Le changement, c'est la mort - Chroniques de l’Intranquillité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Ophelie, le 6 novembre 2011.

  1. Ophelie

    Ophelie
    Expand Collapse
    Monarchiste au crépuscule

  2. CoralieRalie

    CoralieRalie
    Expand Collapse
    Teube et fiere de l'etre

    Je soupçonne Sheldon Cooper d'avoir écrit cet article..
     
  3. Jules Winnfield

    Jules Winnfield
    Expand Collapse
    .

    Je suis exactement comme ça. Je déteste le changement, j'ai mes habitudes et je les garde (comme ma place dans la salle de ciné par exemple)
     
  4. atomiki3

    atomiki3
    Expand Collapse
    Motivée ;)

    Idem, c'est tout à fait moi. Je déteste le changement, il me fait peur, j'ai toujours peur d'être déçue, que ce soit pas aussi bien qu'avant. Donc je commande toujours la même chose au japonais à emporter, toujours la même chose au Macdo, toujours la même chose au Subway, etc... Quand j'ai trouvé un truc qui me plaît j'arrive pas à en changer. Pareil, je choisi toujours la même place au cinéma ou dans le bus. Je tiens à mes habitudes et ne supporte pas que quelque chose ou quelqu'un m'empêche de m'y tenir justement, comme quand mon plat préféré n'est comme par hasard plus disponible ou que la salle de ciné est bondée et que je ne peux pas m?asseoir où je veux. Alors ça m'énerve, j'ai envie de tout casser et je boude... mais ça c'est aussi mon côté fille unique qui fait sa gamine quand elle n'a pas ce qu'elle veut :d Bref d'un côté je suis bien contente de garder mes habitudes pour retrouver une certaine sécurité et un certain confort et de l'autre je me déteste des fois de ne pas essayer de nouvelles choses qui pourraient sûrement être super cool et me plaire. Mais je suis une pantouflarde dans l'âme, pas une aventurière.
     
  5. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Cet article est parfait, je n'ai pas grand chose à en dire de plus.
    Et ces chroniques sont toujours un plaisir à lire, c'est très bien écrit et pertinent, je les attends avec impatience chaque semaine.
    (Fin du léchage de fesses)
     
  6. Lyre

    Lyre
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Ca fait... bizarre... de lire un article qui présentent des idées aussi opposées aux miennes. Pour moi, le changement c'est le bien. L'imprévu encore mieux.
    Instructif donc, mais difficile à comprendre.
     
  7. Karibou

    Karibou
    Expand Collapse
    Envie Dodo

    La meilleure chose qui me soit arrivée ces dernières années a été de quitter l'appartement de mes parents et ma ville natale. Je l'ai fais parce que les choses se sont précipitées, je voulais me lancer dans des études spécifiques et je devais partir à Paris, et si aujourd'hui je regarde sans regret en arrière, ça a été très dur à vivre pendant près d'un an. Je commence à peine à avoir de nouveaux repères ici, à découvrir mon quartier et la ville, à accepter de sortir à l'improviste. En fait j'ai été une adolescente très mal dans ses pompes jusqu'à mon départ, et il m'a ensuite fallu tout reprendre en main, seule de mon côté. J'ai des habitudes, mais pas trop fixes, je me force à bouger, ça limite à la fois mes angoisses quant à l'absurdité de la vie, et celles qui touchent au grand inconnu de l'avenir.

    Je me retrouve beaucoup dans l'article parce que je n'aime pas le changement lorsque j'y suis confrontée, je le subis avant d'en voir la nécessité.
     
  8. Chaki8

    Chaki8
    Expand Collapse
    Free du frifri 

    Entièrement d'accord avec toi, c'est très bien dit
     
  9. Theaceae

    Theaceae
    Expand Collapse


    Ca arrive, j'en suis la preuve vivante. J'ai tout plaqué il y a deux ans pour changer de pays et j'ai été obligée de rentrer il y a deux mois parce que mes frais de scolarité étaient trop élevés (ma mère est tombée malade)/ je ne m'en sortais pas très bien de toute façon.
    J'en chie (il n'y a pas d'autres mots) aujourd'hui, je dois subir le regard des autres qui me jaugent, de ma famille qui est déçue, et je dois faire face à ma douleur (parce que là-bas j'avais construit un début de vie, trouvé des amis, je commençais à vraiment trouver ma place).
    Mais au final je suis plus forte, je me connais tellement mieux et j'ai du dépasser toute mes limites, et ça j'en suis très très fière.
    La douleur passera et les souvenirs resteront :small:

    *3615 my life over*
     
Chargement...