Le dispositif « meilleurs bacheliers » récompense les élèves les plus méritants

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Naya Ali, le 7 juillet 2015.

  1. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse

  2. Manhole

    Manhole
    Expand Collapse

    Je ne connaissais pas ce dispositif. Mais j'ai une question : il faut que l'élève n'ait pas obtenu son premier choix pour pouvoir en bénéficié ? (en tout cas c'est ce que j'ai compris dans l'article et je trouve ça très limitatif)
     
  3. Laodicée

    Laodicée
    Expand Collapse

    "Certains voient en cette opportunité un moyen de dire aux bons élèves « qu’ils valent mieux que la fac », réservée à ceux qui n’ont pas le choix…"
    Et je suis d'accord avec ça. C'est encore un moyen de mettre les grandes écoles sur un piédestal et dire que la fac "c'est pour les gens moyens voire les branleurs et branleuses de service" (Ce qui n'est pas le cas hein!)

    Et une autre question me taraude : C'est bien beau de dire à ces élèves qu'ils pourront accéder aux grandes écoles (alors qu'ils doivent déjà avoir de beaux dossiers) mais c'est pas pour autant qu'on va payer leurs frais de scolarité non ?
    Donc le problème restera le même et les élèves issues de familles moins favorisées se retrouveront quand même le bec dans l'eau. Donc on supprime les bourses au mérite mais on fait ça .. :stare:

    NVB à l'éducation, ça me laisse de plus en plus dubitative.
     
    Addanc et Y. ont BigUpé.
  4. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    Heu. Alors soit j'ai mal compris quelque chose (si c'est le cas, toute explication est la bienvenue :fleur:), soit ce dispositif me paraît super bizarre.

    On dit aux élèves "si vous êtes dans les 10% de meilleurs vous serez forcément pris dans la filière de votre choix", mais ça, on ne le sait qu'après les résultats du bac... Après les résultats, c'est un peu tard pour commencer à faire son choix ! Et les élèves qui manquent de confiance en eux, à qui le dispositif a l'air de s'adresser, ne se disent probablement pas qu'ils seront parmi les meilleurs...

    L'autre problème que je vois, c'est que pour qu'une filière soit concernée, il suffit qu'il y ait une vague sélection à l'entrée. Or entre un BTS et une prépa, on ne parle pas de la même chose. Très loin de moi l'idée de dire que la prépa est mieux (à titre personnel je serais hyper pour la suppression des prépas, mais c'est un autre sujet :happy:), mais soyons clair: le gros problème de l'école, c'est la reproduction des structures sociales. Or ce n'est pas le même public qui va en BTS ou en prépa. Encore une fois, je ne fais pas d'échelle de valeur, je dis juste qu'en mettant les prépa, BTS et IUT dans le même panier, je ne vois absolument pas en quoi on agit potentiellement contre la reproduction à l'identique des structures en place. Pour caricaturer, les enfants de profs et d'ingénieurs iront toujours en prépa, ceux qui viennent d'un milieu plus modeste auront toujours plus de chance de choisir une filière courte (question de sécurité), tout va bien, les moutons sont bien gardés, on s'est donnés l'impression d'agir contre la reproduction des inégalités à peu de frais, c'est cool. En plus les écoles qui le choisissent peuvent mettre des conditions d'admission en plus, donc je suis très très sceptique sur l'effet réel de ce dispositif.

    Et pour finir le pavé :cretin: C'est une question philosophique, mais j'ai d'énormes doutes sur la valorisation des filières sélectives en général, et pas seulement parce que c'est un beau coup de poignard dans le dos de la fac qui a assez de difficultés comme ça. En gros on parle de "méritocratie", de ne pas oublier les bons élèves... Mais au final, on crée des milieux hyper privilégiés (un élève de prépa coûte 15 000€ à l'Etat en moyenne, contre la moitié pour un étudiant à la fac), dont bénéficient les gens qui sont déjà privilégiés au départ (dans ma prépa, les profs entre eux parlaient de "classes CAMIF", vu qu'il y avait une énorme proportion d'enfants de profs, donc de gens qui sont déjà à fond dans le système). Je sais que dès qu'on parle de supprimer les filières les plus sélective, les gens se mettent à hurler au nivellement par le bas, mais au final, est-ce qu'on a vraiment besoin de dépenser toujours plus pour les plus riches ? Parce que c'est triste à dire, mais la corrélation entre niveau socio-professionnel familial et résultats au bac est bien réelle. Pas parce que les riches sont plus intelligents mais parce qu'ils étudient dans de bien meilleures conditions globales. Donc au final, aider les bons élèves, c'est bien souvent aider les riches. Un système qui prend uniquement le mérite en compte sans prendre des mesures vraiment conséquentes pour tenir compte du niveau de vie initial n'a aucune chance de changer ça.

    C'est dommage, parce que Najat VB, elle faisait un travail correct quand elle s'occupait des droits des femmes. A l'éducation nationale, ce n'est jamais qu'une ministre de plus qui n'est absolument pas issue de ce milieu-là, qui n'y connaît rien et qui tâtonne.
     
    Drea147, Dhakri, muzungu et 5 autres ont BigUpé ce message.
  5. agapanthe7

    agapanthe7
    Expand Collapse
    Truffaldienne

    Je suis outree.
     
    DREDHEZA a BigUpé ce message
  6. CuirMustach

    CuirMustach
    Expand Collapse


    MERCI ! Tu as tout dit ! Malheureusement ce genre de choses sont mal faites. J'étais dans le programme DISPO (prépa ScPo pour les boursiers) c'est censé aider ceux qui ont le moins de moyens mais au final... j'étais une des seules filles d'ouvriers (et puis la vice présidente de ma région, qui sort que les enfants d'ouvriers n'etudient presque pas... ahem merci bien)
     
  7. Kaylie

    Kaylie
    Expand Collapse
    Tourne en rond avant d'aller dormir.

    Je vois mal l'intérêt, puisque les sélections post-bac se font avant les épreuves. Et il est très rare que les très bons élèves n'aient pas leurs premiers vœux, a fortiori pour les 10 % meilleurs !
     
  8. Locke

    Locke
    Expand Collapse
    If one wolf's alive, the sheeps are never safe.

    Faudrait peut être déjà arrêter de croire que NVB (comme tous les autres ministres) est toute seule dans son bureau à se dire "tiens et si j'essayais ça", parce que c'est loin d'être la vérité. Non, non, les erreurs qu'elle fait, elle ne les fait pas toute seule, elle les porte certes mais c'est le travail d'un ministère, pas seulement d'une ministre.

    Ensuite, ça me fatigue un peu cette histoire de bourse au mérite. Pour plusieurs raisons :

    - d'abord parce que ça ne touchait que les élèves déjà éligibles à une bourse, et que du coup, tous ceux qui sont à la limite d'être éligibles, qu'ils aient eu une mention TB ou pas, ils peuvent se le mettre bien profond. Mesure profondément inutile, donc, parce qu'une bourse au mérite devrait dépendre uniquement du mérite, pas des critères sociaux dont elle dépendait. Ca reste bien sûr mon avis, mais pour moi c'est une mesure complètement inutile qui de toute façon laisse encore une fois sur la paille les élèves en difficulté, en leur laissant penser qu'ils ne méritent finalement pas grand chose. Comment des élèves moyens ou ayant des difficultés peuvent-ils faire preuve de la moindre once d'ambition si rien ne les encourage à faire mieux et s'ils sentent que de toute façon, personne ne croit en eux ? Je trouve révoltant et absurde qu'on trouve le moyen de s'inquiéter des élèves qui n'ont pas de difficultés mais qu'on ne fasse rien pour que l'avenir des moins bons ressemble un peu moins à une collection d'intérims et de petits boulots peu valorisés.Peut-être que cette mesure aurait dû être revue, et que le concept de "mérite" nécessite lui aussi qu'on le révise.

    - le mérite n'a pas de sens sachant que le bac est quasiment donné (c'était le cas lorsque je l'ai passé il y a 6 ans, c'est encore le cas aujourd'hui, le niveau ne demande pas un travail surhumain, n'importe qui peut avoir son bac en bossant de façon suffisante) (et je dis ça sans juger quiconque n'aurait pas eu son bac, parce que je suis tout à fait consciente que parfois, bosser ne tient pas qu'à la motivation et au sérieux, plein d'autres facteurs sont en jeu).
    - ensuite, il n'y a PAS de rapport entre cette histoire des 10% et la bourse au mérite. Qu'on se le dise, ce sont deux choses différentes. Un cas pour illustrer l'affaire : ma soeur était en bac pro vente, et souhaitait intégrer un BTS en immobilier. Problème, ses résultats sur l'année ne le lui permettaient pas, son voeux lui a donc été refusé. Grosse désillusion pour elle, ce qui ne l'a pas empêché d'avoir un bac avec une mention très bien (elle dont même les profs pensaient qu'elle n'aurait même pas droit aux rattrapages, c'est dire). Aujourd'hui, elle a le droit d'intégrer le BTS de son choix, justement parce qu'elle a prouvé qu'elle avait le niveau. Cette mesure ne touche donc pas que ceux qui avaient des bonnes notes toute l'année, mais avant tout, à mon sens, ceux qui se sont illustrés. Ensuite, je considère qu'elle redonne une valeur au bac, puisqu'elle prouve qu'en faisant partie des meilleurs, on peut, même en ayant un dossier moyen (voire mauvais) intégrer une filière, qu'elle soit très sélective ou non, qui nous aurait été refusée auparavant. C'est donc un regain de motivation pour les élèves qui vient modifier quelque peu le processus d'APB, étant donné que les notes du bac peuvent tout changer. On tire les élèves vers le haut, et c'est une très bonne chose.

    - Du coup, pour rebondir sur le fait que cette mesure ne fait pas que l'on propose pour autant aux élèves autre chose que ce qu'ils avaient prévu eux-mêmes, je ne crois pas que ça soit le rôle de l'éducation nationale. C'est avant tout au corps enseignant de s'en charger, aux conseillers d'éducation et aux parents d'accompagner l'élève dans cette recherche - et c'est aussi à l'étudiant, s'il a connaissance de cette mesure, de tout faire pour que son choix de base soit en réalité un plan B dans la mesure où il ne ferait pas partie des 10% de très bons. Je crois donc que cette mesure oblige également les élèves à s'intéresser, et ce quel que soit leur niveau de base, de beaucoup plus près à leur orientation et à y réfléchir avec sérieux, de s'autoriser à avoir un peu d'ambition et de travailler pour quelque chose de concret (parce qu'avec une orientation jouée d'avance avant même de passer le bac, c'est difficile de se donner à fond pour réussir réellement celui-ci).

    Je ne reviendrai pas sur ce qui peut être dit sur NVB, parce que de toute façon, c'est la même chose CONSTAMMENT, quel que soit le ministre de l'éducation nationale. C'est fatigant.
     
  9. esky

    esky
    Expand Collapse

    Je ne comprends pas bien toutes les critiques faites sur ce sujet ... Je trouve que c'est une bonne chose car parfois il suffit d'un professeur ou d'un problème personnel pour foirer un dossier, alors que l'on déchire tout au bac. D'autant plus que le critère de 10% est relatif, du coup peu importe si le bac est "donné", tu fais quand même partie des meilleurs élèves.
    -Pour le fait que ça "descende" la fac, ben non, si un bon élève veut aller à la fac il y va, là on dit juste que si il veut aller ailleurs il sera automatiquement pris aussi. Donc de partout il sera pris. A lui ensuite de faire son choix sans avoir peur d'être refusé. Le fait que la FAC soit moins bien considérée est un autre problème et je ne vois pas en quoi cette mesure le renforce.
    -Pour les frais de scolarité, certes ils ne sont pas payés mais a priori si tu es boursier tu ne paye pas tes frais de scolarité de toute façon (sauf si c'est privé), et énormément de grandes écoles sont publiques (du moins pour les écoles d'ingé/prépa).
    -Pour le fait que ce soit "trop tard" pour faire ses choix, les choix ont été fait bien avant mais il y a des vagues d'admissions en plusieurs étapes. Du coup si la personne n'est pas prise à son premier vœux avant le bac, elle a une chance de réussir très bien et d'être admise ensuite. Mais le choix du premier vœux est déjà pris.
    -C'est normal que l'on ai la proposition que pour notre premier vœux (et donc pas si on a mis la fac en premier), le concept c'est que ils sont pris là où ils veulent, donc si la fac c'est là où ils veulent aller, ils y vont. Si c'est ailleurs, et bien ils sont pris aussi. C'est tout, non?
    -Pour le fait de mettre toutes les sections (BTS ou prépa) ensemble, c'est juste pour dire que peu importe si il y a une sélection, à partir du moment où tu es dans les 10% premiers, tu va où tu veux! Que ce soit la fac, les BTS ou une prépa, c'est toi qui décide où tu va.

    Par contre moi ce qui me taraude un peu, c'est que j'espère que il y a des considérations par rapport au type de bac, par exemple ça me semblerait bizarre que quelqu'un dans les top de bac L puisse être accepté dans une prépa maths comme ça.
     
  10. Margooniett

    Margooniett
    Expand Collapse
    Intoxicated with the madness, I'm in love with my sadness

    Je trouve l'article mal expliqué :erf:
    Ca s'adresse pour ceux qui sont encore occupé avec APB parce qu'ils sont en liste d'attente ou parce qu'ils n'ont aucun voeux de validé. Si ils sont dans les 10% les meilleurs de leur fillières, leur place dans la file d'attente est modifié, et ils ont plus de chance d'avoir un choix qui leurs intéressent dans la procédure complémentaire.
    Et avoir une bonne mention ne veut pas dire qu'on est un bon élève, j'ai eu très bien pourtant ma moyenne depuis la seconde tournait toujours autour de 12. Et beaucoup de bons élèves se surestime et mettent que des voeux dans des établissement très prestigieux et sélectif et sont au final pris nul part.
     
  11. Drea147

    Drea147
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Encore quelque chose qui va donner aux meilleurs plus de moyens de réussir tandis que tous les autres, bons, moyens mais aptes à la réussite, vont galérer encore plus ... Merci NVB de créer encore plus de disparités dans une société déjà bien trop inégalitaire :paillettes:
     
    CuirMustach et DREDHEZA ont BigUpé.
Chargement...