en règle générale lieu vers février/mars et tes vœux sur APB devront être choisi vers fin mars, donc le délai peut être très très court si tu ne t'y prends qu'en terminale !
    Vérifie les dates prévues en début d'année et écrit les pour ne pas les oublier. Souvent plusieurs établissements font leurs portes ouvertes le même jour donc n'hésite pas à y consacrer ta matinée et à aller voir plusieurs filières, même dès qui ne t'intéressent à priori pas particulièrement : ça peut-être l'occasion de découvrir quelque chose de nouveau ou au contraire de te conforter dans tes choix (tel truc ne m’intéresse vraiment pas).
    Une fois aux portes ouvertes, je te conseille de zapper les "conférences" ou "présentation de l'école" (qui prennent beaucoup de temps) et d'aller directement parler aux élèves. C'est plus rapide et c'est eux qui parlent le mieux de leur filière, leur école. Et ils peuvent être très honnête : j'ai déjà entendu des élèves me déconseiller leur école !
    Enfin, dernier conseil : n'oublie pas que ton avenir n'est pas contrôlé par ton orientation. J’entends beaucoup de lycéens s'inquiéter : "pourquoi est ce qu'on doit prendre la décision qui va décider toute notre vie maintenant ?". C'est faux. L'orientation est un choix important, et mieux vaux bien y réfléchir évidement, mais en fait beaucoup de gens font un métier assez différent des études qu'ils ont entrepris après le bac !
     
    just_in_case, Laoragwen, Ruban et 4 autres ont BigUpé ce message.
  12. Althéa Vestrit

    Althéa Vestrit
    Expand Collapse
    Rêveuse des sous bois

    Un tirage au sort ? Mais quelle blague ! Ils ont qu'à faire des cours en ligne en direct (ça se fait déjà dans ma fac d'ailleurs, pour l'anat car pas de place pour tous), que les gentes regardent en podcast une fois inscrits (au moins pour la première année), bref digitaliser, ainsi moins besoin d'amphis. Puis des TD pour les questions etc, sur place et en plus petits groupes. De toute façon plus de la moitié échoue en 1ère année, donc la sélection se fait déjà. Autant donner sa chance à tout le monde ! Je suis contre les concours aussi, car les bêtes du par coeur, bien que méritantes, ne font pas toujours les meilleurs professionnels. Le mieux : ouvrir à tous et sélectionner via les exams.
     
    ~*Galaxy*~, ChansonMuette, Major Tom et 7 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...