Le FN et "l'IVG de confort" : "c'est dégueulasse" !

Sujet dans 'Présidentielles 2012' lancé par Denis, le 7 mars 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Vive altercation sur France Inter entre la journaliste Pascale Clark et Louis Aliot, vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen.

    On sait que le FN propose le non-remboursement des interruptions volontaires de grossesses (IVG) en cas de problèmes budgétaires. Mesure que Louis Aliot a commenté le 30 janvier lors de l'émission Mots Croisés (France 2) en parlant "d'IVG de confort", se référant à un article publié par le Figaro.

    Ce matin, Pascale Clark a demandé à cet homme de lui répéter cette expression en la regardant "dans les yeux" avant de conclure : "c'est dégueulasse" !

    La séquence est ici

    D'accord ou pas d'accord avec Pascale Clark ? La journaliste a-t-elle bien fait d'exprimer aussi clairement sa pensée ? A-t-elle pris le risque de renforcer la "victimisation" dont se plaignent les sympathisants de ce parti ? Au contraire, pensez-vous que ce "parler clair" peut contribuer à détourner certains électeurs tentés par l'extrême-droite ?
     
  2. Sonea

    Sonea
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement.

    Je pense qu'elle a bien fait, parce qu'il n'y a pas d'autre mot. MLP a enlevé de son programme le retour à l'interdiction de l'avortement que contenait le programme de son père, ce n'est qu'un moyen détourné de provoquer une situation proche de l'interdiction de l'avortement sa proposition.
     
  3. Jules Winnfield

    Jules Winnfield
    Expand Collapse
    .

    Et bien oui, "c'est dégueulasse". Je vois pas d'autres mots. C'est tout le programme de Marine Le Pen qui est dégueulasse si je puis dire. Et leur façon au FN de se faire passer pour des victimes à chaque fois qu'on pointe du doigt leurs idées et leurs incohérences, ça commence à bien m'énerver.
     
  4. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Pareil ! C'est pour le moins surprenant de voir que des gens qui soutiennent, entre autre, le déremboursement de l'IVG, ce qui revient de facto à en réserver l'usage aux femmes aisées, s'étonnent de la réaction de celles et ceux que cette mesure heurte au plus profond de leurs valeurs ! Quand on défend des idées pareilles, il faut être furieusement bisounours pour imaginer que vos adversaires vont vous sauter au cou dans un grand élan fraternel !
    Pourquoi refusent-ils à ce point d'assumer les conséquences de leurs prises de position ?
     
  5. endorph1ne

    endorph1ne
    Expand Collapse
    Xana(x)

    Je pense que Pascale Clark a réagit en tant que femme plutôt qu'en temps de journaliste. Je ne peux pas l'en blâmer, moi-même n'aurais pas trouvé meilleure expression.
    Le FN ne manquera bien évidemment pas de jouer son Caliméro après cette altercation. Elle pourra geindre autant qu'elle veut la Marine, qu'elle compte pas sur moi. Jamais.

    Cependant je regrette un peu son manque de professionnalisme à ce moment précis. Elle n'a fait que répéter "c'est dégueulasse" sans rien argumenter. Quite à donner son avis, autant le faire de façon constructive, car ça c'est de l'information, et c'est ça que personnellement je demande aux journalistes.

    Je suis entièrement d'accord avec Mme Clark. Sur le fond, un peu moins sur la forme.
     
  6. Apprentie-Diva

    Apprentie-Diva
    Expand Collapse
    Fuck that shit, I am in holidays !

    Allez-y le FN, victimisez vous (qui a parlé de paranoïa), j'accepte de vous diaboliser, j'accepte de ne pas vous faire passer comme un parti comme un autre.
    Qu'une partie de la population se reconnaisse dans ce parti n'enlève pas le caractère dangereux du FN.

    Vous n'avez qu'à être les victimes, être le bourreau d'un parti aux idées telles que les vôtres ne me pose absolument aucun problème moral.
     
  7. Sonea

    Sonea
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement.

    C'est vachement important ce que tu dis là, s'il y a trop d'avortements, dont certains auraient pu être évités, il faut peut être se demander comment faire pour que les femmes n'aient plus besoin de recourir à un avortement, qui n'est jamais un acte anodin. 'fin Big up quoi ;)
     
  8. Lux[Anne]

    Lux[Anne]
    Expand Collapse
    Bouffeuse de livres

    Merci Pascale Clark, enfin quelqu'un qui réagit (je suis pas sûre qu'un journaliste soit tenu à l'impartialité, vu les propos des journalistes du Figaro...mais je me trompe peut être)

    Il y a un gros souci en ce moment, c'est que beaucoup d'IVG sont refusées par les médecins (c'est normalement interdit mais peu de femmes osent lancer des procédures tant elles ont honte de leur situation). Certains s'arrangent pour faire dépasser le délai légal à certaines femmes.

    Les lobbys pro-vie gagnent du terrain, et on stigmatise de plus en plus une femme qu'on a voulue sexuellement disponible, d'accord pour enlever la capote et dévoreuse de sexe. Faut pas s'étonner alors que certaines tombent enceintes.

    Je prend la pilule depuis 7 ans. Je l'ai oubliée parfois. J'ai maintenant le luxe d'avoir changé de contraception. Mais en attendant, j'ai cru tomber enceinte une fois.
    Ma mère, qui n'en avait jamais parlé, a du avorté deux fois dans sa vie. Elle m'a raconté, elle a éclaté en sanglots. Cette femme forte. Elle est partie seule en Angleterre. Deux fois. L'homme lui, apparemment il s'en foutait relativement. Là-bas, on l'a fait souffrir atrocement, on lui à même mutilé une trompe. Pour qu'elle ne recommence pas.

    Si ce genre de pensées continue, on y reviendra aux faiseuses d'anges...
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Aucun journaliste officiant sur un grand media national n'a jamais claqué un "c'est dégueulasse" à la face de Claude Guéant, qui s'illustre pourtant dans l'art de la déclaration nauséabonde.

    Si un d'entre eux se décide à le faire, je parie ici que cela suscitera beaucoup plus de réactions que cette "affaire" Pascale Clark...
     
  10. Lux Aeterna

    Lux Aeterna
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Vouloir reculer sur la loi Veil (oui, pour moi c'est ça : c'est remettre en cause ce qui fût l'un des moyens d'émancipation de la femme et même si "ce n'est que" ne plus le rembourser, c'est quand même dire La loi Veil c'est mâl pour moi), c'est quand-même assez fort.

    Demain, je tombe enceinte, j'avorte. J'ai beau prendre la pilule, faire attention, essayer de ne pas l'oublier ... qui me dit que dans quelques jours je la vomirais pas ? Si ce n'est plus remboursé ... très sincèrement, ça deviendrait compliqué. D'autant plus pour les personnes qui ne peuvent payer l'IVG (admettons 300 euros) et qui vont se retrouver à "devoir" payer les frais d'un enfant (nourrice, couche, nourriture etc ....).
     
  11. buddy

    buddy
    Expand Collapse
    ^__^

    L'article du Figaro me laisse perplexe (comme de nombreux articles du Figaro, mais bon).

    A quel moment peut on dire qu'une femme est suffisamment dans la détresse psycho ou économique pour lui autoriser l'avortement ? Faut-il nécessairement que son mal être soit spectaculaire, pour le lui accorder ?
    Comment définir un abus ? La "simple géméllité" peut aussi être source de souffrance pour le couple.

    Pourquoi ce médecin ne parle pas de l'éducation sexuelle carrément insuffisante, de la politique de contraception standardisée inadaptée à la population et du suivi pré et post IVG trop limité ?
    Les plannings familiaux abattent un boulot monstre pour que les femmes accèdent à la contraception qui leur convient mais on continue de prescrire la pilule en première intention sans explorer les autres possibilités.
    Pourquoi propose t-il en priorité de restreindre l'accès à l'IVG plutôt que de permettre aux gens de faire des choix plus éclairés ? Il y a un côté paternaliste qui me déplait.

    Quant au fait qu'on puisse attaquer les médecins qui refusent de pratiquer l'avortement, il y a une clause de conscience qui leur permet de se soustraire à l'acte, à condition d'orienter la patiente vers quelqu'un qui le pratique. On ne peut donc ps l'attaquer là dessus.
     
  12. Angelin

    Angelin
    Expand Collapse
    Ad Victoriam~

    Quand bien même, il me semble que l?État n'est pas à même de juger les actes personnels des individus tant qu'ils n'enfreignent pas ses lois, non? Ou alors on m'aurait menti sur le concept de liberté...

    Et soyons honnêtes, c'est un faux débat, c'est comme les gens qui te disent que pour sortir les finances publiques de l'ornière il faudrait supprimer les aides sociales parce que "les RMIstes c'est des assistés, ils sont bien contents de rester chez eux à glander en touchant des aides!". Bien sûr qu'il existe une MINORITÉ de gens qui profitent allègrement du système, mais la plupart sont honnêtes, n'y trouvent aucun confort et voudraient vraiment s'en sortir.
    Il existe effectivement des femmes pour qui l'IVG est une sorte de "confort", j'en connais même une qui m'a dit cash: "Avec la clope, je peux pas prendre la pilule sinon c'est risqué niveau cancer, j'aime pas les capotes, je supporte pas le stérilet et les autres contraceptions sont trop chères pour moi alors je fais gaffe et quand je tombe enceinte, hop! Pilule magique." (sic) Mais est-ce que pour, au hasard, quelques centaines de femmes irresponsables et stupides comme celle-ci, il est justifié de faire payer les plus de 200 000 femmes qui, elles, auraient adoré s'en passer?

    De plus il me semble que la raison des hausses d'IVG est plus complexe qu'un simple "c'est gratuit alors les bonnes femmes en profitent" tel que sous-entendu par certains partis et médecins...
    Aujourd'hui la plupart des contraceptions restent non remboursées, si par malheur on ne supporte pas la pilule normale les choix sont rapidement restreints, et c'est encore pire si on ne supporte pas les traitements hormonaux : il ne reste alors que le stérilet (encore souvent refusé aux femmes jeunes et sans enfants, et pas toujours bien toléré) et les préservatifs masculins ou féminins (ce qui, mine de rien pour une femme en couple avec une vie sexuelle active qui aurait le malheur d'avoir envie d'un certain confort représente un putain de budget!)
    De plus avec la conjoncture actuelle si l'IVG est en hausse c'est peut-être parce que fonder une famille ne semble plus être un très bon plan dans une société où le chômage va croissant, où on te regarde avec mépris et rejette ta candidature si à un entretien tu dis que tu as ou que tu veux des enfants, où, en somme, si tu veux être maman tu ne seras quasiment plus que cela aux yeux de la société puisque tu n'es "pas fiable" et que tu seras soupçonnée de "préférer tes gosses à ton entreprise", et on te le fera bien comprendre...
    Franchement, je comprends qu'on puisse voir une grossesse comme un malheur de nos jours...
    Il me semble que l'IVG est une réponse à tout ça, et qu'il est primordial qu'il reste remboursé, qu'il y ait des abus ou non. Oui les chiffres sont élevés, oui c'est inquiétant, mais le vrai problème est ailleurs, l'IVG ce n'est que le mal de crâne de celui qui a une tumeur au cerveau, pas le fond du problème.

    Ce n'est pas une réponse à titre personnel, c'est que je trouve ça triste qu'on en vienne à faire croire au gens que, sous prétexte qu'il y a une minorité d'abus, on doit tous payer. Ce n'est pas juste.
     
Chargement...