Le bénévolat, générateur de bonheur

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 24 mars 2015.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    #1 Justine_, 24 mars 2015
    Dernière édition par un modérateur: 5 décembre 2017
    ----- Publicité -----
  2. Caféine

    Caféine
    Expand Collapse
    Alive (N'out of control)

    Oui, oui, re-oui ! C'est même un signe, selon moi, que l'activité nous correspond. Parfois (dans mon association, comme en-dehors) j'ai pu rencontrer des bénévoles en conflit, ou qui ne s'amusaient pas plus que ça : pour moi, ça veut dire qu'il faut aller ailleurs, faire une autre activité, changer d'association...

    En 3 ans ça m'a pas mal décoincée, j'ai découvert énormément de choses sur beaucoup d'organismes, sur les gens, sur mes capacités aussi. Certains seront plus à l'aise dans une petite structure très spécialisée sur une action, d'autres dans les grosses associations nationales. Vouloir s'engager c'est super, mais il faut prendre un peu de temps pour choisir ce qui nous correspond, et ne pas hésiter à changer selon ses besoins et ses envies. Le bénévolat ne doit pas être une corvée non payée, c'est bête à dire mais il faut vraiment se faire plaisir ! En tenant compte de ça, je ne suis pas du tout surprise des résultats de cette étude :) J'ai beau passer énormément de mon temps dans mon association, je me sens mieux que jamais.
     
    Ritala a BigUpé ce message
  3. lilydouce

    lilydouce
    Expand Collapse
    Chargement terminé

    Tellement vrai! :rainbow:

    J'ai monté récemment une asso de distribution de produits locaux en circuits-courts. Alors oui ça prend du temps mais c'est tellement riche en retour : échanges, rencontres, ça n'arrête pas!
    Et puis l'article a raison, ça fait aussi du bien à l'égo8)
     
    jorda et shae661 ont BigUpé.
  4. Alycm

    Alycm
    Expand Collapse
    Je suis un nuage

    Gros big-up! :dowant:
    J'aide plusieurs associations, notamment celle du Téléthon dans mon bled, et ce depuis des années, et j'adore! Et recemment sur Toulouse, avec l'école d'assistance sociale on est allés distribuer du café des couvertures et des croquettes pour chiens aux SDF et leurs toutous on a eu un super accueil et c'etait tres enrichissant, j'attends qu'on me rappelle pour faire des missions comme ca a nouveau :happy:
     
  5. Marie

    Marie
    Expand Collapse
    Événements & box madmoiZelle
    Membre de l'équipe

    Oh oui, absolument oui !
    Pour celles qui auraient envie de s'y mettre mais qui ne savent pas quoi faire ni où s'adresser, deux conseils :
    - essayez de rentrer en contact avec les assos étudiantes de vos établissements, ça vous permet de mieux concilier les activités asso et les études (il existe un annuaire des assos sur tous les sites d'établissement)
    - matez l'application ZeWaow qui permet de trouver des missions ponctuelles à proximité (même principe que Tinder)

    Et si vous avez besoin d'aide pour monter votre projet asso, n'hésitez pas à contacter les team d'Animafac au local, j'en fais partie :)
     
  6. Greenfairy2a

    Greenfairy2a
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Je voudrai apporter une contribution peut-être un peu plus négative…

    Je suis bénévole au sein d’une association d’accompagnement des personnes âgées isolées depuis plusieurs mois. Cela faisait longtemps que je souhaitais m’engager réellement dans une asso (je participais déjà à des actions ponctuelles), surtout parce que j’avais (et j’ai toujours) besoin de mettre un peu plus de sens dans ma vie…

    Bien que la cause que j’ai choisie me touche énormément, je dois avouer que je n’en retire pas tout le « bénéfice » en termes de bien-être décrit dans cet article, dans les commentaires, et aussi que, quelque part, j’attendais.

    Dans l’absolu, oui, je sais que je suis utile car le monsieur que je suis serait complètement seul si je n’étais pas là, je suis au moins une personne à qui il peut parler dans la semaine, mais à mon niveau c’est épuisant émotionnellement, de constater toute cette détresse morale, physique, psychologique, et les manques criants du système de prise en charge (bien que je sois convaincue qu’on ait un système globalement pas trop mal et sans doute bien meilleur que dans beaucoup de pays, je peux vous dire que depuis que je « bosse » dans cette asso, j’ai vraiment peur de vieillir).

    Je vais sans doute dire un truc pas politiquement correct, voire choquant, mais globalement ça me fait souvent ch*** de faire 2h de route aller-retour pour aller le voir (au départ il était à 15 minutes de chez moi, mais suite à une hospitalisation de longue durée, le trajet s’est considérablement allongé), tout en sachant que même s’il est très heureux de me voir, concrètement je ne peux rien faire pour améliorer sa situation, je ne peux que constater que son moral de détériore de plus en plus, et j’en ressors avec 1) un sentiment de culpabilité (parce que j’ai eu la flemme d’y aller au départ), 2) un sentiment de découragement et d’abattement, 3) un sentiment d’inutilité.

    Alors je sais, vous me direz que c’est sûrement que ce type de bénévolat ne me convient pas et que je devrais en changer, oui, sans doute, mais concrètement lorsqu’on a développé un lien de confiance avec une personne, et qu’on est quasiment le seul lien avec le monde de cette personne, et malgré tout qu’on s’est attachée à elle, on ne peut pas briser ce lien.

    Tout ça pour dire : oui, engagez-vous, c’est important, mais surtout, réfléchissez bien à quel type d’engagement vous correspond, envisagez toutes les situations (autant que possible du moins) et ne vous engagez pas à la légère car ensuite on ne peut pas nécessairement se retirer si cela ne nous correspond pas…

    (je sais que j’aurais sans doute dû choisir comme première expérience une action qui engage moins personnellement et émotionnellement, mais j’ai choisi par rapport à ce qui me touche …)
     
    Polaire, narvali14 et Lacosmique ont BigUpé ce message.
  7. Ally26

    Ally26
    Expand Collapse
    Prince Charmant perdu...

    Greefairy2a c'est génial ce que tu fais en tout cas, même si c'est pesant pour toi. C'est justement ce qui me fait un peu peur dans le bénévolat "social" ou "médical", d'être touchée émotionnellement... Moi je suis bénévole dans une association qui a commencé par donner des cours de chant, danse et théâtre. Au fil des années elle a créé un festival médiéval (mi-mai chaque année depuis 11 ans) reconnu dans toute la région, une fête pour les enfants (vers Halloween chaque année depuis 5 ans), et des journées/soirées caritatives...
    Par exemple samedi 21/03 on a organisé une journée avec plein d'ateliers pour enfants et adultes en collaboration avec les Pompiers de l'espoir, suivie d'une soirée de spectacle (chant, danse, humoristes tous bénévoles) et on a remis la recette à la recherche contre le cancer du pancréas.
     
    #7 Ally26, 25 mars 2015
    Dernière édition: 25 mars 2015
    Alycm a BigUpé ce message
  8. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Il y a aussi des cas où de bérévolat n'améliore pas du tout le bien être.

    Quand tu es dans les banques alimentaires et que tu constates que des gens donnent de moins en moins d'année en année. Moi qui avais pour projet de me lancer dans le bénévolat, apprendre ça a pas mal douché non enthousiasme.

    Autre exemple: quand l'endroit où tu fais ton bénévolat pratique des mesures de chasse aux sans-abris: sprays répulsifs, bancs où il est impossible de dormir, délit de solidarité, destruction de camps de sans abris, le tout avec la bénédiction de l'opinion publique. La motivation en prend un sacré coup.
     
    Lacosmique et Fleur d'oranger* ont BigUpé.
  9. Ritala

    Ritala
    Expand Collapse

    Je travaille dans une assoc caritative et donc je recrute, forme, soutiens des bénévoles, et je suis moi-même bénévole dans d'autres assocs.

    J'ai déjà tenté du bénévolat puis arrêté parce que ca ne me correspondait pas, ne m'apportait rien ou que je ne me sentais pas utile. Sur le coup, j'ai un peu culpabilisé, puis j'ai essayé d'autres postes qui m'ont vraiment plu et ou j'avas vraiment le sentiment de me rendre utile, et je me suis dit que c'etait la bonne décision.

    Ce qui est important (et je l'ai donc vu des deux "cotés") c'est que le poste corresponde aux attentes, capacités etc. du bénévole (j'ai déjà refusé des gens ou les ai aiguillés vers d'autres postes), mais aussi que l'assoc crée un environnement acceuillant, où les bénévoles se sentent soutenus, écoutés, où ceux qui le désirent puissent évoluer, développer leurs compétences, et où il y a un aspect social pour ceux qui le veulent.

    J'ai fait du bénévolat auprès d'une personne vulnérable
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    et c'était pas facile tous les jours, c'est clair. Les histoires qu'elle me racontait, sa détresse et mon incapacité à changer sa situation, ca m'a des fois déprimée. Ce qui m'a aidé c'est le soutien que j'ai recu de l'assoc: (avant de commencer j'ai eu trois jours de formation, et après, j'avais une employée que je pouvois contacter si besoin et ils avaient des moments de partage entre bénévoles) et le fait que cette femme était une "belle" personne, je suis heureuse d'avoir pu faire sa connaissance et le fait qu'elle soit reconnaissante envers moi. Meme si je n'ai pas pu changer sa situation, elle a apprécié avoir un soutien, avoir quelqu'un qui parler, quelqu'un qui lui offre un cadeau pour son anniversaire. Elle a déménagé depuis mais on est encore en contact, et j'espère la revoir bientot.

    @Greenfairy2a

    Je comprends comment tu te sens, et c'est tout à fait normal. Tu peux aussi voir les choses autrement: oui le monde est mal fait et ce monsieur ne devrait pas être dans cette situation, mais le monde est ce qu'il est pour le moment (ca changera je l'espere mais pas du jour au lendemain). Dans cette situation, le soutient, le contact humain que tu lui apportes en est d'autant plus important, utile et a encore plus de valeur. Tu lui apportes de l'humain, de l'empathie dans une situation qui en manque énormément. Même si tu as la flemme d'y aller (et c'est naturel, tu restes humaine), tu continues à y aller - ca montre que tu as beaucoup d'empathie et d'altruisme. Et si un jour tu décidais de ne plus y aller, ca ne ferait pas de toi une mauvaise personne, on a tous nos limites qu'elles soient mentales ou physiques. As-tu parlé de ton ressenti quelqu'un de l'assoc ? Tu n'as pas à souffrir en silence, le role de cette assoc c'est aussi de t'aider. :calin:

    EDIT: Je viens de réaliser que je viens 3 ans plus tard XD
     
    #9 Ritala, 5 décembre 2018 à 13:36
    Dernière édition: 5 décembre 2018 à 15:49
    shae661 et lueure ont BigUpé.