Le Botox, une solution contre le vaginisme ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 18 janvier 2017.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Je connaissais pas !
    Bon très peu pour moi parce que j'évite la médicalisation autant que je peux me le permettre. Je lis beaucoup de choses sur le vaginisme mais très peu de témoignages de guérisons, de méthodes efficaces, de comment ça se met en place etc (genre "va voir un sexologue" c'est bien gentil mais ça se passe comment).
    Des madmoizelles ici ayant soigné leur vaginisme ? Il y a de l'espoir ? :sad:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  3. Aëlred

    Aëlred
    Expand Collapse
    Youpi

    J'ai lu "véganisme" en place de "vaginisme"... :ko: Autant dire que je n'ai pas tout de suite compris ce que faisais le sujet ici, ni la corrélation avec le botox... :dunno:
     
    Citronnelle, Naurore, Alexandra David-Néel et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. JessyCat

    JessyCat
    Expand Collapse

    Moi aussi ^^. Du coup je voyais pas pourquoi on voulais en "guérir" lol
     
    Aëlred, Shadowsofthenight et Mewen ont BigUpé ce message.
  5. Fille anormale

    Fille anormale
    Expand Collapse
    PAS GLOP

    @Aëlred et @JessyCat : Merci !! Je me sens moins crétine maintenant :)

    @Lunafey : J'ai l'impression que c'est un peu comme les règles, la recherche n'y porte qu'un intérêt très superficiel... C'est assez frustrant.
     
    #5 Fille anormale, 19 janvier 2017
    Dernière édition: 19 janvier 2017
  6. Tessy

    Tessy
    Expand Collapse

    Je suis la seule à trouver cette "solution" gerbante?
    On parle quand même d'une substance toxique; j'étais déjà choquée que ça s'utilise pour les rides vus les risques du botox; mais là, c'est forcer chimiquement une femme à être pénétrable alors qu'elle n'en a visiblement aucune envie au point de s'en rendre malade... on paralyse ses muscles pour ça...
     
    Cléo. et ultrabambi ont BigUpé.
  7. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    "c'est forcer chimiquement une femme à être pénétrable alors qu'elle n'en a visiblement aucune envie"
    @Tessy Non il ne s'agit pas de ça. Je souffre de vaginisme, mais je veux avoir des rapports sexuels (et que l'examen gyneco ne soit pas une torture) : le corps n'obéit pas à notre volonté. Si une femme va chercher cette solution c'est parce qu'elle veut des coïts plaisants et que son corps l'en prive. (oui son compagnon pourrait la forcer à ce soin, c'est un autre problème)
    Un peu comme quand tu veux manger mais que tu as la nausée, si on veut ^^

    Après la critique de la substance en elle-même c'est autre chose encore.
     
    #7 Lunafey, 20 janvier 2017
    Dernière édition: 20 janvier 2017
    Donoma, Babitty Lapina, Vespertina et 11 autres ont BigUpé ce message.
  8. Tessy

    Tessy
    Expand Collapse

    @Lunafey oui, je comprends bien la différence entre "j'ai l'impression d'avoir envie/ mon corps a décidé qu'il veut pas", mais moi dans ces cas-là j'ai tendance à dire qu'à ça sert à rien de se forcer et qu'il faut écouter son corps. D'autant que "pas de pénétration" ne signifie pas "pas de rapports sexuels", loin de là! (j'en suis à deux ans et demi de vie sexuelle sans pénétration, et même maintenant que ça va mieux entre moi et mon corps, je crois qu'on va continuer comme ça: tellement plus relax de pas s'inquiéter de contraception...)
    C'est vrai que c'est super pénible quand, pour un.e médecin, le "c'est psychologique!" sert juste à dire qu'il y a pas à s'en inquiéter et que d'ailleurs, si tu le décidais, ça passerait. C'est vrai qu'on peut vouloir passer par un traitement pour atténuer ou effacer les symptômes et gagner en qualité de vie même si on sait que ça soignera pas la cause profonde; y'a même pas de raison de s'en priver quand le traitement, c'est des efferalgan ou des granules d'homéopathie. Mais devoir subir une anesthésie pour se faire injecter des toxines dans le vagin :eh: ça fait quand même une sacrée disproportion entre les moyens utilisés, et le but souhaité et les chances que ça serve...
     
    Cléo. a BigUpé ce message
  9. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    J'ai tendance à dire qu'au bout de plusieurs années où tu as l'impression d'être trahie par un corps qui va contre ta volonté, "écouter son corps" ça veut plus rien dire. Écouter mon corps, personnellement ça fait longtemps que je le fais. Du coup ça s'installe et ce qui était une simple douleur est devenue un vrai handicap : je ne peux même pas me faire examiner gynécologiquement. Quand on a une maladie gynécologique en plus et qu'on doit se faire examiner, tu peux imaginer que le problème devient urgent... Il n'y a pas de "écouter son corps" quand tu dois vraiment te faire examiner et que ça te fait saigner et pleurer de douleur à chaque fois malgré toute la douceur de ton médecin...
    Et quand tu as envie d'avoir des rapports sexuels avec pénétration mais que tu peux pas, bah ça fait chier. D'autant plus que le vaginisme s'accompagne souvent d'autres réactions physiques qui empêchent les autres types de relations sexuelles :erf:
    Puis c'est encore plus vicieux, parfois ton désir est vraiment physique aussi : ton rythme cardiaque s'accélère, ta respiration devient erratique, ta zone génitale reçoit un afflux de sang, une lubrification se met en place, toutes les conditions sont là, et... c'est bloqué quand même. Donc ton corps lui aussi, veut, et pourtant tes muscles empêchent toute possibilité. C'est extrêmement frustrant, et ça entraine des cognitions très négatives ("je suis nulle, je contrôle pas mon corps, je suis cassée, j'aurais jamais de plaisir, je suis punie"). Donc c'est quand même vachement complexe comme problème. Surtout qu'il dure souvent des années. Dans le cas de vaginismes chroniques et psycho/pharmaco-résistants, je comprends qu'on ai pu imaginer cette solution.

    Pareil, personnellement (et comme beaucoup de patientes) je sais quelle est la cause. Et pourtant, les thérapies sont inefficaces. J'imagine qu'une personne qui serait dans ce cas et qui en plus aurait déjà tout essayé : kiné, rééducation du périnée, sophrologie, prise en charge psy et médicamenteuse... bah elle pourrait se tourner vers cette méthode en dernier recours. Et même si, moi aussi, l'acte me dérange, comme tous les actes médicaux non vitaux (surtout que le botox a une connotation particulière), je me verrais mal juger une femme qui souffre et qui aurait tout essayé avant d'en arriver à ce stade :erf:

    Mais je suis d'accord avec toi dans le sens où je suis sûre qu'on a pas à en arriver à un acte médical invasif, et qu'on ferait mieux de développer des techniques et prises en charges plus naturelles en cherchant à développer leur efficacité ! Je te reprenais surtout sur ta phrase "c'est forcer chimiquement une femme à être pénétrable alors qu'elle n'en a visiblement aucune envie" qui était une idée fausse du vaginisme (puisque par définition on en parle pour les pénétrations désirées, si la pénétration est indésirée c'est juste une réaction physique normale) :happy:
     
    Donoma, Arrrum, Babitty Lapina et 11 autres ont BigUpé ce message.
  10. jjul

    jjul
    Expand Collapse
    pharmacienne de garde

    @Tessy perso j'ai aucune intention de me passer de pénétration juste parce que mon vagin a décidé tout seul que "non ça passe pas", j'aime bien ça et j'en ai envie :) et mon copain aussi... en tant qu'hétéro, je trouve difficile d'envisager un zéro pénétration pour toujours... si cette solution te convient tant mieux, mais je ne pense pas que ça soit le cas de beaucoup de monde au final :)
    après on est d'accord sur le fait que le botox, ça me semble un peu beaucoup aggressif quand même :erf:

    @Lunafey il y a moi dans la team "partiellement guérie" :)
     
    Babitty Lapina, Shadowsofthenight, Luthéa et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @jjul J'aurais besoin de lire des témoignages, de savoir comment tu as fait et comment ça se passe, si jamais ça ne te dérangeait pas :happy: Parce que je commence à perdre espoir... (mais si ça te dérange c'est pas grave !! <3 )
     
  12. jjul

    jjul
    Expand Collapse
    pharmacienne de garde

    @Lunafey ça me dérange pas du tout :) j'essaierai de t'envoyer ça en mp dimanche (quand j'aurais un peu de temps devant moi :yawn: j'ai tendance a pas trop savoir synthétiser XD )
     
    Shadowsofthenight et Lunafey ont BigUpé.
Chargement...