Le cauchemar de l'orientation - Chroniques de l'Intranquillité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Ophelie, le 9 septembre 2012.

  1. Ophelie

    Ophelie
    Expand Collapse
    Monarchiste au crépuscule

  2. rythmislove1

    rythmislove1
    Expand Collapse

    Ah géniale cette chronique de l'intranquilité!! Je me reconnais vraiment! et du coup quel métier exerces-tu maintenant?
     
  3. LiliThaw

    LiliThaw
    Expand Collapse
    Anachronisme blond

  4. Gandalf

    Gandalf
    Expand Collapse
    Fly you fools !

    Les Chroniques de l'Intranquilité me plongent généralement dans une profonde déprime. Possiblement une incompréhension de ma part, mais ça me fait cet effet-là.
    ... alors pourquoi je continue à les lire alors que généralement ça me déprime, j'avoue que je ne me l'explique pas. La victoire de l'espoir sur l'expérience, je présume. Ou alors j'aime juste le style de l'auteur.

    Maaaaais... celle-ci se termine sur une note positive (toujours de mon petit point de vue). Je constate que pour une fois, je n'ai pas envie de me pendre après lecture, je reprends espoir.

    Merci Ophélie.
     
  5. Berlin_Est

    Berlin_Est
    Expand Collapse
    Et tu verras qu'un jour dans notre vie on nous illuminera.

    Pour répondre à la petite interrogation du début de l'article: Oui les profs lisent les petites fiches!

    Mon copain est prof et j'adore lire avec lui ce que les enfants veulent faire plus tard, parfois on trouve des choses marrantes ( genre " je veux travailler dans les enfants" ou " je serai sianthifique" )
     
  6. Vanities

    Vanities
    Expand Collapse
    Faut pas le dire mais c'était court. Faut pas l'écrire ça pue l'amour.

    J'aime ce qui dégage de cet article , non le fait de choisir telle ou telle formation ne va pas forcément nous prédestiner à une vie toute tracée.
     
  7. endza

    endza
    Expand Collapse
    Force du Mal

    Excellente chronique !

    Et c'est bien de souligner à la fin qu'effectivement, de nos jours c'est bien rare d'exercer le même métier toute une vie, on est même souvent amené à jongler entre plusieurs domaines d'activités radicalement différents.
    Et d'ailleurs c'est plutôt bien, on apprend à s'adapter, on se découvre de nouvelles capacités et on rencontre des gens de tous les horizons (je suis en mode bisounours là, mais vous savez déjà qu'on rencontre aussi plein de gros cons et qu'on essuie moult échecs, sinon c'est trop facile ;) )

    Mais bon inutile de stresser ou trop se prendre la tête sur la question de l'orientation, nos études sont un bagage mais ne déterminent pas notre avenir, et quand une porte se ferme, d'autres s'ouvrent.
     
  8. Carolyna

    Carolyna
    Expand Collapse
    Musique Addict

    Pendant toute ma scolarité, je redoutais la case "que veux-tu faire plus tard" parce que je ne savais pas ce qu'écrire. ça m'a stressé et fait culpabiliser. Puis je suis allé à la fac, en me disant que je trouverais ma voie (quelle grossière erreur!!!) j'ai eu ma licence de physique et je me suis retrouvée coincée à ne pas savoir ce que faire ensuite. Finalement, j'ai réfléchis, tout mis à plat, j'ai essayé d'ignorer ma peur de l'inconnu et j'ai totalement changé de voie. Après une année sabbatique je suis en bts tourisme, et ça me plait déjà. Bien sûr les personnes qui sont dans ma classe ont un peu de mal à comprendre ce changement d’orientation, mais aujourd'hui je m'en fout de ce qu'ils pensent.
    Merci pour cette chronique, le petit sentiment de culpabilité qui a pu resurgir cette semaine de rentrée a disparu :cheer:
    Supercalifragili courage, un jour tu trouveras quelque chose qui te tente, il faut pas se décourager et faut surtout pas que ça te stresse
     
  9. Solemnia

    Solemnia
    Expand Collapse
    Allo maman?Claudy à l'appareil! J'viens de me faire carjacker!

    Merci pour cet article. En cette période ou je suis particulièrement angoissée et déprimée, il me fait du bien, vraiment.
     
  10. QueenMab

    QueenMab
    Expand Collapse
    May the Fluff be wiz you

    C'est tellement ça (hélas)

    Mais en plus de notre propre incapacité à choisir, nous nous retrouvons face à 2 adversaires redoutables, réunis par leur désir de bien faire : nos parents et nos profs.

    Les parents, tout aussi désespérés que nous :

    - Nous ressortent nos vieilles divagations de quand on avait 5 ans : "mais tu adorais faire la classe à tes peluches, tu voudrais pas faire instit' ?"

    - Se basent sur des traits de notre caractère en pensant que cela suffira à nous faire accéder à une filière : "Tu as de la répartie et tu parles bien, tu voudrais pas faire du droit ?"

    - Essaient de nous pousser dans la même voie qu'eux : "mais puisque je te dis que tu es littéraire, tu voudrais pas faire prépa ?" (NO WAY)

    - Essaient de nous pousser vers des voies qui ne feraient que satisfaire leurs désirs personnels : "tu voudrais pas faire un cap en chocolaterie/confiserie par hasard ?"


    Quand à nos profs, pour la plupart aussi ignorants que nous sur la question (mais vu la jungle qu'est l'orientation, on ne peut pas trop leur en vouloir), ils auront plutôt tendance à :

    - Nous pousser à tout prix sur la voie de l'excellence même si on ne veut pas : "Mais on s'en fout que t'aime pas les maths, t'es très bonne élève, va en S !"

    - Nous empêcher selon eux de "rater notre vie" en sortant du système général : "Partir en CAP boulangerie ? Mais enfin ça va pas, t'es pas si nulle que ça quand même, avec un peu d'effort tu l'auras, ton bac" (à noter que si vous voulez partir en filière d'excellence type métiers d'arts, devrait y avoir moins de résistance)

    - Nous orienter en fonction des matières où on se débrouille bien (la leur, de préférence) : "Mais oui la fac d'arts pla ça mène à quelque chose, en plus t'as 17 de moyenne donc t'inquiète pas"


    Bref. Effectivement, c'est un peu la jungle, et les ado de 16 ans qui savent ce qu'ils veulent faire dès la seconde, y en a autant que de nanas pouvant se contenter d'un pot de crème de nivéa pour tout leur corps.

    Mais ! De ma propre expérience, voici quelques pistes à garder en mémoire :

    - Se donner le droit à l'erreur. Bon effectivement ça fait perdre un peu de temps, mais mieux vaut se planter à 18 ans qu'à 27

    - Se renseigner sur les possibilités de passerelles entre les formations (super important si on change d'avis ça)

    - BIEN LIRE LES PROGRAMMES DES FORMATIONS! Admission-post bac c'est une petite saloperie, donc si vous choisissez pas vos formations avec énormément de soins (et en partant du principe que vous serez de toute façon pris dans votre 1er choix), vous risquez de vous retrouver dans une formation qui n'a rien à voir avec ce que vous voudriez faire, et là oui, vous perdrez beaucoup de temps

    - Accordez vous une année sabbatique. Allez à la Mission locale, au GRETA, faites des petits jobs, partez en service civique, en service volontaire européen, allez voir une psy spécialisée dans l'orientation (testé et doublement approuvé). Ca vous permettra de mûrir un peu et de réfléchir à un projet

    - Se soucier quand même un minimum des débouchés de votre formation, et se renseigner sur les autres métiers existants dans le même domaine. Il y a beaucoup de professions dont on ne parle pas, mais qui sait, peut-être aurez vous une révélation ?


    Voilà voilà. Pour ma part, après avoir fait 2 ans de fac d'arts pla, 6 mois en école municipale d'arts pla, une année sabbatique avec plateforme d'orientation (suivie dans un GRETA), et un DUT documentation suivi en 1 an, je commence bientôt une licence pro pour devenir archiviste :) (et d'ici 5-6 ans, j'envisage de monter ma propre boîte)

    Donc bon courage aux Madz qui rentrent au lycée cette année, et surtout, ne vous découragez pas :)
     
  11. Solemnia

    Solemnia
    Expand Collapse
    Allo maman?Claudy à l'appareil! J'viens de me faire carjacker!

    Tu pourrais m'en dire plus ?
     
  12. QueenMab

    QueenMab
    Expand Collapse
    May the Fluff be wiz you

    Alors moi celle que je suis allé voir, c'était à la Maison des Associations, à La Roche sur Yon : Ecoute et parentalité - MDA Vendée (tout en bas, le paragraphe "bilan orientation") Les séances étaient payantes, mais je ne me souviens plus du prix (juste qu'y avait un tarif spécifique pour les gens ayant peu de revenus)

    Après, pour en trouver un-e près de chez toi, il faudrait peut-être aller voir du côté de la Mission Locale, du CRIJ, ou tout simplement regarder dans les pages jaunes ? Je ne sais plus comment ma mère est tombé sur cette maison des asso, peut-être via le bouche à oreille...En tout cas, ne va pas faire ce genre de bilan à Pôle Emploi ou dans les GRETA, ils sont beaucoup trop courts et pas assez fouillés.

    Voilà :)

    / EDIT/ ah euh oui et puis, en gros, ça s'est déroulé en 2 phases : une première avec des entretiens comme chez un psy normal (on parle de soi pour que la personne ai une idée du "terrain" et voir si y a des problèmes à résoudre qui pourraient nous empêcher d'avancer dans la démarche), et ensuite on fait des tests pour déterminer nos profils dominants (mais rassure toi, c'est pas des QCM hin, et les profils sont beaucoup plus affinés. Et surtout ça se base plus sur des qualités que sur des métiers)
     
Chargement...