La petite fille désespérée que son petit frère grandisse un jour

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 30 juillet 2014.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. nanacourtney

    nanacourtney
    Expand Collapse
    Guest

    Pauvre choupinette !

    Je me souviens pas de quand j'ai compris qu'on grandit mais je me souviens que ma frangine, 3 ans de moins que moi, disait tout le temps "j'ai hâte d'être dans 3 ans pour pouvoir être plus grande que Nana", ce qui me faisait beaucoup rire. Elle arrivait pas à imprimer que les autres aussi ils grandissaient en même temps qu'elle. <3

    En revanche la crise "je veux pas mourir à 100 ans", j'ai fait cette grosse crise vers 10 ans. Va savoir pourquoi à 10 ans, alors que j'avais compris depuis bien longtemps que tout le monde meurt un jour. Ca a duré plusieurs semaines, une vraie angoisse bien profonde qui m'empechait de dormir toutes les nuits et qui me filaient mal au bide tous les jours. J'avais peur de mourir genre pif d'un coup pour une connerie, n'importe quand, et j'avais peur de la mort de mes parents de la même façon.
    D'ailleurs, l'angoisse de la mort de mes proches me reprend souvent, brièvement. Ca fait pareil à d'autres madz ? ^^
     
  3. N4nn

    N4nn
    Expand Collapse

    Je ne me souviens pas avoir vécu ce genre de crise, sans doute d'avoir grandit à la campagne donc avec les décapitations de poulet au réveil pour le repas du midi.

    Par contre je me souviens de quand j'ai perdu mon chat et que j'ai dût l'expliquer à ma petite cousine ( quatre ans à l'époque), je me souviendrais toujours de son air quand elle m'a demandé si son chat à elle allait mourir aussi.

    Un véritable traumatisme de masse cette mort, on devrait la rendre illégale.
     
  4. UneCactus

    UneCactus
    Expand Collapse

    Ha ha ha !!! Mais c'est exactement moi quand je vois mon petit cousin grandir... c'était le bébé le plus mignon du monde, une vrai tête d'ange:innocent: ! Et maintenant qu'il a 7 ans, c'est devenu un vrai petit caïd chef tyrannique de la cours de récré :boxing::rockon:. Chose que je N'ACCEPTE PAS !!! :tears::tears::tears:
    Pourquoi, mais pourquoi il me fait ça ? J'ai changé ses couches BOWDEL !!!:crying:


    Sinon petite, je m'étais mise un peu dans le même état que cette gamine quand on a découvert que ma petite lapine était en fait un mâle... Crise diplomatique à la maison devant mes parents consternés, parce "qu'un lapin garçon, c'est pas gentil !!!" :stare:


    C'est mon tout premier message sur le site, je suis toute :ordi: (désolée pour l'abus de smileys :shifty:)
     
  5. miss_jrose

    miss_jrose
    Expand Collapse
    Guest

    Je sais pas pourquoi, mais j'ai jamais eu cette crise existentielle (si oui, j'en ai aucun souvenir :dunno: ).
    Mais vous vous imaginez, devoir gérer ce genre de question existentielle et surtout, la réaction à la réponse ?! :sweatdrop:
     
    #5 miss_jrose, 30 juillet 2014
    Dernière édition: 30 juillet 2014
  6. Pleach

    Pleach
    Expand Collapse
    Indécise.

    Je me souviens le jour où on m'a parlée de la mort. J'étais persuadée que seulement certaines personnes pouvaient mourir et pas d'autres. Alors tous les jours j’espérais que tout ceux que j'aime survivent, jusqu'au jour où j'ai vraiment compris...
    En y repensant, je trouve ça plutôt mignon  d'avoir cru à une telle chose. :happy:
     
  7. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    Ça a été plus ou moins progressif pour moi: ça a commencé avec ma grand mère m'expliquant qu'il n'y avait rien après la mort (vers 4-5 ans) puis la lente compréhension de ce que signifiait réellement ce rien et de l'insignifiance de la durée d'une vie humaine comparée à l'age de la planète etc. J'ai commencé à tout calculer en "vie d'humain" (en gros 100 ans), en me disant par exemple qu'entre la révolution française et ma naissance, il n'y avait que 3 ridicules vies d'humains, et que pourtant il s'était passé tellement de chose ...
    Je trouvais ça inacceptable d'avoir si peu de temps pour vivre (je trouve toujours ça inacceptable d'ailleurs :lunette: ). Après je n'y pensais pas toute le temps non plus, du coup je n'angoissais pas H24 non plus, juste quand le fait que j'allais mourir me revenais dans les dents
     
  8. ladydandy

    ladydandy
    Expand Collapse
    Licorne Guest

    @nanacourtney il doit me manquer une case, j'angoisse régulièrement à cause de ça au point d'en faire des insomnies... ET ce qui me rassure c'est de checker sur wikipédia si les auteurs que j'admire sont encore en vie (ne meurs pas Peter S Beagle... ne meurs pas !... J'irai même jusqu'à dire à Terry Pratchett de s'accrocher mais c'est pas sympa ahah)

    Pareil c'était relativement tardif, vers mes 6 ans ma Grand-mère que j'aimais beaucoup est morte d'un cancer, on me l'a annoncé cash et ça m'a limite rien fait mais environ un ou deux ans plus tard mon dieu, je suis retombée sur une photo de ma grand-mère et Bim : LA MORT DANS TA FACE ! Et je faisais régulièrement des crises de larme. Dans mon lit je me disais : ma vie c'est pas comme une VHS, ça peut pas se rembobiner je vais finir par être plus rien. De la poussière, des os... et ma peau se ratatinera et mes cheveux et mes ongles auront l'air de pousser.
    Et j'en suis encore là ahah, mais comme c'est pas productif je me botte le cul. 

    Dans le même genre le frangin a un autre problème, il se fiche de mourir mais il comprend pas pourquoi on est vivants et selon lui ça n'a pas de sens. Moi j'aime tellement la vie que je flippe que ça s'arrête, lui ça lui est douloureux de vivre  parce qu'il sait que ça s'arrêtera de toute façon et que ça n'a pas de sens. 
    Bref, famille bienheureuse ! 
    Cette vidéo est triste...
     
  9. Anellissi

    Anellissi
    Expand Collapse

    Ma soeur a fait ce genre de crise le jour où elle a compris que j'aurais toujours deux ans de plus qu'elle et qu'elle n'aurait jamais le droit d'être la plus grande :d je crois qu'elle ne s'en est toujours pas remise aujourd'hui, du haut de ses 20 ans...
     
  10. nanacourtney

    nanacourtney
    Expand Collapse
    Guest

    Haha c'est ça, interdisons la mort !:XD:

    @UneCactus Comme je te comprends, il m'arrive exactement la même chose avec mes deux frangins de 10 et 11 ans de moins que moi et que je vois de moins en moins depuis que j'ai quitté la maison... Quand je les retrouve il m'arrive soit de constater la mentalité typique du préado débile, esprit de contradiction, jugement sur les apparences, respect sans limite des modes du collèges affreuses... soit de carrément me prendre des phrases complètement sexistes et de me retrouver à leur expliquer la vie :crying:... Bon avant je leur expliquais aussi la vie mais on est passé du fonctionnement des plantes et des appareils photos au féminisme là x)

    @miss_jrose moi ça me donne envie de prendre la petite dans mes bras et de la rassurer, lui expliquer que c'est pas grave, que son frère restera toujours mignon même en grandissant, par exemple quand il fera ses premiers pas, ses premiers mots, ses premiers câlins, la première fois qu'il prononcera le nom de sa grande soeur, les bêtises qu'il dira sans s'en rendre compte et qui la feront rire, les dessins qu'ils feront ensemble, etc. Et, comme ma mère l'a fait avec moi, de lui dire qu'une vie entièRe ça peut être long, qu'il faut en profiter à fond et qu'à 100 ans l'essentiel sera qu'elle soit satisfaite de sa vie. AU passage, j'aurais pas eu l'idée de filmer un si gros chagrin d'un enfant oO.

    @Lady Von Duck oui, ça été un peu pareil pour moi, mais avec la grosse crise d'angoisse au milieu, et sauf que maintenant j'ai toujours ces angoisses qui me reviennent dans les dents régulièrement ^^

    @LadyDandy Ah ben on est deux à avoir perdu une case alors ! Desfois l'angoisse est tellement grande que je me retrouve en sanglots sans vraiment comprendre pourquoi. Je t'explique pas l'étonnement de ma moitié la première fois qu'il a assisté à ça oO. Comme j'étais incapable de lui dire pourquoi je pleurais soudainement, il était encore plus paumé. Le coup de la mort dans ta face, je l'ai eu aussi, mais beaucoup plus progressivement: un petit frère mort bébé quand j'avais moins de deux ans, du coup je m'en souvenais pas mais on me l'a jamais caché, et par contre je me souviens bien de la détresse de mes parents qui a suivi. Ptetre bien que la crise "angoisse de la mort" de mes 10 ans était le premier contrecoup de ça, j'en sais rien. Le deuxième et plus gros contrecoup ça a été, évidemment, l'adolescence ou la mort est bien revenue comme il faut dans ma face, effectivement. C'est donc 15 à 20 ans plus tard que j'ai fait mon deuil. NORMAL.
    Pour ton frangin, je conseille la chanson "une autre journée qui se lève", des Cowboys fringants et qui confronte vos deux philosophies sur la durée de la vie. En gros, on peut le voir comme on veut mais tant qu'à faire, autant s'éclater, c'est le message de la chanson ^^.

    D'ailleurs je conseille tout album des Cowboys Fringants à qui ne connait pas. Ils ont beaucoup de chansons très belles sur la vie. Magnifiques même. Et aussi plein de chansons cons :d.

    Je me rappelle quand j'étais petite, ce qui me rendait le plus triste à propos de ma mort, c'est qu'il n'y aurait plus personne pour s'occuper de mes chèRes peluches et qu'elles finiraient seules, séparées, oubliées pour toujours dans un grenier ou jetées à a poubelle XD.

    Edit : ah le pavé ! Oui j'aime bien raconter ma life je crois :chat:
     
    #10 nanacourtney, 30 juillet 2014
    Dernière édition: 30 juillet 2014
  11. Zgu

    Zgu
    Expand Collapse

    Bouh le désespoir de cette petite... Mais j'ai pas compris pourquoi d'un coup elle dit ne pas vouloir mourir à 100 ans ? C'est quoi le rapport avec son petit frère tout mignon ?

    Mon assimilation de la mort c'était quand ma grand mère est décédée. J'avais vers 5/6 ans je crois, on m'avait aussi dit qu'il n'y avait rien après la mort alors j'imaginais ma grand mère dans le cercueil (gai) comme ça les bras croisés, à ne rien faire... Pour moi c'était horrible qu'on continue à vivre tranquillou, que le monde continue de tourner alors que pour ma grand mère c'était fini, plus rien. Du coup on pense aux prochains morts, à sa propre mort et voilà le traumatisme d'enfance qu'on se traine encore quelques fois adulte :rire:
    Quand il m'arrive quelque chose de bien, quand je lis un bon livre, vois un bon film, entends une belle chanson, rencontre de belles personnes etc... je pense à mes morts qui n'en profiteront pas. Ça me fout en l'air, comme la petite :XD:
     
  12. tinidril

    tinidril
    Expand Collapse
    "Que deviennent les rêves qui se brisent ?" - "Le terreau des rêves à venir." Guest

    Quand j'avais 3 ans je croyais que tout le monde était figé au même âge (et à la même classe à l'école, accessoirement).
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
Chargement...