La science fiction dans les films

Sujet dans 'Forum Cinéma / DVD' lancé par abou333, le 13 mars 2015.

  1. abou333

    abou333
    Expand Collapse

    J'apprécie particulièrement les films de science fiction. Mais attention, par n'importe lesquels : j'aime un peu moins les space opéra, et préfère plutôt les anticipations, les dystopies et les fictions philosophiques questionnant la nature de l'homme... et les voyages dans le temps ;). Pour une petite liste non exhaustive, voici quelques titres que j'ai bien aimés : Le cinquième élément, En temps (In time), La machine à explorer le temps, Repreneurs, Clones, Lucy (oui, oui, j'ai aimé Lucy, je l'avoue et l'assume), Les âmes vagabondes...

    Quand on parle de science fiction, on pense surtout à de gros bluckbusters gros budget, sans sens profond, plutôt superficiels... quand j'entends des gens dénigrer ce genre, j'ai l'impression, à la limite, de me faire traiter de simplette, parce que j'aime ce genre de film. Et j'ai surtout horreur des gens qui critiquent un film SF x sur son aspect peu réaliste par rapport à la science actuelle. Et là, j'ai un gros cri du coeur à faire : dans le terme science fiction, il faut comprendre le mot science en minuscules et le mot FICTION en majuscule, gras, souligné trois fois. Évidemment que ce n'est pas réaliste, c'est peu plausible et c'est pour ça que c'est une fiction et non un documentaire.

    Je prend Lucy pour exemple. Résumé : une jeune femme est impliquée contre son gré dans le transfert d'une nouvelle drogue de synthèse qui se trouve à être caché à l'intérieur de son corps. Le tranfert se passe mal et la drogue se répend en elle et est absordée en grande quantité par son organisme dont les cellules se mettent alors à se décupler, tout comme son cerveau qui se met à se développer au-delà des capacités connues. La critique majeure des détracteurs du film est que la prémisse se base sur une ancienne théorie voulant que l'humain n'utiliserait que 10% de son cerveau et qui se trouve, aujourd'hui, à être désuète selon bien des experts. À vrai dire, je savais déjà avant de voir Lucy que la théorie des 10% n'était plus vraiment d'actualité, et franchement, même la première fois qu'on me l'avait présentée et amenée comme une vérité, je me suis dit que c'était étrange pour un aussi gros cerveau de s'en servir aussi peu. Mais bon, rien que le fait que ce film de science FICTION ne s'appuie pas sur une vérité scientifique arrive à dégoûter un tas de personnes qui, j'en suis sûre, pourraient apprécier l'action, l'intrigue et les questionnements philophisoques (en moins grand nombre que les voitures qui volent, je le concède) que soulèvent le film, mais ils semblent vouloir s'élever au-dessus de ça en amenant l'argument scientifique alors que c'est loin d'être le premier qu'on devrait reprocher à un film de science fiction. Il s'agit de créer une situation ou un monde à l'aide de l'imaginaire en anticipant ou extrapolant des THÉORIES scientifiques. Donc, sachant que Lucy s'appuie sur une théorie désuète, en voyant le film je l'ai compris autrement : pour moi, le pourcentage utilisé dans le film pour quantifier l'intelligence de Lucy est une image pour représenter comment son cerveau se développe. Parce que bien que l'on utilise notre cerveau dans son entièreté pour accomplir les différentes tâches qui nous incombent, on n'utilise pas tout en même temps. Et c'est ainsi que je voyais Lucy : la drogue absorbée lui permettait graduellement de faire appel consciemment aux zones de son cerveau qu'elle désirait quand elle le désirait, et plusieurs à la fois si nécessaire, jusqu'à pouvoir le contrôler entièrement selon sa volonté. Ce serait comme si on imaginait un humain qui pourrait du jour au lendemain contrôler parfaitement tous les muscles de son corps : force, précision, vitesse, à la quantité désirée. Ce serait la même chose, mais pour le cerveau. On a tous des muscles qui nous permettent de marcher, courir et rouler de la pâte à tarte, c'est pas pour ça qu'on peut faire appel, à volonté, à toute la force qu'ils génèrent dans le but de soulever une voiture par exemple. Je ne suis pas scientifique, je n'en sais rien si c'est possible qu'on puisse contrôler parfaitement notre corps ou notre cerveau, et je ne sais pas si ce serait extraordinaire ou si ça ne créerait qu'une personne capable de générer des crise d'épilepsie à volonté, mais c'est ça le côté fiction. C'est comme donner à Spiderman tous les aspects les plus cools de l'araignée et laisser tomber le fait que ça aurait pu lui donner huit yeux et des poils disgracieux, ou seulement un gros bouton purulent.

    Comme j'ai déjà entendu dans un film (québécois) qui parodiait la SF «Ce qui est fun avec la science fiction, c'est qu'on peut dire n'importe quoi». Et tant mieux, c'est rafraîssant, on explore au-delà des limites de notre monde avec notre imagination, il n'y aucune limite. Et bien que l'on s'appuie sur la science pour souvent démarrer l'histoire, elle n'est en aucun cas une limite, et elle n'a pas besoin d'être vraie, sinon, c'est pas un filmde science fiction, c'est un putain de documentaire.
    Sinon, y a d'autres madz qui aiment les films de SF?
     
    Miquette et petitegazelle ont BigUpé.
  2. VioletWitch

    VioletWitch
    Expand Collapse
    I want to be the girl with the most cake

    Moi j'aime pas trop, sauf The Man From Eearth que j'aime beaucoup et que je te conseille si tu l'as pas vu :)
     
  3. petitegazelle

    petitegazelle
    Expand Collapse
    Quand tu auras désappris à espérer, je t'apprendrai à vouloir. (Sénèque)

    Oui, j'aime bien. Je te conseille Bienvenue à Gattaca, Time out, Il était temps ;)
     
  4. JessyfromParis

    JessyfromParis
    Expand Collapse

    J'aime bien mais je trouve pour reprendre ton exemple que Lucy c'est une vraie merde, scénario moisi , mal joué (enfin surtout persos mal écrits ) etc...
    Mon préféré de ces dernière années si on exclue le Space opéra cest district 9
     
Chargement...