Le fléau des discriminations religieuses à l'embauche

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 10 octobre 2015.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Une étude publiée cette semaine par l'Institut Montaigne révèle l'ampleur des discriminations religieuses à l'embauche en France.

    Sans grande surprise, ce sont les musulmans pratiquants qui sont les principales victimes de ce fléau social, fléau qui frappe aussi les juifs, mais dans une moindre mesure.

    Un(e) candidat(e) à l'embauche perçu(e) comme musulman(e) pratiquant(e) a deux fois moins de chances d'être convoqué(e) en entretien par les recruteurs qu'un(e) catholique pratiquant(e) (10,4% contre 20,8%). L'écart observé pour les hommes est encore plus grand : 4,7% contre 17,9%, du simple au quadruple !

    Ces discriminations frappent aussi les juif(ves) pratiquant(e)s, mais moins. Leurs chances d'être convoqué(e)s sont inférieures de 24% à celles des catholiques.

    Pour réaliser cette étude, la chercheuse Marie-Anne Valfort a créé des profils identiques en tous points, à l'exception de la religion: des Français d'origine libanaise, nommés Haddad, nés à Beyrouth en 1988, arrivés en France au début du lycée en 2003, naturalisés en 2008 et titulaires d'un BTS comptabilité.

    Trois éléments de cv suggèrent leur appartenance religieuse: leur prénom - Dov et Esther pour les juifs, Michel et Nathalie pour les catholiques, Mohammed et Samira pour les musulmans -, leur scolarité dans une école confessionnelle et leur engagement dans l'association de scoutisme de leur communauté.

    La maître de conférences à l'université Panthéon-Sorbonne a envoyé, entre septembre 2013 et septembre 2014 (avant les attentats de janvier 2015 donc) des candidatures fictives à 6.231 offres d'emploi de comptables, assistants et secrétaires comptables en métropole. Elle a ensuite comparé le taux de convocation des candidat(e)s. Pour aboutir à ces résultats affligeants.

    Pourquoi une telle discrimination des musulmans ? L'islam souffre d'une "image dégradée en France", a expliqué Marie-Anne Valfort à l'Agence France Presse.

    "Des enquêtes montrent que les Français associent spontanément l'islam à l'extrémisme religieux et à l'oppression de la femme", a-t-elle dit. "Ces deux stéréotypes vont alimenter une discrimination très forte, en particulier à l'égard des hommes musulmans. Le recruteur les perçoit comme un risque accru de pratique religieuse transgressive sur le lieu de travail et les associe à un risque d'insubordination."


    Pour étayer cette thèse, Marie-Anne Valfort a créé des profils "laïcs" mentionnant un engagement dans une association de scoutisme laïque. Elle a comparé leur taux de convocation avec celui des "pratiquants".

    L'impact est limité pour les candidat(e)s juif(ves), mais pas pour les hommes musulmans: en se montrant laïcs, ces derniers doublent leurs chances d'être convoqués à un entretien.

    A l'inverse, les catholiques "perdent à s'afficher comme laïcs", surtout les hommes, dont les chances d'être convoqués sont presque divisées par deux. "Il est probable que l’attachement des hommes au catholicisme soit perçu par les recruteurs comme un gage précieux de discipline".

    Le thème des discriminations au travail a récemment fait l'actualité, autour de la question du CV anonyme. Le gouvernement a refusé en mai de le généraliser, lui préférant des "actions de groupe" anti-discriminations. Le dispositif, s'il entre en vigueur, permettra aux victimes de saisir ensemble la justice, comme c'est déjà possible sur les questions de consommation.

    Une arme potentiellement efficace pour permettre aux associations anti-racistes de confondre et faire condamner les employeurs coupables de discrimination qui risquent jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

    Le lien vers l'étude : Discriminations religieuses à l'embauche : une réalité
     
    Maia Chawwah, Oh, Daredevil. et 5 autres ont BigUpé ce message.
  2. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    Mais il y a un truc que je ne comprends pas : en quoi être laïc serait un élément négatif ? On peut être chétien/juif/musulman/athée et être laïc... Y a un truc qui me dépasse, c'est plutôt si on ne l'est pas qu'on devrait être considéré comme "potentiellement """"dangereux"""" " (notez bien les guillemets) car de ce fait-là, on considère que sa propre religion n'a pas à cohabiter avec les autres et que la pratique de telle religion n'est pas égale à une autre...

    Y a un truc que j'ai pas compris, j'en suis sûre, expliquez-moi. :lunette:
     
    Wertherine, Adios Badmoizelle, Daredevil. et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Le mot laïc est employé ici pour suggérer aux recruteurs que le candidat n'est pas pratiquant.

    Je te copie la méthodo employée par la chercheuse pour construire les profils des candidat(e)s :

    Les candidats fictifs sont des Français d’origine libanaise nés en 1988. Ils sont nés Libanais au Liban (Beyrouth), sont arrivés en France au début du lycée (en 2003) et ont acquis la nationalité française en 2008. Cette information est présente dans leur CV et dans leur lettre de motivation.

    L’appartenance religieuse des candidats est signalée via trois informations. D’abord leur prénom : Dov et Esther pour les juifs, Michel et Nathalie pour les catholiques, et Mohammed et Samira pour les musulmans. Ensuite, leur langue maternelle ou le collège confessionnel à Beyrouth où ils ont obtenu leur brevet des collèges. Dov et Esther sont les seuls candidats pour lesquels l’hébreu est langue maternelle, au même titre que l’arabe qui est langue maternelle pour tous les candidats. Quant aux candidats catholiques et musulmans (Michel, Mohammed, Natalie et Samira), ils ont obtenu leur diplôme du brevet dans un collège confessionnel. Il s’agit du « collège privé catholique bilingue français-arabe Notre Dame de Nazareth (Beyrouth) »pour Michel et Nathalie, et du « collège privé musulman bilingue français-arabe Amilieh (Beyrouth) » pour Mohammed et Samira. Enfin, le troisième signal d’appartenance religieuse des candidats concerne l’association de scoutisme où ils encadrent des jeunes (cette information figure dans la rubrique « centres d’intérêt » de leur CV). On peut lire dans celui de Dov et Esther « Encadrement de jeunes à l’association juive de scoutisme Éclaireuses éclaireurs israélites de France », dans le CV de Michel et Nathalie « Encadrement de jeunes à l’association catholique de scoutisme Scouts et Guides de France » et dans celui de Mohammed et Samira « Encadrement de jeunes à l’association musulmane de scoutisme Scouts musulmans de France ».

    Les autres caractéristiques des candidats sont identiques. En particulier : • ils sont dotés du même patronyme : « Haddad », un nom de métier signifiant « forgeron » très répandu au Liban. Il peut être porté indifféremment par un catholique, un musulman, ou un juif ; • ils sont des « employés de la comptabilité », c’est-à-dire qu’ils sont comptables, assistants comptables ou secrétaires comptables. Ce secteur a été retenu car il est peu sensible à la conjoncture économique (une condition importante en cette période de crise pour éviter des taux de réponse proches de zéro pour tous les candidats)

    • ils ont obtenu leur baccalauréat Science et Technologies de la Gestion (STG) au lycée Emile Dubois à Paris (14e arrondissement). Par ailleurs, les comptables et assistant(e)s comptables ont obtenu un BTS Comptabilité et Gestion des Organisations (CGO) et les secrétaires comptables un BTS « Assistant(e) de gestion PME/PMI » dans le même lycée ;
    • au moment où ils postulent, les candidats disposent d’une expérience professionnelle d’environ quatre années. Cette expérience consiste en un enchaînement de CDD réalisés en Île-de-France dont la durée varie de six à 18 mois. L’objectif du testing Valfort-Institut Montaigne consiste non seulement à mesurer la discrimination à raison de la religion mais aussi à en éclairer certains ressorts.

    Le protocole expérimental inclut donc des candidats « laïcs » en plus des candidats « pratiquants » précédemment décrits. Les candidats laïcs sont identiques aux candidats pratiquants à l’exception de l’association de scoutisme où ils encadrent des jeunes. Dans les CV laïcs, c’est la mention « Encadrement de jeunes à l’association laïque de scoutisme Eclaireuses éclaireurs de France » qui apparaît.
     
    #3 Denis, 10 octobre 2015
    Dernière édition: 10 octobre 2015
    Maia Chawwah, Jauneparapluie, Oh et 4 autres ont BigUpé ce message.
  4. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    @Denis Merci, c'est plus clair. :) Je crois que, là où ça a bloqué dans mon cerveau :yawn:, c'est que j'étais persuadée qu'un catholique non-pratiquant était mieux vu que l'inverse... Bref, que les non-pratiquants en général, indépendamment de leur religion, étaient favorisés. J'en apprends une, là. (même si ça ne concerne que la religion catholique)
     
    Adios Badmoizelle, Daredevil., Sol Invictus et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @Denis Il y a un couac dans sa méthode ! Elle n'a pas pensé à créer des profils de personnes "athées" ? Pourtant, il y en a plein ! Comment veut-elle faire une étude sérieuse s'il n'y a pas la comparaison des personnes religieuses pratiquantes, religieuses non-pratiquantes, et athées tout court ?
     
    Traum, Adios Badmoizelle, Oh et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    @AngelTen Richard II Peut-être que dans l'imaginaire collectif, l'athéisme n'est pas une religion ? :hesite: Alors que si, dans un sens, vu que ça reste une croyance en la non-existence d'un ou plusieurs dieux. Mais est-ce qu'il faut obligatoirement un dogme bien construit et hiérarchisé autour, avec souvent des pratiques, pour que ce soit considéré comme une religion ? :hesite: (vous avez quatre heures :lunette:)
     
    Ymotana, Adios Badmoizelle, Tubbs et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @Anera je ne sais pas. Mais là n'est pas le point, le point est qu'on a considéré dans cette étude que catholique = norme, alors qu'en fait dans notre société on est par rapport à la religion dans une double norme, athéisme et catholicisme. Le fait qu'on aie pas analysé la différence possible qui pourrait se faire entre athées&co et catholiques montrent bien que c'est une double-norme, mais j'aurais préféré qu'on le démontre rigoureusement par la statistique.
    (Et aussi parce qu'entendre parler de "cathophobie" de la part de certains catholiques, sous entendu "les athées sont dominants", ça me gonfle profond)
     
    Adios Badmoizelle, Daredevil., Lis et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    @AngelTen Richard II Aha, la "catophobie", ça m'a toujours fait rire. :lol: (:goth:) Vu comment les "spécialistes" aiment à rappeler notre héritage "judéo-chrétien" (plutôt catholique, mais bon, ça fait mauvais genre de rappeler que les protestants et les juifs n'ont pas été bien traités à l'époque et que c'est toujours le cas pour ces derniers...) pour s'en servir comme discrimination "évidente" des autres religions (ben oui, que voulez-vous, les "autres", ils étaient pas là avant :drama: (:facepalm:) ), c'est du gros foutage de gueule. D'autant plus que certains athées sont là à dire "Oulala, non , je suis pas un religieux" mais va savoir pourquoi, ils affichent toujours une certaine affection pour leur origines chrétiennes et défendent assez régulièrement les jours fériés catholiques. :stare: Parce que ça fait partie de notre cultuuure, ma bonne dame, on a pas envie d'être cohérent avec notre laïcité, et puis c'est à géométrie variable, hein. :lunette:

    Mais je suis d'accord avec toi, je me suis toujours demandée pourquoi ne parlait jamais des athées, comme si on partait du principe qu'ils ne posent jamais de problèmes ou que c'est le "statut par défaut". (mais j'arrive pas à exprimer ce que je veux, j'ai l'impression de dire n'importe quoi :gonk: )
     
    Maia Chawwah, Adios Badmoizelle, Oh et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe


    La réponse est dans la foire aux questions en bas de cette page : http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/discriminations-religieuses-lembauche-une-realite
     
    Maia Chawwah, Sol Invictus et Anera ont BigUpé ce message.
  10. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @Denis Merci, je sais lire, mais ça continue de me poser un problème, notamment avec l'indication "Les hommes catholiques ont tendance à être jugés comme faisant preuve de plus de discipline"... De plus l'étude qu'elle cite ne portait que sur deux femmes. On ne peut pas déduire quelque chose de constructif de cette étude si on ne connaît pas la situation des athées. Si par exemple, on avait trouvé que les hommes athées sont avantagés par rapport aux hommes catholiques, alors que les femmes athées sont désavantagées par rapport aux femmes catholiques... Et puis, le test qu'elle a cité ne comportait du coup qu'une femme mulsulmane, une femme catholique et une femme supposée athée. Il n'y avait pas de comparaison avec une femme juive, ni avec des hommes.
    A mon sens, si elle a tiré de son étude précédente que les résultats des athées étaient assimilables à ceux des catholiques, alors il me semble idiot de conclure que les personnes catholiques sont embauchées parce qu'elles sont catholiques. La conclusion serait plutôt qu'athée/catholique = norme dans l'esprit des gens, alors que juif ou musulman = pas normal = désavantage, puis ajouter les conclusions concernant la mauvaise image de ces deux religions
     
    Traum, Adios Badmoizelle et Daredevil. ont BigUpé ce message.
  11. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @Laeliwo oui, alors que ce n'est pas vrai du tout ! enfin pas pour 99% des musulmans je crois. Mon amie musulmane est vraiment très pratiquante, et pourtant elle ne s'arrête pas 5 fois par jour pour prier (en fait elle m'a expliqué qu'elle "reportait" ses prières, genre elle faisait les prières qu'elle n'a pas fait pendant le travail/les cours le soir, au moment de la prière du soir ou du matin. Elle m'a l'air d'avoir pas mal réfléchi à la chose donc bon, je me dis que ça doit être une solution qui fonctionne).

    Ensuite, au pire... franchement, qui va me faire croire que les personnes qui ne sont pas pratiquantes d'une religion travaillent elle 24h/24 ? Franchement ? Entre la pause café, le petit croissant, la looooooonnngue pause midi, les moments passés à glander sur internet au bureau... Franchement en terme de productivité, le résultat c'est le même ^^
     
    Feudartifice, Maia Chawwah et Silure_ ont BigUpé ce message.
  12. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    C'est ce que l'auteur de l'étude a l'air de suggérer quand elle parle de "risque accru de pratique religieuse transgressive".

    Ce qui est désolant c'est que cette étude n'a quasiment pas été relayée et n'a provoqué aucune prise de parole politique alors qu'elle met en exergue un problème majeur et concret.

    Tout le monde préfère visiblement se contenter du débat foireux sur "l'identité" plutôt que de s'attaquer de front à la réduction de cette discrimination indigne de notre république.
     
    Deraio, Maia Chawwah et Anera ont BigUpé ce message.
Chargement...