Le harcèlement de rue, de la peur à la colère... puis à l’espoir

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 20 avril 2015.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Odinn, Chou fleur girl, Maia Chawwah et 4 autres ont BigUpé ce message.
  2. Alycm

    Alycm
    Expand Collapse
    Je suis un nuage

    Go, Clémence, go! :v:
    Non, honnetement, pour moi tu as eu du courage et de l'audace, je sais pas si je resterai patiente face a ce genre de situation. Et oui, ca prouve que tout espoir n'ets pas perdu. Et tu lui as peut-etre fait changer son point de vue et comme tu dis, peut etre que lui-meme en parlera a ses potes et les reprimandera s'ils harcelent des filles dans la rue.
    Un petit pas pour l'homme, un grand pas... beh pour tous en fait! :top:
     
    LovelyLexy, MrsBlueSky, Elawan et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. LouiseScheuh

    LouiseScheuh
    Expand Collapse
    Faut pas respirer la compote, ça fait tousser.

    Big up Clémence, t'as eu une réaction parfaite ! :top:
    Ca m'est arrivé une fois, un mec m'a insultée après que je ne lui ai pas répondu à un "Hé mademoiselle !" plutôt sympa. Je lui ai demandé ce qu'il penserait d'un mec qui agirait pareil avec sa soeur, sa mère, sa copine, sa meilleure amie. Il s'est excusée platement et m'a saluée pendant toute l'année qui a suivi à chaque fois que je passais devant son resto. :hello:
     
    Nanouchoou, Clarissa11, ChansonMuette et 15 autres ont BigUpé ce message.
  4. Millenia

    Millenia
    Expand Collapse

    Un ami, qui a un fétichisme des boobs, a fait part récemment (sur Facebook) d'une anecdote de reluquage dans le bus. Plusieurs de ses amies filles lui ont signalé que sa réaction n'était pas appropriée (en gros il a fait un big up au reluqueur), et l'ont éveillé un tant soit peu. Je crois qu'il a compris le message, et c'est cool.
     
    LovelyLexy, littlesoutherly, Kand'x et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. The Weasel.

    The Weasel.
    Expand Collapse
    Fais l'amour à la vie.

    Franchement bravo ! :clap:
    Je sais pas si j'aurais un jour assez de sang froid pour réagir comme tu l'as fait. Je suis tellement las et en colère à la fois que la plupart du temps je laisse couler et je passe le reste de mon trajet à ruminer ma haine... Pas le plus intelligent des comportements je vous l'accorde :rolleyes:
    En fait j'ai tendance à oublier que ces types ne sont pas nécessairement des abrutis finis et que peut être un dialogue est possible :hesite:
     
    MrsBlueSky et Clemence Bodoc ont BigUpé.
  6. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    En général je recadre les gens mais sans pédagogie :ninja:. J'ai eu plusieurs fois l'échange suivant, à chaque fois le mec était avec ses potes :
    - Ça va ma chérie ?
    - J'SUIS PAS TA CHÉRIE.
    - Ah euh ok pardon pardon.

    Cela dit j'ai eu des excuses (le pouvoir de la honte :frotte:) donc je m'estime heureuse.

    Une seule fois, j'ai voulu expliquer. Le mec a dit quand je suis passée devant lui "Quelles belles jambes". On a vu pire bien sûr, mais ça m'a clairement déplu. Donc je me suis arrêtée pour lui dire poliment que je n'aimais pas trop les compliments de ce genre parce que ça me mettait mal à l'aise, qu'il ne prenait même pas la peine de me dire bonjour, etc. Les réactions : "Hein ? Quoi ? T'aimes pas les compliments ?" => je réponds que non,pas les "compliments" d'inconnus qui ne prennent pas la peine de me saluer ni de me regarder dans les yeux.
    Tout ça pour obtenir un "Tu préfères j'te dis qu't'es moche ?"
    Je. :facepalm:
    Du coup je suis partie en le plantant là.
     
    Nanouchoou, Fluotine, Songi songi et 11 autres ont BigUpé ce message.
  7. candoux

    candoux
    Expand Collapse

    Yes! Ca fait quelques mois/années que j'essaie la méthode de la pédagogie aussi avec les situations de harcellement de rue. Et mes copines le font aussi, ça marche très souvent! Faire comprendre gentillement, sans condéscendance, comme si on expliquait comment fonctionne le nouvel aspirateur high tech que non: tu ne me flattes pas, que oui, je suis mal à l'aise, que oui, je ne doute pas que tu es un gentil garçon et que tu respectes les filles, mais que là tu me donne juste l'impression du contraire, que non tu n'a pas besoin de ça pour affirmer ta masculinité et autres arguments simples comme bonjour qui avec un peu de patience fonctionnent très bien. J'admet qu'il faut quand même un peu de courage et que la pluplart du temps on a plutôt envie de cracher du feu :scream: à la gueule du/des mecs qui interpellent les filles comme des animaux. Et on est d'accord, y'a beaucoup de boulot et c'est pas demain qu'on se promenera dans la rue tranquilles. Mais le dialogue de cette Mad est parfait et vous verrez qu'il marche presque à tout les coups. L'idée c'est surtout de ne pas snober le mec ou de le prendre de haut, afin d'établir une relation d'égalité, (comme Clémence le fait ici, en finissant pas lui demander son prenom etc), en se sentant respecté le mec réalise qu'il vous doit du respect aussi, et l'objet "fille" qui marche dans la rue et qu'il accoste se transforme en une personne réelle et il prend vraiment conscience de l'absurdité de son acte. :top:
     
    Fluotine, Boogie, Charlie-Culotte et 5 autres ont BigUpé ce message.
  8. JustineJ

    JustineJ
    Expand Collapse

    Une fois j'ai pris le temps moi aussi. Un inconnu, quelque peu alcoolisé de la veille a pris comme moi le premier TER du dimanche matin pour rentrer d'une petite soirée. J'étais seule dans le compartiment, seule dans le wagon, et il vient s'assoir face a moi, et lance la conversation par un "Wech t'es bonne", me rappelant a chaque phrase qu'il me trouvai assez à son gout.
    Il etait tres tôt, c'etait un dimanche matin, autant vous le dire, j'étais loin d'être sur mon 31.
    Etant seule dans le wagon, et cet homme ne m'inspirant pas du tout confiance, j'ai eu comme un sentiment de panique. Mais je me suis dit que comme j'avais encore au moins 30mn de trajet a supporter, le mieux serait de lui parler.
    - MAIS POURQUOI TU FAIS ÇA ?
    - Tu aimerai qu'on te parle comme ça a toi ? Tu crois que je ressens quoi quand un inconnu viens et me parle comme ça ? Et si c'était ta copine, ta soeur, ta mère, tu aimerai qu'on l'aborde comme ça ?

    Il a fini par s'excuser, je ne sais pas si depuis il a recommencé, mais il a eu l'air de vraiment prendre conscience de la chose pendant la conversation.
    On s'est dit au revoir sur le quai de la gare, je ne l'ai jamais revu.
    J'ai vraiment eu peur ce jour la, peur d'être agressée.
     
    Melyssa, Fluotine, ploufplouftagada et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. Morisot

    Morisot
    Expand Collapse
    L'eau, ça mouille. Ça mouille les pieds quand on marche dedans.

    Il y a des jours où on se sent l'âme éducative!
    Un soir, je me rendais à vélo à une soirée en centre ville. Je portais l'attirail de la parfaite cycliste: gilet fluo et casque sur la tête. Autant dire que je n'étais pas au summum de la sexitude.
    Un jeune homme à vélo se met à ma hauteur : "Hé mad'moiselle! T'es pas mal!" Comme je ne lui répond pas, il se rapproche (dangereusement) de ma roue avant. "Allez, quoi, on fait la course! Je t'accompagne où tu vas si tu pers. T'as peu de perdre, hein?"
    N'étant pas super enthousiaste à l'idée d'arriver accompagnée à ma soirée, j'ai eu quelques remontées littéraires:
    "Tu connais Jean de la Fontaine? Tu te rappelle de la fable du lièvre et de la tortue? Et bien comme dit le lièvre, il ne sert à rien de courir. Donc, l'important, ce n'est pas que j'aille plus vite que toi, mais que j'arrive où je veux aller".
    Nous avons ensuite discuté philosophie et société toujours trop pressée, avant qu'il me souhaite une bonne soirée et qu'il bifurque dans une rue adjacente.
     
    Nanouchoou a BigUpé ce message
  10. Bananou

    Bananou
    Expand Collapse

    Je vais essayer d'appliquer la même chose la prochaine fois que ce genre de conneries m'arrive à nouveau, car à l'heure actuelle, c'est plutôt fréquent.
    La dernière fois, c'était en pleine journée, en semaine, il y avait du monde dans le métro. J'étais avec deux amies étrangères, et un mec commence à me toucher les fesses avec son journal. Une fois, je me dis qu'il a pas fait exprès. Deux fois, je me retourne vers lui, le regard lointain, en mode c'est pas moi.
    Vu ma grande confiance en moi (LAULE), et que ce jour là, j'étais vraiment au niveau -2000 de la sexitude avec mon jogging 3 fois trop grand, j'y croyais moyen, je me suis dit que je me faisais des films.
    Et vu qu'il continuait, encore, je suis descendue seule (grosse erreur) à la station suivante, laissant mes amies dans le métro. Je dis grosse erreur car ce mec m'a suivie jusqu'à la correspondance, et je ne m'en étais même pas rendu compte.
    Il s'est approché de moi et a commencé à me passer la main dans le dos, tout en improvisant un "hé mademoiselle, t'es charmante" mais en anglais. J'étais tellement effrayée, malgré le monde autour, que j'ai eu une réaction presque viscérale et lui ai hurlé "NE ME TOUCHE PAS".
    Ca a dû lui faire peur vu qu'il est parti, heureusement...
    Tout ça pour dire que, je ne sais pas si dans ce genre de contexte où l'agression est physique avant d'être verbale, la méthode "pédagogique" puisse être efficace...

    Ce qui m'a étonnée, c'est que je suis plutôt le genre de files sûre d'elles, dans le sens où je n'ai peur de rien, et sûrement pas de prendre les transports en commun, ou de marcher dans la rue la nuit, quelle que soit la longueur de ma jupe. Et pourtant, ce jour là, eh bien j'ai eu très peur, et j'espère ne plus jamais avoir peur comme ça...
     
  11. RoxaneRavenclaw

    RoxaneRavenclaw
    Expand Collapse
    Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit

    Bravo pour cette initiative ! :clap:
    Ça me m'a fait penser à la fois où un mec m'a filé une trouille bleue dans la rue, je me souviens j'étais en terminale et je venais d’emménager dans une nouvelle région. Nouveau lycée, nouveau trajet et je n'avais pas encore beaucoup de copines avec qui faire le trajet. J'emprunte donc un chemin, et un mec me crie "hé mademoiselle !". Sur le coup j'ai pas réagi parce que je n'avais pas remarqué qu'il s'adressait à moi, puis il s'est approché de moi, et m'a demandé, l'air un peu énervé si j'avais pas des cigarettes. Bon au moins il voulais pas mon numéro ou m'inviter à boire un verre mais j'avais peur de sa réaction quand j'allais lui dire "non désolé, je ne fume pas". Et il a du voir la peur sur mon visage parce qu'il s'est adouci, m'a sourit et m'a dit "Oh excuse moi, je ne voulais pas te faire peur, je me suis engueulé avec un pote, désolé c'est pas contre toi. C'est pas grave pour les clopes, t'inquiète !". Il m'a sourit encore une fois puis il est reparti en me faisant un petit signe de la main.
    C'était la première fois que quelqu'un s'excusait et reconnaissait ses tords.
     
    ChansonMuette, littlesoutherly, soshishi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Donoma

    Donoma
    Expand Collapse
    Rêveuse pragmatique

    Perso j'ai jamais eu la patience ni le calme pour être pédagogue, mais j'ai récemment eu une lueur d'espoir quand mon frère est venu me parler spontanément de l'article du monde (100% des femmes qui se sont déjà fait harcelées/agressées dans les transports en commun). Vu que j'avais jamais parlé avec lui de ce sujet j'ai dit d'un air hésitant "ouais mais j'ai vu que y'avait des gens qui n'y croyaient pas..." et il m'a répondu cash "Ha mais moi j'y crois, ça ne m'étonne pas ! C'est hallucinant tout ce que les femmes subissent dès qu'elles posent le pied hors de chez elle. Des fois j'assiste à des trucs tellement choquants ! "

    Ca m'a rassuré, mon frère étant loin d'être sensibilisé aux causes féministes ! Je me dit que le débat commence à trouver écho auprès d'une population plus large ...
     
    Melyssa, Zute, ChansonMuette et 10 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...