Le bizutage hardcore, je l'ai vécu, et j'ai détesté ça

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Tifaine P, le 21 décembre 2017.

  1. Tifaine P

    Tifaine P
    Expand Collapse

    #1 Tifaine P, 21 décembre 2017
    Dernière édition par un modérateur: 21 décembre 2017
    ----- Publicité -----
  2. Trémazane

    Trémazane
    Expand Collapse

    Je suis toujours choquée quand je lis ce genre de témoignage (en éternelle optimiste j'ai tendance à penser que ces pratiques appartiennent à un temps révolu mais non...:facepalm:).
    Et je réalise vraiment ma chance. Quand je suis entrée à l'université, mes parents m'ont inscrite dans une résidence étudiante privée (structure familiale, "tu ne seras pas seule"...etc.). J'ai emménagé le lendemain de la soirée d'intégration. Je ne l'ai pas fait exprès, j'ignorais même qu'il y avait cette soirée. Mais en discutant avec les filles de mon couloir, je vous dis pas ma joie d'y avoir échappé. Les filles de 1ères années ont dû danser seins nus sur des tables (aucun moyen de partir, les portes avaient été verrouillées). Certaines en parlaient fièrement mais pas toutes, notamment une qui s'est peu à peu isolée au fil de l'année. Et moi, j'avais pas "l'esprit" de la résidence donc j'ai aussi été ostracisée et l'an d'après je me suis cassée!
    Alors, vraiment, merci puissance cosmique qui m'avez protégée ce jour-là!:worthy:
     
    Margay, TheEvilMarmotte, Kaylie et 8 autres ont BigUpé ce message.
  3. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Ah la Belgique! Toujours les champions pour inventer des jeux qui vont de stupides à dangereux en passant par mortels...

    Sinon, je suis complètement d'accord pour trouver ces deux témoignages et ceux que mes amis ont fait en Belgique choquant et pas légal du tout. Par contre je ne suis pas pour leur interdiction pure et dure car il y aura toujours des étudiants qui perpétueront la "tradition" entre eux en faisant n'importe quoi et en buvant comme des trous et qu'on retrouve mort au fond d'un étang.
    Déjà de une parce qu'on peut faire des intégrations très sales en terme de bouffe et autre, sans trop d'alcool et très drôle (genre celle que j'ai vécu). Qu'on peut faire des jeux qui ne soient pas à base de domination entre promos mais plus en terme de compétition entre groupe de bizuth comme des épreuves sportives, ou des jeux qui monopolisent l'attention de toute la promo à faire un truc terriblement con mais terriblement cool (à voir en fonction de l'imagination des organisateurs, de l'histoire de la faculté, des rivalités entre fac etc). Par exemple le truc le plus cool que j'ai vu c'est les médecines qui sont aller balancer jenesaisplusquoi sur la faculté de pharma et sur les étudiants qui sont passés par là à ce moment. Je crois que c'était essentiellement des oeufs et de la farine, et qu'un fils de pêcheurs avait ramené des produits de la pêche. Donc le tout est biodégradable, ne salit pas trop et ne fait pas mal. Par contre mettre en place l'orga, faire en sorte que l'attaque ne fuite pas, puis se rendre compte que si ça a fuité et voir les pharmas répliquer avec leur stock de farine et oeufs à eux, c'était grandiose. Ca a fini par chacun rentre chez soi tout crado une fois que les réserves ont été épuisées avec un grand sourire et la satisfaction d'avoir sauvegardé l'honneur de sa faculté. Moi j'étais en dehors de cette bataille car dentaire et c'était très très drôle à voir, j'ai même réussi à éviter d'être salie.
    Il y a aussi quand tous les étudiants s'attachent ensemble par les poignets en une longue file indienne et qu'ils déboulent tous au RU. C'est aussi drôle pour ceux qui le font que pour les autres étudiants qui voient débouler tout ce monde à se galérer pour prendre ses plats, payer, s'asseoir etc.
    Et de deux parce que ce n'est pas en interdisant que tu règles le problème, des morts à des "intés" sauvages c'est tous les ans ou presque. Il y a vraiment moyen de faire des intés sympas, non oppressives avec une bonne ambiance. Ca pourrait déjà commencer par une liste déposée au doyen de tous les jeux qui seront potentiellement effectués et tous les gages qui seront donnés. Le doyen pourrait avoir un droit de veto s'il en juge un abusif ou très dangereux. L'orga devra s'engager à respecter ce veto pour continuer à avoir l'aval du doyen. Ensuite le doyen et l'équipe d'orga pourrait mettre au point une charte qui servira aux années futures avec:
    -ne jamais forcer quelqu'un à faire quelque chose qu'il ne veut pas et ne pas mettre de gage pour son refus humiliant ou dégradant
    -ne pas faire de chantage au "points" (dans le cas où tu fais un concours entre les équipes et que plus elles réussissent de défis, plus elles ont de points) et rappeler que le but n'est pas de gagner mais de s'amuser
    -rassurer tous ceux qui ne veulent pas participer activement qu'ils peuvent venir quand même pour être dans l'ambiance, aider à encadrer, rappeler à l'ordre ceux qui dérapent
    -rassurer ceux qui ne veulent vraiment pas y assister qu'ils ne seront pas exclus de la promotion, que même si l'inté monopolisera les premières semaines de discussion de l'année, après ça se décantera.
    Je pense que si le doyen s'investit plus là-dedans, qu'il déboule à la fin d'un cours magistral avec un représentant de l'équipe d'orga et qu'ensemble ils rappellent les règles, les enjeux, rassurent tout le monde sur le fait que ça restera bon enfant, qu'on respectera les sensibilités de chacun et que tout le monde est le bienvenu. Si le doyen précise qu'il a une totale confiance en l'orga et que si jamais il lui parvient aux oreilles un comportement abusif (de la part des organisateurs ou des premières années), il n'aura aucune tolérance et que ça aura des répercutions sur la scolarité de l'étudiant, ça n'aura qu'un impact positif sur le bon déroulement de l'inté.
     
    chat rond, Kaylie et Heran. ont BigUpé ce message.
  4. LeïZz

    LeïZz
    Expand Collapse

    Quand je lis ce genre d'articles, je me rend vraiment compte à quel point l'intégration de l'école d'ingénieurs que j'ai taie est super. C'est vraiment une intégration, et non n bizutage, c'est-à-dire que le but est tout simplement que tout le monde se sente bien et intégré à sa façon dans l'école. Certains participent à toutes les activités proposées, d'autres non, comme je l'avais fiat. Et il n'y a aucun jugement de valeur. Tu veux pas venir ? C'est pas grave, tu viendras la prochaine fois, ou pas d'ailleurs. C'est comme tu veux !
    Je connaissais déjà la réputation des intégrations de certaines écoles (et notamment celles des arts et métiers...), mais je reste toujours choquée de voir des témoignages comme ceux la... C'est tellement dommage et triste de penser que tout le monde aimera ce genre de choses... Si j'avais du me retrouver dans des situations aussi dégradantes selon moi, je ne sais pas comment j'aurai bien pu réagir, mais certainement pas avec le sourire...
    Mais je voulais tout de même dire à tous les sceptiques de l'intégration que, dans un bon nombre d'écoles, tout se passe bien (ce qui ne rend pas moins grave les dérapages présents dans certaines, loin de là...). Je connais même quelques personnes qui, dans mon école, faisaient partie des plus intégrés sans avoir participé à une seule activité lors de leur arrivée !
     
    Margay, Boite de conserve, Pawline et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Habitant une ville avec une université, j'en vois tous des ans en bas de ma fenêtre. Et déjà rien que ça, ça me file la nausée, j'ose pas imaginer le traumatisme que ce serait si je subissais tout ça moi-même. Ça m'enrage aussi qu'on hurle systématiquement au complot médiatique chaque fois que le concept fait polémique et que les personnes impliquées lui ervoient des fleurs.

    Pour moi, c'est juste vu harcèlement institutionnalisé qui perpétue une culture de la domination. Donc merci pour ce témoignage.:worthy:
     
    leaking_b, Thepatate, Nebullulaby et 14 autres ont BigUpé ce message.
  6. Farfeluue

    Farfeluue
    Expand Collapse

    Je n'ai jamais vécu le bizutage mais ma mère oui et cela l'a traumatisé. Quand je suis allée à l'internat au lycée elle a eu très peur qu'il y ai des bizutages mais je suis tombée dans un internat très "famille" et je n'ai donc pas eu de problèmes. Pour mes études je suis allée en fac de lettre, donc pas de bizutages (en tout cas pas dans ma fac ou dans ma filière).

    N'ayant jamais vécu ça je ne sais pas comment je réagirai mais je me dis juste que s'il y avait eu ça j'y serai juste pas allée :dunno: mais c'est peut-être compliqué de pas y aller ?
    @Tifaine P, tu dis que tu n'as pas fait le reste de la semaine, mais aurais-tu pu ne pas aller au premier jour ? Tu dis savoir ce qui allait se passer, alors je me pose la question.

    Je ne suis pas du genre à me laisser influencer par ce que pense les gens de moi alors j'ai l'impression que je leur aurai juste dit "allez vous foutre je m'en balance de votre bizutage", mais j'imagine que c'est plus compliqué que ça...

    Comme @Trémazane j'essaye de me convaincre que ces pratiques sont terminées, que c'est bon les conneries c'est fini, mais j'ai l'impression qu'il y en a de plus en plus...

    La problématique du bizutage vient aussi du fait que ceux qui te bizutent et te crachent à la gueule ont certainement vécu ces mêmes humiliations quelques années auparavant. Alors pourquoi faire la même choses aux autres ? :dunno: par vengeance ? Mais les petits nouveaux n'ont rien demandé... Une sorte de cercle vicieux quoi.
     
    Kaylie, ben quoi ? et Trémazane ont BigUpé ce message.
  7. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    C'est un peu ça, ils se disent qu'il n'y a pas de raispns que les petits nouveaux ne souffrent pas autant qu'eux quand ils étaient à leur place, ou tout bêtement une vendetta à but cathartique.
     
    Rocksteady a BigUpé ce message
  8. Celewiel

    Celewiel
    Expand Collapse

    Je suis d'accord avec quasiment tout ce que tu as dit mais ça me semble très optimiste : que la fac, qui arrive déjà pas à organiser le minimum du minimum (c'est à dire prévenir des dates et horaires des cours, rien que ça) s'immisce à ce point dans l'intégration, que le DOYEN même y participe (et le tout pour chaque filière qui fait une intégration ?) ça me semble relever de l'impossible.

    Je pense que effectivement, il faut rappeler qu'il y a en général un contexte très particulier, impliquant un effet de groupe, un effet d'intimidation (et je pense que même si on est habituellement pas du genre à se faire influencer, c'est quand même une caractéristique humaine de se la fermer un peu dans ces moments là), un effet de "gradation" (je sais pas si tu vois ce que je veux dire, on demande pas tout de suite de faire des trucs révoltants, on y va par pallier, cf la technique de persuasion du "pied dans la porte" -> Tu demandes un petit truc, puis un truc plus gros et ainsi de suite) et surtout SURTOUT un effet "OMG-beaucoup-trop-d'alcool". Parce que oui, rappelons le que s'il y a un roi dans les intégrations ça reste l'alcool et toutes les dérives qu'il engendre. Et ce qui m'a toujours foutu très mal à l'aise, c'est que dans les intégrations pour ma filière par exemple, ça tourne beaucoup autour du "bois et tais toi", ce que je trouve malsain au possible.

    Je pense pour le côté "rite initiatique", un peu "fais ça et tu seras un homme". Il s'agit de gagner ta place dans le groupe, comme d'autres l'ont fait avant toi. Je pense pas que ce soit une histoire de vengeance en fait, plutôt une histoire de poursuite aveugle des traditions. Et puis honnetement, il y en a certainement quelques uns qui trouvent ça marrant et qui s'amusent vraiment...
    Et puis je pense que les dérapages qui ont lieu ne sont -la plupart du temps- pas prévus dans l'organisation mais dus à l'omniprésence de l'alcool.
     
    zazouyeah et Farfeluue ont BigUpé.
  9. Eclaireur

    Eclaireur
    Expand Collapse

    Ce témoignage fait froid dans le dos. Je plussoie la question de @Farfeluue parce que ne sachant pas exactement comment ces intégrations ont lieu, je me demande s'il est obligatoire d'y participer ? Ce témoignage et tant d'autres révèlent une cruauté extrême - et je pèse mes mots - et j'imagine que certain-e-s sont absolument terrifié-e-s à l'idée d'y participer ? Que leur arrive-t-il dans ce cas-là, si ielles refusent tout simplement de s'y rendre ?
     
    leaking_b, Thepatate, PrincessMey et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse

    Je n'étais pas allée au week end d'intégration de ma filière (pourquoi s'intégrer ? :ninja:), mais du coup je me demande comment ça s'est passé pour celleux qui y ont participé :eh:

    Dans ma fac, il y a juste beaucoup de pub autour de ce moment. C'est présenté comme un événement "cool", mais ce qui s'y est passé est sensé y rester :rolleyes:
    Ma seule certitude est qu'il y avait beaucoup d'alcool.

    Honnêtement, je suis choquée d'apprendre qu'un bizutage aussi violent est encore pratiqué dans certains établissements.
     
  11. Cookie McFly

    Cookie McFly
    Expand Collapse

    @Celewiel je me demande ce qui se passe pour quelqu'un qui arrive en disant qu'il ne boit pas d'alcool ?

    Je n'ai jamais été témoin de bizutage ni quand j'ai fait lettres en anglais ni à l'inalco où j'ai fait du japonais. Par contre lors de ma première année à l'inalco, ma fac empruntait encore les locaux de Paris dauphine et lors d'un bizutage, un nouveau s'était retrouvé avec le nom de la fac (il me semble) gravé dans le dos à l'aide d'une capsule de bière. Je ne comprends pas comment on peut en arriver là (je parle du graveur, pas du gravé). De mémoire, suite à cette histoire Dauphine avait fermé TOUS les clubs d'activités extra-scolaires gérés par des élèves.
     
    leaking_b, Lord Griffith, Thepatate et 4 autres ont BigUpé ce message.
  12. LovelyLexy

    LovelyLexy
    Expand Collapse

    Je me rappelle avoir lu dans l'autobiographie d'une jeune Chinoise mariée très jeune et maltraitée par sa belle mère, prenait ça à la cool en se disant que c''était normal, la tradition, que sa belle mère avait subit ça avant et qu'elle même, quand elle aurait des fils, maltraiterait ses belles filles. Le drame était de ne pas le pouvoir. Donc je pense que c'est la même logique.
     
    Babitty Lapina a BigUpé ce message