L'avortement, un droit de plus en plus difficile d'accès

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 23 décembre 2013.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. LeReilly

    LeReilly
    Expand Collapse
    Jeune homme propre sur lui.

    Big up de l'infini. Tout ce qui se passe me terrifie. Surtout, c'est un signal fort que le progrès ne suit pas une ligne droite, que tout "acquis" ne l'est jamais vraiment et peut être remis en cause. C'est pourquoi il convient de ne jamais baisser sa garde.

    Sinon, je vous conseille de feuilleter le passionnant bouquin Freakonomics qui a un fascinant chapitre dédié aux conséquences socio-économiques positives du droit à l'avortement. Plein de chouettes pistes de réflexions soutenues par des chiffres, le tout éloigné du débat soit-disant moral.

    Oh, et à titre perso, ayant bouffé de la sémiologie pendant 5 ans, je trouve que les mots sont importants. Refuser "pro-vie" et préférer "anti-avortement" est important.

    Voilà, pluie de bisous.
     
  3. Aquarelledream

    Aquarelledream
    Expand Collapse
    :unicorn:

    Je me souviens que mon prof de SVT était contre l'avortement et considéré l'avortement comme recourt ultime. Personnellement, je refuse d'être affiliée en tant que fait comme mère potentiel. Personnellement l'idée d'être mère, ne m'enchante pas trop. Car être mère, c'est une trop grosse responsabilité, c'est détenire une vie, inculqué un individu à la société. Cela ne veut pas dire que j'aime pas les enfants mais je ne suis pas capable d'assumer un autre humain que moi. Bref les possibles obstacles sur la route de l'avortement, ne ferait que renforcer notre condition de femme. Car au finale seule la femme peut faire des enfants donc pour eux il est évident qu'elles maintiennent ce "pouvoir".

    Bref ce n'est que mon avis :)
     
  4. Astipalaya

    Astipalaya
    Expand Collapse
    In love with Christine

    Les Suisses vont être amenés à voter une loi dangereuse pour le droit à l'avortement. Le 9 février prochain aura lieu une votation et l'un des sujets sera "le financement de l'avortement est une affaire privée" autrement dit enlever le remboursement de l'IVG par l'assurance de base.

    Même si la plupart des partis recommandent de voter non ainsi que le conseil fédéral, j'ai peur... :sad:

    http://www.edi.admin.ch/themen/00391/05546/05551/index.html?lang=fr
     
  5. Altahina

    Altahina
    Expand Collapse
    Talk nerdy to me! / Militant pour le retour de Théodelinde!! .o/

    En Suisse c'est d'actualité également. Le 9 février on va voter pour que l'avortement ne soit plus remboursé par notre assurance maladie...

    Je ne sais même plus quoi dire quand je vois des choses comme ça. Je suis choquée. Alors oui, chacun son avis, je comprend le point de vue des pro-vie et autres anti-IVG, mais je ne l'accepte pas. Je trouve ça juste choquant!!

    On en discutait un peu avec @Théodelinde et on disait que quand une femme avorte, elle ne tue pas un bébé! Les limites fixées pour avoir droit à une IVG (3mois je crois ?) n'ont très certainement pas été posée au petit bonheur la chance. Une femme qui ne désire pas sa grossesse va l'interrompre au stade embryonnaire.
    (Mais par contre je comprend qu'une femme qui a une grossesse désirée considère son "embryon" déjà comme un bébé.)

    Et je trouve qu'en un sens c'est aussi priver la femme du droit de choisir de donner ou non la vie. Parce que beaucoup de femmes, si elles ne peuvent pas être rembourser ou se faire payer cette intervention n'auront pas le choix de mener leur grossesse à terme.

    Edit: Devancée par @Astipalaya^^
     
  6. May

    May
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je crois que le recul des lois sur l'IVG se passe de commentaires tant je trouve ça grave.
    Mais une chose qui me questionne encore plus c'est l'absence de distinguo entre IVG = Interruption Volontaire de Grossesse = un véritable choix de la femme et l'IMG = Interruption Médicale de Grossesse = proposée par les médecins en cas de mise en danger de la mère si elle venait à poursuivre la grossesse et/ou s'il existe une forte probabilité pour que l'enfant à naitre soit atteint d'une affection incurable au moment du diagnostic (la trisomie 21 par exemple que l'on ne sait pas guérir. Donc une affection grave ne suffit pas, il fait qu'elle soit incurable).

    Ce sont deux choses extrêmement différentes et je trouve que c'est une aberration médicale et un danger de ne pas les distinguer! Et c'est le cas visiblement dans la loi espagnole!
    Je n'ai en revanche pas réussi à trouver ça pour le Michigan. Tu as trouvé ça où, @Marie.charlotte ?
     
  7. Astipalaya

    Astipalaya
    Expand Collapse
    In love with Christine

    D'autant plus que le "but" de cette initiative c'est d'enlever des coûts à l'assurance maladie (c'est le but officiel, mais comme l'initiative vient du parti évangéliste, le but officieux c'est que les femmes n'avortent pas) or les coûts de l'avortement selon L'Office Fédérale de la Statistique (on peut voir un pdf depuis le lien que j'ai mis avant) ils ne représentent environs que 0,3% des coûts totaux. Il n'y a pas vraiment d'économie faite. Surtout que mettre une grossesse à terme coût bien plus cher à l'assurance qu'une IVG, et certaines femmes qui 'ont pas les moyens de payer un avortement pourraient se tourner vers des méthodes non-officielles qui seraient très dangereuses pour leur santé.
     
  8. Balkis

    Balkis
    Expand Collapse

    Ça me fait vraiment très peur ce genre de choses et je commence à flipper pour les élections de 2017.
    J'espère de tout cœur que rien de régressera en France. Ça me mettrait vraiment très mal à l'aise, dans l'insécurité de savoir qu'on risque de ne pas pouvoir faire ce choix fondamental.
    C'est flippant de voir qu'en ce moment à cause de la crise beaucoup de pays sont en pleine régression.
     
  9. Marie N

    Marie N
    Expand Collapse

    Juste pour dire que non..... l'avortement n'est pas un droit comme un autre!!!

    On parle de supprimer une vie là!

    de plus, dans la plupart des textes ce n'est pas un droit mais une dérogation (c'est d'ailleurs en ce sens qu'argumentait Mme Veil en son temps)
     
  10. Geek-i

    Geek-i
    Expand Collapse
    Ultimate Bavouze

    Qu'on me donne les arguments que l'avortement, c'est mal...
    Personne n'est venu se plaindre que l'avortement de quelqu'un(vu que c'est un choix personnelle, enfin dans la logique des choses....) l'a atteint d'une manière psychique ou psychologique?????
    Je serais d'accord lorsque la mentalité de base aura évolué, que les moyens de protection soit optimal pour toutes et tous, là on pourra dire qu'on avait pas d'excuse pour ne pas tombé enceinte, sauf que de nos jours, soit on est mal cadré, soit les moyens sont inefficace(je pense à la mère d'une amie, qui à eu 2 enfants avec pilules...).

    Et puis, cela va amener à quoi???? L''avortement clandestin, se qui va encore amener à des morts ou de grave séquelles, voir des charlatans....

    Pourquoi des gens qui n'ont pas connu se genre de chose décident à notre place???

    je ne comprend pas :sad:
     
  11. Marie N

    Marie N
    Expand Collapse

    http://www.fondationlejeune.org/blog/15-communique-presse/561/avortement-banalise-au-parlement-il-faut-dire-non-le-19-janvier-marche-pour-la-vie-a-paris
     
  12. ewen

    ewen
    Expand Collapse
    Valar morghulis. Guest

    Non. On parle de supprimer une vie potentielle. Nuance.
     
Chargement...