Le chef néo-nazi grec nie l'existence des chambres à gaz

Sujet dans 'L'actu dans le Monde' lancé par Denis, le 15 mai 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Il s'appelle Nikos Mihaloliakos. Il est le chef du groupe «Aube dorée» élu au Parlement grec lors des dernières législatives avec 20 de ses partisans.

    Il est néo-nazi et ne s'en cache pas : "Auschwitz, quoi Auschwitz ? Je n’y suis pas allé. Que s’y est-il passé ? Vous y étiez-vous ? Il n’y avait pas de fours, ni de chambres à gaz, c’est un mensonge" a-t-il dit à la télévision, ajoutant qu'il tient Hitler pour "une grande personnalité historique du 20ème siècle".

    En Grèce, de tels propos peuvent être tenus en toute impunité, car aucune loi n'interdit le négationnisme.

    En France, cet homme serait immédiatement poursuivi au titre de la loi Gayssot du 13 juillet 1990. Une loi contestée aujourd'hui encore, au nom de la liberté d'expression, par des personnalités diverses comme Robert Badinter ou Eric Zemmour.

    Qu'en penses-tu madmoiZelle ? Es-tu partisane de la liberté d'expression au point d'accepter que des propos infâmes soient tenus en public ou te réjouis-tu de vivre dans un pays qui condamne cette forme d'abjection ?
     
  2. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Je préfère vivre dans un pays qui limite l'expression de la connerie, clairement.

    J'arrive pas à réaliser qu'un homme pareil est dans un gouvernement au sein de l'Europe, qu'on est retourné autant en arrière...
     
  3. Albany

    Albany
    Expand Collapse
    Mrs Gordon-Levitt

    Effectivement, aux Etats-Unis, la liberté d'expression est souveraine et cela permet par exemple à des groupes comme la Westboro Baptist Church d'exister et de répandre des messages de haine absolument hallucinants (allez voir godhatestheworld.com c'est édifiant :mur: ).
     
  4. Aamu.

    Aamu.
    Expand Collapse
    L'Âme d'un dragon

    Pourquoi Diable cela ne m'étonne plus... ? :erf:
     
  5. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    J'ai du mal avec l'idée que ces propos puissent se transformer en actes, en fait. Et aussi avec le côté très dogmatique des propos en question.

    Je crois que la liberté d'expression peut permettre de dire des choses scandaleuses/abjectes si, et seulement si ces paroles n'ont pas de conséquences et si on les commence par "Je pense que" ou autre formule montrant que c'est un avis personnel et non une vérité absolue (ou alors on le prouve).

    La limite est ténue, mais là, je crois qu'on la voit clairement et qu'elle est franchie : quand un politicien qui monte se met à dire qu'Hitler est une des plus grandes personnalités du XXème siècle et que les chambres à gaz n'ont jamais existé, c'est un peu comme de dire "on va faire comme lui tellement il est cool et inspirant, Hitler c'est notre nouvelle muse" et on sort du cadre "ce sont juste des paroles". Tout comme dire "mmmh, allez, ça a jamais existé, les gens y sont morts de rien faire, ou d'obésité tellement ils étaient nourris grassement", ce ne sont pas que des paroles, c'est dire à des millions de familles qu'elles pleurent des morts "pour moins que ça". Si un gars banal avait dit "Je pense que ce sont des fadaises", il eut certes été très con, mais ça ce serait arrêté là, l'impact aurait été nul et tout le monde a le droit de penser.
     
  6. DolceVita

    DolceVita
    Expand Collapse
    home sweet home

    C'est le premier amendement de la constitution des Etats Unis, autant dire que la liberté d'expression c'est plus que sacré là-bas en effet !

    Perso, je suis de l'avis de @Gringo qui l'écrit très justement
    "Je préfère vivre dans un pays qui limite l'expression de la connerie, clairement."
     
  7. VII

    VII
    Expand Collapse
    Ca te regarde pas

    Ben déjà on parle d'un pays souverain donc c'est à eux de faire leur choix :/
    Et puis les punchline des nazillons on commence à les connaitre donc je ne suis pas étonnée qu'un nazi aime Hitler :P

    Après le projet de loi sur l'interdiction de négation du génocide arménien j'y ai pas mal réfléchi et j'en ai discuté avec des potes historiens et finalement je ne pense pas que ce soit à la loi de fixer l'Histoire d'autant qu'il y a eu des procès, des décisions de justice qu'on peut leur coller sous le nez.
    Je pense qu'on devrait mettre plus de moyens dans les TPI histoire d'avoir plus de décisions de justice qui ont le mérite d'expliciter un moment d'histoire, et de désigner des responsables plutôt qu'une loi qui dit :"Il s'est passé ça et c'est tout". La différence peut paraitre nulle entre les deux et j'aurai du mal à l'expliquer plus mais ça aurait aussi le mérite de laisser les historiens étudier (y'a pas mal de soucis avec des recherches en histoire, ou demandes de recherches qui se heurtent à la vision de l'histoire inscrite dans la loi et instrumentalisée/ gérée par des "lobbys").
     
  8. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Je ne sais pas. J'ai voté "j'hésite". Il y a deux ans même moins, je me serais indignée disant que la liberté d'expression s'arrête là ou commence le respect des autres.
    Maintenant, je me rencontre que faire d'une déclaration un délit n'arrête pas la pensée. Bien au contraire. Et que, si pour ce cas c'est évident, pour d'autres je ne vois pas au nom de quoi certains seraient considérés comme détenant la bonne façon de pensée et d'autres non.
     
  9. Lyre

    Lyre
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Autant je trouve abjecte de tenir des propos pareils, autant ce type de loi me dérange profondément. Dans ma vision des choses, seules les dictatures ont besoin de limiter la liberté d'expression. Avec les "il est interdit de dire que", je ne peux pas m'empêcher de penser aux dérives possibles.

    Parce que le but ici est louable, mais le jour où ça ne le sera pas ? Où ce sera l'inverse ? J'ai peut-être trop en tête Big Brother qui refait l'histoire à sa convenance, mais je ne peux pas m'empêcher de penser à ma prof de chinois qui disait que "mais non, les chinois sont allés au Tibet pour les aider, pour leur apporter de la nourriture, pour ne pas qu'ils meurent de faim, c'est le reste du monde qui n'a rien compris."
    Ce côté "il y a une version officielle, interdiction de la contester", détruit la liberté d'expression (déjà que...). Mais c'est vrai que c'est plus facile comme ça, et puis, il ne faudrait pas prendre le risque de trop éduquer les gens, on risquerait de les rendre intelligents.
     
  10. Harpo

    Harpo
    Expand Collapse
    Guest

    Plusieurs choses...

    Faire un amalgame entre néo-nazisme et négationnisme me paraît assez maladroit. Certains néo-nazis sont certes négationnistes, mais ils sont loin de former une majorité, et on trouve de nombreux négationnistes d'ultra-gauche. Bref, c'était uniquement un petit point technique que je jugeais important de corriger.

    Ensuite, je trouve très peu judicieux de qualifier les propos de Mihaloliakos d'infâmes. Je pense qu'il faut répéter que de telles affirmations sont purement et simplement le fruit de falsifications de l'histoire voire de mensonges bruts. Insister sur le caractère "immonde" de leur discours est contre-productif, c'est donner du grain à moudre aux complotistes tous azimuts qui se nourrissent principalement du discrédit moral qu'on jette sur eux afin de mieux se faire entendre ("on refuse de nous écouter, on nous traite de méchants" etc., somme tout, ils prennent la place des victimes réelles...) C'est précisément à ce titre que je crois qu'il faut leur laisser la parole : si on la leur retirait, ils procéderaient par réseaux souterrains qui n'auraient pas moins d'ampleur et d'écho auprès du peuple. Tant que leurs propos sont publics, on peut leur répondre publiquement, et poursuivre le travail d'information sur la réalité de la Shoah. Il ne s'agit pas de les convaincre ou d'argumenter avec eux, ce serait inutile. Quand on voit qu'un Faurisson est capable de "prouver" l'impossibilité de l'existence des chambres à gaz en avançant que les enfants des nazis n'auraient jamais pu jouer dans les jardins des maisons de leurs parents qui se trouvaient à quelques mètres des camps, on constate bien qu'il s'agit de convictions intimes auxquelles on ne peut rien. Il faut simplement poursuivre la promotion de documentaires concernant les événements et leur réalité, encourager le travail de recherche historique.

    Enfin, sur la question de la législation concernant le négationnisme il existe une résolution de l'ONU qui engage les états membres à condamner tous les propos qui remettent en question l'existence des camps de concentration. Il me semble que la communauté internationale pourrait donc sévir si elle le juge nécessaire (mais je peux tout à fait me tromper, je ne suis absolument pas juriste).
     
  11. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Si je te suis bien, pour combattre la montée d'un mouvement néo-nazi de cette nature (on ne parle pas de nationalistes en tailleur à la Le Pen là, mais bien d'individus qui adhèrent pleinement à l'idéologie hitlérienne) il faut :

    1- les autoriser à exprimer toutes leurs thèses au nom de la liberté d'expression.
    2- s'interdire de les combattre sur le terrain de la morale, donc des valeurs, pour éviter qu'ils se nourrissent du "discrédit moral" qu'on "jette sur eux".
    3- "simplement poursuivre la promotion de documentaires concernant les événements et leur réalité, encourager le travail de recherche historique".

    La confiance que tu portes au genre humain t'honore, mais perso, je ne la partage pas. En tout cas, pas à ce point là !

    Pour comprendre qui sont ces gens : ce papier des inrocks

    Cette image est l'une des couvertures du journal de propagande d'Aube dorée.
    [​IMG]
     
  12. Lyre

    Lyre
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Denis
    On ne parle là que du négationnisme (Navajo me corrigera si j'interprète mal ce qu'elle a dit). La propagation des idéologies nazies et tout le racisme qui va avec, c'est une autre histoire. Tolérer le négationnisme n'a rien à voir avec l'acceptation d'un parti ouvertement raciste, même si dans les faits ils vont souvent de pair.
     
Chargement...