« La parité n'est pas un quota » : la nouvelle loi ne transige plus

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 28 janvier 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Lyncis

    Lyncis
    Expand Collapse
    Ecrivain en herbe

    :paillettes:Voilà qui me mets en joie et me réconforte un peu, moi qui viens justement d'avoir une conversation "passionnante" avec une jeune femme me soutenant que les hommes et les femmes ne pouvaient pas être égaux parce que nous serions "naturellement différents".
    J'ai essayé de lui parler de genre, de sexisme, de comportements culturels que l'on impose aux gens sous prétexte de les assigner à un genre uniforme, universel et forcément en adéquation avec son sexe biologique (lol) mais ça n'a pas eu l'air de la déranger...

    Oui, on est dans une société patriarcale, sexiste et discriminante, et alors ? Tout baigne :facepalm:

    Quoi qu'il en soit, je suis contente que la parité prenne légalement une ambition autre que respecter des quotas (ma phrase ne veut rien dire), même s'il faut parfois en passer par là pour commencer... J'ai hâte d'en voir les applications sur le terrain, parce que ça, ce n'est vraiment pas encore gagné en France...
     
  3. Tardigrade

    Tardigrade
    Expand Collapse
    Georges Hautecour.

    Le problème est enfin évoqué sérieusement en débats ! :gnih: (malgré les absences de certains représentants du peuple)
    J'aime beaucoup lire cette série d'articles bien documentés sur la politique. Merci @Marie.Charlotte
     
  4. Spiracle

    Spiracle
    Expand Collapse
    Un point pour chaque étoile, chanson de toile.

    Il y a peu, je me suis présentée comme administratrice au sein de mon université (ce qui signifie que je suis représentante des étudiants au conseil d'administration, ce qui est loin d'être du pipi de chat). Je devais me présenter en binôme, et, nouveauté, en binôme fille/garçon pour assurer la parité. Oui mais voilà : je suis une fille, et la personne avec qui je voulais me présenter était une fille, ça n'était donc point possible. Je me suis donc retrouvée à dire "Je cherche un binôme. Condition sine qua non : être un garçon". A rechercher un binôme avec comme critère son sexe. Fantastique n'est-ce pas ? A peine discriminant.

    Pour moi, c'est ça, cette loi. C'est pas mieux que la situation actuelle, c'est fermer des portes à des personnes à cause de leur sexe. Alors je suis pas contre si ça permet de faire évoluer les esprits, pour que la loi puisse ensuite être abolie et que les choses se fassent naturellement (parce que c'est normal, selon moi, qu'on ait parfois 75% de femmes, et parfois 75% d'hommes, et je trouve ça absurde qu'une loi sur la parité empêche ce genre de répartition), mais cette loi me sort par les trous de nez. Et quand je lis "parce que les femmes représentent la moitié de la sphère publique", je me demande bien en quoi c'est un argument pour demander la parité dans les assemblées. Et ça, ça vient probablement du fait que je pense que les hommes et les femmes sont différents, oui, mais qu'il y a à peu près autant de différences entre un homme et une femme, qu'entre une femme et sa voisine.

    Qu'on ne se méprenne pas : je suis sûre qu'il y a du sexisme, je le vois très bien, je le condamne fermement. Mais je ne pense pas qu'il faille des femmes dans les conseils d'administration, ou qu'il faille des hommes : je pense qu'il faut des personnes compétentes, punt aan de lijn. Et je suis sûr que cette loi veut faire en sorte que des femmes compétentes puissent accéder à des postes qu'elles n'occupent pas pour le moment parce qu'on pense, à tort, qu'elles ne sont pas compétentes parce que ce sont des femmes (ce qui est totalement crétin et inadmissible). Mais dans les faits, j'ai vraiment l'impression qu'on est dans une logique mathématique, qu'on fait du "oeil pour oeil, dent pour dent" et je ne vois pas en quoi c'est une avancée, ou une chose glorieuse pour l'égalitarisme.

    Notez que je vois pas non plus comment faire d'autre, et que je suis bien mignonne à critiquer sans apporter de solution, et j'en suis vraiment désolée. Mais sérieusement, je ne comprends pas.

    N'hésitez pas à me tomber dessus pour éclairer ma lanterne, me faire changer d'avis ou tout ce qu'on veut :fleur:.

    Ne pas citer le premier paragraphe siouplaît.
     
  5. Alnilam

    Alnilam
    Expand Collapse
    La tête en l'air et le cul par terre

    Concernant la parité au travail y a BEAUCOUP de boulot dans un sens comme dans l'autre!
    C'est à dire où il y a des boulots où les femmes sont peu nombreuses (sécurité par exemple) et d'autres où se sont les hommes qui sont absents (tout ce qui touche à la maternité, puéricultrice etc) donc dans les deux cas il faudrait un bon gros changement de mentalité!
    Malheureusement c'est pas gagné. Je me rappelle encore du jour où mon père m'a sorti qu'il était normal qu'une femme soit moins payé parce qu'entre les grossesses, les règles tout les mois, les enfants à la maison etc elle était moins présente, moins productive. Bien sûr j'ai protesté tant que j'ai pu et je n'ai pu que constater que lui ne voyait aucun problème, que ce qu'il disait lui semblait normal :gonk:

    Concernant le sport c'est profondément injuste mais je crois que c'est là où la misogynie est la plus ancrée. Le foot féminin français par exemple qui à mon sens vaut mieux que le foot masculin (question de mentalité déjà) pourtant il est vachement mal représenté. Et ce n'est qu'un exemple. D'ailleurs je me suis posée une question: Pourquoi il n'y a jamais d'arbitres femme au foot? Parce que quand c'est les filles qui jouent c'est bien des hommes qui arbitrent, non?

    Mais je reste optimiste en espérant une évolution positive :) à laquelle je suis prête à participer bien sûr!
     
  6. Syborg

    Syborg
    Expand Collapse
    Pas le temps

    (Je répond directement après avoir lu l'article, j'ai pas pu lire les commentaires :/ )

    Alors oui, oui, mais non :

    "L’idée n’est pas de nommer des personnes à des postes à responsabilité grâce à leur sexe, mais bien d’arrêter de leur fermer ces opportunités à cause de leur sexe. "

    Oui mais à trop vouloir forcer la parité on va aller à contre-sens ! Je travaille dans l'informatique et croyez-moi c'est impossible, aujourd'hui, en France, d'avoir autant de développeur homme que femme. Pourquoi ? Parce que dans les formations il y a environ 3 filles pour 30 gars. Je ne sais pas ce qu'il en ai pour science-po, mais en info, c'est même pas la peine.

    Puis je pense à mon petit village de 450 habitants : là par contre oui, même s'il est perdu dans la campagne il y a des femmes sur les listes !

    Mais pitié, forcer à avoir un quotas dans un secteur c'est tout bonnement débile si à la base il y a moins de femmes que d'hommes... Ou alors il faut faire des exceptions.

    J'espère que pour les conseils d'administration et autres secteurs où il peut réellement y avoir autant d'hommes que de femmes ces lois décoinceront les machos. Mais pour d'autres secteurs je trouve cela complètement hors sujet :/
     
  7. Jules09

    Jules09
    Expand Collapse
    Back to reality in a few days....

    @Syborg C'est clair qu'il est très difficile d'envisager la parité dans certain domaine, mais je n'irai pas jusqu'à dire que c'est "complètement hors-sujet". Dans le cas de l'informatique, les chiffres nous informent quand même qu'il y a un problème dans les effectifs fille/garçon, après je suis désolée tu connais sûrement mieux le domaine que moi, mais on met souvent en lumière le fait que les filles "ne s'imagine pas" dans ce genre de carrière. Favoriser la parité, c'est aussi améliorer la représentation féminine et participer à l'ouverture des filières à mon avis (mais encore une fois c'est seulement mon opinion, pas très informée sur le milieu... :S).
    Pour ce que est de sciencepo, je suis en deuxième année et je pense qu'on est assez proche de la parité fille/garçon, et pour la peine ça montre la nécessité d'imposer la parité : quand on regarde l'égalité homme/femme dans les métiers auxquels on nous prépare (très largement, métiers à "responsabilité", dans l'administration,...), il y a clairement prédominance masculine :/...

    Désolée c'est un peu long :shifty:
     
  8. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Hello ! 

    Juste une précision, parce que j'ai l'impression qu'il y a confusion : 

    La parité, c'est pour les instances décisionnaires où les personnes sont nommées sur la base de leurs compétences ; une règle qui devrait normalement permettre naturellement la parité, puisque la compétence n'est pas liée au sexe (ou alors, j'ai raté une étape ! :cretin: )

    Or il se trouve que dans les faits, les hommes se partagent le pouvoir, arguant trop souvent "qu'il n'y a pas le vivier" et/ou que "les femmes ne sont pas encore prêtes". 

    Et comme ça suffit maintenant de considérer que les femmes sont par nature incompétentes (alors que les hommes semblent par nature compétent, puisqu'on va les solliciter !), la loi va imposer un objectif de parité. 

    Je suis d'accord, il faudrait que ça se fasse naturellement. Le problème est que les personnes qui ont le pouvoir se recrutent entre elles... et ça commence à bien faire. 

    Pour ce qui est des entreprises, on ne parle PAS de parité, mais d'égalité professionnelle ! Bien évidemment, les compétences doivent primer, toujours, et ça reste le cas. Mais là encore, on demande aux entreprises de favoriser la mixité : ça vaut pour les secteurs très féminins comme pour les secteurs très masculins. Et ça consiste principalement à mettre en place un recrutement et un avancement de carrière non discriminatoire, et à assurer une égalité de salaires à postes et compétences égales. 

    Ça passe aussi par une organisation des temps de travail non discriminatoire : ne pas, par exemple, accepter que tes employées femmes prennent leur mercredi ("pour leurs enfants"), mais refuser que des collaborateurs masculins le demandent ("bah alors ? C'est pas ta femme qui s'occupe des gosses ?" - oui, c'est très sérieux). 

    Bref, il ne s'agit pas du tout de forcer les entreprises à recruter à 50% des femmes / des hommes, ni pour les conseils du pouvoir exécutif local de nommer des femmes parce que ce sont des femmes. 

    ça consiste à nommer des femmes parce qu'elles ont été élues, et qu'être femme n'est pas une compétence ni une incompétence (et il faudrait VRAIMENT arrêter de présumer que c'est une incompétence.) 

    ça consiste, pour les entreprises, à arrêter de placardiser les femmes "parce qu'elles risquent de partir en congé maternité" ou "parce qu'elles ont des enfants". (genre, les hommes n'ont jamais d'enfants. Les pères, c'est une légende urbaine ! :yawn: ) 

    Après, sur le fait que ce soit humiliant d'avoir besoin de forcer la main pour qu'on arrête de discriminer les femmes, je vous rejoins complètement. 

    Mais je citerais Anne Lauvergeon, que j'avais vue en conférence sur les droits des femmes, justement. Elle disait (je paraphrase) : oui c'est humiliant, qu'on soit obligé de passer par des quotas (qu'elle avait mis en place chez Areva pour promouvoir des ingénieurEs). Oui, c'est honteux. Mais quand en France, en 2010, il faut ENCORE passer par des quotas pour que les femmes accèdent aux responsabilités, la honte n'est plus sur nous.

    Je plussoie ! :clap:
     
  9. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    @Marie.Charlotte  La nouveauté réside dans l’obligation de nommer des femmes aux postes d’adjointes et de vice-présidente. Ou plus précisément : de faire en sorte que maire et premier adjoint dans les communes, président et vice-président au sein des conseils départementaux et régionaux, soient de sexe différent.

    L’idée n’est pas de nommer des personnes à des postes à responsabilité grâce à leur sexe, mais bien d’arrêter de leur fermer ces opportunités à cause de leur sexe. 


    C'est deux phrases sont un peu contradictoires non? Si il y a obligation, il va forcement y avoir des femmes nommées juste... parce qu'elles sont des femmes.
    En fait je ne comprends pas bien le principe de "on impose la parité mais pas les quotas", j'ai pas trouvé les exemples concrets de l'article me montrant comment on pouvait faire ça.

    Je ne sais que penser des quotas en fait. Comme @Syborg   je viens d'un domaine où il n'y a pas, et de loin, de parité sur les bancs de l'université. J'ai donc retrouvé cette non-parité au travail et ça ne me choque pas vraiment.
    Les quotas et la discrimination positive ne me semble pas vraiment approprié pour résoudre ce problème de non mixité.

    Par contre encourager les femmes et les petites filles, dès l'école, à s'engager vers des postes à responsabilité, des carrières scientifiques, etc. Je dis dix fois oui!
     
    #10 adita, 28 janvier 2014
    Dernière édition par un modérateur: 28 janvier 2014
  10. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    ...À quel moment c'est contradictoire ?! On ne dit pas qu'il faut nommer des femmes "en dépit de leur incompétence", on dit JUSTEMENT qu'entre un homme et une femme qui n'ont pas l'expérience d'un mandat, il n'y a pas lieu de présumer que la femme est moins compétente que l'homme.

    Que ce soit traduit dans la loi par "bon maintenant les gars, va falloir arrêter de déconner. Ça fait 30 ans qu'on vous dit que les femmes sont PAS MOINS compétentes que les hommes JUSTE parce que ce sont des femmes, et qu'en 30 ans, vous persistez quand même à nommer des hommes sous prétexte que "les femmes ont pas assez d'expérience", ça commence à bien faire", j'en suis la 1ère désolée, croyez-moi bien.

    Oui, c'est honteux qu'on doive, en France en 2014, imposer de nommer des femmes ÉLUES aux postes pour lesquels elles ont été ÉLUES par le peuple, oui ça fait franchement mal, je suis d'accord !

    Alors attention : jusqu'à présent, on parlait effectivement de quotas. C'était plus en mode "allez les gars, soyez sympas, laissez les femmes participer, vous verrez qu'elles sont pas plus mauvaises que les mecs.

    Sauf qu'en 2014, "les quotas", ça marche toujours pas. La députée Catherine Coutelle était assez exaspérée au micro, quand elle disait que "la parité, ce n'est pas un quota". Et elle touchait juste : pourquoi, en effet, on considère les hommes comme naturellement compétents aux fonctions de pouvoirs et de responsabilités ?

    Donc "l'innovation" de cette loi, c'est plutôt de dire "fuck les quotas". Les femmes n'ont pas à avoir "une place réservée" dans la société. Les femmes ONT une place dans la société, et les (vieux) mecs que ça dérange, il est vraiment plus que temps qu'ils s'y fassent.

    La parité, ce n'est pas promouvoir un nombre fixe de femmes à un poste, c'est se remettre en question si une instance décisionnelle est (quasi) exclusivement féminine ou (quasi) exclusivement masculine : comment est-ce possible, démograhiquement et logiquement, sachant que les femmes représentent 52% de la population française ? Pourquoi un déséquilibre en leur (dé)faveur ? (selon les secteurs ?)

    Si vous lisez le texte de loi en faveur de la parité, il ne parle pas de femmes, il parle d'équilibre/ d'égalité des sexes.   

    En bref, et je le redis, il n'est absolument pas question de promouvoir les femmes par la contrainte parce que "pauvres choutes, sans la loi, elles n'auraient jamais accès à ces responsabilités, snif", mais il est question d'envoyer un message fort aux hommes qui tiennent pour l'instant les rennes de ces instances décisionnelles, et les défendent au motif que "les femmes ne sont pas prêtes pour l'exercice du pouvoir des responsabilités", que non, vraiment pas, va falloir arrêter les bullshits bientôt :yawn:

    En tant que femme, je me désole qu'il faille une loi, en France en 2014, pour certifier que mon sexe ne détermine pas ma compétence. 

    ...Mais je me réjouis qu'une telle loi existe, même si je me désole de sa nécessité... 

    ... Vous suivez ?! :cretin:
     
  11. Scratinette

    Scratinette
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Merci pour ces articles politiques Marie-Charlotte !

    Je suis totalement d'accord avec cette loi. Même si c'est dommage de passer par les quotas pour avoir l'égalité homme-femme, parfois il n'y a juste pas le choix et j'espère que cette loi amènera la parité mais surtout changera les mentalités. Parce que tout se joue d'abord sur les mentalités (la filière scientifique c'est pour les garçons et on les prépare à ça avec des jeux de petit chimiste donc on les retrouve majoritaires dans les métiers scientifiques, c'est un cercle vicieux en fait).

    Mais surtout ce qui m'énerve (comme dans l'article sur l'IVG) c'est encore une fois l’absence des députés ! Les débats qui ne sont pas à la une des médias sont toujours ceux où moins de députés sont présents et je ne trouve pas ça normal ! J'espère que maintenant que la loi contre le cumul des mandats est votée on verra plus de députés dans l'hémicycle et cela tous les jours quel que soit le sujet, parce qu'ils sont payés pour ça mais surtout parce qu'on a voté pour eux, pour qu'ils nous représentent !
     
Chargement...