Bienvenue sur le forum madmoiZelle !

Tu veux participer à la communauté et devenir une Mad ? Rejoins-nous !

Inscris-toi maintenant

Le chef néo-nazi grec nie l'existence des chambres à gaz

Sujet dans 'L'actu dans le Monde' lancé par Denis, le 15 mai 2012.

  1. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Il s'appelle Nikos Mihaloliakos. Il est le chef du groupe «Aube dorée» élu au Parlement grec lors des dernières législatives avec 20 de ses partisans.

    Il est néo-nazi et ne s'en cache pas : "Auschwitz, quoi Auschwitz ? Je n’y suis pas allé. Que s’y est-il passé ? Vous y étiez-vous ? Il n’y avait pas de fours, ni de chambres à gaz, c’est un mensonge" a-t-il dit à la télévision, ajoutant qu'il tient Hitler pour "une grande personnalité historique du 20ème siècle".

    En Grèce, de tels propos peuvent être tenus en toute impunité, car aucune loi n'interdit le négationnisme.

    En France, cet homme serait immédiatement poursuivi au titre de la loi Gayssot du 13 juillet 1990. Une loi contestée aujourd'hui encore, au nom de la liberté d'expression, par des personnalités diverses comme Robert Badinter ou Eric Zemmour.

    Qu'en penses-tu madmoiZelle ? Es-tu partisane de la liberté d'expression au point d'accepter que des propos infâmes soient tenus en public ou te réjouis-tu de vivre dans un pays qui condamne cette forme d'abjection ?
  2. Gringo

    Gringo Une margarita a la main

    Je préfère vivre dans un pays qui limite l'expression de la connerie, clairement.

    J'arrive pas à réaliser qu'un homme pareil est dans un gouvernement au sein de l'Europe, qu'on est retourné autant en arrière...
  3. Albany

    Albany Mrs Gordon-Levitt

    Effectivement, aux Etats-Unis, la liberté d'expression est souveraine et cela permet par exemple à des groupes comme la Westboro Baptist Church d'exister et de répandre des messages de haine absolument hallucinants (allez voir godhatestheworld.com c'est édifiant :mur: ).
  4. Aamu

    Aamu Amazone Walkyrie

    Pourquoi Diable cela ne m'étonne plus... ? :erf:
  5. azertg

    azertg J'aime la bière et les frites.

    J'ai du mal avec l'idée que ces propos puissent se transformer en actes, en fait. Et aussi avec le côté très dogmatique des propos en question.

    Je crois que la liberté d'expression peut permettre de dire des choses scandaleuses/abjectes si, et seulement si ces paroles n'ont pas de conséquences et si on les commence par "Je pense que" ou autre formule montrant que c'est un avis personnel et non une vérité absolue (ou alors on le prouve).

    La limite est ténue, mais là, je crois qu'on la voit clairement et qu'elle est franchie : quand un politicien qui monte se met à dire qu'Hitler est une des plus grandes personnalités du XXème siècle et que les chambres à gaz n'ont jamais existé, c'est un peu comme de dire "on va faire comme lui tellement il est cool et inspirant, Hitler c'est notre nouvelle muse" et on sort du cadre "ce sont juste des paroles". Tout comme dire "mmmh, allez, ça a jamais existé, les gens y sont morts de rien faire, ou d'obésité tellement ils étaient nourris grassement", ce ne sont pas que des paroles, c'est dire à des millions de familles qu'elles pleurent des morts "pour moins que ça". Si un gars banal avait dit "Je pense que ce sont des fadaises", il eut certes été très con, mais ça ce serait arrêté là, l'impact aurait été nul et tout le monde a le droit de penser.
  6. DolceVita

    DolceVita home sweet home

    C'est le premier amendement de la constitution des Etats Unis, autant dire que la liberté d'expression c'est plus que sacré là-bas en effet !

    Perso, je suis de l'avis de @Gringo qui l'écrit très justement
    "Je préfère vivre dans un pays qui limite l'expression de la connerie, clairement."
  7. VII

    VII Ca te regarde pas

    Ben déjà on parle d'un pays souverain donc c'est à eux de faire leur choix :/
    Et puis les punchline des nazillons on commence à les connaitre donc je ne suis pas étonnée qu'un nazi aime Hitler :p

    Après le projet de loi sur l'interdiction de négation du génocide arménien j'y ai pas mal réfléchi et j'en ai discuté avec des potes historiens et finalement je ne pense pas que ce soit à la loi de fixer l'Histoire d'autant qu'il y a eu des procès, des décisions de justice qu'on peut leur coller sous le nez.
    Je pense qu'on devrait mettre plus de moyens dans les TPI histoire d'avoir plus de décisions de justice qui ont le mérite d'expliciter un moment d'histoire, et de désigner des responsables plutôt qu'une loi qui dit :"Il s'est passé ça et c'est tout". La différence peut paraitre nulle entre les deux et j'aurai du mal à l'expliquer plus mais ça aurait aussi le mérite de laisser les historiens étudier (y'a pas mal de soucis avec des recherches en histoire, ou demandes de recherches qui se heurtent à la vision de l'histoire inscrite dans la loi et instrumentalisée/ gérée par des "lobbys").
  8. Aalia

    Aalia Montjoie! Saint Denis! Que trépasse si je faiblis!

    Je ne sais pas. J'ai voté "j'hésite". Il y a deux ans même moins, je me serais indignée disant que la liberté d'expression s'arrête là ou commence le respect des autres.
    Maintenant, je me rencontre que faire d'une déclaration un délit n'arrête pas la pensée. Bien au contraire. Et que, si pour ce cas c'est évident, pour d'autres je ne vois pas au nom de quoi certains seraient considérés comme détenant la bonne façon de pensée et d'autres non.
  9. Lyre

    Lyre Manger. Maintenant.

    Autant je trouve abjecte de tenir des propos pareils, autant ce type de loi me dérange profondément. Dans ma vision des choses, seules les dictatures ont besoin de limiter la liberté d'expression. Avec les "il est interdit de dire que", je ne peux pas m'empêcher de penser aux dérives possibles.

    Parce que le but ici est louable, mais le jour où ça ne le sera pas ? Où ce sera l'inverse ? J'ai peut-être trop en tête Big Brother qui refait l'histoire à sa convenance, mais je ne peux pas m'empêcher de penser à ma prof de chinois qui disait que "mais non, les chinois sont allés au Tibet pour les aider, pour leur apporter de la nourriture, pour ne pas qu'ils meurent de faim, c'est le reste du monde qui n'a rien compris."
    Ce côté "il y a une version officielle, interdiction de la contester", détruit la liberté d'expression (déjà que...). Mais c'est vrai que c'est plus facile comme ça, et puis, il ne faudrait pas prendre le risque de trop éduquer les gens, on risquerait de les rendre intelligents.
  10. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Si je te suis bien, pour combattre la montée d'un mouvement néo-nazi de cette nature (on ne parle pas de nationalistes en tailleur à la Le Pen là, mais bien d'individus qui adhèrent pleinement à l'idéologie hitlérienne) il faut :

    1- les autoriser à exprimer toutes leurs thèses au nom de la liberté d'expression.
    2- s'interdire de les combattre sur le terrain de la morale, donc des valeurs, pour éviter qu'ils se nourrissent du "discrédit moral" qu'on "jette sur eux".
    3- "simplement poursuivre la promotion de documentaires concernant les événements et leur réalité, encourager le travail de recherche historique".

    La confiance que tu portes au genre humain t'honore, mais perso, je ne la partage pas. En tout cas, pas à ce point là !

    Pour comprendre qui sont ces gens : ce papier des inrocks

    Cette image est l'une des couvertures du journal de propagande d'Aube dorée.
    [​IMG]
  11. Lyre

    Lyre Manger. Maintenant.

    Denis
    On ne parle là que du négationnisme (Navajo me corrigera si j'interprète mal ce qu'elle a dit). La propagation des idéologies nazies et tout le racisme qui va avec, c'est une autre histoire. Tolérer le négationnisme n'a rien à voir avec l'acceptation d'un parti ouvertement raciste, même si dans les faits ils vont souvent de pair.
  12. VII

    VII Ca te regarde pas

    1. Toutes les théses qui n'encourent pas de condamnation (incitation à la haine etc) oui, si vraiment c'était de vraies thèses d'ailleurs il leur suffirait de fournir des preuves, ce qu'ils ne font pas.

    2.Quand quelqu'un dit quelque chose de faux d'un point de vue scientifique (donc universel) quel besoin a t on de mettre ça sur le tapis de la morale? La morale c'est déjà une opinion, donc si on peut s'en passer (et la c'est le cas) pourquoi leur donner ce qui les nourrit?

    3. Ton "simplement" est méprisant un peu, non? C'est pas "simplement" c'est énorme et 99% de la population française de raconte pas de conneries pareilles parce que "simplement" la recherche a fourni les preuves que "simplement" les chambres a gaz étaient une réalité de l'Histoire donc "simplement" on l'enseigne à l'école.

    Et puis interdire les choses ne les font pas cesser, surtout quand on parle d'idées.
    Si on traitait les négationnistes comme des gens à coté de la plaque sans hurler à la morale, on leur donnerait moins de prise puisque on induirait juste qu'il n'y a pas de débat à avoir (un peu comme on invite pas un prêtre pour parler de mécanique quantique), la on induit que le débat se situe ailleurs (moralement) alors qu'il se situe juste pendant la seconde guerre mondiale, entre l'Allemagne et la Pologne.
    J'explique mal mais un point de vue moral est contestable ('pour ça qu'on parle de "point de vue") tandis qu'une vérité scientifique, démontré, étudiée ne l'est pas.
  13. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Tolérer le négationnisme ? Mais comment peut-on imaginer tolérer le négationnisme sans insulter la mémoire des 6 millions d'enfants de femmes et d'hommes victimes de la Shoah ?

    On peut juger qu'il est préférable d'autoriser la parole publique des négationnistes au nom de la liberté d'expression mais certainement pas pour les tolérer !

    La discussion porte ici sur l'efficacité du combat contre ces négationnistes, pas sur la tolérance de leur thèse immonde !
  14. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Ce n'est pas mon "simplement" !

    Je citais la phrase de Navajo : "Il faut simplement poursuivre la promotion de documentaires concernant les événements et leur réalité, encourager le travail de recherche historique."

    Je ne vois d'ailleurs pas en quoi sa phrase est méprisante. Je ne suis pas d'accord avec elle, mais je ne lis pas de mépris dans ce qu'elle a écrit.
  15. Lyre

    Lyre Manger. Maintenant.

    C'est pas du tout ce que je voulais dire... Quand je disais tolérer, c'étais au sens légal du terme, dans le sens où ce qu'une loi n'interdit pas, elle le tolère.