Le jour où l'un de mes élèves de maternelle a agressé sexuellement sa camarade

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 23 juillet 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

  2. Lilitamago

    Lilitamago
    Expand Collapse

    Je suis choquée.
    Qu'est-ce qui est le plus choquant?
    L'acte?
    La réaction du père de Thomas?
    La réaction des collègues d'Agathe et le « – Tu sais, ça arrive tout le temps en maternelle, faut pas t’en faire, moi je m’inquiète vraiment pas ! »
    Ou l'autre enseignante qui à osé mettre en faute la petite?! :non::non::non:

    Et puis comme précisé: le gamin n'a pas eu une réaction normale! Où a-t'il vu cet acte? Cela devrait également alarmer beaucoup de personnes!
    Comment peut-on laisser ses bouts de chou à l'école l'esprit serein après ça?! :erf:
     
    #2 Lilitamago, 23 juillet 2017
    Dernière édition: 30 juillet 2017
    PousseMoussue, Cornélie, jorda et 66 autres ont BigUpé ce message.
  3. lafillelabas

    lafillelabas
    Expand Collapse
    Echange cookies contre PV

    Le rejet de la faute sur la victime ca s'applique a tous les ages apparemment :goth: et puis c'est bien ca encourage tellement l'enfant a aller voir un adulte si il rencontre a nouveau ce genre de situation :facepalm:

    Je me doute bien qu'on va pas meme le gosse de 3 ans en taule mais s'en laver les mains a ce point ca fait peur. Sans meme mener d'enquete et prendre en charge les enfants. Et je me fais pas d'illusions, si ca ne fait l'objet d'aucune procedure c'est surement que le probleme vient d'en haut.
     
    PousseMoussue, Cornélie, ~*Galaxy*~ et 30 autres ont BigUpé ce message.
  4. GingerBraid

    GingerBraid
    Expand Collapse

    Cette histoire me met vraiment mal à l aise ... quand j étais petite il y avait bcp d histoires d agression sexuelles entre garçons (genre des collegiens ou des grands du primaire qui humiliaient des petits en les voyant nus, se mettaient nus devant eux etc....)
    Après a 3 ans, est ce qu on a même conscience que blesser les fesses de qqn ou ses organes genitaux, c est différent que de blesser une autre partie de son corps?
    Le comportement des adultes me laisse coi cependant
     
    #4 GingerBraid, 23 juillet 2017
    Dernière édition: 23 juillet 2017
    Cornélie, jorda, Denderah et 3 autres ont BigUpé ce message.
  5. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    La première chose qui me choque personnellement c'est que "Agathe" ai tout de suite collé le mot (et le concept) de viol à cet évènement. Sans minimiser l'acte, directement y voir une connotation sexuelle me dérange grandement au vu des âges des enfants concernés. Avant de partir au quart de tour (dû à sa sensibilisation aux problématiques de violences sexuelle, là, pour moi, elle a surréagit), demander au garçon pourquoi il a fait ce geste spécifique me parait être la marche à suivre normale et logique.
    Donc que l'acte du gamin soit qualifié d'agression "sexuelle" tout au long de l'article me dérange fortement car d'ailleurs, comme le dit une des intervenantes, définir la composante "d’intention sexuelle" chez un petit de 3-4 ans c'est pas facile.

    Le comportement des autres enseignants est aussi inquiétant dans le sens où ils ne cherchent pas plus loin que "ça arrive tout le temps". Et donc ? On laisse faire ? Que l'acte du garçon soit sexuelle ou non, il a commis un acte qui ne devait pas être fait. Donc
    1) on rejette pas la faute sur la gamine
    2) on signifie au garçon qu'il a fait quelque chose qui ne doit pas être fait
    3) on se montre attentif aux signaux pouvant montrer un trauma chez la gamine sans forcément psychiatriser la chose (lui faire rencontrer un psychiatre d’emblée me semble un peu fort et pour le coup potentiellement traumatisant. Avant de direct l'emmener voir un psy, on s'assure qu'elle en a besoin)
    4) on explore par l'interrogation du gamin et de ses parents d'où il sort ce geste et en fonction on signale l'abus s'il y a signe ou preuve qu'il y a.
     
    PousseMoussue, Vanth, Thedreaming et 41 autres ont BigUpé ce message.
  6. BruteEpaisse

    BruteEpaisse
    Expand Collapse
    Je me promène.

    Nixy, l'acte correspond à la définition du viol et l'auteur de l'article à pris soin d'en rappel la définition et d'être très clair sur pourquoi c'était un viol. Si tu avais été la petite fille et que tu t'en souvenais aujourd'hui tu serai contente que quelqu'un ai pris la responsabilité de nommer ce qui s'est passé. Nommer un acte ne le rend pas pire.
    Bref cette histoire est hallucinante, surtout parce qu'elle a l'air d'être courante. Je fais partie des gens qui se souviennent très bien de la maternelle, je me souviens parfaitement de ce garçon qui m'a forcé plusieurs fois à l'embrasser sur la bouche malgré mes refus et le malaise que je ressentais. Si ça avait été un doigt dans les fesses non seulement je m'en souviendrai très bien aujourd'hui mais en plus je ne peux qu'imaginer l'impact que ça aurait pu avoir sur ma sexualité, ou pas d'ailleurs. Réf ce n'est pas anodin et ça n'a rien de normal, à aucun moment en tant qu'enfant, même en colère, l'idée ne me serait venue de baisser le pantalon d'un ou une camarade pour lui mettre un doigt dans l'anus. Ce gamin à du voir ou subir ce geste, de la part d'un autre enfant ou d'un adulte, en tout cas à l'origine de ce geste il y a clairement un enfant abusé qui a reproduit ce qu'il a subit.
     
    PousseMoussue, Cornélie, ~*Galaxy*~ et 59 autres ont BigUpé ce message.
  7. TennanTen

    TennanTen
    Expand Collapse
    Détendue

    Il est arrivé ce genre de choses près de chez moi, une gamine de 4 ans s'est faite violée avec un baton dans la cours de maternelle par des gamins. Actuellement, les parents sont encore entrain de se battre pour que cette histoire ne soit pas classée sans suite. Ce qui est effrayant, c'est que l'école s'en fiche complètement... =/
     
    PousseMoussue, Cornélie, Dysnomia et 43 autres ont BigUpé ce message.
  8. Lilas DUPONT

    Lilas DUPONT
    Expand Collapse

    J aurai aimé savoir si les parents ont discuté entre eux de cettz histoire. Parce que un ptit garçon de 3 ans je ne vois pas comment il a pu faire ce geste sans le voir l entendre dire ou je ne sais pas. Je ne dis pas que c est la faute des parents. Mais quand meme. Il me semble qu a cet age les enfants reproduisent beaucoup de choses qu ils voient.
    Honte a ce directeur qui n en a strictement rien a faire. .franchement je ne sais pas comment j aurais reagi a la place de l enseignante.
     
    Lis, Denderah, Licorne Sauvage et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    @BruteEpaisse (si tu ne me mentionne pas, je ne peux pas savoir que tu me répond) Justement, l'acte décris peut ou ne peux pas correspondre à la définition juridique du viol parce que toute la "subtilité" vient de l'intention sexuelle de l'acte. Pour qu'un acte de pénétration d'une organe/objet dans un orifice soit qualifié de sexuelle, il faut que l'intention de l'agresseur soit sexuelle. Or, ici, vu l'âge du garçon, c'est difficile de savoir donc, moi, ce qui me gêne, c'est que l'enseignante ait directement conclu que c'était une agression sexuelle.
    Je ne nie pas que l'acte en lui-même, qu'il soit sexuel ou non, puisse traumatiser la petite fille, tout comme il peut ne pas la traumatiser, on va pas commencer à décréter pour elle. Tout comme je ne dis pas qu'il ne faut rien faire et laisser pisser. Pas du tout. Là, je parle du qualificatif que des adultes avec leur prisme d'adulte (où le sexe est omniprésent) mettent sur un geste de petit enfant.

    Je vais rechercher l'article qui illustre ma pensée par rapport à la qualification de l'agression sexuelle. L'article relatait l'histoire d'un homme en situation de faiblesse économique et mental qui a été martyrisé/esclavagisé par un couple de "marginaux". Entre autres sévisses le gars du couple (ou un de leurs amis, je sais plus) mettait régulièrement le manche d'un balais dans l'anus leur esclave. Le couple (et l'ami) ont été reconnu coupables et condamnés pour actes de torture et barbarie mais pas pour viol. Pourtant, il y a eu pénétration d'un objet dans un organe sexuel. MAIS, l'intention de l'agresseur n'était pas sexuel, il voulait "nettoyer" son esclave.
    La victime a été traumatisé au possible et le fait que les faits n'est pas été qualifié de viol n'enlève rien au calvaire qu'il a vécu. Ce sont deux choses différentes.

    Ici, la petite a été agressé, je ne le nie pas (comme ont pu le faire les autres enseignants), par contre je préfère restée prudente sur la qualification d'un acte dont on a pas les tenants et aboutissant, surtout vu l'âge du gamin.

    Parce qu'on ne sait rien de ce qu'il s'est passé dans sa tête. Il a très bien pu y mettre une connotation sexuelle, et dans ce cas c'est un viol, comme imiter une scène de dessin animé (je pense à des scènes de naruto où Naruto fait le "jutsu" je sais plus quoi qui est... mettre un doigts dans le cul de son adversaire:rolleyes:)

    D'ailleurs @Esther pourquoi ce choix de qualifier l'acte du garçon d'agression sexuelle tout au long de l'article alors que les intervenantes précisent bien que c'est compliqué de le qualifié ainsi ? C'est une agression, on est d'accord, mais la question de l'intention sexuelle est difficilement affirmable avec les éléments qu'on a.
     
    SilverSky, Chouette-Culotte, Lynze et 9 autres ont BigUpé ce message.
  10. Cowuke

    Cowuke
    Expand Collapse

    J'en ai pleuré de rage quand j'ai lu ce qu'a dit le directeur !

    Désolée je vais raconter un peu ma vie.. Et ça va être long, pardon.
    Mais pour moi c'est toujours les agresseurs qui sont défendus parce que la victime a été la victime et que tout retombe sur l'agresseur, donc il faut bouc émissaire.

    J'étais aussi victime d'agression sexuelle étant enfant venant de mon voisin à peine plus agée d'un et demi.
    D'après ma mère, il a essayé de me faire un cunnilingus. Alors pourquoi, je ne m'en souvient pas et comment mes parents le savent, c'est l'autre voisine qui l'a vu de sa chambre qui a prévenu ses parents, qui ont ensuite prévenu les parents de Marc (c'est pas vrai nom) et qui ont arrêté se qui se passait. J'avais 3,5 ans, il en avait 5. Je l'ai su quand j'ai eu 20 ans. Je me suis senti sale, et mon tic de me gratte la peau jusqu'au était revenu..

    Je l'ai su à 20 ans, car j'ai avoué à ma mère que Marc m'avait touché dans sa piscine (quand on était seul bien sûr). M'avait bloqué avec ses bras. Attention interdit -18 !
    Il m'a indroduit un doigt dans le vagin, puis dans l'anus.. Et accompagné d'une douce phrase bien dégueu, je m'en souviens encore. J'ai du le mordre pour qu'il me lâche.
    Lorsque je lui ai avoué ceci, elle m'a dit : "Mais tu ne te souviens pas de l'épisode de tes 3,5ans ?" (et elle m'a tout raconté.

    J'ai eu encore d'autre crasse de lui et son frère, m'obliger à montrer mes seins,etc..

    Lui :Il est allé voir pédopsychiatre (apparemment, pas efficace), sa mère à découvert qu'il regardait des film X à 4 avec un pote et que ce pote faisait des truc avec une fille donc lui aussi voulait essayer.

    Mes parents : N'ont pas dormis dans le même lit pendant 1 semaine, se sont fait la tête pendant 1 mois, pourquoi, parce que ma mère voulait porter plainte et pas mon père. C'était qu'un jeu, on est que des enfants. C'est pas grave. (et aussi mon père était bien pote avec le père de Marc)

    Moi : Après l'agression de mes 3,5 ans d'après ma mère, je faisais des crises nocturnes, et le médecin à dit : " si elle continue au bout d'une semaine, emmenez-la voir un pédopsychiatre". J'ai arrêter au bout d'une semaine. Je ne suis jamais allée voir personne.
    Et j'ai du mal avec la position du cunnilingus, dans ma vie sexuelle actuelle.
    Pour l'agression des 6 ans, j'ai fermé ma gueule, de peur qu'on me croie pas, que je suis une sale menteuse, comme il est plus âgé, sa voix est plus importante que la mienne. Et la honte. La première que j'en ai parlé j'avais 14 ans. Et j'en ai refait des cauchemars à l'age de 20 ans, joie.

    Sinon, actuellement ma vie sexuelle va bien (à part le cunnilingus..). Je ne souhaite juste pas le recroiser, car je sais si j'arriverai à tout déballer et dire à quel point il me dégoûte ou soit je me tairais et passerais mon chemin
     
    PousseMoussue, Thedreaming, Cornélie et 46 autres ont BigUpé ce message.
  11. Lovely_Sunshine

    Lovely_Sunshine
    Expand Collapse

    Je viens de parler à ma mère de l'article, et comme décrit dans l'article, elle m'a dit "qu'il ne fallait pas en faire des pata-caisses", "qu'on en faisait trop aujourd'hui", que "c'est normal chez des petits de jouer au docteur ou à touche-pipi". Pour elle, ce n'est pas une aggression sexuelle. Pour elle, il faut dire au garçon de ne pas toucher le corps mais aussi à la fille de ne pas se laisser faire. Le chemin est encore long pour faire changer le regard des gens, ça me désole... :crying: Encore une victime dont la souffrance va être banalisée et qui va grandir en gardant une souffrance...
    Edit: J'ai oublié un autre truc aberrant qu'elle m'a sorti, spontanément: elle doutait qu'un garçon puisse avoir mis son doigt DANS l'anus de la fille et se demandait si le garçon l'avait vraiment fait, que l'histoire n'était pas exagérée... Je pleure... :gonk:
     
    #11 Lovely_Sunshine, 23 juillet 2017
    Dernière édition: 23 juillet 2017
    Lis, Bibidi Bobidi Bou, Marianne314 et 9 autres ont BigUpé ce message.
  12. Elmera

    Elmera
    Expand Collapse

    C'est l'une des histoires du livre "Au guet-apens" de Maître Mo.
     
    Nyxi a BigUpé ce message
Chargement...